Carte de l’abstention en France, 1914 (détail). Tableau des élections à la Chambre des députés pendant la onzième législature (26 avril et 10 mai 1914) dressé aux archives de la Chambre des députés, Paris, Imprimerie de la Chambre des députés, 1916, p. 96.

De l’abstention et de la citoyenneté (en 1914)

C’est par un twitt de l’historien Benoît Kermoal que j’ai pris connaissance d’une fascinante carte répertoriant l’abstention en France, et singulièrement en Bretagne, à l’occasion des élections législatives des 26 avril et 10 mai 1914[1]. Non seulement j’ignorais complètement ce document mais j’avoue que jamais je ne m’étais posé la question de l’abstention. Pourquoi de telles œillères ? Par peur de l’anachronisme ? Peut-être… Sauf que, justement, cette carte montre que cette question se pose aussi à la Belle époque, et même pendant toute la séquence 1870-1914, ce qui n’est pas sans inviter à un certain nombre de réflexions.

Des élections législatives de 1876 à celle de 1914, le taux d’abstention pour les 5 départements bretons oscille en permanence autour de 30%, avec un étiage minimum de 19,85% enregistré en 1885 (en Ille-et-Vilaine), un maximum de 39,06% en 1881 (en Loire-Inférieure). Sur l’ensemble de la période, le département le plus assidu aux urnes est l’Ille-et-Vilaine, avec seulement 22,68% d’abstention, le plus réfractaire le Finistère avec 30, 26%. Le scrutin législatif donnant lieu à la plus forte abstention est celui de 1881, suivi par les élections de 1898. Malgré certaines disparités départementales, la Bretagne semble relativement homogène dans son comportement électoral et il est difficile à partir de ces chiffres de postuler la moindre ligne de fracture entre Haute et Basse-Bretagne, Bretagne bleue et blanche ou encore Armor et Argoat (et pour cause !).

L'abstention en Bretagne lors des élections législatives, 1876-1914. Données: Tableau des élections à la Chambre des députés pendant la onzième législature (26 avril et 10 mai 1914) dressé aux archives de la Chambre des députés, Paris, Imprimerie de la Chambre des députés, 1916.
L’abstention en Bretagne lors des élections législatives, 1876-1914. Données: Tableau des élections à la Chambre des députés pendant la onzième législature (26 avril et 10 mai 1914) dressé aux archives de la Chambre des députés, Paris, Imprimerie de la Chambre des députés, 1916.

Les chiffres sont donc formels : l’abstention est bien, dans la péninsule armoricaine, au cours des années 1876-1914, une constante. Si ce comportement politique n’a, on l’a dit, pas beaucoup attiré l’œil des historiens, force est également de constater qu’il n’interroge pas non plus les commentateurs d’alors qui ne semblent guère prêter attention à ces chiffres. En témoignent les occurrences somme toute limitée du terme « abstention » dans les colonnes du quotidien catholique rennais L’Ouest-Eclair pour la période 1899-1914 : quelques dizaines par an, ce qui indéniablement témoigne du peu d’intérêt accordé à ces données.

Moyennes d'abstention en Bretagne lors des élections législatives, 1876-1914. Données: leau des élections à la Chambre des députés pendant la onzième législature (26 avril et 10 mai 1914) dressé aux archives de la Chambre des députés, Paris, Imprimerie de la Chambre des députés, 1916.
Moyennes d’abstention en Bretagne lors des élections législatives, 1876-1914. Données: leau des élections à la Chambre des députés pendant la onzième législature (26 avril et 10 mai 1914) dressé aux archives de la Chambre des députés, Paris, Imprimerie de la Chambre des députés, 1916.

Une fois ceci exposé, reste toutefois entière la question de la signification à accorder à ces chiffres. En d’autres termes, de quoi cette abstention est-elle le symptôme ?

Disons-le de suite, nous ne croyons nullement en une grille de lecture qui verrait dans ces données la « preuve » d’une réaction bretonne à la IIIe République, à sa politique qualifiée de « jacobine », comme une sorte d’écho électoral aux questions linguistiques et religieuses. Si les Alpes-Maritimes, la Haute-Savoie et la Corse sont des territoires intéressants du point de vue de leur périphicité et/ou de leur rattachement tardif à la France, il ne me semble pas que les questions religieuses ou linguistiques se posent avec une acuité particulièrement intense dans l’Aude, le Var, ou encore le Vaucluse, départements qui présentent des taux d’abstention comparables au Finistère. Et que dire de la Creuse, espace central s’il en est ? Elle est aussi assidue aux urnes au printemps 1914 que ne l’est le Finistère.

Il est intéressant de voir que la carte de l’abstention aux élections législatives de 1914 ne se superpose nullement avec celle des morts pour la France de 1914-1918. En d’autres termes, ne pas participer au rituel électoral ne signifie pas ne pas accomplir son devoir patriotique. On pourrait ériger les très abstentionnistes Côtes-du-Nord en département emblématique d’un consentement patriotique qui ne serait obtenu que par la contrainte militaire, ce département déplorant une proportion élevée de titulaires de la mention « Mort pour la France » pendant la Grande Guerre. Mais cela ne tient pas la route et ne résiste pas à l’analyse des faits. Ainsi, si le Var compte parmi les départements les plus abstentionnistes de France en 1914, il ne compte pas parmi ceux ou la mortalité au « champ d’honneur » est la plus importante. Bien au contraire, avec moins de 5% de décès, il apparaît à cet égard, toutes proportions gardées bien entendu, assez épargné.

Ajoutons d’ailleurs que la citoyenneté et le consentement patriotique sont des choses légèrement différentes. L’idée nationale n’a que peu de chose à voir avec les questions institutionnelles. Or il n’est pas certain que les monarchistes qui meurent au front soient les individus qui aient été les plus assidus au rituel électoral, quand bien même cela serait pour exprimer des suffrages en faveur de candidats opposés à la République. Ajoutons de surcroît que la majorité étant à 21 ans, beaucoup de soldats de l’armée d’active que la mobilisation générale trouve sous les drapeaux en train d’effectuer leur service militaire, meurent avant même d’avoir pu voter.

Carte de l'abstention en France, 1914. Tableau des élections à la Chambre des députés pendant la onzième législature (26 avril et 10 mai 1914) dressé aux archives de la Chambre des députés, Paris, Imprimerie de la Chambre des députés, 1916, p. 96.
Carte de l’abstention en France, 1914. Tableau des élections à la Chambre des députés pendant la onzième législature (26 avril et 10 mai 1914) dressé aux archives de la Chambre des députés, Paris, Imprimerie de la Chambre des députés, 1916, p. 96.

Sans doute ces données ne peuvent-elles qu’imparfaitement rendre compte de la relation entre vote et devoir militaire. Pour cela, il importe de plonger dans les programmes des candidats afin de se livrer à une analyse beaucoup plus fine. On a ainsi pu démontrer que pour les socialistes du Finistère, la question des armées, et plus généralement celle de l’État, est centrale lors des élections législatives de 1910. De la même manière, on sait toutes les manœuvres d’un Jean Janvier pour attirer dans sa ville, au début des années 1910, le 24e régiment de dragons originellement en garnison à Dinan : une offensive qui a moins à voir avec l’abstention relativement modérée que l’on observe en Ille-et-Vilaine, et moindre que dans les Côtes-du-Nord, qu’avec les substantiels avantages fiscaux et symboliques que pourrait en retirer la mairie de Rennes[2].

Le fait est que la citoyenneté est chose éminemment relative et que cette notion ne renvoie pas en ces prémices du XXe siècle aux mêmes réalités qu’au XXIe. Si aujourd’hui le bulletin de vote est l’incarnation de la citoyenneté, cette situation n’est nullement gravée dans le marbre. N’entend-on pas d’ailleurs à chaque élection municipale des voix en faveur du vote des étrangers aux scrutins locaux sur la foi de leurs feuilles d’imposition ? Peu importe que l’on soit ou non d’accord avec une telle proposition. Là n’est d’ailleurs pas le lieu d’en débattre. De tels arguments montrent que la fiscalité peut aussi conditionner la citoyenneté. Or, au début des années 1910, celle-ci est moins indexée sur le bulletin de vote que sur le port de l’uniforme : être Français, à cette époque, que l’on soit Breton, Basque ou Corse du reste, c’est avant tout être en mesure de défendre armes à la main le pays en cas d’agression ennemie. Cette idée est inculquée aux jeunes hommes dans la cour de l’école, puis celle de la caserne, tout au long de la séquence 1871-1914 et explique pour une très large part les modalités de l’entrée en guerre en août 1914[3]. Dans le même temps, le vote est loin d’être aussi sacralisé qu’aujourd’hui et on sait d’ailleurs qu’il faut attendre 1913 pour que soit imposé, et après de longs et âpres débats, l’isoloir et donc l’idée de vote à bulletin secret.

Occurrences du terme "abstention" dans L'Ouest-Eclair, Le Figaro, Le Temps, L'Action française, L'Humanité et Le Petit Parisien (1899-1914). Données Retronews au 4 avril 2021.
Occurrences du terme « abstention » dans L’Ouest-Eclair, Le Figaro, Le Temps, L’Action française, L’Humanité et Le Petit Parisien (1899-1914). Données Retronews au 4 avril 2021.

Autant d’éléments qui, à n’en pas douter, expliquent autant l’abstention lors des scrutins législatifs de 1876 à 1914 que le peu de cas que l’on semble alors faire de cette soustraction au devoir électoral. Car là est, finalement, le déterminant essentiel. Si l’abstention préoccupe si peu la société française – et singulièrement bretonne – de cette époque, c’est que celle-ci relie moins la citoyenneté aux urnes qu’aux armes.


[1] Tableau des élections à la Chambre des députés pendant la onzième législature (26 avril et 10 mai 1914) dressé aux archives de la Chambre des députés, Paris, Imprimerie de la Chambre des députés, 1916, p. 96.

[2] Pour de plus amples développements, on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, « La construction tumultueuse du quartier Margueritte », Place publique Rennes et Saint-Malo, n°34, mars-avril 2015, p. 95-99.

[3] Pour une illustration et de plus amples développements on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, La courte Grande Guerre de Jean Morin, Spézet, Coop Breizh, 2014.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.