La Commune au prisme des Bretons et du XIVe arrondissement

Le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et social, autrement dit le Maitron, est définitivement une œuvre à part. Comme une sorte de Sagrada familia de l’histoire sociale, ce titanesque chantier est en perpétuel avancement et ne sera d’ailleurs jamais terminé. Il y aura en effet toujours de nouvelles archives à exploiter et des notices inédites à rédiger ; sans compter bien évidemment le temps qui passe et qui, ce faisant, instaure d’autres périodes à investir. Aussi, c’est bien d’un horizon d’attente en perpétuel recul dont il s’agit avec ce dictionnaire unique, à la fois outil pour historien, lieu de mémoire… et tremplin pour de nouvelles enquêtes. C’est précisément ce que montre le récent volume collectif coordonné par M. Cordillot et consacré à la Commune de Paris, formidable ouvrage publié par les éditions de l’Atelier[1]. D’une richesse incroyable, ce volume propose non seulement de nombreuses notices biographiques mais également maints développements explorant telle ou telle dimension de l’événement, de la flottille de la Commune à aux francs-maçons qui y ont participé sans oublier la Poste ou encore la question des loyers… Précisons de surcroît que cet ouvrage est loin de faire doublon avec le site internet du Maitron puisque celui-ci, profitant pleinement des possibilités offertes par la géolocalisation, propose un certain nombre de cartes parfaitement stimulantes. Or c’est précisément en examinant l’une d’entre elles que l’idée nous est venue d’interroger la Commune de Paris, via le Maitron, sous l’angle de la diaspora bretonne et, plus précisément du quartier Montparnasse et du XIVe arrondissement[2].

Pour le dire autrement, il s’est agi pour nous d’exploiter les données du dictionnaire, informations présentes tant en ligne que dans le volume papier, pour tenter d’essayer d’identifier d’éventuels « réseaux bretons » lors de cet événement[3]. La chose pourra paraître de prime abord étrange mais l’une des dimensions les plus marquantes de la séquence 1870-1871, pour qui s’intéresse justement à cette période, est précisément le nombre de Bretons ayant eu un rôle important lors de « l’année terrible »[4] : citons pêle-mêle le morbihannais Louis-Jules Trochu, président du Gouvernement de la Défense nationale à partir du 4 septembre 1870 et ce jusqu’au 17 février 1871, gouvernement où siègent Jules Simon – originaire de Lorient et titulaire du maroquin de l’Instruction publique, des cultes et des beaux-arts –, le général Adolphe Le Flô – de Lesneven et en charge de la guerre – ainsi qu’Alexandre Glais-Bizoin – natif de Quintin et ministre sans portefeuille. Mais on pourrait également évoquer le nom de la communarde Nathalie Le Mel, native de Brest et déportée en Nouvelle-Calédonie en compagnie de Louise Michel, ou encore celui du finistérien Émile de Keratry, nommé préfet de police de Paris après la chute de l’Empire. Bref, autant de destins qui invitent à une modeste enquête prosopographique.

Pour ce faire, nous procéderons en deux temps. En premier lieu, nous nous intéresserons à la géographie des Communardes et des Communards nés dans l’un des cinq départements bretons afin de déterminer si leurs parcours s’articulent ou non autour de ce XIVe arrondissement dont on dit qu’il est viscéralement attaché à la péninsule armoricaine, jusqu’à pouvoir même prétendre au titre de capitale de la Bretagne. En second lieu, nous procéderons à une radiographie de cet arrondissement parisien afin de déterminer si les Communardes et les Communards de ce quartier témoignent ou non d’un attachement particulier à la Bretagne. Précisons enfin qu’il s’agit là de corpus extrêmement restreints et que les résultats de l’enquête devront donc être considérés avec nuance.

Toujours est-il que nous avons pu identifier 14 Communards natifs de l’un des cinq départements bretons : 6 du Finistère, 3 des Côtes-du-Nord, 2 d’Ille-et-Vilaine et du Morbihan, 1 enfin de Loire-Inférieure. Ce groupe ne paraît témoigner d’aucune sorte d’homogénéité sociale si ce n’est une même appartenance géographique et une participation à cet événement qu’est la Commune de Paris. Nathalie Le Mel est une ouvrière relieuse tandis que Charles Beslay est un industriel. Rien donc qui puisse suggérer une quelconque homogénéité des parcours : si le départ à Paris d’une Nathalie Le Mel procède bien d’un mouvement diasporique, celui d’un Charles Beslay relève plus d’une immigration d’opportunité.

L’examen des domiciliations indiquées par le dictionnaire est à cet égard sans appel : aucun individu de ce groupe ne réside à quelque moment que ce soit dans le XIVe arrondissement. Précisons toutefois que les cas d’Armand Herpin-Lacroix, natif de Brest, et d’Isidore Boin, originaire de La Guerche-de-Bretagne, restent indéterminés puisqu’on ne connaît pour le moment pas leurs adresses respectives. Plus significatif encore, aucun ne s’y investit politiquement. Louis Lucipia appartient au club démocrate socialiste du XIIIe arrondissement puis est délégué du XXe. Né à Saint-Brieuc, Louis Rossel est pour sa part militaire de carrière avant d’être engagé dans la Commune de Paris et connaît à cet égard de nombreuses garnisons – Montpellier, Bourges… – avant de s’établir dans la capitale, dans le VIIe arrondissement. Semblable remarque pourrait d’ailleurs être formulée à propos de Joseph Grolard, ancien militaire de carrière qui s’exile par la suite à Londres puis à New-York.

A l’inverse, aucun des Communards recensés dans le Maitron comme résidant dans le XIVe arrondissement ne témoigne d’un quelconque lien avec la Bretagne. Mieux, c’est au contraire l’image d’un quartier très transnational qui transparaît de ce – petit – corpus : Alfred Billioray naît à Naples ; fils d’un réfugié polonais Jean Landowski voit le jour à Mouscron en Belgique tandis que Constantin Kawecki vient au monde à Vilnius, en Lituanie. Les autres individus recensés naissent pour le part dans le Cher, en Charente, dans l’Aisne ou la Marne.

Ajoutons du reste que ce corpus ne semble pas se distinguer par un grand enracinement géographique pendant la Commune. Certes, Jules Martelet compte parmi les individus qui s’emparent de la mairie du XIVe le 18 mars 1871. On le retrouve par la suite au sein de la Commission de ce même arrondissement. Mais, quelques jours plus tard, il siège à celle du XIe. Un homme comme François Winant, lui aussi natif de Belgique et bien que domicilié au 163, bd du Montparnasse, fréquente les sections du Panthéon et du XIIIe arrondissement de l’Internationale. Adolphe Bertin paraît, lui, témoigner d’une véritable fidélité à ce quartier. Résidant au 84, avenue du Maine, il revient s’installer dans le XIVe arrondissement à son retour de déportation, au début des années 1880. Mais natif de Mareuil-en-Brie, dans la Marne, il ne témoigne d’aucun lien avec la Bretagne.

En souvenir des martyrs de la Commune de Paris, cérémonie organisée par la SFIO, sans date. Collection particulière.
En souvenir des martyrs de la Commune de Paris, cérémonie organisée par la SFIO, sans date. Collection particulière.

Ces quelques éléments sont intéressants à plus d’un titre. Tout d’abord, si l’on sait grâce au travail – bien que délicat d’emploi – de l’abbé Gauthier que c’est véritablement dans le dernier quart du XIXe siècle que le nombre de Bretons à Paris augmente franchement, les données du Maitron tendent à prouver qu’il n’existe aucun lien communautaire en 1871. Sans doute est-ce d’ailleurs pourquoi la mémoire de la Commune de Paris est aussi absente de la péninsule armoricaine et ne comporte aucune déclinaison bretonne. Ajoutons d’ailleurs que le mouvement régionaliste qui émerge et se structure avec la IIIe République penche plutôt de l’autre côté de l’échiquier politique, ce qui ne fait rien pour favoriser le souvenir de cet événement.

[1] Cordillot, Michel, La Commune de Paris 1871. Les acteurs, l’événement, les lieux, Paris, Editions de l’Atelier, 2021.

[2] Sur l’emploi du terme de diaspora se référer à Perrono, Thomas, « Les Bretons de Paris face au concept de diaspora », En Envor, revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°6, été 2015, en ligne.

[3] Nous souhaiterions exprimer ici toute notre gratitude à Paul Boulland et Julien Lucchini sans qui cette petite enquête n’aurait jamais pu être possible.

[4] Sur l’idée d’année « terrible » se reporter à Caron, Jean-Claude et Ponsard, Nathalie (dir.), La France en guerre. Cinq « années terribles », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2021, 7 février). La Commune au prisme des Bretons et du XIVe arrondissement. Ar Brezel. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbn2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.