Carte postale. Collection particulière.

La commune : événement local, écho global ?

Dans un tweet publié dans la soirée du 14 mars 2021, A. Loez a diffusé quelques coupures de presse de L’Humanité, du Petit parisien ou encore du Temps, journaux datés du 28 au 30 mai 1921 et ayant pour but d’illustrer les traitements différenciés du cinquantième anniversaire de la Commune de Paris et, en l’occurrence, sa répression à l’issue de la « semaine sanglante ». Le propos de cet historien est limpide : montrer comment cette commémoration fait la une du quotidien communiste, la mémoire étant l’outil politique du temps présent, et comment elle est passée sous silence par d’autres titres, suivant leurs inclinaisons idéologiques. Très pertinente, cette série de tweets appelle néanmoins quelques remarques quant au capital politique que peut représenter, en 1921, la Commune de Paris ; une dimension qui ne peut être déconnectée de la géographie de l’événement.

Sur le réseau social, A. Loez expose la première page de l’édition du 30 mai 1921 du Populaire, titre se présentant comme étant le « journal socialiste du matin » et alors dirigé par Léon Blum et Jean Longuet. Ce qui est mis en avant est la participation de la « vieille maison » à une commémoration ayant lieu au cimetière du Montparnasse, manifestation qui rappelle combien la géographie de ce cinquantième anniversaire est éclatée puisque les communistes investissent, eux, le cimetière du Père Lachaise et le Mur des fédérés. Une dispersion des troupes qui fait bien entendu écho au Congrès de Tours tenu quelques mois auparavant, et que confirmera quelques mois plus tard celui de Lille pour le volet syndical.

Mais il convient de se garder de l’impression trompeuse qui émane de ce document. Au-delà des clivages idéologiques et contrairement à ce que l’on pourrait croire, la Commune de Paris en tant qu’objet de mémoire – et en tant que référence politique inscrite au « Panthéon des gauches » – est disputée tant par les communistes que les socialistes. Pour ces derniers, les « morts de la Commune » sont en effet « héroïques » et « sublimes » tandis que la commémoration du cimetière du Montparnasse prouve « que le souvenir des martyrs qui moururent sous les balles versaillaises est toujours vivace dans le cœur du peuple »[1]. Preuve d’ailleurs que la SFIO entend prendre toute sa part à cette commémoration, Le Populaire atteste la présence de plusieurs figures du parti parmi lesquelles Léon Blum, Joseph Paul-Boncour mais aussi le député d’Ille-et-Vilaine et invalide de guerre Albert Aubry.

Certes, on ne peut pas faire abstraction du contexte dans lequel se déroule ce cinquantième anniversaire. C’est-à-dire un pays ayant porté le bloc national au pouvoir lors des élections législatives de 1919 et qui est alors dirigé par un cabinet à la tête duquel se trouve le nazairien Aristide Briand, un ancien socialiste ayant par la suite, et à la faveur d’une longue et fructueuse carrière ministérielle, évolué vers le centre. Là sont selon toute vraisemblance « les tristesses de l’heure présente » qu’évoque Le Populaire[2]. La trajectoire d’Aristide Briand dit du reste parfaitement la longue histoire des deux tendances centrifuges de la gauche, forces réformistes d’une part et révolutionnaires d’autre part, qui en ce début des années 1920 sont d’autant plus éloignées l’une de l’autre qu’elles doivent encore digérer les conséquences de l’adhésion à l’Union sacrée[3]. La participation de l’Association républicaine des anciens combattants (ARAC), dont la proximité avec les communistes est bien connue, ne relève à cet égard pas d’un simple hasard…[4]

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Pour autant, il convient de ne pas trop sur-jouer, dans le cas présent, ce qui oppose socialistes et communistes. Encore une fois, les deux partis se disputent l’héritage de la Commune, quitte à user des mêmes symboles. C’est ainsi que lors du défilé qui précède l’entrée dans le cimetière du Montparnasse est jouée L’Internationale, « hymne du prolétariat révolutionnaire » qu’il est, à en croire Le Populaire, « réconfortant d’entendre »[5]. Comment d’ailleurs s’étonner de cet état de fait alors que la doctrine de la SFIO entend toujours réaliser la « dictature du prolétariat » ?[6]

Mais la situation à Paris n’est pas celle qui prévaut nécessairement sur l’ensemble de l’hexagone. Il est à cet égard assez significatif de constater que Le Cri du Peuple socialiste, l’organe de la section finistérienne de la SFIO, ne dit rien de ces commémorations concurrentes. Non pas que la Commune de Paris n’intéresse pas les militants de cette fédération mais ceux-ci ont, visiblement, opté pour un calendrier différent en choisissant de célébrer l’anniversaire du soulèvement, et non son écrasement[7]. Est-ce à dire que la mémoire de la « semaine sanglante » est absente de la péninsule armoricaine ? Rien n’est moins certain. Le fait est que L’Ouest-Eclair et, plus encore, Le Nouvelliste de Bretagne, font leurs choux gras des heurts qui émaillent la commémoration du Père Lachaise, manifestation qui à en croire ce dernier journal ne réunissait « que les communistes et les anarchistes, c’est-à-dire tous les éléments turbulents »[8]. La Dépêche de Brest, pour sa part, opte pour un ton d’une grande neutralité, éludant les violences de la fin de journée[9]. Autrement dit, c’est moins l’événement historique en lui-même que sa commémoration, indéniablement assimilée à un événement politique, qui intéresse la presse bretonne. Dès lors, il n’est sans doute pas impossible de postuler une sorte d’anti-mémoire, le souvenir de la Commune fonctionnant à la manière d’un souvenir connoté très négativement et agissant, d’une certaine façon, comme une sorte de repoussoir. On est donc plus proche du refoulé que de l’amnésie.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Mais un autre élément doit également, et pour une assez large part, expliquer ces lignes éditoriales différenciées. Pour L’Humanité et Le Populaire, la commémoration de la Commune de Paris relève aussi, par bien des égards, d’une mémoire locale, communale si l’on osait. Certes, ces titres ont un rayonnement qui dépasse de très loin la ceinture de la capitale. Mais il n’en demeure pas moins que le traitement journalistique qui est opéré en cette fin du mois de mai 1921 questionne la frontière par trop étanche existant entre presse nationale, comme si celle-ci ne s’inscrivait pas aussi dans une réalité locale, et régionale. Le Figaro ou Le Temps ne sont-ils pas aussi lus à Quimper ou Saint-Brieuc ? De la même manière que les acteurs s’inscrivent dans des sphères d’appartenances concentriques – familiale, communale, régionale, nationale… – la manière dont est non pas produite mais reçue l’information doit être analysée au prisme de ces différentes échelles imbriquées. Un défi de taille qui rappelle combien la presse est une source délicate d’emploi.


[1] « Le Cinquantenaire de la commune au cimetière Montparnasse », Le Populaire, 6e année (série nouvelle), n°52, 30 mai 1921, p. 1.

[2] Ibid.

[3] Robert, Jean-Louis (dir. en collaboration avec Chaurand, David), Le Syndicalisme à l’épreuve de la Première Guerre mondiale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017.

[4] Elle est soulignée notamment par « La Manifestation des Communistes », Le Populaire, 6e année (série nouvelle), n°52, 30 mai 1921, p. 3.

[5] « Le Cinquantenaire de la commune au cimetière Montparnasse »…, art. cit.

[6] Voir par exemple parmi une bibliographie pléthorique Blum, Léon, Le Congrès de Tours. Le socialisme à la croisée des chemins 1919-1920, Paris, Folio, 2020.

[7] Quiniou, Auguste, « Vive la Commune ! », Le Cri du Peuple, 13e année, n°824, 19 mars 1921, p. 1.

[8] « L’anniversaire de la Commune », Le Nouvelliste de Bretagne, 21e année, n°150, 30 mai 1921, p. 1 ; « Les Communistes parisiens au mur des fédérés », L’Ouest-Eclair, 22e année, n°7120, 30 mai 1921, p. 3.

[9] « L’Anniversaire de la Commune », La Dépêche de Brest, 35e année, n°13 682, 30 mai 1921, p. 1.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.