Vue prise sur el boulevard de la Liberté à Rennes, sans date. Musée de Bretagne: 990.0032.251.

La Bretagne au prisme de la zone réservée (1940-1944)

La géographie de la Bretagne pendant la Seconde Guerre mondiale est beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît. Si le Kreiz Breizh ne semble à première vue pas comporter d’enjeux particuliers, tel n’est pas le cas des ports de Brest, Lorient et Saint-Nazaire, tout particulièrement de ces bases de sous-marins qui placent la péninsule armoricaine aux avant-postes de la dimension navale du conflit. De la même manière, un certain nombre de flux cruciaux passent par la Bretagne : voies de chemin de fer ainsi que lignes téléphoniques et télégraphiques reliant directement Paris à Brest constituent autant d’axes primordiaux pour le Reich : c’est ni plu ni moins que l’accès à l’Atlantique de Berlin qui est en jeu ici. Or ce sont précisément ces dimensions qu’il conviendra d’avoir à l’esprit à l’occasion de la journée d’études qui se déroulera à Besançon, et en ligne, le 9 avril prochain.

La matérialisation la plus évidente de cette complexité de la géographie bretonne est la, assez mal connue du reste, zone militaire littorale qui ceinture la péninsule. Le découpage de la France envahie par l’Allemagne nazie ne saurait en effet se limiter aux seuls zones dites libre (tout du moins jusqu’au 11 novembre 1942) et occupée. C’est ainsi que Wilhelm Stuckart, un haut fonctionnaire du ministère de l’Intérieur du Reich, rédige après l’armistice du 22 juin 1940 un mémorandum secret dans lequel est définie une vaste « zone réservée » allant de l’embouchure de la Somme à la frontière suisse et intégrant la zone côtière du littoral nord et ouest de la France, donc la Bretagne. Ce territoire est alors projeté comme un véritable espace de colonisation.

Même s’il ne sera pas question de la dimension côtière de cette zone, et donc de la Bretagne, on accordera une attention toute particulière à la journée d’études organisée le 9 avril 2021 par le Centre Lucien Febvre (EA 2273) de l’Université de Franche-Comté en partenariat avec le Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon. Consacrée à la « zone réservée » des Allemands en France occupée (1940-1944), cette manifestation se donne pour mission de mettre en évidence les spécificités de ce territoire par rapport au reste de la France occupée, en termes d’interdictions pesant sur les populations (pour les déplacements et les contrôles notamment), d’exploitation économique et de persécutions. Dès lors, d’intéressantes comparaisons avec la péninsule armoricaine pourront sans doute établies.

Les organisateurs précisent que

« le sujet n’est pas nouveau au sens où il existe déjà des études consacrées à cette « frontière » intérieure, ainsi que des monographies locales et régionales sur tel ou tel aspect de la zone dans la Seconde Guerre mondiale, notamment les travaux de François Marcot sur la Résistance en Franche-Comté. Mais aucune synthèse n’est disponible à ce jour. La journée se veut ainsi un jalon dans un chantier collectif ayant pour objectif d’embrasser à terme toute la zone réservé / interdite. Tout en rappelant les acquis de l’historiographie, elle fera la part belle aux travaux récents ou en cours menés à différentes échelles. »

La journée est ouverte au public en visioconférence. L’inscription préalable auprès de la gestionnaire du Centre Lucien Febvre, à savoir Sophie Lorioz, est requise pour obtenir le lien.

Programme :

10h : Marie-Bénédicte Vincent (CLF / Université de Franche-Comté) : Introduction.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Matin : Des populations sous contrainte. Le quotidien en zone réservée

10h15 : Johannes Grossmann (Université de Tübingen) : « La politique des réfugiés de la Troisième République, la défaite et le zonage de la France ».

10h45 : Anne-Laure Charles (CLF / Université de Franche-Comté) : « Besançon sous l’Occupation : le poids de la zone réservée ».

11h30 : Maud Cusssey-Besançon (UTBM de Belfort-Montbéliard) : « L’enseignement secondaire à l’épreuve de l’occupation allemande dans la zone interdite franc-comtoise ».

12h : Stéphanie Krapoth (CLF / Université de Franche-Comté) : « Images de soi, reflets de l’occupant. Trois exemples d’écriture intime en zone réservée »  

Après-midi : Les politiques d’exploitation et de persécutions

14h : Margot Lyautey (EHESS Centre Alexandre Koyré / Université de Tübingen / Institut Historique Allemand à Paris) : « La société Ostland : une tentative de germanisation de l’agriculture française en zone interdite ? »

14h30 : Rudy Rigaut (Université d’Artois CREHS / IHMC / Mémorial de la Shoah) : « La persécution des Juifs en zone réservée »

15h15 : Thomas Fontaine (Musée de la Résistance nationale) : « Répression et déportation en zone réservée »

15h45 : Vincent Briand et Aurélie Cousin (Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon) : « Individus et sociétés en guerre : En quête d’histoire (s) »

16h15 : Discussion conclusive et perspectives

Fin de la journée vers 16h30.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2021, 14 mars). La Bretagne au prisme de la zone réservée (1940-1944). Ar Brezel. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbnb

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.