À propos de la sortie de la Grande Guerre

Curieux ouvrage que ce volume collectif dirigé par J.-P. Bled et J.-P. Deschodt et consacré aux conséquences de la Grande-Guerre sur une chronologie désormais bien connue, 1919-1923[1]. Offrant un vaste panorama centré sur les questions diplomatiques, économiques mais également culturelles et sociales, le livre manque pourtant singulièrement de liant. En effet, les communications ne sont pas regroupées en parties et le lecteur a rapidement l’impression d’un kaléidoscope d’articles à l’intérêt par ailleurs très inégal. Certes, là est une constante des volumes collectifs mais force est d’admettre que si ce livre comporte quelques très stimulants passages, il admet aussi des pages dont on est en droit de se demander s’il était bien opportun de les publier. Tour d’horizon d’un ouvrage foisonnant (plus de 600 pages) mais éminemment contrasté.

Actes d’un colloque tenu à l’Institut catholique de Vendée (ICES) et organisé par le Centre de recherche de ce même établissement (CRICES) les 14 et 15 novembre 2019, ce livre s’insère dans une actualité historiographique certaine, celle concourant au passage des chronologies diplomatiques aux périodicités ressenties par les acteurs. Pour ce faire, les différents auteurs composent un vaste tableau embrassant une géographie résolument internationale : La France bien entendu mais aussi la Grande-Bretagne, l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie et ses ruines, la Pologne, l’Italie, les États-Unis, la Russie, la Yougoslavie sans oublier des détours par le Tyrol, l’Alsace et la Lorraine ou encore la Cilicie. De même, cet ouvrage collectif accorde une large place à l’examen des traités à travers des communications d’histoire classiquement diplomatique prenant pour objet Versailles, Sèvres, Saint-Germain et Trianon. A cet égard, le livre pourrait faire office de manuel pour étudiants souhaitant disposer d’articles constituant autant de propos introductifs en vue de – nécessaires – approfondissements.

Alexandre Millerand passant devant un piquet d'honneur lors de la signature du traité de Trianon, 4 juin 1920. Gallica / Bibliothèque nationale de France: département Estampes et photographie, EI-13 (712).
Alexandre Millerand passant devant un piquet d’honneur lors de la signature du traité de Trianon, 4 juin 1920. Gallica / Bibliothèque nationale de France: département Estampes et photographie, EI-13 (712).

C’est donc à profit que le lecteur se plonge dans un certain nombre de communications abordant des thématiques pas ou peu abordées par l’historiographie. A titre d’exemple, citons les articles de M.-C. Esposito sur la banque d’Angleterre (p. 23-38), de S. Courtois sur le rôle de Lénine dans la guerre russo-polonaise (p. 263-275) ou encore de T. Sauzeau sur la création du Bureau hydrographique international (p. 395-408). Dans une perspective plus strictement bretonne, on notera avec intérêt la contribution de M. Levatois sur le finistérien Camille Vallaux, auteur avec Jean Brunhes d’une stimulante analyse géographique de la Grande Guerre qui préfigure, par bien des égards, la géopolitique (p. 353-363).

Là est le paradoxe d’une période qui, située dans le prolongement d’une guerre mondiale, est appréhendée sur un mode transnational alors que, fondamentalement, ce qui en émerge est la notion de frontière. C’est ce que montre la stimulante contribution de J.-P. Deschodt permettant d’intéressants développements pour qui s’intéresse à la culture professionnelle des combattants de 1914-1918[2]. En effet, en rappelant qu’il paraissait en 1919 « inimaginable que ceux qui avaient consenti tous les efforts en faveur de la Mère Patrie ne reçussent pas en contrepartie le droit au travail » (p. 43), l’auteur met en évidence les contradictions d’une partie du mouvement ouvrier qui d’un côté, retour de bâton de la participation à l’Union sacrée oblige[3], s’arrime à Moscou dans une perspective internationaliste bien connue tout en instaurant un véritable « protectionnisme » (p. 49) afin que les anciens poilus ne se retrouvent pas une fois revenus dans leurs foyers au chômage. Mais des louables intentions du républicain-socialiste Pierre Colliard qui, en tant que ministre du travail, fait adopter en 1918 la « garantie aux mobilisés de la reprise de leur contrat de travail » (p. 42), à des pratiques attestant un véritable repli sur soi, voir même une franche xénophobie, il n’y a bien souvent qu’un pas. C’est d’ailleurs pour cela que l’auteur se demande si derrière ce « protectionnisme ouvrier » ne se cache finalement pas une mise en application de la « préférence nationale » (p. 50). Ajoutons d’ailleurs que ces questionnements ne sont pas propres à la France puisque G. Hocmard formule un semblable constat à propos de la Grande-Bretagne (p. 247).

Or ce qui émerge de ce volume collectif est en réalité l’infusion du système de valeurs instauré par les tranchées dans le monde du travail des années 1920, distillation qui se fait dans un climat de grande tension. De ce point de vue, F. Joly a raison de revenir sur le délicat « printemps social français de 1919 » (p. 51-63) mais c’est surtout sur l’article que R. Trichereau consacre aux veuves de guerre des PTT que l’on s’attardera. En effet, cet auteur rappelle que « même si des mesures ont manifestement été prises pour protéger l’emploi des veuves de guerre, ces dernières, non contentes de leur situation relativement précaire se sont unies pour défendre leurs intérêts, et ont ainsi créé en 1920 une association de veuves de guerre des PTT ; cela en donnant suite à un appel lancé par le Journal des mutilés et réformés » (p 70). On aurait tort de considérer cette création d’association comme étant anecdotique. D’abord, d’un strict point de vue quantitatif, on rappellera que les PTT représentent à la veille de la Grande Guerre le deuxième employeur de France tout en étant l’institution d’État la plus féminisée » (p. 66). En second lieu, il nous semble que cette initiative est à rapprocher de celle d’un Maurice Barrès souhaitant accorder le droit de vote aux veuves de guerre au nom de leur mari tombé au front. En effet, non seulement ces deux démarches participent assurément d’une certaine forme de perpétuation de la domination masculine mais, plus encore peut-être, d’une mise sur un piédestal de la figure quasi intouchable dans cette société française des années 1920 qu’est le poilu. Aussi est-ce pourquoi, en fin de compte, le « protectionnisme ouvrier » évoqué par J.-P. Deschodt nous semble moins participer d’une « préférence nationale » (p. 49-50) que d’une prime aux tranchées, à la pension de mutilé et aux médailles chèrement acquises à Verdun, sur la Somme ou aux Chemin des Dames.

Mutilé du bras droit écrivant de la main gauche, 14 janvier 1916 (détail). La Contemporaine: VAL 387/053.
Mutilé du bras droit écrivant de la main gauche, 14 janvier 1916 (détail). La Contemporaine: VAL 387/053.

Le paradoxe est que cette sortie de guerre se déroule dans un environnement marqué par une grande conflictualité mais également un univers matériel rapidement périmé. En effet, et dans une veine qui n’est pas sans faire penser à certaines réflexions proposées par F. Cochet[4], F. Guelton rappelle que si chars et avions sont construits en nombre pendant le confit, ils le sont à la hâte « pour être utilisés et souvent détruits peu après sur le champ de bataille » (p. 125). Simultanément, alors que la classe politique française s’accorde dans sa grande majorité – il existe des exceptions à l’instar du socialiste rennais Carle Bahon – à faire preuve de fermeté face à l’Allemagne, ce sont ces mêmes députés qui « réclament en même temps à la Chambre et défendent dans les réunions publiques, l’accélération de la démobilisation, et la réduction de la durée du service militaire » (p. 124). A ce propos, l’historien F. Cochet parle d’une « demande sociale de pacifisme » qui tient en deux mesures (p. 140) :

« Le 1er avril 1923, le service militaire est ramené à 18 mois. Mais dès les débats parlementaires de 1923, les socialistes demandent la réduction à un an. Le 31 mars 1928, le service militaire est effectivement ramené à un an, temps jugé largement insuffisant par les autorités militaires pour former convenablement les soldats. »

Injonctions certes contradictoires se déroulant sur un climat de grande crise budgétaire mais qui en définitive révèlent la préséance, en ce début des années 1920, du politique sur le militaire (p. 131). Un rapport de force qui à n’en pas douter s’instaure sur la figure mythique d’un peuple de poilus ayant vaillamment combattu, et vaincu, à Verdun. Et F. Cochet de livrer un tableau froidement clinique de la sensibilité militaire de cette France sortie traumatisée des tranchées (p. 146) :

« Comment trouver des hommes quand les jeunes Français ne veulent plus consacrer plus d’un an de leur jeunesse à la préparation de la défense de la France ? La solution s’appelle ‘recrutement colonial’. Comment ne pas investir de manière coûteuse dans des matériels nouveaux ? La solution se nomme ‘stocks de 1914-1918’. Rarement une Armée n’aura autant réfléchi à son avenir que l’Armée française des années 1920-1930. Mais plus le temps passe et plus les décideurs vieillissent, plus les solutions héritées de la victoire de 1918 leur paraissent reproductibles à l’infini. »

En Italie, la sortie du conflit est d’autant plus délicate que les armées transalpines ont livré « une guerre de position qui, pour n’avoir jamais subi de Verdun, n’en a pas moins connu d’innombrables Chemin des Dames » (p. 167). Et F. Le Moal d’enfoncer le clou en affirmant qu’en termes de « soft-power », jamais Rome ne parviendra à se relever de l’humiliation de Caporetto (p. 167). Dès lors, se sont bien les germes de la « victoire mutilée » qui se trouvent inoculés, l’historien parlant à ce propos d’une « culture du vaincu » qui prend tout son sens à la lumière du processus de contagion fasciste. Pour autant il importe de se méfier des continuités trop évidentes tant les modalités des sorties du conflit sont complexes. De ce point de vue, P. Cauchy a parfaitement raison de souligner qu’une « des conséquences de cette période de guerre et de recomposition fut l’explosion de la compétence des États et leur intrusion dans la société civile européenne, un phénomène dont les régimes totalitaires seront le paroxysme et l’État providence le fruit généreux » (p. 572).

Affiche de la ligie des droits du religieux ancien combattant, fin des années 1920 (détail). La Contemporaine: AFF20707.
Affiche de la ligie des droits du religieux ancien combattant, fin des années 1920 (détail). La Contemporaine: AFF20707.

Mais il n’en demeure pas moins que malgré quelques communications véritablement intéressantes, ce volume collectif est plombé par certains articles qui, pour le dire clairement, ne sont pas au niveau. Passons rapidement sur les auteurs attestant de lacunes bibliographiques qui nous semblent éminemment préjudiciables. Spécialiste bien connu de Napoléon, T. Lentz explore la question de la réintégration de l’Alsace et de la Lorraine (p. 523-535) sans jamais faire référence aux travaux de B. Cabannes, ni même à ceux de R. Georges[5]. Il nous semble pourtant qu’il s’agit-là d’auteurs difficilement contournables sur un sujet tel que celui-ci. Mais pour des raisons qui nous échappent, cet article préfère s’appuyer sur le propos du nationaliste B. Wittmann pour qui le retour de l’Alsace dans le giron hexagonal s’accompagne d’un véritable processus « d’épuration ethnique à la française » : une assertion mollement nuancée par T. Lentz qui la qualifie simplement « d’exagération » (p. 528). Traitant des pèlerinages du souvenir, B. Bril n’évoque pas le collectif publié sous la direction d’Y.-M. Evanno et J. Vincent, ouvrage faisant pourtant autorité sur la question[6]. Et comment pourrait-elle le faire d’ailleurs puisque son propos est dénué de tout appareil critique ? (p. 325-335) Une curiosité qui n’est du reste pas un cas unique dans cet ouvrage et qui amène à sérieusement interroger la scientificité de l’ensemble.

Et que dire de la contribution – qui inaugure le volume – que S. Schweitzer consacre à J. M. Keynes, homme-clef de la délégation britannique à Versailles ? Dénonçant à raison le syllogisme voulant que « 1) Keynes a prévu que le traité de Versailles allait déboucher sur une catastrophe. 2) La catastrophe a eu lieu. 3) Donc Keynes avait raison. »  (p. 17) l’auteur se livre à un portrait au vitriol de l’économiste qui se voit, entres autres, accusé d’être « l’homme d’un seul livre » (p. 15). Pour autant, l’affirmation selon laquelle « la grande presse en France a ignoré [Les Conséquences économiques de la paix] qui resta un ouvrage sans écho politique » (p. 19) nous semble contestable. Car mesurer l’impact d’un livre au nombre d’exemplaires vendus – 9 000 en France en 1972 (p. 18) – nous semble aller un peu vite en besogne, et accessoirement ignorer le fait qu’un volume acheté par une bibliothèque, par exemple, peut être consulté par un certain nombre de lecteurs.

Mais passons. Les colonnes de L’Ouest-Eclair et du Nouvelliste de Bretagne, ainsi que celles de la Dépêche de Brest, montrent qu’y compris dans un espace comme la péninsule armoricaine la figure de Keynes est connue sur la période 1919-1923. En témoignent de nombreuses mentions qui certifient une certaine notoriété, même si l’on veut bien admettre que le nom de l’économiste britannique n’est probablement pas sur toutes les lèvres. Dans La Dépêche de Brest, le nom de de J.-M. Keynes apparaît pour la première fois dans l’édition du 3 mai 1919 : il est alors simplement mentionné comme étant un des individus participant aux « préliminaires de paix »[7]. Un an plus tard, le quotidien finistérien mentionne la recension pour le moins critique des Conséquences économiques de la paix publiée dans la Revue des deux mondes[8]. En août 1920, ce journal publie la tribune d’un certain commandant Chaperon qui, fustigeant la clémence dont bénéficie l’Allemagne, s’interroge : « Mais que faire avec des alliés qui ont les idées préconçues de M. Keynes ? »[9] Deux semaines plus tard, un autre éditorial qualifie l’économiste britannique de « pro-allemand »[10]. L’affirmation selon laquelle « la grande presse en France a ignoré [Les Conséquences économiques de la paix] qui resta un ouvrage sans écho politique » (p. 19) nous paraît donc d’autant plus contestable que, dans son édition du 19 janvier 1921, la Dépêche de Brest dit à propos de la paix de Versailles que « M. Keynes, dont le livre nous a fait autant de mal qu’il a fait de bruit dans le monde, a été le premier à interpréter le traité »[11].

Dès lors, on en vient à interroger la nature profonde du propos de S. Schweitzer. Cet article relève-t-il réellement de la science historique ou faut-il le reléguer à une sorte de causerie idéologique, Keynes pouvant évidemment faire figure d’épouvantail pour quelqu’un qui ne cache pas ses orientations libertariennes ? Faire de l’histoire ou de la politique, il faut choisir… En ce qui nous concerne, la cause est entendue et ce depuis longtemps.


[1] Bled, Jean-Paul et Deschodt, J.-P. (dir.), Les Conséquences de la Grande Guerre 1919-1923, Paris, Editions SPM, 2020. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Pour de plus amples développements on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, thèse de doctorat d’histoire sous la direction du professeur Capdevila, Luc, Rennes, Université Rennes 2, 2019.

[3] Robert, Jean-Louis (dir. en collaboration avec Chaurand, David), Le Syndicalisme à l’épreuve de la Première Guerre mondiale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017.

[4] Cochet François, « Overlord. Prémices de la société de consommation ? », in Leleu Jean-Luc (dir.), Le Débarquement. De l’événement à l’épopée, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018, p. 213-224.

[5] Cabanes, Bruno, La Victoire endeuillée. La sortie de guerre des soldats français 1918-1920, Paris, Seuil, 2014 ; Georges, Raphaël, « Quelle mémoire pour les soldats alsaciens-lorrains de la Grande Guerre ? », Le Mouvement social, 2015/2, n°251, p. 59-74 et du même auteur Les soldats alsaciens-lorrains de la Grande Guerre dans la société française (1918-1939), thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Grandhomme, Jean-Noël et Muller, Claude, Strasbourg, Université de Strasbourg, 2018.

[6] Evanno, Yves-Marie et Vincent, Johan, Tourisme et Première Guerre mondiale. Pratique, prospective et mémoire (1914-2014), Ploemeur, Editions CODEX, 2019.

[7] « Les préliminaires de paix », La Dépêche de Brest, 33e année, n°13124, 9 mai 1919, p. 1.

[8] « Bibliographie », La Dépêche de Brest, 34e année, n°13506, 19 mai 1920, p. 3.

[9] Chaperon, Commandant, « Impérialisme économique », La Dépêche de Brest, 34e année, n°13491, 12 août 1920, p. 1.

[10] Delpierre, A., « Un mot sur l’Angleterre », La Dépêche de Brest, 34e année, n°13509, 30 août 1920, p. 1.

[11] « Le Ministère Briand se présentera demain devant les Chambres », La Dépêche de Brest, 35e année, n°13551, 19 janvier 1921, p. 1.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.