Couverture du troisième numéro de Sao Breiz (détail). Collection particulière.

Sao Breiz : au-delà des clichés bretons

L’association Sao Breiz, qui prend à partir du 18 juillet 1942 la succession de Fidel Armor, regroupe pendant et après la Seconde Guerre mondiale un certain nombre de Bretons de la France libre[1]. Cette institution n’est pas inconnue et a notamment été mise largement à contribution lorsqu’il s’est agi pour certains d’écrire l’histoire de la « conscience bretonne » en Seconde Guerre mondiale, tout du moins lorsque celle-ci était investie aux côtés de la Résistance[2]. Bien évidemment, une telle approche n’a pas été sans susciter un certain nombre de polémiques. C’est néanmoins sur un autre terrain que nous souhaiterions nous situer dans le cadre de ce billet, celui d’une approche fonctionnaliste tendant à objectiver cette dimension régionale dans le but de la resituer dans un cadre à la fois spatial et chronologique plus vaste.

Dès les années 1950, le Compagnon de la Libération Adolphe Sicé rappelle les circonstances de la création de cette association. Dans un premier temps, dans les tous premiers jours de l’été 1940, il s’agit d’apporter une « aide matérielle et morale » aux hommes, et même aux quelques femmes, ayant quitté la France occupée puis s’étant placés sous l’autorité du général de Gaulle. C’est le groupement Fidel Armor présidé par Lucienne Montgermont, souvent appelée Thébault-Montgermont en référence à son époux Léon Thébault[3]. Celui-ci ne nous est d’ailleurs pas inconnu puisque ce grand mutilé, ancien officier du 47e RI, devient au cours des années 1920 un homme en vue en Ille-et-Vilaine : président de la puissante Union nationale des combattants, maire et conseiller général de Janzé puis parlementaire. Mais en cet été 1940, il est manifestement séparé de Lucienne Montgermont puisqu’il se remarie en mars 1940 à Maisons-Alfort. Rien, néanmoins, ne permet à l’heure actuelle d’expliquer ce que fait son ex-épouse en Angleterre à cette époque.

Portrait du général Sicé (détail) publié dans le numéro de Noël 1942 de Sao Breiz.
Portrait du général Sicé (détail) publié dans le numéro de Noël 1942 de Sao Breiz.

Les débuts de Fidel Armor invitent toutefois à trois réflexions. La première renvoie à cette « aide matérielle et morale » qui, en tant que formulation, n’a rien de neutre. Il n’est en effet pas difficile de déceler là l’ombre portée de la Grande Guerre et, plus particulièrement, un emprunt à la terminologie employée par la législation et les associations de défense des intérêts des ayants-droits, qu’il s’agisse de combattants, de veuves, d’ascendants ou de descendants de victimes de guerre. Si l’historiographie s’est beaucoup intéressé, à juste titre du reste mais non sans pâtir du voile occultant projeté par une mémoire volontiers héroïsante, aux conditions du départ de France occupée de ces volontaires de juin 1940, il n’existe à notre connaissance pas de travaux relatifs à leur accueil en Angleterre. Car c’est complètement dénués de ressources, ne maniant de surcroît pour l’essentiel pas la langue de Shakespeare, que ces individus posent le pied au Royaume-Uni. Une réalité qui, bien entendu, impose une prise en charge sociale d’urgence, à l’instar de ce que l’on peut observer, par exemple, face à des vagues de réfugiés.

Or il se trouve que, contrairement à ce qui a pu être suggéré, la fonction sociale de Fidel Armor est géographiquement indifférenciée. C’est la seconde réflexion qu’il convient de formuler, propos visant à relativiser la dimension bretonne de cette entité. En effet, si le prisme armoricain revêt une telle importante, c’est moins du fait d’une hypothétique « conscience bretonne » que par la nature même des flux de populations qui arrivent alors en Grande-Bretagne. Les archives soulignent en effet, et ce sans aucune ambiguïté, une sur-représentation bretonne, et plus encore finistérienne, dans les contingents qui se rallient alors au général de Gaulle. Or ceci ne relève ni du hasard ni d’une quelconque « identité armoricaine » mais de contingences géographiques bien comprises, comme le rappelle l’historien J.-F. Muracciole : « Dans le contexte politique et militaire de l’été 1940, il était beaucoup plus facile à un jeune Breton qu’à un jeune Pied-Noir de rejoindre Londres et de s’engager dans les FFL »[4]. Ajoutons d’ailleurs qu’à en juger par les réunions de Fidel Armor, puis de Sao Breiz, qui se tiennent régulièrement au cercle de la Marine, à Londres, que le poids des FNFL dans cette structure doit être assez considérable[5].

Dès lors, il importe de fortement nuancer – et au-delà des apparences qui se révèlent encore une fois des plus trompeuses – la dimension bretonne de Fidel Armor et de l’association qui lui succède. C’est là la troisième remarque que nous souhaiterions exposer, propos qui s’ancre dans le vécu même d’Adolphe Sicé. Car c’est bien ce Compagnon de la Libération qui confie à Antoine Vourc’h la responsabilité de Sao Breiz, entité regroupant les activités londoniennes de Fidel Armor tout en les élargissant à l’échelle désormais mondiale de la France libre. Or rien dans le parcours d’Adolphe Sicé ne suggère la moindre proximité avec la péninsule armoricaine : né en Martinique, il est un médecin colonial faisant ses études à Bordeaux et effectuant l’essentiel de sa carrière dans l’Empire.

Lorsqu’il est question de Sao Breiz, il importe de bien faire la distinction entre l’association et la revue éponyme – dont le titre complet est « Sao Breiz. Evit ar vro Gallek. Debout Bretagne pour la France »[6] – éditée par cette dernière. De surcroît, il ne faut pas être leurré par le caractère volontiers celtisant, pour ne pas dire folklorique, de cette publication. Ainsi, le troisième numéro, publié vraisemblablement à la fin de l’année 1942, traite de sujets aussi divers que l’histoire de Saint-Malo, présentée comme « la cité corsaire », des korrigans, de la conquête de l’Armorique par César, de Saint Yves tandis que la Gorsedd de Bretagne est évoquée par le nazairien Maxime-Jacques de Cadenet. On retrouve même en ces pages un chant de 1793, intitulé « La Chasse aux loups », et présenté comme étant réarrangé par Théodore Botrel. Bien que mort en 1925, la présence de celui que l’on présente volontiers comme un barde n’est pas sans interpeller. En effet, on est en droit de se demander si elle ne s’insère pas dans des pratiques anciennes, datant de la Première Guerre mondiale et qui nous inviteraient à envisager Sao Breiz à la manière des journaux de tranchées publiés par de nombreux régiments pendant la Grande Guerre[7]. Ajoutons du reste, pour que la filiation soit complète, que Botrel n’hésite pas à s’engager en 1914 au 41e RI de Rennes et qu’il parcourt le front comme « chansonnier aux armées ».

Vue de « Saint-Malo, cité corsaire » publiée dans le troisième numéro de Sao Breiz.
Vue de « Saint-Malo, cité corsaire » publiée dans le troisième numéro de Sao Breiz.

Dès lors, et comme on pouvait du reste s’y attendre, le propos n’est pas totalement neutre. Là encore, la continuité avec les publications semi-officielles que sont les journaux de tranchées est flagrante. L’histoire de Saint-Malo n’est ainsi pas rappelée innocemment. Si le « capitaine Charles Michel » qui signe cet article concède que « le temps n’est plus aux corsaires », c’est en réalité pour mieux rappeler que « cette cité, jamais vaincue, voit pour quelques temps ses rues souillées par les soudards allemands ». De même, l’évocation de l’histoire de la conquête de l’Armorique par César est l’occasion d’un rappel qui, à l’évidence, s’ancre résolument dans l’actualité du moment : «la Nationalité Triomphera de la Domination », acception imprimée en caractères gras afin d’être certain qu’elle n’échappe pas à la sagacité des lecteurs. Enfin, à propos du renouveau celtique du XIXe siècle, Maxime-Jacques de Cadenet s’empresse de préciser que Charles de Gaulle, « oncle paternel de notre général », compte parmi les figures éminentes du mouvement. En un mot comme en mille, c’est bel et bien de culture de guerre dont il s’agit ici. D’ailleurs, un certain « sergent-chef C. » n’hésite alors pas à affirmer :

« Sao Breiz, il faut que tu sois la première à te débarrasser de tes envahisseurs, tes fils sont prêts à verser leur sang jusqu’à la dernière goutte pour que tu revives, belle, libre et fière. Vive la Bretagne ! »[8]

D’abord imprimée à Londres, la revue suit le centre de gravité de la France libre en étant publiée à partir de 1943 à Alger puis, de 1946, dans le Finistère, à Morlaix. Pour autant, le départ du général de Gaulle pour l’Afrique du Nord ne signifie nullement la fin des activités anglaises, pour ne pas dire londoniennes, de l’association. En témoignent les pages du quotidien France, véritable organe de presse de la France libre financé sur fonds britanniques et tirant à 32 000 exemplaires, qui ne manquent pas de rendre compte des activités de Sao Breiz : on relève pêle-mêle de nombreux diners mais également des messes, comme celle donnée le 2 novembre 1943 en l’église Saint Peter’s and Saint Edward’s à Westminster, en plein cœur de Londres donc, service « à la mémoire des Bretons tombés à l’ennemi, fusillés par lui, morts victimes de leur dévouement ou disparus en mer »[9]. Au printemps 1944, c’est à Alger que l’on retrouve des membres de Sao Breiz pour une démonstration de danses et chants bretons organisée en partenariat avec l’association des Bretons d’Alger. Au programme, on relève notamment une interprétation du « Bro Goz Ma Zadou » par « M. et Mme Fustec »[10].

Photographie publiée dans le « numéro spécial consacré au général de Gaulle » de Sao Breiz daté du 18 juin 1946 et légendé comme suit : « Un diner de Sao Breiz à Londres ». A droite du Général, on reconnaît René Pleven.
Photographie publiée dans le « numéro spécial consacré au général de Gaulle » de Sao Breiz daté du 18 juin 1946 et légendé comme suit : « Un diner de Sao Breiz à Londres ». A droite du Général, on reconnaît René Pleven.

On aurait tort de se méprendre quant à l’intérêt de ces manifestations qui, en définitive, sont autant de cercles de sociabilité où peuvent se nouer intrigues, alliances ou au contraire oppositions, mais où aussi peuvent s’échanger un certain nombre d’informations politiques ou militaires[11]. En novembre 1941, l’association est ainsi officiellement représentée par son « président d’honneur », René Pleven, lors d’un déjeuner présidé par le général de Gaulle lui-même et auquel assiste notamment le vice-amiral Emile Muselier[12]. Quelques mois plus tard, en septembre 1942, l’association est convoquée pour mettre en scène, par l’intermédiaire des liens unissant la Bretagne à la Cornouaille, l’amitié franco-britannique : gageons que les festivités donnent alors lieu à nombre de conciliabules qui, quoiqu’échappant pour une très large part aux archives, n’en pèsent pas moins réellement sur les événements[13]. Comme le rappelle fort justement l’historien O. Dard, on n’écrit jamais que l’histoire de ses sources et, en l’occurrence, celles-ci manquent cruellement. Tout juste pouvons-nous suggérer l’idée que ces rencontres londoniennes perdent de leur importance politique à partir du moment où le cœur de la France libre se déplace en Afrique du nord.

Fondamentalement, quand on y réfléchit, cette association relève d’un principe d’affinités électives fondées sur une même appartenance géographique – avec tout ce que cela peut supposer en termes d’affirmation identitaire, de goûts culinaires ou encore de pratiques linguistiques – qui ne diverge pas franchement des réunions entre « pays » que l’on peut observer au sein d’un même régiment pendant la Première Guerre mondiale. Seule la taille de l’objet diffère et c’est parce que la France libre participe d’une échelle beaucoup plus vaste que ce groupement de Bretons est structuré, en l’occurrence par l’intermédiaire d’une association. Ajoutons d’ailleurs qu’un tel regroupement n’est nullement spécifique à la péninsule armoricaine. Les archives font ainsi état d’une association Alsace et Lorraine libres ainsi que d’une Société de bienfaisance française des œuvres alsaciennes et lorraines qui se réunit au mois dès le printemps 1943 à Londres[14].

De surcroît, on sait, et contrairement d’ailleurs à ce que l’on veut bien souvent dire, que pour créer du lien entre les hommes, pour consolider l’esprit de corps, l’institution militaire n’hésite pas à louer les petites patries. Là est bien le sens de l’action menée au tournant du XXe siècle par le capitaine Henri Miche de Melleray au 48e RI de Guingamp. On se rappelle d’ailleurs que lors des cérémonies du 14 juillet 1902, un chœur de soldats accompagné de binious et bombardes entonne un chant traditionnel intitulé… Sao Breiz Izel. Pendant la Première Guerre mondiale, la clique de binious du 73e RIT participe d’une logique parfaitement semblable tandis que l’exemple du 270e RI, et de Jean Choleau, montre tout l’investissement affectif pouvant se cristalliser autour de ces formations musicales. C’est ainsi dans cette continuité qu’il faut comprendre l’article que Jean Oberlé publie dans le troisième numéro de Sao Breiz et intitulé « La Bretagne symbole de la Résistance française ». Un propos qui n’hésite pas à recycler nombre de poncifs sur la petite patrie armoricaine et même à tordre le cou à certaines réalités historiques :

« Jamais les allemands n’étaient venus jusqu’en Bretagne. Les Bretons n’en avaient jamais vu. Mais en 1914 les Bretons quittèrent leurs barques de pêche pour les bateaux de guerre, et les paysans montèrent dans les trains pour aller vers l’Est, vers les allemands. 250 000 Bretons tombèrent ainsi pour la France, aucune province française n’avait payé un plus lourd impôt du sang. Et auprès de la petite ville d’Auray, le monument aux morts bretons est un lieu de pèlerinage. Chaque année, toute la Bretagne s’y réunit pour prier et se souvenir. »[15]

Pour la France libre, une association comme Sao Breiz permet à l’évidence d’affermir l’esprit de corps en jouant sur ces affinités géographiques électives, la dimension sensible étant ici d’autant plus prépondérante que ce sont des hommes jeunes et ayant laissé leur domicile à plusieurs centaines, voire milliers, de kilomètres qui combattent sous l’uniforme à Croix de Lorraine. C’est une chose que la geste héroïque tend à faire oublier mais le « mal du pays » est à n’en pas douter une composante importante du moral des Français libres. D’ailleurs, à l’occasion d’une campagne d’entretiens avec d’anciens vétérans, vaste enquête menée en partenariat avec l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre et à laquelle l’auteur des présentes lignes à participé au début des années 2010, J.-F Muracciole demandait que soit posée la question : « Comment supportiez-vous l’éloignement ? »[16]

Au final, il est assez difficile de mesurer précisément l’importance du binôme Fidel Armor / Sao Breiz dans l’expérience de guerre des Bretons de la France libre. Quelques indices laissent toutefois entendre que celle-ci n’est pas complètement négligeable. D’abord, on rappellera comme mentionné plus haut que l’association perdure après la guerre et s’installe, comme pour mieux souligner le poids du Finistère de la France libre, à Morlaix en 1946. C’est d’ailleurs cette localisation qui explique, à n’en pas douter, l’érection d’une croix de Lorraine en granit sur la pointe du Diben, en Plougasnou, monument dénommé Sao Breiz et inauguré le 12 juin 1955[17]. Mais à en juger par les quelques dépouillements que nous avons pu réaliser dans la presse de l’époque, l’événement n’a qu’une portée locale. Plusieurs éléments peuvent expliquer cet état de fait : l’absence du général de Gaulle, représenté par Adolphe Cicé, mais aussi sa « traversée du désert » qui le relègue au second rang des personnalités politiques du moment.

Monument aux Français libres de la pointe du Diben érigé par l'association Sao Breiz, carte postale. Collection particulière.
Monument aux Français libres de la pointe du Diben érigé par l’association Sao Breiz, carte postale. Collection particulière.

Tel n’est en revanche pas le cas de l’inauguration du monument de la pointe de Pen-Hir en juillet 1951 par le général de Gaulle. Erigé en hommage aux Bretons des Forces françaises libres, cette immense Croix de Lorraine en granit bénéficie du soutien financier du Conseil de la République, la chambre haute de la IVe République, ce grâce à l’intervention d’Antoine Vourc’h, devenu sénateur du Finistère. Notons que l’enveloppe reçue à cette occasion n’est pas négligeable puisque la presse parle d’un montant de 5 millions de francs[18]. Néanmoins, cette information est bien souvent cantonnée par la presse de l’époque à l’actualité mémorielle et ne parvient pas à pénétrer que sur la pointe des pieds dans la rubrique politique, à l’inverse de l’escale du général de Gaulle à Saint-Marcel au mois de juillet 1947[19]. Là est assurément la marque des difficultés du gaullisme de guerre à se réincarner en gaullisme politique, mais aussi la preuve que les escales bretonnes du Général ne sont pas nécessairement couronnées de succès. Certes, ce jour-là, son discours est comme à l’habitude particulièrement offensif, et comme toujours à double sens :

« La rançon des grandes actions, c’est la bassesse, quand elle prend sa revanche. Il état sans doute inévitable qu’après la période qui vit, comme par miracle, la patrie tirée de l’abîme, la vague molle et boueuse des impuissances déferlât sur notre pays.

Mais c’est à nous tous qui mettons au-dessus de tout le service de la France, qu’il appartient, tandis qu’il en est temps, de l’entraîner vers son salut. Cette fois encore et comme toujours, les doutes, les faiblesses, les compromissions ne la tireront pas d’affaire. Il y faut la foi, la force, la fidélité. »[20]

Mais cette incantation, à dire vrai, résonne dans le vide. D’ailleurs, Georges Pompidou, chef de cabinet de Charles de Gaulle, n’en dit rien dans ses carnets récemment publiés par l’historien B. Lachaise[21]. L’inauguration de la Croix de Pen-Hir intervient en effet quelques semaines après les élections législatives de 1951, scrutin reléguant le RPF en arrière-plan des forces politiques françaises derrière d’une part, la coalition dite de Troisième force emmenée par Henri Queuille (et regroupant le MRP, la SFIO, les radicaux ainsi que l’UDSR), d’autre part, le Parti communiste. Pour le général de Gaulle, l’hommage aux Bretons de la France libre participe donc d’une « stratégie de la carte postale » visant à le poser encore un peu plus en recours, en homme providentiel. Mais celle-ci peine en réalité à masquer les divisions à l’œuvre. On notera d’ailleurs que ces cérémonies de 1951 font copieusement l’impasse sur Sao Breiz : il est vrai qu’Antoine Vourc’h n’est pas un parlementaire RPF mais MRP…


[1] L’assemblée générale constitutive de Sao Breiz a lieu le 18 juillet 1942 dans le but de « réorganiser » Fidel Armor. Un bureau, nommé « comité », est alors constitué pour apporter les modifications nécessaires aux statuts. On relève parmi les membres le nom de Jeanne Bohec, qui passera à la postérité sous le surnom de « plastiqueuse à bicyclette ». « Fidel Armor », France, 2e année, n°595, 27 juillet 1942, p. 2 ; « Fidel Armor », France, 2e année, n°602, 4 août 1942, p. 2.

[2] Monnier, Jean-Jacques, Résistance et conscience bretonne 1940-1945. L’hermine contre la croix gammée, Fouesnant, Yoran Embanner, 2007.

[3] Sicé, Adolphe, « Les Bretons dans la France libre », Revue de la France libre, n°89,‎ juin 1956, p. 15-19. Arch. dép. I&V : 10 NUM 35136 400.

[4] Muracciole, Jean-François, Les Français libres. L’autre résistance, Paris, Tallandier, 2010, p. 83.

[5] « Fidel Armor », France, 2e année, n°610, p. 4 ; « Sao Breiz », France, 2e année, n°619, 24 août 1942, p. 2.

[6] Nous reprenons le titre tel qu’il est formulé sur le troisième numéro de la revue, publié à Londres, manifestement à la fin de l’année 1942.

[7] Sur la question se reporter au classique Audoin-Rouzeau, Stéphane, 14-18 Les combattants des tranchées, Paris, Armand Colin, 1986.

[8] Sergent-chef C., « Création d’une association de Bretons en Angleterre », France, 1e année, n°268, 7 juillet 1941.

[9] « Sao Breiz », France, 3e année, n°711, 9 décembre 1942, p. 2 ; « Diner des Bretons », France, 4e année, n°989, 2 novembre 1943, p. 2 ; « Sao Breiz », France, 4e année, n°984, 27 octobre 1943, p. 2 ;

[10] « Demain à Alger », L’Echo d’Alger, 33e année, n°12 265, 11 avril 1944, p. 2 ; « Tirage de la 7e tranche de la Loterie algérienne », L’Echo d’Alger, 33e année, n°12 267, 13 avril 1944, p. 2.

[11] Ces relations ont été particulièrement bien mises en évidence pour les officiers du corps expéditionnaire britannique déployé en France pendant la Première Guerre mondiale par Fox, Aimée, Learning to Fight. Military Innovation and Change in the British Army, 1914-1918, Cambridge, Cambridge University Press, 2018, p. 97-101

[12] « Un déjeuner breton », France, 2e année, n°379, 13 novembre 1941, p. 2.

[13] « Pendant trois jours à Penzance, Français et Cronouaillais ont fêté l’amitié franco-britannique », France, 3e année, n°632, 8 septembre 1941, p. 1 et 4.

[14] « Une matinée de l’Association Alsace et lorraine libres », France, 3e année, n°846, 19 mai 1943, p. 2.

[15] Oberlé, Jean, « La Bretagne. Symbole de la Résistance français », Sao Breiz. Evit ar vro Gallek. Debout Bretagne pour la France, n°3, sans date, p. 3.

[16] Archives privées Erwan Le Gall. On notera à ce propos l’orientation de la question, formulation qui semble suggérer combien ce « mal du pays » est un aspect essentiel de l’expérience de guerre des Français libres.

[17] Voir à ce propos la brochure Sao Breiz éditée en 2000 par la section Patrimoine du Foyer rural de Plougasnou.

[18] « A Camaret », Le Segréen, 5e année, n°9, 3 mars 1951, p. 1 ; « Dans les départements », La Croix, 72e année, n°20 696, p. 6.

[19] « Inauguration du monument des aux Bretons des Forces françaises libres le 15 1951, à Camaret », L’Aurore, Xe année, n°2123 10 juillet 1951, p. 2.

[20] « De Gaulle inaugure à Camaret le monument aux Bretons FFL », L’Aurore, Xe année, n°2128, 16 juillet 1951, p. 3

[21] Lachaise, Bernard, Georges Pompidou avec de Gaulle 1944-1959, Ploemeur, Editions Codex, 2020, p. 127-128.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.