Carte postale. Collection particulière.

Les obsèques de Fortuné Guézel, sous-marinier sur le Lutin

Les collections en partage du Musée de Bretagne offrent à la sagacité des curieux douze documents relatifs aux obsèques, en novembre 1906, de Fortuné Guézel, un homme ayant disparu dans le naufrage du sous-marin le Lutin au large des côtes tunisiennes. Non seulement ces archives offrent un passionnant témoignage quant à la vivacité de la sensibilité militaire dans la presqu’île de Quiberon, d’où est originaire ce sous-marinier, mais elles délivrent un point de vue singulier sur la séparation des Églises et de l’État.

Mais avant toute chose, il convient de dire quelques mots de ce bâtiment. Navire. Construit à Rochefort et basé à Bizerte, le Lutin n’est pas à proprement parler un sous-marin :

« C’est un bâtiment de type submersible, ayant la coque d’un torpilleur et ne s’immergeant que le temps nécessaire à lancer une torpille. En temps normal, il navigue à la surface au moyen d’une chaudière à pétrole.

Au moment de faire la plongée, le bâtiment remplit ses water-ballast, situés entre la coque extérieure et la coque intérieure, et disparait sous l’eau en trois minutes et demie environ. »[1]

Ce submersible sombre le 16 octobre 1906, au cours d’une sortie d’exercice, à un mille de Bizerte, selon toute vraisemblance à la suite d’une pierre ayant obstrué une vanne et entraîné l’éclatement d’un ballast.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

C’est le lendemain du naufrage, le 17 octobre 1906, que les lecteurs de L’Ouest-Eclair apprennent la disparition du Lutin, dans la rubrique « dernière heure »[2]. Le 18 octobre, l’information est non seulement confirmée mais illustrée d’un cliché du submersible et s’étale sur trois colonnes à la une. Expliquant « comment s’est produite la catastrophe », le quotidien catholique rennais est cependant définitif et affirme à la suite d’éléments communiqués par le ministère de la Marine que « tout espoir est perdu » de retrouver vivant les sous-mariniers. S’en suit une description minutieuse de l’équipage, succession de nécrologies qui disent toutes combien cette tragédie est, pour partie, bretonne. Si le commandant du Lutin, le lieutenant de vaisseaux Fépoux, est né à Strasbourg (en 1873 par ailleurs), bon nombre de marins sont originaires de la péninsule armoricaine et, notamment, du quartier de Brest. Et L’Ouest-Eclair de mentionner dans cette édition du 18 octobre 1906, ce grâce à des informations transmises par les familles endeuillées, le quartier-maître Louis Ollivier ainsi que le torpilleur Antoine Ollivier (aucun lien de parenté entre ces deux individus)[3].

C’est là quelque chose sur lequel il faut insister. En effet, le fait que L’Ouest-Eclair accorde le 18 octobre 1906 une très large place à la perte du Lutin n’a rien d’exceptionnel. Au contraire, le quotidien breton adopte à cette occasion une ligne éditoriale qui est conforme à ce que l’on peut trouver dans bien d’autres titres, y compris de la presse parisienne. Certes, la nature du traitement varie selon le lectorat auquel s’adressent les journaux considérés. Point de photographie du sous-marin ni de portrait du commandant Fépoux en première page des éditions du 18 octobre 1906 du Temps, du Figaro ou encore de L’Humanité. Mais tous ces titres, malgré leurs divergences idéologiques, évoquent la catastrophe, et ce en première page[4]. Plus populaires, le Petit Parisien et le Petit journal consacrent leur unes respectives en intégralité ou presque, avec force illustrations, au drame[5]. Le fait que ce fait divers fasse l’actualité n’est donc pas propre à L’Ouest-Eclair, bien au contraire. On pourra bien entendu y voir la marque d’une certaine forme de sensibilité militaire mais sans doute que d’autres logiques peuvent expliquer ces lignes éditoriales : le caractère sensationnel de cette information n’est pas à négliger et est selon toute vraisemblance de nature à attirer l’attention des lecteurs… et donc à encourager l’achat. Qu’on le veuille ou non, l’information est un marché. Il est d’ailleurs à noter que celle-ci est distillée comme dans un feuilleton, les différents titres de la presse bretonne suivant l’évolution du dossier au jour le jour, de la perte du submersible à l’arrivée en métropole des dépouilles des victimes en passant par les opérations de renflouement de l’épave. C’est ainsi par exemple que Le Nouvelliste du Morbihan écrit dans son édition du 21 octobre 1906 :

« À l’heure où nous écrivons, nous n’avons encore aucune nouvelle annonçant que le Lutin ait été renfloué. Hier après-midi, on a pu passer une aussière sous son avant. Ce matin, on doit essayer de faire passer deux grosses chaines l’une sous l’avant, l’autre sous l’arrière, puis de soulever le navire à l’aide du dock de Sidi Abdallah et enfin le porter ainsi jusqu’à l’arsenal, en le soulevant successivement, s’il est nécessaire, selon les fonds.

Peut-être pourrons-nous avoir en ‘Dernière heure‘ quelques nouvelles de ces longes et laborieuses opérations. Quant au malheureux équipage, tout espoir de le sauver est généralement perdu. »[6]

Encore une fois, bien que se déroulant au large des côtes tunisiennes, ce drame est aussi breton, et pour une large partie brestois, ce dont rend aussi très bien compte la presse. D’ailleurs, dès son édition du 17 octobre 1906, La Dépêche de Brest annonce la « catastrophe maritime » et par la même occasion « exprime sa douloureuse émotion et la part qu’elle prend aux angoisses des familles intéressées »[7].

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Le lendemain, le quotidien finistérien affiche la catastrophe sur six colonnes à la une tout en s’empressant de préciser que « si l’émotion a été grande, hier, dans toute la marine, à la nouvelle de la catastrophe du Lutin, elle a causé plus de chagrin encore à bord des vaisseaux-écoles Borda et Bretagne, où M. le lieutenant de vaisseau Fépoux, commandant le Lutin, était fort connu ». Et, ne reculant pas devant l’impudeur, le journal dirigé par Louis Coudurier d’interroger longuement la famille d’un des disparus, Louis Ollivier[8]. Le 19 octobre 1906, La Dépêche de Brest se livre à un funeste décompte :

« Dans cet équipage, hélas ! et comme toujours, la Bretagne est largement représentée. Sur 16 disparus, il en est près de moitié, sept exactement, qui étaient marins bretons : Louis Ollivier et Olivier Antoine[9], de Brest ; Yves Nicolas, de Trégarvan ; François Bellec, de Kerlouan ; Noël Douval, des environs de Lannion ; François Bourges, d’Ille-et-Vilaine ; Fortuné Guézel, du Morbihan…

Chaque fois que la mer fait des victimes dans nos flottes de guerre ou de commerce, la vieille Bretagne est touchée au cœur… »[10]

C’est cette double dimension, à la fois locale et sensationnelle, en d’autres termes autant d’éléments susceptibles d’impulser l’acte d’achat, qui explique pour une large part le peu de retenue dont témoigne la presse à l’occasion de ce drame. Le 29 octobre 1906, rendant compte de l’extraction de la coque du Lutin des marins ayant péri dans ce naufrage, La Dépêche de Brest écrit :

« Le corps était gonflé et défiguré ; les chairs étaient brûlées, noircies par les acides et tuméfiées ; les pieds étaient nus.

A 10h1/2, un deuxième corps a été extrait du sous-marin dans le même état que le précédent : c’est celui du quartier-maître mécanicien Guézel. »[11]

Rien n’est épargné aux lecteurs, qui probablement, pour une large part, en redemandent, et La Dépêche de Brest va même jusqu’à reproduire… l’acte de naissance du sous-marinier quiberonnais[12].

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

La perte du Lutin frappe d’autant plus la population qu’elle intervient peu de temps après celle d’un autre sous-marin, le Farfadet, ayant coulé lui aussi dans la lagune de Bizerte en juillet 1905. Dès le 17 octobre 1906, La Dépêche de Brest fait le parallèle entre ces deux fortunes de mer : « une catastrophe, qui rappelle l’effroyable malheur du Farfadet, vient, encore une fois, de frapper la marine française »[13].  L’Ouest-Eclair du 18 octobre 1906 suggère même quelques « responsabilités gouvernementales » sur la base d’un projet non retenu permettant d’envoyer de l’air depuis la surface à l’équipage d’un submersible ayant sombré. Et le journal rennais d’ajouter que « si ce bruit est fondé, il y a là une lourde faute que la marine française expie aujourd’hui douloureusement » avant d’égrener la liste des « accidents de sous-marins » survenus depuis 1902[14]. Le Nouvelliste du Morbihan se fait pour sa part l’écho d’un certain nombre d’interrogations parues dans la presse et qui disent bien la position délicate dans laquelle se trouve la Marine nationale : « En tout cas, beaucoup de journaux se demandent pourquoi on n’a pas pris les mesures de précaution dont on avait parlé à la suite de la catastrophe du Farfadet : envoi à Bizerte et aux autres stations de sous-marins d’un ponton-grue puissant, pose d’anneaux ou de cercles d’accrochage sur la coque des sous-marins, installation d’un appareil permettant d’envoyer de l’air à l’intérieur, etc. »[15].

C’est donc dans ce contexte particulièrement lourd qu’ont lieu le 7 novembre 1906 les obsèques de Fortuné Guézel à Quiberon. La presse bretonne permet d’ailleurs d’en savoir plus à son propos et de dresser une rapide biographie. Fortuné Guézel est un marin faisant carrière dans la Royale. Il ne doit pas être confondu avec son père, Joseph-Fortuné Guézel, dont le nom apparaît d’ailleurs dans les colonnes de La Dépêche de Brest en mars 1904, lorsqu’est publiée une liste de récipiendaires de la Médaille militaire[16]. Aîné d’une fratrie de huit, Fortuné Guézel est le fils d’un ancien guetteur sémaphorique à la retraite et exploitant un restaurant à Quiberon situé sur la route de Port-Haliguen[17]. Ce faisant, cette trajectoire est bien représentative du développement de la presqu’île, l’activité touristique fleurissant à partir d’infrastructures imposées par la sphère militaire[18].

Carte postale. Musée de Bretagne : 992.0077.1864.3.
Carte postale. Musée de Bretagne : 992.0077.1864.3.

Il n’est pas impossible que ce double statut de marin de la Royale à la retraite et de restaurateur confère une certaine notabilité à la famille Guézel, donnant par la même occasion encore plus d’écho à la disparition du fils sous-marinier. Toujours est-il que le Musée de Bretagne conserve une carte postale figurant les couronnes de fleurs de la chapelle ardente installée à l’intérieur même du restaurant familial, élément par ailleurs confirmé par la presse[19]. L’Ouest-Eclair décrit :

« Dans une des rues, à quelques centaines de mètres de la gare, une maison attire l’attention par le drap mortuaire qui entoure la porte : c’est un magasin de bonne apparence. Au-dessus l’enseigne porte : Restaurant Quiberonnais, F. Guézel ; c’est là que repose le malheureux Fortuné Guézel du Lutin. »[20]

Puis, franchissant la porte d’entrée :

« Une des salles du restaurant a été transformée en une chapelle ardente, au milieu de laquelle est placé le cercueil de la victime. La pièce est tendue de draperies blanches, sur lesquelles se détachent en noir des larmes ; au-dessus du cercueil un immense drapeau tricolore fait voûte ; autour de la pièce des écussons garnis de l’emblème national et des couronnes. »[21]

L’existence même des photographies conservées par le Musée de Bretagne, de même que leur publication sous forme de carte postale, dit l’émotion ressentie par la population de Quiberon à la suite de cette disparition. Elles représentent une foule compacte, recueillie et qui semble manifestement émue. Ajoutons de surcroît que la presqu’île ne saurait sur ce point être tenue comme un cas particulier. De nombreuses cartes postales sont produites à la suite de cette catastrophe, artefacts qui ne sont non seulement pas spécialement quiberonnais, ni même morbihannais, mais qui disent l’aptitude de la culture de masse à s’emparer de l’émotion suscitée par un dramatique fait divers. Ce faisant, ces archives témoignent aussi d’une certaine sensibilité militaire. En conséquence, tout porte à croire que les clichés du Musée de Bretagne sont réalisés par un opérateur professionnel et ce dans une optique commerciale. Autrement dit, c’est bien de photojournalisme dont il s’agit ici.

Portrait de Fortuné Guézel publié en première page de l'édition du 8 novembre 1906 du Nouvelliste du Morbihan.
Portrait de Fortuné Guézel publié en première page de l’édition du 8 novembre 1906 du Nouvelliste du Morbihan.

Or un examen détaillé de ces clichés montre qu’à ces obsèques se côtoient des uniformes de l’armée française et des habits religieux, chose pour le moins étonnante pour qui veut bien se rappeler l’intensité de la crise politique engendrée en Bretagne par la séparation des Églises et de l’État et, plus généralement, par les mesures anticléricales[22]. C’est d’ailleurs ce que confirme la presse bretonne qui fait état de la présence de Mgr Alcime Gouraud, évêque de Vannes, et de son vicaire général, mais aussi du capitaine d’infanterie coloniale Pâris de Bollardière, aide de camp du vice-amiral Melchior préfet maritime de Lorient ainsi que d’un capitaine d’artillerie représentant le ministère de la Guerre. Le ministère de la marine est lui représenté par un certain M. Duportal, administrateur de la l’inscription maritime à Auray. La presse mentionne également la présence du lieutenant Portagner du 116e RI. Un certain nombre de ces personnes arrivent ensemble, par le train de 11 heures, à Quiberon et rejoignent plusieurs autorités civiles et religieuses locales : le chanoine Le Guénédal, l’abbé Le Corre curé-doyen de la paroisse ainsi que deux adjoints au maire, le premier édile étant excusé. A ces personnalités on doit ajouter un quelques artilleurs de la place ainsi que des marins, par ailleurs parfaitement identifiables sur les clichés du Musée de Bretagne[23].

Cette coexistence pacifique – ou tout du moins sans heurts visibles – de représentants de l’État et d’hommes d’Église ne manque pas d’interpeller qui sait combien est sensible la question religieuse en Bretagne, tout particulièrement dans les mois qui suivent la crise des inventaires[24]. Or non seulement toutes ces autorités civiles et militaires semblent participer à l’ensemble du cérémonial prévu lors de ces obsèques, y compris donc la messe, mais Le Nouvelliste du Morbihan croit bon de préciser que

« La vaste église est trop petite pour contenir la foule. La place elle-même est noire de monde. »[25]

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la « scène sociale » instituée par la conflictualité politique entourant les questions relatives à la laïcité se dérobe sous les pieds de l’historien[26]. Pire encore, à en croire la presse, la cérémonie est co-produite par les autorités du clergé et de l’armée. En effet, L’Ouest-Eclair précise que « c’est le général Peloux qui réglera la façon dont seront donnés les honneurs militaires »[27].

La presse bretonne apparaît d’ailleurs d’une grande neutralité au moment de rendre compte des obsèques de Fortuné Guézel. Il est probable que la solennité du moment, proportionnelle au choc ressenti par la population à la suite de la perte du Lutin, explique en grande partie cette retenue. Pour autant, L’Ouest-Éclair prend bien soin de préciser que la cérémonie est présidée par l’évêque de Vannes, Alcime Gouraud. De même, ce journal catholique rennais, bien que rallié dès son premier numéro à la République, souligne la ferveur religieuse qui entoure ces obsèques : « Dans la chapelle ardente, les femmes de Quiberon, les vieux marins se succèdent, et après avoir aspergé le cercueil d’un peu d’eau bénite, ils s’agenouillent et prient ; plusieurs ne peuvent retenir leurs larmes, et tous les assistants, connus et inconnus, pleureront tout à l’heure quand le père et la mère de Guézel, descendus, laisseront échapper les sanglots trop longtemps retenus »[28].

Cérémonie religieuse et discours prononcé par un représentant du ministère de la marine, Duportal. La foule est rassemblée autour des prêtres. La cérémonie est en mémoire de Fortuné Guézel. Musée de Bretagne: 992.0077.1872.
Cérémonie religieuse et discours prononcé par un représentant du ministère de la marine, Duportal. La foule est rassemblée autour des prêtres. La cérémonie est en mémoire de Fortuné Guézel. Musée de Bretagne: 992.0077.1872.

Comment dès lors expliquer que les obsèques de Fortuné Guézel ne laissent nullement transparaître la tension régnant alors en Bretagne, et singulièrement dans le Morbihan, autour de la question de la séparation des Églises et de l’État ? Tout porte à croire que le contexte pousse à une interprétation souple des textes. Il y a d’abord la couleur politique de Quiberon. Si la presqu’île  « fait partie de ces isolats républicains du littoral du Morbihan », il n’en demeure pas moins que les crises de mémoire liées au souvenir de la Révolution française y sont violentes et que la question religieuse, en conséquence, y est sensible[29]. Mais le fait est que l’État n’a aucun intérêt à provoquer un esclandre, eu égard à l’état de l’opinion mais aussi aux accusations sourdes qui planent sur la Marine et, par ricochet, le Gouvernement. D’ailleurs, la séquence inaugurée par la perte du Lutin et achevée par les obsèques de Fortuné Guézel intervient en pleine crise ministérielle, le cabinet dirigé par Ferdinand Sarrien tombant le 20 octobre 1906 pour être remplacé par une équipe dirigée par Georges Clemenceau. Si l’anticléricalisme de celui qui n’est pas encore le Tigre est bien connu, sans doute le nouveau Président du Conseil a-t-il alors d’autres souhaits que de prendre le risque d’une importante crise politique en procédant à une application stricte de la loi de 1905 lors de ces obsèques. De son côté, l’Église a probablement d’autant plus de facilités à se montrer conciliante qu’elle est de fait dans une situation prééminente. Rappelons-le : la cérémonie est présidée par l’évêque de Vannes, ce qui en termes protocolaires n’est pas neutre. Or tout porte à croire que si l’État accorde une telle tribune à Alcime Gouraud, c’est qu’en réalité la parole du prélat ne présente que peu de danger. Bien au contraire, d’après ce qu’en dit la presse, elle cadre parfaitement avec les impératifs que dictent les circonstances. C’est ainsi, notamment, que L’Ouest-Eclair explique à ses lecteurs que « l’évêque salue l’idée de patrie qui inspire d’aussi nobles dévouements » que celui de Fortuné Guézel[30]. Le Nouvelliste du Morbihan note, pour sa part que

« L’office terminé, Mgr Gouraud monte en chaire. Dans un langage élevé, il exalte la France, terre classique de tous les dévouements ; il exalte nos marins bretons qui puisent dans les sentiments chrétiens, dont ils furent imprégnés dès leur bas-âge, la force d’abnégation qui leur est si nécessaire dans leur rude carrière. »[31]

Autrement dit, nulle trace en ce 7 novembre 1906 chez Alcime Gouraud d’un discours qui jouerait la carte de la solidarité vaticane contre l’allégeance à la patrie. Ce qui est à l’œuvre ici est bien une nationalisation du discours religieux, indépendamment des difficultés induites par la loi de séparation des Églises et de l’État. Pour le dire autrement, c’est une sorte de syncrétisme qui ici se donne à voir, et que l’on retrouve d’ailleurs lors des obsèques à Lannion du second-maître Douval et à Pleurtuit du premier-maître torpilleur Bourges, tous deux morts dans le naufrage du Lutin[32]. D’ailleurs, on retrouve bien là les fondements sur lesquels l’Église entre en Union sacrée pendant la Grande Guerre.


[1] « Ce qu’est le Lutin », L’Ouest-Eclair, 8e année, n°4002, 18 octobre 1906, p. 2.

[2] « Le sous-marin Lutin a disparu », L’Ouest-Eclair, 8e année, n°4001, 17 octobre 1906, p. 5.

[3] « La perte du Lutin », L’Ouest-Eclair, 8e année, n°4002, 18 octobre 1906, p. 1.

[4] « La catastrophe du Lutin », Le Temps, 46e année, n°16554, 18 octobre 1906, p. 1 ; Landry, Marc, « La disparition du Lutin », Le Figaro, 52e année, 3e série, n°291, 18 octobre 1906, p. 1 ; « Un sous-marin coulé », L’Humanité, 3e année, n°914, 18 octobre 1906, p. 1.

[5] « Le sous-marin Lutin englouti », Le Petit Parisien, 31e année, n°10 947, 18 octobre 1906, p. 1 ; « Le Lutin est considéré comme perdu », Le Petit journal, 44e année, n°16 001, 18 octobre 1906, p. 1.

[6] « La catastrophe du Lutin », Le Nouvelliste du Morbihan, 43e année, n°122, 21 octobre 1906, p. 1.

[7] « Une catastrophe maritime », La Dépêche de Brest, 20e année, n°7547, 17 octobre 1916, p. 1.

[8] « La catastrophe du Lutin », La Dépêche de Brest, 20e année, n°7548, 18 octobre 1906, p. 1.

[9] Les variations orthographiques ne sont pas de notre fait.

[10] « La catastrophe du Lutin », La Dépêche de Brest, 20e année, n°7549, 19 octobre 1906, p. 1.

[11] « La catastrophe du Lutin », La Dépêche de Brest, 20e année, n°7559, 29 octobre 1906, p. 1.

[12] « Le matelot Guézel », La Dépêche de Brest, 20e année, n°7560, 31 octobre 1906, p. 1.

[13] « Une catastrophe maritime », La Dépêche de Brest, 20e année, n°7547, 17 octobre 1916, p. 1.

[14] L’Ouest-Eclair, 8e année, n°4002, 18 octobre 1906, p. 2.

[15] « La catastrophe du Lutin », Le Nouvelliste du Morbihan, 43e année, n°122, 21 octobre 1906, p. 2.

[16] « Le matelot Guézel », La Dépêche de Brest, 20e année, n°7560, 31 octobre 1906, p. 1 ; « Légion d’honneur & médaille militaire », La Dépêche de Brest, 18e année, n°5848, 24 mars 1904, p. 3.

[17] « Le 2e maître Guézel », La Dépêche de Brest, 20e année, n°7667, 8 novembre 1906, p. 2 ; « La catastrophe du Lutin », Le Nouvelliste du Morbihan, 43e année, n°122, 21 octobre 1906, p. 2.

[18] Le Bouëdec, Gérard, La Presqu’île de Quiberon, pays des deux mers du XVIIIe siècle à la Seconde Guerre mondiale, Spezet, Coop Breizh, 2020.

[19] Musée de Bretagne : 992.0077.1864.3 ; « Le 2e maître Guézel », La Dépêche de Brest, 20e année, n°7667, 8 novembre 1906, p. 2.

[20] « Les obsèques du 2e maître Guézel », L’Ouest-Eclair, 8e année, n°2859, 8 novembre 1906, p. 4.

[21] Ibid.

[22] Balcou, Jean, Provost, Georges et Tranvouez, Yvon (dir.), Les Bretons et la séparation (1795-2005), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006.

[23] « Les obsèques du second-maître Guézel », Le Nouvelliste du Morbihan, 43e année, n°130, 8 novembre 1906, p. 2 ; « Les obsèques du 2e maître Guézel », L’Ouest-Eclair, 8e année, n°2859, 8 novembre 1906, p. 4.

[24] Pour un cas particulier on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, « Le deuxième procès de Rennes : trois officiers du 47e régiment d’infanterie devant le Conseil de guerre », En Envor, Revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°1, hiver 2013, en ligne. Voir également le classique Mayeur, Jean-Marie, « Religion et politique : géographie de la résistance aux inventaires (février-mars 1906) », Annales, Economies, Sociétés, Civilisations, 21e année, n°6, 1966, p. 1259-1272.

[25] « Les obsèques du second-maître Guézel », Le Nouvelliste du Morbihan, 43e année, n°130, 8 novembre 1906, p. 2.

[26] Rousseau, Frédéric, 14-18, penser le patriotisme, Paris, Gallimard, 2018, p. 19-136.

[27] « Les victimes du Lutin », L’Ouest-Eclair, 8e année, n°2855, 3 novembre 1906, p. 4.

[28] « Les obsèques du 2e maître Guézel », L’Ouest-Eclair, 8e année, n°2859, 8 novembre 1906, p. 4.

[29] Le Bouëdec, Gérard, La Presqu’île de Quiberon…, op. cit., p. 173-175 ; Suleiman, Susan Rubin (traduit de l’anglais (US) par Le Ruyet, Marina et Van Ruymbeke, Thomas), Crises de mémoire, Récits individuels et collectifs de la Deuxième Guerre mondiale, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012.

[30] « Les obsèques du 2e maître Guézel », L’Ouest-Eclair, 8e année, n°2859, 8 novembre 1906, p. 4.

[31] « Les obsèques du second-maître Guézel », Le Nouvelliste du Morbihan, 43e année, n°130, 8 novembre 1906, p. 2.

[32] « Les obsèques du second maître Donval », L’Ouest-Eclair, 8e année, n°2859, 8 novembre 1906, p. 4 ;



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2021, 8 mars). Les obsèques de Fortuné Guézel, sous-marinier sur le Lutin. Ar Brezel. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbn9

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.