Salut à la Russie (détail), vignette publicitaire. Collection particulière.

L’armée au secours de LU ? À propos de sensibilité militaire

Dans la nuit du 4 au 5 mai 1888, l’usine de biscuits Lefèvre-Utile située en plein cœur de Nantes, juste en face du château, est ravagée par les flammes. Comme on pouvait s’y attendre, ce fait divers fait l’objet d’un abondant traitement journalistique constituant, pour l’historien, un matériau précieux. En effet, les articles publiés à cette occasion montrent la part importante prise par l’armée dans ce combat contre les flammes. Ce faisant, c’est sans doute un des ressorts de la sensibilité militaire qui se dévoile en cette occasion.

Que ce sinistre soit abondamment relayé par la presse nantaise ne doit pas étonner. Plus que d’une célèbre entreprise, c’est bien d’un des symboles de la Cité des Ducs dont il s’agit. D’ailleurs, pour le Phare de la Loire, « tout le monde à Nantes connaît la belle usine de biscuits de M. Lefèvre-Utile dont le nom en lettres énormes se détache sur un bâtiment situé quai Baco, 2, en face du château de Nantes »[1]. Il est vrai qu’en l’espace d’une quarantaine d’années, depuis la deuxième moitié des années 1840, l’entreprise a su à s’enraciner dans le chef-lieu du département de Loire-Inférieure, s’ancrer dans le cœur des Nantais tout en internationalisant ses méthodes de production et de commercialisation[2].

Carte postale publicitaire. Musée de Bretagne: 989.0001.159.
Carte postale publicitaire. Musée de Bretagne: 989.0001.159.

Toutefois, en tant qu’objet d’histoire, l’incendie survenu dans la nuit du 4 au 5 mai 1888 peut nous dire plus que l’émoi suscité par la destruction d’une usine emblématique. C’est bien pour cela que la rubrique des faits divers constitue une archive précieuse[3]. En premier lieu, il importe de souligner qu’un incendie est un événement spectaculaire et qu’en rendre compte est nécessairement susceptible de vendre du papier. En d’autres termes, ce sinistre rappelle la marchandisation de l’information et, quoi qu’on en dise, les enjeux financiers qui pèsent sur la production de la source. Mais ce n’est pas tout. En effet, dans un second temps, on observe qu’il est fait mention, au lendemain de cet incendie, d’un important déploiement de forces armées aux côtés des pompiers de la ville, pour combattre les flammes. Le Phare de la Loire, dans son édition du 6 mai 1888, explique ainsi que « jusqu’à minuit, les pompes manœuvrèrent sans relâche ; les pompiers étaient aidés par un bataillon du 65e de ligne, un escadron de dragons, des soldats du train, les douaniers, etc. »[4].

Que la troupe soit appelée à la rescousse dans une importante ville de garnison comme Nantes, siège du 11e corps d’armée, ne doit pas étonner. Sans doute faut-il y voir la marque d’un certain pragmatisme, nécessité faisant loi si l’on ose dire. Pour autant, cette réalité ne doit pas empêcher que s’exerce l’esprit critique. Il est en effet assez douteux qu’un bataillon entier du 65e de ligne soit requis dans cette nuit du 4 au 5 mai 1888 pour combattre les flammes. En effet, et conformément aux effectifs de temps de paix ayant alors cours, un tel échelon correspond à environ 500 hommes, ce qui paraît d’autant plus improbable qu’y est adjoint un escadron du 3e régiment de dragons, soit environ 70 cavaliers[5]. Or de tels chiffres sont très improbables. Qu’il ait fallu des renforts humains pour combattre le feu, cela ne fait pas de doute. Mais de tels ordres de grandeur auraient très certainement conduit à un engorgement du site, ce qui n’était bien entendu pas souhaitable.

Dès lors, comment expliquer une telle erreur ? D’un strict point de vue rhétorique, il est plus que probable que la clef du mystère réside en une métonymie mal maîtrisée : sans doute que la partie aura été prise pour le tout, une compagnie (environ 125 hommes sur effectif de temps de paix) étant confondue avec un bataillon (500 fantassins sur effectif du temps de paix). Mais si le traitement journalistique du fait divers est historiquement signifiant, alors comment interpréter cette formulation erronée ? Ou, plus précisément, ne peut-on pas y voir aussi la marque d’une sensibilité militaire exacerbée dans une ville qui, rappelons-le, est aussi le chef-lieu de la 11e région militaire et où l’armée est l’un des plus importants employeurs (sans compter son poids en termes de recettes fiscales, notamment par l’intermédiaire de l’octroi) ? Pour le dire autrement, l’inflation des troupes pratiquées par Le Phare de la Loire serait un indice de la popularité de l’institution militaire.

Cette hypothèse nous semble d’autant plus plausible que le fait militaire est assurément central pour qui souhaite comprendre la société française de cette époque. La biscuiterie Lefèvre-Utile en est d’ailleurs un excellent exemple. Maîtrisant à la perfection la communication par l’image, elle n’hésite pas à solliciter le registre patriotique et militaire comme en témoignent certaines ornementations de boites métalliques lancées à la fin des années 1880. La marque sait par ailleurs communiquer sur les grands moments de la diplomatie française, comme la signature de l’alliance franco-russe en 1892 célébrée avec un nouveau biscuit nommé Néva. Là est une tendance sur le temps long et l’on sait que l’entreprise est particulièrement impliquée dans l’effort de guerre pendant la Première Guerre mondiale[6]. Les lettres LU sont ainsi placées en plein centre du célèbre rideau du théâtre aux armées du 81e RIT, objet confectionné en 1916 et sur lequel figurent les noms des principales entreprises nantaises : les grands magasins Decré, le journal Le Phare de la Loire, les sucres Chantenay, les Ateliers de construction et métallurgistes nantais, les conserveries Cassegrain…[7]

Carte postale. Musée de Bretagne: 995.0008.4290.
Carte postale. Musée de Bretagne: 995.0008.4290.

Ajoutons de surcroît que l’incendie de la biscuiterie Lefèvre-Utile a lieu en 1888, c’est-à-dire en pleine crise boulangiste, ce qui là encore n’est pas neutre. Qu’il s’agisse du Phare de la Loire, du Progrès de Nantes ou encore de L’Union bretonne, pas un de ces journaux ne publie alors un numéro sans faire évoquer l’actualité de l’iconoclaste officier, prémices par bien des égards du populisme que nous connaissons au XXIe siècle. Autrement dit, aux éléments identifiables sur le temps long s’en ajoutent d’autres relevant de la chronologie resserrée du boulangisme qui, tous, disent la popularité dont jouit alors l’institution militaire, véritable pilier, avec l’école, de la IIIe République. Dès lors, la coquille du Phare de la Loire relèverait moins d’une métonymie mal-maîtrisée que d’une sorte d’acte manqué. Preuve s’il en était que l’erreur en histoire peut être vertueuse.


[1] « L’incendie de l’usine Lefèvre-Utile », Le Phare de la Loire, 74e année, n°21 520, 6 mai 1888, p. 2.

[2] Fruneau-Maigret, Olivier (avec la collaboration de Adouani, Miren), Une marque à l’avant-garde LU. Lefèvre-Utile depuis 1846, Nantes, Edition du Château des Ducs de Bretagne / Presses universitaires de Rennes, 2020.

[3] Kalifa, Dominique, « Faits divers en guerre (1870-1914) », Romantisme, n°97, 1997, p. 89-102.

[4] « L’incendie de l’usine Lefèvre-Utile », Le Phare de la Loire…, art. cit. Cette information est reprise dansFruneau-Maigret, Olivier (avec la collaboration de Adouani, Miren), Une marque à l’avant-garde…, op. cit., p. 37.

[5] Le Gall, Erwan, Une entrée en guerre. Le 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo au combat (août 1914 – juillet 1915), Talmont-Saint-Hilaire, éditions CODEX, 2014, p. 37 et suivantes ; Historique du 3e Dragons pendant la campagne 1914-1918, Paris, Henri Charles-Lavauzelle, 1920.

[6] Fruneau-Maigret, Olivier (avec la collaboration de Adouani, Miren), Une marque à l’avant-garde…, op. cit.

[7] Gualdé, Krystel, En Guerres 1914-1918 1939-1945 Nantes & Saint-Nazaire, Nantes, Editions du Château des Ducs de Bretagne, 2013, p. 58-59.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2021, 14 février). L’armée au secours de LU ? À propos de sensibilité militaire. Ar Brezel. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbn4

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.