Carte postale (détail). Collection particulière.

La glorieuse défaite de Lucien Burlet

Journaliste prolifique, rédacteur en chef au début des années 1880 du quotidien caennais L’Ordre et la liberté puis collaborateur régulier du Gaulois, où il est chargé de la rubrique des informations parlementaires, Lucien Burlet est aussi un vétéran de 1870[1]. C’est d’ailleurs son expérience de guerre, et de captivité, qu’il choisit de coucher sur le papier dans un court ouvrage publié en 1882, et n’ayant visiblement rencontré aucun succès à en juger par le nombre de recensions qui ont pu y être consacrées dans la presse[2]. Ce volume ne m’aurait d’ailleurs sans doute pas attiré l’œil, perdu dans la masse des témoignages parus après le conflit, si Lucien Burlet n’avait pas, en 1870, porté l’uniforme du 47e de ligne, régiment alors en garnison à Chambéry, en Haute-Savoie. Tour d’horizon d’une source beaucoup plus complexe qu’il n’y parait de prime abord.

Ces « notes d’un caporal » renvoient à une historiographie résolument moderne, celle d’une approche par le bas, par le terrain, du fait militaire. C’est la vision de l’homme du rang qui émane de ces pages. Le volume s’articule autour de plusieurs temps forts vécus par l’auteur : la bataille de Reichshoffen au cours de laquelle il est capturé, son évasion puis son enrôlement dans l’armée de la Loire, son récit de la bataille du Mans, enfin, pendant laquelle il est une nouvelle fois fait prisonnier. S’observent dans ce texte un certain nombre de constantes, quasi anthropologiques du soldat. L’homme sur le champ de bataille est ainsi profondément ignorant de l’environnement qui l’entoure, celui-ci, faute d’une vue d’ensemble, lui échappant pour une très large part (p. 19 notamment). De ce point de vue, le récit de Lucien Burlet est fort classique… mais n’est pas sans entorses. C’est ainsi par exemple que, pendant la bataille du Mans, l’auteur se met soudainement à la place de son colonel qui « voyant ce mouvement [prussien] nous lance sur la ferme » (p. 76). Premier indice à propos d’un texte sans doute moins spontané qu’il n’y parait.

Il s’agit en effet de notes prétendument écrites en captivité. L’auteur indique, dans une sorte d’avant-propos : « nous leur avons conservé leur physionomie respective » (p. 7). Pourtant, le lecteur découvre un texte assez ampoulé, doté d’un certain nombre d’artifices littéraires et qui, pour tout dire, ne correspond que peu à ce sobre cahier des charges. Le récit s’articule on l’a dit autour de deux grands moments, la bataille de Reichshoffen d’abord où l’auteur est une première fois capturé puis, après s’être évadé, les combats de l’Armée de la Loire pendant lesquels Lucien Burlet est de nouveau fait prisonnier. C’est à cette période qu’il est censé avoir pris les notes qui composent cet ouvrage publié en 1882. Le texte est en effets signé et daté « Dresde, janvier 1871 » (p. 84).

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Il est à cet égard intéressant de souligner que ce livre participe d’une indéniable glorification de leur auteur et de ses compagnons d’armes, de cette « génération du feu » pour employer une expression anachronique, et ce malgré la défaite. C’est ainsi que le nom de Reichshoffen « allait prendre sa place dans notre histoire, inséparable de nos revers et de l’héroïsme français » (p. 23). Là est la « glorieuse défaite », récit qui permet non seulement de préserver l’institution militaire mais de créer de la cohésion nationale autour de la République et contre l’Allemagne, dans la perspective de la « Revanche ». Dans ce cadre, la baïonnette tient une place particulière. Non seulement cette arme est celle de la « légendaire attaque française » (p. 28) mais elle permet de comprendre comment se fixe pendant la IIIe République un discours encensant le choc aux dépends du feu : cette baïonnette, c’est en définitive l’incarnation des vertus du soldat français, de ces qualités militaires faites d’allant, d’intrépidité et de courage. Autant d’atouts inséparables de l’idée d’offensive et qui permettent aussi, par ricochet, de comprendre la véritable aporie qu’est l’idée de victoire défensive.

Le contraste entre ce discours sur la baïonnette et la réalité des blessures subies par l’auteur est frappant. C’est par des éclats d’obus, projectiles provenant d’on ne sait où, lancés par une lointaine bouche à feu, qu’est touché Lucien Burlet (p. 29-30). On ne peut manquer de voir là un savoureux décalage entre la rhétorique du choc, encore une fois moins vision tactique qu’idéal philosophico-politique, et la réalité du champ de bataille qui se donne à voir en 1870, en l’occurrence à Reichshoffen : déjà, l’artillerie, impose sa puissance contre les charges d’infanterie. De même, la violence du feu industriel n’est pas cachée et la plume de l’auteur n’occulte rien des conséquences sur les corps : « En face de nous était dressée la table des amputations, et ce triste spectacle de nos camarades mutilés, s’offrait toute la journée à nos yeux » (p. 34). Puis de décrire :

« C’est les larmes aux yeux que je revois des pauvres patients, fous de douleur, appelant pendant l’amputation, celui-ci sa mère, celui-là tous ceux qui lui étaient chers. La nature humaine se révélait tout entière dans ces opérations douloureuses. Quelques-uns, endormis au chloroforme, chantaient pendant leur amputation, et ce n’étaient point ceux qui inspiraient le moins la pitié. Alors, les réflexions sombres se pressaient en moi. Où était l’âge d’or dépeint par Ovide ? »

Cette description réaliste correspond à ce que peut produire le discours médical au lendemain du conflit, discours à mille lieues de la vision déréalisée et naïve du champ de bataille qui s’impose dans les décennies suivantes[3]. Ajoutons également, dans un tout autre ordre d’idée, que ce tableau des services de santé allemands diffère assez largement de l’impréparation que l’on sait prévaloir, au même moment, dans les rangs français.

Image publicitaire figurant dans les chocolats Guérin-Boutron. Image faisant partie d'une série de 84 illustrant les "Grands Capitaines". Collection particulière.
Image publicitaire figurant dans les chocolats Guérin-Boutron. Image faisant partie d’une série de 84 illustrant les « Grands Capitaines ». Collection particulière.

En revanche, la manière dont Lucien Burlet décrit sa propre action pendant la bataille du Mans, en janvier 1871, est parfaitement irréaliste, surtout quand on rapporte cette conduite aux analyses de S. Marshall sur le taux de tir (p. 77-78)[4] :

« Le feu continua. Fatigué d’être resté deux heures à genoux, je m’étais assis sur ma gamelle, et je tirais de là en fumant une cigarette pour laisser refroidir un peu mon fusil. Ne lâchant jamais mon coup que lorsque je voyais bien mon Prussien, j’avais tiré 77 balles : nous n’avions presque plus de cartouches. »

Le récit de l’évasion de Lucien Burlet est pour sa part beaucoup plus difficile à interpréter. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il est assez sobre et n’héroïse absolument pas l’auteur. Au contraire, l’acte résulte d’une « impérieuse nécessité » (p. 39) qui rend la chose si ce n’est évidente au moins obligatoire. Manifestement, un tel récit découle d’un régime de représentations mentales associant la captivité à la honte. S’évader est donc, dans ce cadre, la seule issue possible, celle qui renvoie aux « qualités françaises » et au fameux choc évoqué plus haut. Pour s’en convaincre, il suffit de se référer aux armes des évadés : la ruse et la hardiesse face à la force brute – pour ne pas dire brutale et dans le même temps un peu bête – des Allemands (p. 40-44).

Reste que le rôle extrêmement positif joué dans cette évasion, et dans tout le volume d’ailleurs, par un groupe de religieuses, les sœurs de Caldehus, n’est pas sans interroger. En effet, rien n’interdit de subodorer là, de la part de l’auteur, une stratégie rédactionnelle s’insérant dans le climat d’alors, c’est-à-dire dans le contexte, au moment de la publication du livre, d’une République qui est culturellement étroitement imbriquée à l’anticléricalisme[5]. Cette hypothèse est d’autant plus plausible que l’on sait Lucien Burlet journaliste au Gaulois, titre volontiers conservateur et aux accointances plutôt distantes avec le régime né du 4 septembre 1870. D’ailleurs, lui-même affirme dans une sorte de postface à ses souvenirs que ces religieuses « prouvaient, dès 1870, que le cléricalisme n’est pas l’ennemi » (p. 86).

Image patriotique distribuée dans des paquets de friandises. Collection particulière.
Image patriotique distribuée dans des paquets de friandises. Collection particulière.

Dans le même temps, le rôle de la population civile dans le récit de Lucien Burlet doit être examiné avec soin. Aidant sans réserve les prisonniers puis les évadés français, elle rappelle que les « provinces perdues » sont bel et bien françaises. Non seulement ces civils sont victimes de l’occupation allemande mais leur francophilie vient rappeler quelle est leur fidélité (p. 45) tout en les exposant à une sévère répression (p. 57 par exemple). Dans un tel régime de représentations, l’Alsace et la Lorraine sont françaises : la chose ne se discute même pas et c’est bien cette grille de lecture qui commande la plume de Lucien Burlet lorsqu’il écrit. D’ailleurs, lui-même l’affirme sans aucune ambiguïté dans une tournure de phrase particulièrement significative : « pour ma part, je n’ai vu personne se départir des sentiments patriotiques qui s’imposaient alors » (p. 49). Revenant sur l’arrivée des troupes françaises en 1918, B. Cabanes a bien montré combien la réalité était sans doute plus complexe…[6]

De ce strict point de vue, il n’y a aucune distinction à opérer dans le récit entre les Alsaciens et les Angevins qui, à l’en croire, pendant le rude hiver 1870-1871, « pris de compassion, demandent au maire de loger [la troupe] en ville » (p. 67). L’image est belle mais selon toute vraisemblance non conforme à la réalité puisque dans la pratique c’est de l’autorité militaire que proviennent habituellement de tels ordres. Mais, du point de vue rhétorique, cette entorse à la réalité est particulièrement intéressante puisqu’elle permet de postuler une continuité territoriale et patriotique entre Alsaciens et Angevins.

Il est à cet égard frappant de constater combien, sous la plume de Lucien Burlet, la guerre de 1870-1871 participe d’une seule et même séquence chronologique faisant ainsi fi de la distinction entre guerre impériale et républicaine. Les trains régimentaires sont tout autant désorganisés au sein de l’armée de la Loire qu’à Reichshoffen (p. 24 et 68 notamment). Les lacunes du ravitaillement, les longues marches ainsi que le manque de sommeil traversent tout le récit. En revanche, s’il y a bien une dimension qui distingue la campagne menée par l’armée de la Loire de celle entreprise au début du conflit, pendant l’été 1870, ce sont les conditions météorologiques. Un aspect qui vient du reste souligner les lacunes du ravitaillement. L’auteur écrit (p. 72) :

« Le froid devint plus vif pendant ces cinq jours, et fit mieux que la pluie ; chaque jour, des hommes étaient trouvés gelés. Le peu de pain que nous pouvions avoir gelait également, et il fallait le passer au feu pour pouvoir le manger ; or, comme on n’avait pas le temps d’en allumer, on se passait de feu, et partant, de pain. »

Au Mans, fin décembre 1870, Lucien Burlet explique retrouver chaque matin son fusil gelé (p. 73). C’est au même moment qu’il mentionne une épidémie de variole, dénommée pour l’occasion petite vérole (p. 73). Sur ce point, le récit est des plus intéressants.

Image patriotique distribuée dans des paquets de friandises. Collection particulière.
Image patriotique distribuée dans des paquets de friandises. Collection particulière.

Mais il n’en demeure pas moins que cet ouvrage doit être considéré avec précaution. Certes, jamais il ne parle de l’Empereur et les questions institutionnelles induites par la proclamation de la République semblent laissent l’auteur froid : d’ailleurs, jamais ce mot, n’est écrit dans ce texte comme si seule la France l’intéressait. Le fait est, d’ailleurs, que cet ouvrage est avant tout un plaidoyer vibrant en faveur de l’institution militaire et du soldat français, ce qui n’empêche toutefois pas une critique particulièrement vive, bien que camouflée, de la Commune de Paris (p. 86-87) :

« Dans cette guerre douloureuse, l’armée tout entière a fait son devoir. Tous les soldats de cette période désastreuse de notre histoire furent ces héros inconnus que la France appelle aux jours du danger. […] Cette histoire, pourrait-on dire, s’appelle légion. Elle est de celle de tous ces braves enfants qui ont survécu ou sont tombés sur le champ de bataille, victimes oubliées et qui se confondent dans les souvenirs de l’héroïsme de nos armées. Ce sont ces obscurs qui tiennent haut le drapeau national. Ce sont ces soldats, ces ouvriers, ces cultivateurs qui mouraient pendant que les clubs déraisonnaient à outrance, qui étaient affamés, gelaient et souffraient, tandis que d’autres, au milieu du bien-être, dans des flots de pourpre et de soie, fumaient des cigares exquis et s’excitaient à être gais et de bonne composition. »

Difficile de ne pas voir dans ces conditions qu’avec un tel discours Lucien Burlet se livre à un plaidoyer pro domo. « Glorieuse », la « glorieuse défaite » n’en demeure pas moins… une défaite.


[1] « Nouvelles politiques », L’Univers, n°4667, 8 août 1880, p. 2 ; « Nécrologie », L’Echo de Paris, 41e année, n°15605, 23 novembre 1924, p. 2. Lucien Burlet décède à l’âge de 71 ans. Il serait donc âgé d’environ 17 ans lors de la guerre de 1870. Il est à noter que l’on ne trouve nulle trace de Lucien Burlet dans les colonnes du journal Le Vétéran, organe de la Société des vétérans des armées de Terre et de Mer regroupant l’essentiel des anciens combattants de ce conflit.

[2] Burlet, Lucien, La campagne de 1870. Notes d’un caporal du 47e de ligne, Paris, C-Dillet Libraire-éditeur, 1882.

[3] Roynette, Odile, « Blessés et soignants face à la violence du combat en 1870-1871 : un tournant sensible ? », Revue d’histoire du XIXe siècle, n°60, 2020-1, p. 145-162.

[4] Marshall, Samuel Lyman Atwood, Men against fire : The problem of Battle command, Norman, University of Oklahoma Press, 2000. Pour de plus amples développements sur cet auteur controversé se reporter notamment à Grossman, Lt.-Col. Dave, On Killing. The Psychological Cost of Learning to Kill in War and Society, Back Bay Books, 2009.

[5] Lalouette, Jacqueline, « Dimensions anticléricales de la culture républicaine (1870-1914), Histoire, Economie & Société, n°10-1, 1991, p. 127-142.

[6] Cabanes, Bruno, La Victoire endeuillée. La sortie de guerre des soldats français 1918-1920, Paris, Seuil, 2014.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.