Carte postale. Collection particulière.

Quand Lénine naît à la Bretagne

Venu au monde selon l’état-civil le 10 avril 1870 – selon le calendrier julien, le 22 avril 1870 selon le calendrier grégorien – à Oulianovsk – anciennement Simbirsk – en Russie, Lénine naît vraisemblablement à la Bretagne au printemps 1917. C’est en effet le 17 avril 1917 que les lecteurs de L’Ouest-Eclair et de l’édition du soir de La Dépêche de Brest peuvent découvrir pour la première fois son nom. Une apparition qu’il est intéressant d’analyser tant elle est riche d’enseignements en ce qui concerne les modalités de production, mais également de réception de l’information.

L’article en question est en réalité une dépêche d’agence de presse en provenance de Stockholm et reproduite telle quelle par ces deux quotidiens mais datée différemment, du 16 avril 1917 pour L’Ouest-Eclair, du lendemain pour La Dépêche de Brest :

« Le groupe socialiste russe de l’extrême gauche khienthalienne, ayant à sa tête Lénine et Zinouview, viennent d’arriver à Stockholm, venant de Zurich.

Ils ont quitté Constance, munis de sauf-conduits allemands.

Les autorités impériales avaient donné des ordres spéciaux pour faciliter leur voyage avec toute la célérité désirable jusqu’à Warnemunde, d’où ils se sont embarqués par la Suède. »[1]

Pour le dire autrement, c’est donc avec « l’année trouble »[2], et plus précisément les soubresauts révolutionnaires en Russie que Vladimir Ilitch Oulianov dit Lénine apparaît dans le paysage médiatique breton. Petite facétie de la reconnaissance optique de caractère, le moteur de recherche de Gallica fait pourtant apparaitre plusieurs dizaines d’occurrences dans les colonnes de L’Ouest-Eclair et de La Dépêche de Brest avant 1914. Mais un examen attentif montre que l’outil confond le révolutionnaire russe avec… Louis Lépine, préfet de police de Paris. Sous bénéfice d’inventaire plus poussé, c’est donc bien le 17 avril 1917 que l’immense majorité des Bretons découvre le nom de Lénine. Il est à cet égard intéressant de noter que, sauf erreur de notre part, ce nom n’apparaît, avant la Première Guerre mondiale, jamais dans les colonnes du Cri du Peuple socialiste, l’organe de la section finistérienne de la SFIO.

Dans une rue de Moscou, Lénine et sa sœur (1920), photographie de l'agence de presse Rol. Gallica / Bibliothèque nationale de France: département Estampes et photographie, EI-13 (696).
Dans une rue de Moscou, Lénine et sa sœur (1920), photographie de l’agence de presse Rol. Gallica / Bibliothèque nationale de France: département Estampes et photographie, EI-13 (696).

Précisons toutefois que si Lénine semble naître médiatiquement à la Bretagne en avril 1917, ce dont il n’a vraisemblablement jamais eu conscience, la péninsule armoricaine a déjà eu l’honneur de le recevoir. Autant de visites d’ailleurs largement passés inaperçues. On sait ainsi qu’il a le loisir de s’adonner lors de l’été 1910 aux plaisirs de la pêche à la crevette à Pornic. Ce séjour en Loire-Inférieure fait suite à une précédente période de villégiature bretonne, à Ploubazlanec, en 1902. Mais, malheureusement, ces deux escapades étant fort peu documentées, il n’est pas possible de dire si elles se doublent de contacts avec les milieux intellectuels et politiques locaux : si la chose est très probable en ce qui concerne la station climatique du pays de Retz, elle l’est néanmoins aussi pour la petite commune du Trégor, surnommée Sorbonne-Plage en référence aux nombres d’intellectuels parisiens qui viennent s’y reposer. Pour autant, il est impossible en l’état actuel des connaissances de dire quoi que ce soit à leur propos.

Toujours est-il qu’on est légitimement en droit de se demander ce que peuvent au juste comprendre les Bretons à cette dépêche d’agence publiée par L’Ouest-Eclair et La Dépêche de Brest. Outre que le nom de Lénine est selon toute vraisemblance passablement méconnu, force est de constater que celui-ci s’insère dans une séquence révolutionnaire complexe, événements dont on sait combien ils sont probablement très difficilement compréhensibles vus de la péninsule armoricaine. D’ailleurs, en ce 17 avril 1917, Eugène Le Breton publie en première page de L’Ouest-Eclair une tribune intitulée « Autour de la Révolution Russe », texte tentant de lire les événements de février 1917 à la lumière de ceux survenus en France en 1789[3]. Pas certain que les lecteurs s’y retrouvent mais passons… Ajoutons de surcroît que le terme de « gauche khienthalienne » n’est probablement pas fait pour rendre plus lisible cette actualité. Ce terme fait en effet référence à la ville suisse de Kiental qui, en avril 1916, accueille une conférence socialiste dans le prolongement de celle tenue en 1915 à Zimmerwald[4].

Savoureuse concordance des chronologies, quand L’Ouest-Eclair et La Dépêche de Brest publient cette dépêche de presse, Vladimir Ilitch Oulianov vient tout juste d’arriver à Petrograd. Surpris par la révolution ayant conduit à la destitution des Romanov, il quitte son exil suisse – et une vie modeste quasiment entièrement consacrée à l’écriture – en train spécial jusqu’à Rügen, une presqu’île de la mer Baltique. De là, accompagné d’une délégation, il embarque à bord d’un navire à voile à destination de Copenhague puis de Stockholm avant d’arriver, enfin, le 16 avril 1917, à Petrograd. Bien évidemment, en pleine Première Guerre mondiale, un tel trajet ne peut s’effectuer sans complicités, surtout que Lénine est déjà identifié comme le meneur de l’aile gauche du Parti ouvrier social-démocrate de Russie, autrement dit le partisan d’une ligne radicale bolchevik s’opposant aux mencheviks, plus modérés. Or Berlin ne tarde pas à voir là l’opportunité d’inoculer, comme dans une sorte de processus de contagion, un ennemi à l’intérieur des lignes russes[5].

Là est d’ailleurs une réalité qu’il faut souligner. Il n’aura en effet pas échappé à la sagacité des lecteurs de L’Ouest-Eclair et de La Dépêche de Brest que c’est « munis de sauf-conduits allemands » et avec la bénédiction des « autorités impériales » que Lénine et le groupe socialiste russe embarquent pour la Suède. Il s’agit du reste d’une constante éditoriale du quotidien catholique qui voit alors moins en Vladimir Ilitch Oulianov l’incarnation du péril bolchevique qu’un « agent du kaiser », qualificatif par exemple employé le 18 avril 1917[6].

Lénine, portrait de l'agence de presse Meurisse, 1921 (détail). Gallica / Bibliothèque nationale de France: département Estampes et photographie, EI-13 (2693).
Lénine, portrait de l’agence de presse Meurisse, 1921 (détail). Gallica / Bibliothèque nationale de France: département Estampes et photographie, EI-13 (2693).

Il est d’autant moins probable que le lectorat breton ait compris quoi que ce soit à cette dépêche d’agence que tout porte à croire qu’ils ont dû la lire en dernier ressort. En effet, en ce 17 avril 1917, ce ne sont manifestement pas les péripéties scandinaves de Lénine qui intéressent que les résultats de l’offensive Nivelle attendue depuis plusieurs semaines et déclenchée la veille, sur le Chemin des Dames. Celle-ci fait d’ailleurs le gros titre sur trois colonnes de L’Ouest-Eclair qui, pour l’occasion, annonce une victoire française et la capture de 10 000 prisonniers[7]. Toute aussi enthousiaste que le quotidien catholique rennais, l’édition du soir de La Dépêche de Brest fait pour sa part le lien avec l’offensive menée à partir du 9 avril 1917 par le corps expéditionnaire britannique dans la région d’Arras et annonce « 100 000 Allemands hors de combat en huit jours »[8]. L’édition du matin est, elle, plus mesurée et se contente de proclamer que sur soixante kilomètres de front l’artillerie française martèle les lignes ennemies »[9]. Un bourrage de crâne et un jusqu’au-boutisme dans la poursuite du conflit qui, ont le sait, contribue largement au succès de Lénine en Russie.


[1] « Khienthaliens russes à Stockholm », La Dépêche de Brest (édition du soir), 3e année, n°664, 17 avril 1917, p. 4 ; « Le groupe socialiste russe en Suède », L’Ouest-Eclair, 18e année, n°6377, 17 avril 1917, p. 2.

[2] Barey, Morgane et Bourcart, Jean (dir.), 1917, l’année trouble, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019.

[3] Le Breton, Eugène, « Autour de la Révolution Russe », L’Ouest-Eclair, 18e année, n°6377, 17 avril 1917, p. 1.

[4] Bougeard, Christian, Les Forces politiques en Bretagne. Notables, élus et militants (1914-1946), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011, chapitre III.

[5] Gerwarth, Robert, Les Vaincus. Violences et guerres civiles sur les décombres des empires 1917-1923, Paris, Seuil, 2019, p. 43-45.

[6] Dolbert, P.-O., « En Russie », L’Ouest-Eclair, 18e année, n°6376, 16 avril 1917, p. 1.

[7] « L’Offensive française est déclenchée entre Soissons et Reims », L’Ouest-Eclair, 18e année, n°6377, 17 avril 1917, p. 1.

[8] « La situation militaire », La Dépêche de Brest (édition du soir), 3e année, n°664, 17 avril 1917, p. 1.

[9] « L’offensive française », La Dépêche de Brest, 31e année, 11579, 17 avril 1919, p. 1.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2021, 21 février). Quand Lénine naît à la Bretagne. Ar Brezel. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbn6

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.