Fougères et la guerre de 1870

Le Pays de Fougères est une revue d’histoire comme il en existe des centaines à travers toute la France. Sa création en 1975 – la revue est publiée jusqu’en 2008 et tire à environ 600 exemplaires – doit se comprendre dans ce contexte qui, de l’enquête de Plozévet à la multiplication des écomusées, participe d’une redécouverte du « petit patrimoine local » en réaction à une modernité indexée sur l’urbanité et vécue par bien des égards comme un déracinement. Les thématiques abordées par cette publication sont d’ailleurs très nombreuses et oscillent volontiers entre histoire et ethnologie. S’il est bien évidemment question dans ces pages du mouvement ouvrier fougerais, et plus encore chaussonnier, la revue aborde régulièrement le fait militaire et guerrier au travers d’articles sur les Première et Deuxième Guerres mondiales mais aussi sur la guerre franco-allemande de 1870-1871[1]. Ce sont ces derniers, publiés en 1985 et 1986, qui nous intéresseront plus précisément dans ce billet.

Mais soulignons avant toute chose le caractère proprement exceptionnel de ces articles, publiés en dehors de toute perspective commémorative – le centenaire s’est déroulé il y a tout juste 15 ans – et dans un paysage éditorial pour le moins lacunaire. C’est un fait et la Bretagne de manière générale, la région de Fougères en particulier, n’y font nullement exception : la guerre de 1870 intéresse peu et sert bien souvent de césure, dans des histoires à plus large spectre, entre le Second Empire d’une part, la Troisième République d’autre part. À cet égard, il ne semble pas incongru de parler de véritable angle mort de la connaissance. Sans doute est-ce d’ailleurs cette réalité qui explique pourquoi Y. Guérain, en préambule de son article sur « le Pays de Fougères pendant la guerre de 1870 » est obligé, de rappeler la genèse du conflit. En réalité, l’évocation de cette guerre par cette revue s’insère dans une configuration mémorielle bien particulière, celui d’un souvenir devenu froid et patrimonialisé, loin du sentiment traumatique qui peut exister avant le déclenchement en août 1914 de la Première Guerre mondiale[2].

Le château de Fougères. Gravure d'Eugène Cicéri, vers 1845. Musée de Bretagne: 2017.0000.830.
Le château de Fougères. Gravure d’Eugène Cicéri, vers 1845. Musée de Bretagne: 2017.0000.830.

Si l’on se réfère à l’appareil critique produit par les auteurs, c’est avant tout la presse fougeraise – à savoir La Chronique de Fougères, journal qui n’est visiblement toujours pas consultable en ligne – qui est mobilisée pour ces enquêtes. Les fonds des Archives municipales ne sont exploités qu’à la portion congrue – cotes 5H1/2 et 1D1/27 – tandis que les Archives départementales ne sont pas mentionnées, de même que le Service historique de la Défense ou les Archives nationales du reste. En revanche, Le Pays de Fougères prend soin de republier le témoignage d’Amand Dagnet, âgé de 13 ans en 1870 et paru pour la première fois en 1914[3].

A en juger par le récit qui est donné de la mort du capitaine Charles Malard, l’enquête ne témoigne pas d’une grande compréhension du fait guerrier et n’hésite pas à recycler les poncifs héroïques produits à la suite du conflit. A en croire Y. Guérain, « ce capitaine fut tué le 18 novembre 1870 au combat de Torçay où, pendant 7 heures, il tint tête avec sa compagnie à 8 000 Prussiens auxquels il fit éprouver des pertes considérables ». L.-P. Rolin, dans sa Guerre dans l’ouest parue en 1874, donne toutefois quelques éléments de contexte qui autorisent une approche beaucoup plus réaliste ces combats qui se déroulent au nord de l’Eure-et-Loir, non loin de Dreux, et insiste notamment sur le « brouillard intense » qui permet de diluer l’avantage numérique dont disposent les troupes du grand-duc de Mecklembourg, et tout particulièrement le 94e régiment de la 22e division. Dans cadre, Torçay n’est qu’un combat isolé parmi d’autres menés le même jour dans le secteur, à Ardelles et Digny notamment, même s’il est probablement le plus sérieux de ces engagements. L’idée globale est de freiner l’avancée allemande sur Tours en érigeant des défenses en lisière de la forêt de Châteauneuf-en-Thymerais. Pour ce faire, le commandant Laflaquière dispose de 6 compagnies du IIe bataillon du 36e régiment de marche, soit un effectif total avoisinant le petit millier d’hommes. Le capitaine Charles Malard est à la tête de la 4/36e de marche et occupe des positions autour du ravin Saint-Vincent. Et L.-P. Rolin de conclure que « dans le combat de Torçay, le 2e bataillon du 36e de marche avait perdu trente-sept hommes tués, quatre-vingt-douze blessés et une centaine de prisonniers ou disparus ». Parmi eux donc, le capitaine Charles Malard mort dans un combat ayant duré au total 180 minutes[4].

Toujours est-il qu’il y là un sujet qui mériterait d’être traité, celui du contexte dans lequel émerge ce récit. Les modalités de sa constitution sont, elles, assez limpides et reposent sur une confusion métonymique classique : le mélange entre les différents échelons que sont la compagnie, le bataillon et la division conduit naturellement ou presque à une assertion du type « ce capitaine fut tué le 18 novembre 1870 au combat de Torçay où, pendant 7 heures, il tint tête avec sa compagnie à 8 000 Prussiens auxquels il fit éprouver des pertes considérables ». De même, il n’est pas difficile de voir là un symptôme de cette « glorieuse défaite » qui, malgré l’issue du conflit, permet de conserver intact ou presque le prestige de l’armée. C’est là une dimension à prendre en compte quand on sait le véritable pilier qu’est cette institution dans la France de la IIIe République. Mais la chronologie qui sous-tend la forge de ce discours reste, elle, à déterminer. Car ce qui frappe, aujourd’hui, quiconque analyse superficiellement ce fait d’armes somme toute anecdotique, c’est combien il apparaît solidement ancré dans la mémoire, jusqu’à tromper l’historien Y. Guérain. Précisons d’ailleurs qu’un tel manque de distance avec ces récits ne doit pas étonner. Seulement dix ans après la parution en Grande-Bretagne d’Anatomie de la bataille par J. Keegan, la révolution historiographique du champ guerrier introduite par l’histoire culturelle et une approche sollicitant grandement l’anthropologie n’a pas encore eu lieu[5]. Parmi les vecteurs de cette mémoire qu’il est possible d’identifier, mentionnons une dénomination de rue Charles Malard à Fougères ainsi qu’un monument élevé à Torçay.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

En définitive, que retenir de ces articles ? Tout d’abord une idée générale, celle qui rappelle que bien que non concernée par les combats et l’occupation, Fougères n’est pas en dehors de la guerre de 1870. Bien au contraire. En témoignent quelques chiffres mobilisés par Y. Guérain : 34 volontaires en août 1870 à la suite de la déclaration des hostilités, le 19 juillet, 35 en septembre mais seulement 19 en octobre. Une décrue que l’auteur attribue aux défaites de l’été 1870 mais qui ne semble pas influer, en revanche, sur le profil des engagés. Le recrutement s’effectue à l’en croire dans une « large proportion » parmi les « classes moyennes » et l’historien d’évoquer « des garçons de café, des travailleurs manuels surtout, des clercs de notaires ». Au final, Y. Guérain évalue le nombre des mobiles de l’arrondissement de Fougères à 1 100, chiffre tiré de l’ouvrage intitulé « Fougères au XIXe siècle » publié le vicomte Le Boutellier.

En témoignent également les nombreuses unités qui cantonnent plus ou moins longuement à Fougères : le 1er régiment de lanciers à partir de la fin du mois de juillet 1870, le 7e régiment de dragons à partir du début du mois de septembre 1870, le 3e régiment de cuirassiers ainsi que le 2e bataillon des Côtes-du-Nord en janvier 1871… sans compter des milliers d’éléments épars qui, en pleine retraite après la défaite du Mans, refluent dans un désordre indescriptible vers l’ouest. A ces unités, on se doit d’ajouter la constitution, à Fougères, de gardes nationaux afin de protéger la place, signe tangible de la proximité des Allemands. D’ailleurs, Y. Guérain stipule que « à partir de janvier 1871 les Fougerais se préparaient à être envahis par les hordes prussiennes ». Le témoignage d’Amand Dagnet est à cet égard instructif :

« Là (à Fougères), j’appris que les Prussiens avaient dépassé Le Mans et se dirigeaient sur Laval… Or, Laval, c’est seulement à quatre ou cinq lieues des limites de Bretagne !… »

Là comme ailleurs, c’est la désorganisation – tant en termes d’habillement que d’équipement et de commandement – qui règne en maître et la garde nationale ne paraît pas avoir eu le moindre effet sur le cours des événements. Toutefois, tous ces éléments dépeignent une ville qui, si elle n’est pas envahie par l’ennemi, l’est littéralement par les troupes françaises : là est aussi le poids de la guerre.

Cette proximité géographique, presque physique, d’avec le conflit explique très certainement la forte mobilisation des populations civiles en faveur de l’effort de guerre, qu’il s’agisse de souscriptions ou de participation à des œuvres venant en aide aux blessés. O. Martin détaille les trois souscriptions lancées auprès de la population de la région de Fougères et qui, de par leur succès, paraissent témoigner d’un réel consentement patriotique au conflit[6]. Pour autant, l’historiographie a évolué depuis les années 1980 et l’on sait aujourd’hui combien ces souscriptions en argent sonnant et trébuchant sont en réalité ambivalentes, le geste patriotique pouvant opportunément cacher un judicieux placement financier. Pour autant, l’historien n’est pas dupe et précise à propos des listes de souscripteurs publiées dans la presse :

« On peut imaginer l’impact que pouvait avoir une telle pratique sur les plus avares. Tout le monde voulait se montrer aussi bon patriote que son voisin. Souscrire devint plus un devoir qu’un acte de pure générosité. »[7]

Le consentement patriotique n’est donc pas complet et les deux auteurs citent d’ailleurs l’exemple d’Antrain qui n’accepte d’accueillir que « quelques blessés » mais aucun malade « dans la crainte de maladies contagieuses ». Une attitude néanmoins exceptionnelle dans la région de Fougères.

Sensible à l’histoire sociale, puisqu’elle publie plusieurs articles de l’historien spécialiste du mouvement ouvrier C. Geslin, la revue s’attache à l’impact économique du conflit. Rappelant que la guerre génère du chômage, O. Martin insiste sur l’adaptation de l’appareil productif local reconverti pour l’occasion à la fabrication d’armes. Un passage à l’économie de guerre bien décrit par l’historiographie en ce qui concerne la séquence 1914-1918 mais qui, à propos de 1870-1871, appellerait sans doute une enquête plus approfondie, notamment en ce qui concerne le rôle de la Chambre de commerce. Sans doute y aurait-il d’ailleurs intérêt à mener ce travail sur le long terme. En effet, ce qui semble apparaître ici, tant au travers des souscriptions que des œuvres aux blessés ou du passage à une économie de guerre, est bel et bien un font intérieur, concept forgé par l’historiographie de la Grande Guerre mais réalité qui n’apparaît donc pas en 1914[8].

Carte postale (fin du XIXe siècle début du XXe). Collection particulière.
Carte postale (fin du XIXe siècle début du XXe). Collection particulière.

Ces articles publiés par le Pays de Fougères ne constituent bien évidemment pas des incontournables de l’historiographie de ce conflit. Toutefois, on ne saurait trop en conseiller la lecture à qui s’intéresse à cette guerre, au fait militaire de manière plus générale, à la Bretagne de manière plus particulière, mais surtout à la manière dont la société française des années 1980 appréhende le passé. Dans ce cadre, une attention toute particulière doit être accordée à l’évocation de la mort du capitaine Malard ainsi qu’à la publication du témoignage d’Amand Dagnet. En effet, on peut remarquer à cette occasion, et en usant des mots de S. Tison, que cette livraison du Pays de Fougères est caractéristique d’un « récit historique [qui] s’appesantit de plus en plus sur l’anecdote, le récit de vie, plus que sur la grande histoire et annonce une nouvelle configuration du récit historique, vécu moins à travers le roman national que par l’expérience des individus »[9].


[1] Guérain, Yann, « Le Pays de Fougères pendant la guerre de 1870 (1e partie) », Le Pays de Fougères, n°56, 1985, p. 12-16 ; Guérain, Yann et Martin, Olivier, « Le Pays de Fougères pendant la guerre de 1870 (2e partie) », Le Pays de Fougères, n°57, 1986, p. 18-20.

[2] Tison, Stéphane, « Une mémoire effacée ? L’armée de la Loire, Chanzy et les combats de 1870-1871 », in Castagnez, Noëlline et Allorant, Pierre (dir.), Mémoires des guerres. Le Centre-Val-de-Loire de Jeanne d’Arc à Jean Zay, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, p. 55-72.

[3] « La Guerre de 70 d’Amand Dagnet », Le Pays de Fougères, n°57, 1986, p. 21-22.

[4] Rolin, Louis-Paul, La Guerre dans l’Ouest. Campagne de 1870-1871, Paris, Plon, 1874, p. 175-181.

[5] Keegan, John, The face of the battle, A study of Agincourt, Waterloo and the Somme, London, Random house, 2012.

[6] Sur ce point Becker, Jean-Jacques et Audoin-Rouzeau, Stéphane, La France, la Nation, la Guerre : 1850-1920, Paris, SEDES, 1995.

[7] Guérain, Yann et Martin, Olivier, « Le Pays de Fougères… », art. cit., p. 18.

[8] Dornel, Laurent et Le Bras, Stéphane (dir.), Les Fronts intérieurs européens. L’arrière en guerre (1914-1920), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

[9] Tison, Stéphane, « Une mémoire effacée ?…, art. cit.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.