Affiche annonçant la venue à à Saint-Marcel du général de Gaulle, le 27 juillet 1947 (détail). Collection particulière.

27 juillet 1947 : Réécrire Saint-Marcel pour mieux combattre les communistes

C’est en plein été que, le 27 juillet 1947, le général de Gaulle vient honorer de sa présence le maquis de Saint-Marcel. En pleine « traversée du désert », ce qui ne signifie nullement qu’il est inactif, il profite d’une tournée en Bretagne pour visiter, entre un pèlerinage à Sainte-Anne d’Auray et un arrêt à Pontivy, ce haut-lieu de la Résistance dans la péninsule armoricaine. Mais, comme toujours lorsqu’il s’agit de mémoire, cette visite, entre mythe résistancialiste et rupture du tripartisme, a moins à voir avec le souvenir de la Seconde Guerre qu’avec les enjeux nationaux et internationaux du moment. Si Charles de Gaulle profite d’un arrêt à Paimpont pour se recueillir sur la tombe de sa mère, ce sont bien des considérations politiques qui sont, avant tout, à l’ordre du jour[1].

La tournée qu’effectue à la fin du mois de juillet 1947 le général de Gaulle dans la péninsule armoricaine a beau s’effectuer en pleine torpeur estivale, alors que le breton Jean Robic vient tout juste de remporter le Tour de France, le ton de l’homme du 18 juin n’en est pas moins très offensif. C’est ainsi qu’à Rennes, le 27 juillet, il prononce un discours inaugurant une série d’allocutions appelant à le rejoindre au sein du Rassemblement du peuple français (RPF) et, surtout, dénonçant le « péril rouge » qui, à l’en croire, menace le pays. Cette dernière dimension n’échappe pas à la presse et, à Dijon, Les Dernières Dépêches notent qu’à cette occasion l’ancien chef de la France libre a « dénoncé ouvertement, brutalement, le parti communiste comme un parti manœuvré et dirigé pour le service exclusif de l’URSS, et accusé ses chefs de saper l’unité nationale »[2]. Autrement dit, le Général joue sur deux tableaux : intérieur en combattant cette IVe République incarnant ce « régime des partis » qu’il exècre, extérieur en se positionnant comme un adversaire résolu du bloc soviétique.

Carton d'invitation à la cérémonie du 27 juillet 1947 à Saint-Marcel. Collection particulière.
Carton d’invitation à la cérémonie du 27 juillet 1947 à Saint-Marcel. Collection particulière.

Ce contexte est fondamental car il permet de comprendre non pas la raison de la venue de Charles de Gaulle à Saint-Marcel – sans doute s’agit-il pour une large part d’un passage obligé, surtout quand l’on sait que c’est le colonel Rémy, régional de l’étape, qui est l’organisateur de ce voyage[3] – mais le sens que l’homme du 18 juin entend donner à ce déplacement. Comme sur l’Île de Sein l’été précédent, il s’agit encore une fois de se poser en recours face aux périls qui une nouvelle fois menacent la Nation : la déliquescence de la IVe République et les menaces en provenance d’Union soviétique. D’ailleurs, rendant compte de ce déplacement du Général en Bretagne, France-Soir n’hésite pas à titrer sur cinq colonnes : « De Gaulle part en guerre contre l’URSS et les chefs communistes »[4]. Même tonalité à Dijon où Les Dernières Dépêches affirment que « le général de Gaulle accuse ouvertement le Parti communiste de saper l’unité nationale ». Et de citer les propos de l’ancien chef de la France libre affirmant que la France est « en péril par le fait d’un groupement d’hommes dont ceux qui les mènent placent au-dessus de tout le service d’un Etat étranger »[5]. D’autres journaux, comme La Croix ou L’Aurore, adoptent des formulations plus neutres mais qui ne minimisent nullement la vigueur des attaques portées par l’ancien chef de la France libre[6].

Il est manifeste que, lors de sa venue à Saint-Marcel, Charles de Gaulle use de son aura pour passer outre les dissensions entre France libre et Résistance intérieure. Sans doute y a-t-il dans cette représentation pour le moins édulcorée de l’histoire une volonté performative, comme s’il avait avant tout importé de pousser sous le tapis les remous suscités par cette tournée bretonne. A Rennes, ceux-ci sont, comme le rappelle Paris-Presse, particulièrement vifs[7] :

« On sait que le Conseil municipal, à une forte majorité, avait refusé au général l’autorisation de tenir sa réunion sur le Champ de Mars. Ce vote avait entraîné la démission – d’ailleurs refusée par le préfet – du maire, de ses adjoints et des conseillers radicaux et MRP de la minorité. »[8]

Et L’Aurore de rappeler, goguenard, que « la municipalité de Rennes est tout de même celle qui a déclaré, à quelques voix de majorité, qu’elle ne recevrait pas le premier résistant de France et qu’elle lui interdirait de parler sur une place publique »[9]. Bien entendu, L’Humanité ne l’entend pas de cette oreille et affirme qu’à Rennes « M. de Gaulle, agent de division et de désordre, se démasque publiquement comme chef du Rassemblement anticommuniste » et en appelle « pour le salut de la France et de la République » à la « large union de toutes les forces ouvrières et démocratiques »[10]. Et le quotidien communiste de placer le portrait de l’homme du 18 juin devant celui du colonel de la Rocque, manière d’opérer un rapprochement avec l’ancien chef des Croix de feu. En d’autres termes, l’escale rennaise du Général devient un sujet politique en soi, actualité autour de laquelle s’articulent les clivages partisans. Dès lors, comment s’étonner qu’Albert Ollivier, l’envoyé spécial du droitier Carrefour, glose sur « la petite comédie fasciste de la majorité du conseil municipal de Rennes » ?[11]

Affiche annonçant la venue à Rennes du général de Gaulle, le 27 juillet 1947 (détail). Collection particulière.
Affiche annonçant la venue à Rennes du général de Gaulle, le 27 juillet 1947 (détail). Collection particulière.

A Saint-Marcel, le général de Gaulle se livre à un récit pour le moins étonnant des événements de juin 1944. Cette grille de lecture, relayée notamment par Les Dernières Dépêches de Dijon, vient rappeler que la réécriture a posteriori du fait militaire répond bien souvent, pour ne pas dire toujours, à des impératifs politiques[12]. C’est ainsi que, la mémoire n’étant définitivement pas l’histoire, Saint-Marcel devient trois ans après les faits « un épisode essentiel de la Libération »[13]. Pierre Bourgoin, qui est décoré ce 27 juillet 1947 de la médaille de la Résistance avec rosette, est alors présenté comme l’un des « quelques survivants des bataillons du ciel qui organisèrent la libération de la Bretagne ». Puis le quotidien de la Côte d’or de préciser que lors de cette cérémonie « le général de Gaulle a rappelé alors les circonstances du combat de Saint-Marcel qui, le 18 juin 1944, opposa victorieusement 3 000 hommes des forces françaises de l’intérieur appuyés par 300 parachutistes des forces françaises libres »[14]. Et là n’est pas un cas unique. A Avignon, La Gazette provençale reprend mot pour mot cette formulation dont il y a tout lieu de se demander si elle n’émane pas des services du Général, comme une sorte d’élément de langage destiné à la presse[15]. L’hypothèse semble plausible quand on sait que Les Dernières Dépêches de Dijon n’hésitent pas à publier des entrefilets précédemment parus dans les colonnes de Carrefour[16]. Bien entendu, toute la presse n’est pas à l’unisson et L’Aurore, par exemple, use du registre religieux pour décrire Saint-Marcel, « ce lieu sacré où tombèrent tant de vrais résistants »[17]. Le Segréen, hebdomadaire publié dans le Maine-et-Loire, évoque pour sa part « de violents combats entre les FFI appuyés par un bataillon de parachutistes français et les Allemands »[18].

Toujours est-il que c’est là une belle manière de présenter sous un jour particulièrement favorable, et singulièrement disculpateur, une histoire à bien des égards dramatique et qui non seulement n’aboutit nullement à la Libération de la péninsule armoricaine – faut-il de surcroît rappeler l’épisode des poches de Lorient et Saint-Nazaire ? – mais se solde par un bilan particulièrement lourd. Si les combats stricto sensu du 18 juin 1944 – notons qu’il n’est alors pas question de « bataille de Saint-Marcel » – n’aboutissent d’après les chiffres mobilisés par C. Bougeard à la mort « que » de « vingt-huit français, des FFI et six parachutistes », la répression qui suit est absolument terrible : une centaine de morts, des habitations incendiées, de dizaines d’arrestations et d’internements[19]. Ajoutons d’ailleurs, pour être complets, que la Wehrmacht est alors aidée dans ses basses œuvres de répression par des Français et notamment des miliciens du Bezen Perrot. Plus globalement, l’historiographie condamne aujourd’hui sévèrement la stratégie qu’impliquent ces grands maquis mobilisateurs tels que Saint-Marcel.

Un tel récit ne relève bien entendu nullement du hasard. Car en surjouant l’unité de l’armée des ombres, quitte à donner un récit pour le moins équivoque des combats de Saint-Marcel, le général de Gaulle rappelle implicitement que « quand les Français sont unis, alors ils sont vainqueurs ». C’est ce que suggère en quelque sorte l’envoyé spécial de Paris-Presse, André Albert, lorsqu’il affirme que lors de cette commémoration le discours de l’ancien chef de la France libre « a démontré que cette collaboration des FFI et des FFL avait permis d’infliger à l’ennemi de lourdes pertes et d’entamer son moral »[20]. Un message qui ne peut bien entendu être déconnecté de l’actualité internationale du moment et que rappelle très explicitement Albert Ollivier pour Carrefour, quitte à flatter l’amour-propre régional : « Ce n’est pas dans un pays où s’est faite la jonction des parachutistes de la France libre et des FFI que l’on pourrait songer à opposer la Résistance de Londres à celle de l’intérieur »[21].

Affiche annonçant la venue à à Saint-Marcel du général de Gaulle, le 27 juillet 1947 (détail). Collection particulière.
Affiche annonçant la venue à à Saint-Marcel du général de Gaulle, le 27 juillet 1947 (détail). Collection particulière.

Et le même journal d’insister sur le rôle effectif des militants et anciens Résistants communistes lors de la venue, ce 27 juillet 1947, du général de Gaulle à Saint-Marcel[22]. Autant de prises de guerre (froide) ? En tout cas, France-Soir, dans son édition du 29 juillet 1947, ne manque pas d’ironiser sur le concours des anciens FTP du Morbihan à l’organisation de la cérémonie de Saint-Marcel :

« Les FFI de la région avaient dû, en effet, faire appel à certains des leurs, anciens FTP, qui, à leur tour, s’étaient adressé au parti dont relevaient beaucoup de leurs membres : le parti communiste. En gravissant les degrés de l’estrade qui s’adossait au futur monument des parachutistes, le général de Gaulle ignorait évidemment à qui il devait ce piédestal. »[23]

Mais pour Carrefour, cette anecdote va bien au-delà de l’ironie. En effet, elle sert d’abord à minimiser l’ampleur des profondeurs divisant la population bretonne, et singulièrement les rangs de la Résistance. C’est en tout cas ce que laisse entendre cette conversation rapportée par Albert Ollivier, échange dont rien bien entendu ne permet de garantir l’authenticité :

« Et je pense encore à ce dialogue entendu entre deux anciens FFI de Bretagne, qui se retrouvent, l’un militant pour le RPF, et l’autre pour le parti communiste. Le premier s’inquiète de ne pas trouver de responsable pour je ne sais quelle localité.

– Et moi ? rétorque l’autre.

– Mais toi, tu es communiste.

– Pardon ! Je suis Breton d’abord, gaulliste ensuite, et enfin communiste. »[24]

Savoureuse déclinaison idéologique de l’insertion de la petite patrie dans la grande, comme dans ces matriochkas identitaires si finement décrites par A.-M. Thiesse[25]. Dans le même ordre idée, Albert Ollivier s’empresse de remarquer que ce qui l’a « beaucoup frappé » lors de cette tournée bretonne, « c’est combien étaient dominées les querelles de parti, les misères qui font les délices des couloirs du Palais-Bourbon »[26]. Une flèche qui fait coup double puisqu’elle cible autant la IVe République, en tant que régime excessivement parlementaire, que le parti communiste, puisqu’à en croire l’envoyé spécial de Carrefour « il est un niveau où les directives les plus impératives d’un comité central cessent de mordre ».[27]

A Saint-Marcel, dans la matinée du 27 juillet 1947, la messe. Au premier rang, le général de Gaulle. Collection particulière.
A Saint-Marcel, dans la matinée du 27 juillet 1947, la messe. Au premier rang, le général de Gaulle. Collection particulière.

En réalité, et c’est aussi ce que souligne le journal d’Emilien Amaury, le seul absent de cette visite à Saint-Marcel est Maurice Guillaudot, grand organisateur de la Résistance dans le Morbihan et du reste Compagnon de la Libération mais alors empêtré dans l’affaire dite du Plan bleu, un complot anticommuniste visant à la prise du pouvoir par les armes.  Pour L’Humanité, le fait qu’il soit évoqué par le général de Gaulle est inacceptable, ce que ne manque pas de souligner André Carrel en des termes particulièrement vifs : 

« En agissant ainsi, il prend objectivement la défense des cagoulards. Cela n’étonne pas lorsqu’on sait que la moitié des cadres de ceux-ci sont formés d’hommes qu’il a graciés durant son passage au gouvernement, d’hommes dont les responsabilités dans la défaite, dans la collaboration, dans la trahison ont été écrasantes et qui ont joui, comme chaque résistant de France s’en souvient, d’une criminelle indulgence. »[28]

Et le quotidien fondé par Jean Jaurès d’enchaîner, encore plus offensif et évoquant une « marche sur Rennes » :

« Le 27 juillet ne doit pas en effet être très loin de ce fameux jour J, où, d’après le Plan Bleu, Crété devait être délivré par l’attaque sur la prison de Rennes des troupes de Guillaudot… Ce même Guillaudot qui est en prison et dont de Gaulle fit l’apologie dans son discours de Saint-Marcel. Cette opération de cagoulards devait être suivie de la marche sur Paris. Ce dimanche, le RPF s’est contenté d’une marche sur Rennes, à titre d’essai sans doute. »[29]

Cette salve à boulets rouges de L’Humanité ne doit rien au hasard. Ce qui est en jeu ici, fondamentalement, c’est le monopole sur ce formidable capital politique qu’est la Résistance : un magot qui attise les convoitises entre d’une part les partisans du chef de la France libre, d’autre part les militants de ce parti qui se présente comme celui des 75 000 fusillés[30]. Et dans ce cadre, l’enjeu est tel que toute « union sacrée » est impossible. C’est ainsi que L’Humanité s’en prend vivement à Andrée Récipon, ancienne résistante au sein du Réseau Bordeaux-Loupiac et du mouvement Libération-Nord, mais aussi en 1947 présidente pour l’Ille-et-Vilaine du RPF. Sur la foi d’une lettre envoyée aux maires du département, le journal communiste interroge le financement de cette tournée bretonne du Général puisqu’il est indiqué dans ce courrier que « les frais de transport seront remboursés par le RPF »[31].


[1] Albert, André, « Les Bretons ont fait au général un accueil enthousiaste », Paris-Presse, 4e année, n°811, 29 juillet 1947, p. 1.

[2] « Le général de Gaulle accuse ouvertement le Parti communiste de saper l’unité nationale », Les Dernières Dépêches de Dijon, 8e année, n°804, 28 juillet 1947, p. 1.

[3] « Le pardon factieux », Carrefour, 4e année, n°150, 30 juillet 1947, p. 2.

[4] « De Gaulle part en guerre contre l’URSS et les chefs communistes », France-Soir, 6e année, n°930, 29 juillet 1947, p. 1.

[5] « Le général de Gaulle accuse ouvertement… », art. cit.

[6] « A Rennes, le général de Gaulle critique vivement la politique du parti communiste », La Croix, VIe année, n°891, 29 juillet 1947, p. 2 ; Petra, H. C., « Plus de 500 000 personnes ont acclamé Charles de Gaulle », L’Aurore, VIe année, n°891, 29 juillet 1947, p. 1.

[7] Pour un bon résumé se reporter à Sainclivier, Jacqueline, L’Ille-et-Vilaine. 1918-1958, Vie politique et sociale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1996, chapitre 7, « mécontentement et structures politiques éphémères ».

[8] Albert, André, « Les Bretons ont fait au général… », art. cit.

[9] « A Rennes, le général de Gaulle… », La Croix, art. cit..

[10] Carrel, André, « M. de Gaulle agent de division et de désordre, se démasque publiquement comme chef du Rassemblement anticommuniste », L’Humanité, 44e année (nouvelle série), n°898, 29 juillet 1947, p. 1.

[11] Ollivier, Albert, « Quand de Gaulle fait l’histoire », Carrefour, 4e année, n°150, 30 juillet 1947, p. 1.

[12] Boltanski, Ariane, Lagadec, Yann et Mercier, Franck (dir.), La Bataille. Du fait d’armes au combat idéologique (XIe-XIXe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015.

[13] « Le général de Gaulle accuse ouvertement… », art. cit.

[14] « … à l’origine de toutes les grandes entreprises, il y a la foi et l’action d’une élite », Les Dernières Dépêches de Dijon, 8e année, n°804, 28 juillet 1947, p. 1. Ajoutons que les chiffres retenus par l’historiographie sont plutôt de 2 400 maquisards et 200 parachutistes, ce qui est déjà considérable.

[15] « Le général de Gaulle prononce à Rennes un violent réquisitoire contre le parti communiste », La Gazette provençale, 4e année, n°803, 28 juillet 1947, p. 1.

[16] « Le pardon factieux », Carrefour, 4e année, n°150, 30 juillet 1947, p. 2 et « Le pardon factieux », Les Dernières Dépêches, n°611, 5 août 1947, p. 3.

[17] Petra, H. C., « Plus de 500 000 personnes … », art. cit.

[18] « Le général de Gaulle en Bretagne », Le Segréen, 3e année, n° 91, 2 août 1947, p. 1.

[19] Pour une synthèse se reporter notamment à Bougeard, Christian, « Le maquis et la bataille de Saint-Marcel », in Le Page, Dominique, 11 batailles qui ont fait la Bretagne, Morlaix, Skol Vreizh, 2015, p. 332-356.

[20] Albert, André, « Les Bretons ont fait au général… », art. cit.

[21] Ollivier, Albert, « Quand de Gaulle fait l’histoire », art. cit.

[22] Ollivier, Albert, « Quand de Gaulle fait l’histoire », art. cit.

[23] « A Saint-Marcel, de Gaulle a été mis sur un piédestal par les communistes », France-Soir, 6e année, n°930, 29 juillet 1947, p. 1.

[24] Ollivier, Albert, « Quand de Gaulle fait l’histoire », art. cit.

[25] Thiesse, Anne-Marie, Ils apprenaient la France. L’exaltation des régions dans le discours patriotique, Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme, 1997 ; Thiesse, Anne-Marie, La création des identités nationales, Europe XVIIIe – XXe siècle, Paris, Seuil, 2001.

[26] Ollivier, Albert, « Quand de Gaulle fait l’histoire », art. cit.

[27] Ibid.

[28] Carrel, André, « M. de Gaulle agent de division… », art. cit.

[29] « A Rennes, M. de Gaulle agent de désordre et de division ! », L’Humanité, 44e année (nouvelle série), n°898, 29 juillet 1947, p. 2.

[30] Sur ce chiffre se reporter à Besse, Jean-Pierre et Pouty, Thomas, Les Fusillés. Répression et exécutions pendant l’Occupation (1940-1944), Paris, Editions de l’Atelier, 2006.

[31] « A Rennes, M. de Gaulle agent de désordre… », art. cit.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2021, 11 février). 27 juillet 1947 : Réécrire Saint-Marcel pour mieux combattre les communistes. Ar Brezel. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbn3

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.