Des sources pour une plus Grande Guerre

J’ai l’immense plaisir de signer un article consacré à la participation du 47e RI de Saint-Malo à l’offensive du 25 septembre 1915 dans le très beau volume collectif co-dirigé par D. Accoulon, J. Ribeiro Thomaz et A.-M. Lalanne Berdouticq, livre intitulé « Des sources pour une plus Grande Guerre », que viennent de publier les éditions CODEX. Cet ouvrage me tient grandement à cœur et ce pour plusieurs raisons.

D’abord parce qu’il s’agit des actes de journées d’études particulièrement stimulantes organisées à l’Université Paris Nanterre les 31 janvier et 1er février 2019 par le réseau de jeunes chercheurs Une plus Grande Guerre. Dans cette époque rétrospectivement bénie de l’avant-pandémie, j’ai pu échanger en compagnie de jeune brillants esprits : D. Accoulon, J. Ribeiro Thomaz et A.-M. Lalanne Berdouticq bien entendu mais aussi C. Collard, C. Pastourel, M. Panoryia, E. Rezsöhazy, Jean-Philippe Miller-Tremblay, N. Regis, K. Daimaru, M. Xypolopoulou… Des conversations fort enrichissantes prolongées nuitamment dans un esprit mêlant excellence scientifique et authentique camaraderie : il faut dire que nous avons à peu près tous débuté ensemble nos thèses respectives et que nous nous connaissons parfois depuis 2016, grâce à l’école d’été organisée par le Centre de recherche de l’Historial de la Grande Guerre.

Ensuite parce que le sujet même de ces journées d’études, à savoir l’utilisation des sources par celles et ceux qui se spécialisent dans l’histoire de la Première Guerre mondiale, agit comme une sorte de retour… aux sources. Autant je ne compte pas parmi celles et ceux qui s’opposent à toute utilisation de concepts en histoire, comme dans une sorte de pratique néo-méthodique de la discipline, mais je suis le premier à regretter qu’un trop grand nombre de travaux entretienne, à mes yeux, un rapport trop distant aux archives. Tout particulièrement, il me semble que les questions de méthode n’intéressent pas assez alors qu’elles sont absolument essentielles. Sans doute le sont-elles d’ailleurs plus encore aujourd’hui à une époque où le numérique change indéniablement la donne en termes d’accès aux sources : mais qu’en est-il, au juste, de leur traitement ? A titre personnel, je montre à travers l’exemple du 47e RI de Saint-Malo lors de l’offensive du 25 septembre 1915 comment une approche quantitative des fiches matricules de recrutement permet, en fin de compte et grâce à un effet d’échantillon, une analyse qualitative de l’armée française d’alors.

Toutes ces questions sont au cœur de ce volume collectif original et stimulant auquel j’ai eu le privilège de contribuer. Un livre qui risque de s’imposer comme un véritable incontournable pour toutes celles et ceux qui envisagent de travailler à l’avenir sur cette période et sur lequel, d’ailleurs, je compte bien m’appuyer dans le cadre de mes charges d’enseignement à l’Université catholique de l’Ouest – Bretagne-Sud.

L’ouvrage collectif « Des sources pour une plus Grande Guerre » co-dirigé par D. Accoulon, J. Ribeiro Thomaz et A.-M. Lalanne Berdouticq sortira le 6 avril 2021 mais vous pouvez dès aujourd’hui le commander directement sur le site du distributeur des éditions CODEX ou, bien évidemment, chez votre libraire favori.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2021, 22 mars). Des sources pour une plus Grande Guerre. Ar Brezel. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbnd

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.