Collecter, collectionner, conserver

J’aurai la chance de participer le 4 mai 2021 au 145e congrès du Comité des travaux historiques et scientifiques, qui devait initialement se dérouler l’année dernière à Nantes mais qui a dû être reporté pour causes de contraintes sanitaires, et qui aura finalement lieu en ligne du 4 au 7 mai 2021. Le thème de cette édition est « Collecter, collectionner, conserver », ce qui renvoie autant aux pratiques des archivistes et bibliothécaires – influence de l’École des Chartes oblige – qu’à celles des conservateurs de musées ou des particuliers. Surtout, l’éventail des artefacts considérés est immense, ce qui par ricochet renvoie à une infinie gamme de comportements. Pour ma part, j’interviendrai pour le compte de Bretagne Culture Diversité dans le cadre d’une séance interrogeant le devenir des collections à l’ère du numérique, propos qui sera essentiellement centré sur le portail Bretania.

Partant de mon expérience de prosopographe, et des quelques conclusions que j’ai pu tirer de la constitution, dans le cadre de ma thèse de doctorat, d’un thésaurus de 2 688 morts pour la France d’un seul et même régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, je montrerai que la multiplicité des corpus biographiques disponibles en ligne renvoie, fondamentalement, aux différentes inscription sociales d’un même acteur. C’est notamment ce que montre l’exemple de Guillaume Le Moal, individu qui est tout à la fois un Breton parti immigrer au Havre, un militant du Syndicat général des ouvriers du port et un combattant de la Première Guerre mondiale. Or le fait est que si ces deux identités nous sont connues par deux corpus numériques remarquables et de natures fort différentes, le Maitron d’une part, la fiche matriculaire du recrutement d’autre part, aucune de ces deux sources, si ce n’est le cerveau humain, ne permet de faire le lien entre ces différentes vies qui, contrairement à ce que pourrait suggérer cet éparpillement digital, n’en sont qu’une seule et même. C’est là une limite importante qui, en creux, souligne l’enjeu historiographique crucial que constitue l’interopérabilité des bases de données en ligne et, par ricochet, toutes les perspectives qu’offre le portail de notices catalographiques Bretania.

Dans le cadre de cette séance présidée par le médiéviste Bruno Laurioux – et par ailleurs président du Comité des travaux historiques et scientifiques – et l’historien des techniques Jean-Louis Kerouanton, je développerai quelques-uns des possibilités offertes par ce tiers-lieu numérique qu’est Bretania et tâcherai d’évoquer certains des questionnements qui se poseront à l’historien du fait militaire et guerrier.

Vies et devenir des collections : les collections à l’ère du numérique

4 mai 2021, 9 heures. Présidence : Bruno Laurioux et Jean-Louis Kerouanton

  1. Damien Gendry, Géoscience Rennes. Le projet BDBE : une base de données biographique au service de l’histoire naturelle.
  2. Erwan Le Gall, Bretagne Culture Diversité. Les collections à l’ère du numérique : pour une nouvelle prosopographie.
  3. Pauline Guyot, Institut national de l’histoire de l’art, et Jade Norindr (Université Paris Nanterre). Collectionneurs, collecteurs et marchands d’art asiatique en France 1700-1939 : enjeux de la constitution d’une base de données prosopographique.
  4. Emma Filipponi (École spéciale d’architecture) et Marta Severo (Université Paris Nanterre). Collecter, conserver, diffuser : les sociétés savantes face à la valorisation des collections numériques.
  5. Christophe Tuffery (Institut national de recherches archéologiques préventives) et Laurent Pelletier (Institut national de recherches archéologiques préventives). Comodo : une application intégrée et interopérable à l’INRAP, pour la gestion des collections de mobiliers archéologiques et de la documentation scientifique associée.
  6. Ilene McKenna (Library and Archives Canada). « Cherchez et vous trouverez » : un nouvel écran de recherche pour la collection de Bibliothèque et Archives Canada.

Inscriptions et informations sur le site du Comité des travaux historiques et scientifiques.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2021, 15 avril). Collecter, collectionner, conserver. Ar Brezel. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbnk

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.