Echelles de la guerre d’Algérie

Particulièrement dynamique, la guerre d’Algérie constitue un véritable défi pour qui s’intéresse à la Bretagne. Éloignée de l’Afrique du Nord, la péninsule armoricaine n’est pour autant nullement déconnectée des « événements » : l’envoi des appelés et les opérations de l’OAS contribuent ainsi à importer l’événement en Bretagne. Sans compter que la perspective de l’indépendance n’est pas sans influer sur le cours de la vie politique, mais aussi économique, locale comme le montre l’exemple d’un Joseph Nader[1]. Pour autant, limiter la guerre d’Algérie à un conflit franco-algérien serait perdre de vue une dimension importante de ce drame, son internationalisation dans un contexte de guerre froide. Aussi est-ce pourquoi on suivra avec attention le colloque organisé le 18 mars 2021 par la Fondation pour la Mémoire de la Guerre d’Algérie, des Combats du Maroc et de Tunisie.

Offrant une approche résolument transnationale sur le conflit, avec des communications portant sur la Grande-Bretagne, les États-Unis, Cuba, l’Allemagne ou la Suisse, le colloque permettra, à n’en pas douter, d’insérer la Bretagne dans ce double contexte de décolonisation et de guerre froide. A ce titre, il contribuera certainement à souligner la complexité des jeux d’échelle en histoire.

Programme :

9h30, Frédéric Grasset, président de la FM-GACMT : Ouverture.

9h50, Jacques Frémeaux, président du Conseil scientifique de la FM-GACMT : Introduction.

10h15, Maurice Vaïsse, professeur émérite d’histoire des relations internationales – Sciences Po Paris : « Une guerre perdue à l’ONU ».

10h40, John Keiger, professeur d’histoire internationale – Cambridge University : « La position ambiguë de la Grande Bretagne par rapport à la guerre d’Algérie ».

13h30, Mickaël Gamrasni, enseignant et réalisateur de documentaires : « De Gaulle, les Etats-Unis et la guerre d’Algérie (1958-1962) ».

13h50, Marc Perrenoud, collaborateur scientifique du Département fédéral des affaires étrangères, « Politiques suisses lors de la guerre d’Algérie et de la Guerre froide ».

14h10, Fritz Taubert, professeur de civilisation des pays germanophones – Université Bourgogne-Franche-Comté : « Le FLN entre RFA et RDA pendant la guerre d’Algérie ».

14h30, Leila Latreche, docteur en géopolitique « Les partis communistes d’Amérique du Sud, de Cuba et la guerre d’Algérie ».

14h50, Chef de bataillon Eva Renucci : « La coopération militaire et technique française en Algérie dans le contexte de la Guerre froide ».

15h10, Lakhdar Brahili, Grand témoin.

16h15, Jacques Frémeaux, président du Conseil scientifique de la FM-GACMT : Conclusion.

Le colloque sera accessible gratuitement en ligne sous réserve d’une inscription avant le 9 mars 2021. Pour s’inscrire, remplir le formulaire en ligne sur le site de la Fondation pour la Mémoire de la Guerre d’Algérie, des Combats du Maroc et de Tunisie. En espérant que les actes de cette manifestation scientifique qui s’annonce très intéressante soient rapidement publiés.


[1] Pour un aperçu on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, et Prigent, François (dir.), C’était 1958 en Bretagne. Pour une histoire locale de la France, Rennes, Editions Goater, 2018. Sur les appelés du contingent, on pourra renvoyer au remarquable Branche, Raphaëlle, Papa qu’as-tu fait en Algérie ? Enquête sur un silence familial, Paris, La Découverte, 2020.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2021, 2 mars). Echelles de la guerre d’Algérie. Ar Brezel. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbn8

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.