Insigne des blessés de la tuberculose d'Ille-et- Vilaine, 1918. Musée de Bretagne : 949.3089.

Carle Bahon au prisme du patriotisme… et de la plus Grande Guerre

Dans son édition du 6 février 1910, le quotidien catholique L’Ouest-Éclair qualifie le socialiste Carle Bahon de « plus élégant des conseillers municipaux » rennais[1]. Quand on connaît les attaques, fort peu élégantes du reste, dont fait l’objet celui qui devient maire du chef-lieu du département d’Ille-et-Vilaine entre 1925 et 1929, un tel propos ne manque pas d’interpeller. Il est vrai que le Musée de Bretagne conserve un portrait de lui, cliché posé figurant un homme manifestement distingué, peut-être même dandy. Mais faut-il vraiment prendre au pied de la lettre ce qualificatif ? Ne faut-il pas au contraire pas y voir une marque d’ironie cinglante, quand on sait les attaques publiques dont fait l’objet ce maître de conférences en langue et littérature allemande à la faculté de Rennes ? C’est ainsi par exemple que, dans son édition du 22 mai 1926, Le Nouvelliste de Bretagne, sous la plume de Louis Téry, un ancien prisonnier de guerre pendant la Première Guerre mondiale, affirme que l’on aurait « probablement tort d’attendre » de la part du maire de Rennes « des gestes empreints d’une élégance purement française »[2]. Né d’une mère allemande, Carle Bahon voit en effet régulièrement son patriotisme mis en doute par la frange la plus xénophobe et nationaliste de l’opinion rennaise. Autant d’attaques qui méritent une mise en perspective.

Mais avant d’aller plus loin dans l’analyse, il convient de dire quelques mots de celui qui n’est pas nécessairement resté dans la mémoire du chef-lieu du département d’Ille-et-Vilaine, si ce n’est par l’intermédiaire d’un groupe scolaire qui porte son nom. Né à Laval dans une famille de la petite bourgeoisie intellectuelle de province, Carle Bahon est un élève brillant qui sort rapidement du rang. Après avoir intégré l’Ecole normale supérieure puis obtenu l’agrégation d’allemand, il débute une carrière universitaire, d’abord à Nancy, puis à Rennes, à partir de 1906, où il est nommé en remplacement de Victor Basch, recruté pour sa part à Paris. Ajoutons que ce brillant parcours scolaire est vraisemblablement une marque de famille puisque son aîné est lui polytechnicien.

Mais s’il est un point sur lequel Carle Bahon se distingue de son frère Max, c’est sur ses aptitudes physiques. Gêné par des problèmes pulmonaires – les archives font état de « bronchites chroniques » – il est déclaré inapte au service militaire lors de son passage devant le Conseil de révision en 1894[3]. Vingt ans plus tard, alors que la Première Guerre mondiale fait rage, cette exemption est renouvelée, ce que ne manque d’ailleurs pas de rappeler en mai 1925 Eugène Delahaye dans les colonnes du Nouvelliste de Bretagne. Mettant en doute le patriotisme du nouveau maire, le journaliste affirme, faussement naïf :

« Vous avez dû déjà, en 1914, sentir votre cœur se briser. Vous avez fait votre devoir de Français, je le suppose, j’en suis sûr, et vous y avez un particulier mérite. »[4] 

Pour le dire autrement, Eugène Delahaye, qui est mobilisé comme sous-lieutenant au 41e régiment d’infanterie de Rennes pendant le conflit, accuse Carle Bahon de s’être soustrait à l’impératif catégorique que constitue la défense de la patrie en armes, en un mot comme en mille, d’être un « embusqué ». Ajoutons qu’il ne s’agit pas là d’une accusation portée au hasard, comme le montrera la suite de ce billet, ni d’un « dérapage » de plume. Au surlendemain de l’élection de Carle Bahon au poste de maire, Le Nouvelliste de Bretagne titre, tout en sobriété, sur « les conséquences de l’alliance du cartel avec les pires ennemis de l’intérieur »[5]. Cet air est bien connu, notamment grâce aux travaux de l’historien G. Vidal, et interprète à contre-courant la mélodie du « coup de poignard dans le dos »[6].

Affiche appelant au vote contre le Cartel des gauches lors des élections législatives de 1928 et jouant sur la rhétorique de l'ennemi intérieur. La Contemporaine: AFF22233.
Affiche appelant au vote contre le Cartel des gauches lors des élections législatives de 1928 et jouant sur la rhétorique de l’ennemi intérieur. La Contemporaine: AFF22233.

Mais les archives conduisent à battre en brèche ces accusations. En effet, lorsque le futur maire de Rennes est réexaminé le 27 décembre 1914 par le Conseil de réforme, la situation démographique de l’armée française est catastrophique. Les trois premiers mois du conflit se sont soldés par un bilan humain absolument effroyable et, de partout, on tente de combler les trous dans les rangs. Pour cela, les Conseils de révision reviennent sur les sursis et les exemptions accordées préalablement et vont même, tellement le besoin en hommes est important, jusqu’à déclarer bons pour le service aux tranchées des individus souffrant de pathologies sévères : forte myopie, surdité… Dès lors, si Carle Bahon est maintenu inapte en décembre 1914, c’est qu’indéniablement ses problèmes pulmonaires sont graves et ne lui permettent pas de servir aux tranchées. Mais toujours est-il que ces attaques, pour calomnieuses qu’elles sont, disent bien l’importance d’une Grande Guerre glorieuse pour qui souhaite s’engager au cours des années 1920 en politique et solliciter le suffrage des électeurs. Une chose reste néanmoins en suspens : si une Croix de guerre ou, encore mieux, une Légion d’honneur au titre des tranchées constituent d’excellents capitaux politiques[7], est-ce que de telles accusations portent dans l’opinion ? En l’état actuel de nos connaissances, nous sommes incapables de pouvoir répondre à une telle question.

A la vérité, bien d’autres éléments attestent la mobilisation de Carle Bahon au service de l’effort de guerre. Cet individu correspond ainsi particulièrement bien à cette image du socialiste français mobilisé par le verbe pour la défense de la Nation en armes. En témoigne par exemple le discours qu’il prononce en juillet 1916, c’est-à-dire en pleine bataille de Verdun et alors que l’offensive franco-britannique sur la Somme vient tout juste d’être déclenchée, lors de la distribution des prix de l’École des Beaux-Arts et du Conservatoire de Rennes, institutions dont il est par ailleurs très proche en tant qu’élu :

« La France, dit-il, ne veut qu’être aimée, et quand il faut sourire, elle sait sourire même dans la tourmente. On nous dit que nos jeunes bataillons courent à l’assaut la chanson aux lèvres. C’est l’âme française qui chante. Cultivez ces vertus d’élection qui s’expriment dans cette merveille : le souvenir héroïque de la France ! »[8]

De même, c’est sans doute sous l’angle de l’engagement patriotique qu’il faudrait interroger son soutien constant, et ce bien après l’Armistice du 11 Novembre 1918 du reste, au peintre combattant la vue Jean-Julien Lemordant.  C’est ainsi par exemple qu’à l’automne 1916, soutenu par ailleurs par l’architecte municipal Emmanuel Leray, il œuvre pour obtenir un relèvement des crédits alloués à la réfection du plafond du théâtre , chantier dont est en charge ce mutilé de guerre. Et la presse de rapporter que « M. Bahon termine en portant un hommage reconnaissant à tous artistes bretons et principalement à Julien Lemordant, souhaitant que la science puisse rendre à cet artiste, blessé grièvement aux yeux, la vue dont il a tant besoin »[9].

Certes, son identité politique demeure et c’est bien en tant que socialiste qu’il participe à l’administration, pendant le conflit, du chef-lieu du département d’Ille-et-Vilaine. En témoigne son engagement dans la politique de municipalisation économique de la ville, dont on peut se demander à la suite d’historiens comme Y. Lagadec s’il ne s’agit pas d’une véritable expérience de « dirigisme » communal, et notamment le voyage qu’il effectue à l’automne 1916 à Brest, avec Jean Janvier, pour se rendre compte par lui-même du fonctionnement dans le port du Ponant de la boucherie municipale[10]. Là, il est reçu par un camarade, Ernest Hervagault, maire par intérim de Brest du fait de la mobilisation d’Hippolyte Masson[11]. Néanmoins, à l’automne 1917, il n’hésite pas à arguer de l’Union sacrée face à un adversaire politique qui, visiblement, l’accuse de trop solliciter ses réseaux militants : « Ce n’est pas, précisément, une façon très habile d’arriver à l’union que vous prétendez rechercher » affirme-t-il[12].

Mais là n’est pas la grande affaire de Carle Bahon pendant la Première Guerre mondiale. Lors de la séance du Conseil municipal du 7 novembre 1916, il se distingue – à en croire L’Ouest-Eclair qui rend compte de l’événement – en lisant un rapport sur « les blessés de la tuberculose » et en demandant une subvention annuelle pour le comité départemental chargé de lutter contre cette maladie, une œuvre présentée comme étant « éminemment patriotique ». Et l’élu socialiste d’ajouter :

« Pour combattre efficacement le mal, il faut beaucoup d’argent. C’est une guerre que nous commençons : qu’on nous donne le nerf de la guerre. »[13]

Résolument offensif, ce ton ne manque pas d’interpeller. En effet, ne faut-il pas voir dans cette prise de position pour le moins marquée un rapport avec les problèmes de santé qui, justement, conduisent Carle Bahon à être ajourné, y compris en décembre 1914, c’est-à-dire au plus fort de la politique de récupération ? Le diagnostic de « bronchites chroniques » porté sur sa fiche matricule du recrutement ne doit d’ailleurs pas tromper : derrière cette expression d’apparence neutre se cache en effet, dans bien des cas, la désignation de la tuberculose[14].

Billet de loterie en faveur du Comité d'Ille-et-Vilaine d'assistance aux militaires réformés blessés de la tuberculose, 1918. Musée de Bretagne : 2017.0000.5629.
Billet de loterie en faveur du Comité d’Ille-et-Vilaine d’assistance aux militaires réformés blessés de la tuberculose, 1918. Musée de Bretagne : 2017.0000.5629.

Dès lors, la mobilisation patriotique de Carle Bahon pendant la Première Guerre mondiale se révèle sous un jour nouveau, celui d’une dynamique répondant à une logique de trajectoire dépassant de surcroît très largement les frontières de la seule séquence chronologique 1914-1918[15]. En effet, celui qui est maire de Rennes entre 1925 et 1929 s’investit durablement au sein de l’Office départemental d’assistance et de préservation antituberculeuse, d’abord en tant que secrétaire général, aux côtés notamment du docteur Athanase Follet, puis en tant que président.

Cette histoire demeure à notre connaissance à écrire. Il est d’ailleurs à noter que les Archives départementales d’Ille-et-Vilaine conservent quelques cartons qui, dans ce cadre, pourraient s’avérer fort utiles. Pour autant, quelques remarques peuvent déjà être formulées.

En premier lieu, et en se basant sur les travaux de l’historien V. Viet, on remarquera que l’engagement antituberculeux de Carle Bahon en 1914-1918, engagement qui encore une fois doit se comprendre comme une mobilisation au service de l’effort de guerre, répond à une chronologie en tout point conforme à ce que l’on peut observer à l’échelle nationale[16]. En effet, c’est véritablement à partir de la fin de l’année 1915 que l’opinion prend la mesure du danger que le bacille fait planer sur les troupes. C’est en conséquence à partir de 1916 que, à en juger par les colonnes de L’Ouest-Eclair, l’Office départemental d’assistance et de préservation antituberculeuse monte en régime, la maladie occupant toujours plus de place dans les pages du quotidien catholique rennais.

Occurrences du mot "tuberculose" dans les colonnes de L'Ouest-Eclair (édition Rennes uniquement) entre le 1er janvier 1914 et le 31 décembre 1924.
Occurrences du mot « tuberculose » dans les colonnes de L’Ouest-Eclair (édition Rennes uniquement) entre le 1er janvier 1914 et le 31 décembre 1924.

En second lieu, il convient de souligner dans cette histoire l’importance des Etats-Unis, et tout particulièrement de la Mission Rockefeller même si l’historien V.  Viet rappelle bien qu’en ce qui concerne la lutte contre cette maladie dans l’hexagone, l’Oncle Sam prend le train en marche[17]. Carle Bahon est en effet au premier rang des personnalités qui accueille à Rennes, les 10 et 11 mars 1918, une délégation de la « Mission américaine en France pour la préservation contre la tuberculose » plus connue sous le nom donc de Mission Rockefeller[18]. Ajoutons à ce propos que, et c’est une chose qui transparaît très clairement à la lecture de L’Ouest-Eclair, si l’universitaire rennais compte parmi les personnalités chargées d’accueillir cette délégation, c’est non pas du fait de son mandat municipal mais à cause de ses fonctions de secrétaire général de l’Office départemental d’assistance et de préservation antituberculeuse. Il y a là une répartition des casquettes qui, assurément, mériterait plus ample examen.

On mesure toutefois assez mal l’impact de cette visite qui, il convient de le rappeler, n’a rien d’exceptionnel. En août 1918, c’est ainsi la ville de Brest qui accueille la Mission Rockfeller[19]. A Rennes, on sait que la délégation visite de nombreuses autorités parmi lesquelles le préfet Hippolyte Juillard et le général d’Amade commandant la 10e région militaire mais on ignore tout de leurs échanges et, surtout, des suites qui ont été données à ces entretiens. On sait également que parmi les personnes invitées à prendre la parole le 11 mars 1918, lors d’une grande conférence donnée au théâtre, se trouve un certain Louis Destouches, jeune parisien de 24 ans à qui l’on devra bien des années plus tard le Voyage au bout de la nuit[20]. Mais bien des questions restent en suspens. Ainsi, la presse rennaise indique que si l’Ille-et-Vilaine est visitée très tôt par la Mission Rockefeller, en second après l’Eure-et-Loir, c’est parce que le département – et donc très vraisemblablement l’Office présidé par Athanase Follet – est pionnier en matière de combat contre la tuberculose[21]. Pour autant, qu’en est-il réellement et, en cas de réponse positive, qu’est-ce qui permet d’expliquer cette précocité ?

Carton d'invitation, 10 mars 1918. Musée de Bretagne: 918.0018.6.
Carton d’invitation, 10 mars 1918. Musée de Bretagne: 918.0018.6.

Enfin, l’itinéraire de Carle Bahon invite à s’interroger quant à la véritable chronologie, non plus diplomatique mais bel et bien ressentie, de la Grande Guerre. L’historien V. Viet montre bien que la fin de l’année 1915 constitue un véritable tournant, en France, de la lutte contre cette maladie et voit même celle-ci comme « comme le legs le plus important du conflit à la protection de la santé publique »[22]. Après 1918, la saignée démographique des tranchées et l’impératif nataliste poussent en effet à continuer le combat contre le bacille de Koch[23]. Dès lors, dans quelle mesure l’engagement antituberculeux de Carle Bahon, dont on a vu qu’il est indissociable d’une certaine forme de mobilisation patriotique, ne participe-t-il pas aussi, à sa manière, d’une plus Grande Guerre, autrement dit d’une certaine forme de prolongement du conflit bien au-delà de l’Armistice du 11 novembre 1918 ?

Là est une question d’importance car l’élu socialiste rennais se distingue au cours des années 1920 par une analyse de la situation internationale qui n’est pas sans interpeller tant elle est peu commune, et sans doute la source de bien des attaques de la part la plus conservatrice de cette droite rennaise organisée notamment autour d’Eugène Delahaye et du Nouvelliste de Bretagne. C’est ainsi par exemple que le 14 juillet 1922, date symbolique s’il en est, Carle Bahon se démarque par des propos pour le moins originaux. Certes, l’universitaire socialiste se félicite en préambule de la victoire de 1918 : « Si nous n’avions pas été victorieux, ce ne serait pas drôle actuellement ». Mais c’est pour de suite mieux souffler le froid et mettre en garde l’auditoire en affirmant que « très souvent la victoire est réactionnaire ». Et d’enchaîner en déclarant à l’intention de ses camarades de parti, qui d’après ce qu’en dit L’Ouest-Eclair ne semblent pas être réceptifs à l’argument : « Si vous ne défendez pas la République allemande, vous courrez au cataclysme »[24]. Là est d’ailleurs une constante de Carle Bahon puisqu’en mars 1919, à la fin de son unique mandat de maire de Rennes et alors qu’il se trouve en campagne électorale, il déclare quelques jours après la mort du maréchal Foch :

« Si Foch accepta de signer l’armistice, alors que chef d’une armée victorieuse il pouvait imposer les conditions de paix, c’était pour ne pas prolonger encore une bataille déjà si meurtrière. Foch a arrêté l’effusion de sang. L’honneur lui en revient d’avoir hâté la paix et la victoire, et d’avoir épargné des vies humaines à l’heure où tant d’autres n’eussent pas résisté à la griserie du triomphe. »[25]

Certes, on pourra voir là un vibrant plaidoyer pacifiste. De la même manière, on pourra rapprocher ces propos et cette attitude conciliante avec l’Allemagne avec son parcours personnel, qu’il s’agisse de ses origines familiales ou de son parcours professionnel. Mais il n’en demeure pas moins que ce positionnement rend beaucoup plus complexe la formulation d’une réponse à la question de la plus Grande Guerre de Carle Bahon : si cette idée peut s’entendre du point de vue de la lutte contre la tuberculose, ce combat pour le relèvement national ne saurait s’opérer contre l’Allemagne de Weimar. Dès lors, si plus Grande Guerre de Carle Bahon il y a, quel est l’ennemi ?


[1] « M. Marc a été révoqué injustement », L’Ouest-Eclair, 11e année, n°4032, 6 février 1910, p. 2.

[2] Tery, Louis, « Raid hippique », Le Nouvelliste de Bretagne, 25e année, n°127, 22 mai 1926, p. 1.

[3] Arch. dép. Mayenne : R 1390.624.

[4] Delahaye, Eugène, « Les cartellistes de Rennes ont élu leur maire », Le Nouvelliste de Bretagne, 24e année, n° 137, 11 mai 1925, p. 1.

[5] Delahaye, Eugène, « Quelles sont les conséquences de l’alliance du cartel avec les pires ennemis de l’intérieur », Le Nouvelliste de Bretagne, 24e année, n°138, 12 mai 1925, p. 1.

[6] Vidal, Georges, L’Armée française et l’ennemi intérieur. 1917-1939, Enjeux stratégiques et culture politique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015.

[7] Sur la question on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, « Unis comme au front (populaire)? Les anciens combattants d’Ille-et-Vilaine et le scrutin du printemps 1936 », in Le Gall, Erwan et Prigent, François (dir.), C’était 1936, Le Front populaire vu de Bretagne, Rennes, Editions Goater, 2016, p. 256-285.

[8] « La distribution des prix de l’Ecole des Beaux-Arts et du Conservatoire », 17e année, n°6196, 18 juillet 1916, p. 3.

[9] « Au Conseil municipal », L’Ouest-Eclair, 18e année, n°6307, 8 novembre 1916, p. 3.

[10] Lagadec, Yann, « Une ville supérieurement administrée. Janvier, le maire de la Guerre », Place publique Rennes, n°24, juillet-août 2013, p. 73-78.

[11] « Le maire de Rennes visite Brest », L’Ouest-Eclair, 19e année, n°6237, 28 novembre 1916, p. 3.

[12] « En vue de constituer une coopérative de consommation », L’Ouest-Eclair, 19e année, n°6526, 20 septembre 1917, p. 4.

[13] « Au Conseil municipal », L’Ouest-Eclair, 18e année, n°6307, 8 novembre 1916, p. 3.

[14] Arch. dép. Mayenne : R 1390.624.

[15] Pour de plus amples développements sur l’idée de logique de trajectoire, on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, « L’engagement des Français libres : une mise en perspective » in Harismendy, Patrick et Le Gall, Erwan (Dir.), Pour une histoire de la France libre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 29-47.

[16] Viet, Vincent, « La Grande Guerre et la lutte antituberculeuse en France », Revue d’histoire de la protection sociale, n°9, 2016-1, p. 52-67. Du même auteur, consulter également le remarquable La Santé en guerre 1914-1918. Une politique pionnière en univers incertain, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2015.

[17] Viet, Vincent, « La Grande Guerre et la lutte antituberculeuse… », art. cit.

[18] Pour un compte rendu de cette journée : « La Mission américaine pour la préservation contre la tuberculose », L’Ouest-Eclair, 19e année, n°5709, 12 mars 1918, p. 2-3.

[19] Pailler, Yves, « La Mission Rockefeller à Brest en août 1918 », Les Cahiers de l’Iroise, n°178, 1998, p. 11-18.

[20] Guitton, Georges, « Les belles années rennaises de Céline (1918-1924), Place publique Rennes, n°5, mai-juin 2010, p. 47-48. Notons à ce propos que L’Ouest-Eclair ne mentionne pas la prise de parole de Louis Destouches

[21] « La Mission américaine pour la préservation contre la tuberculose », L’Ouest-Eclair…, art. cit.

[22] Viet, Vincent, « La Grande Guerre et la lutte antituberculeuse… », art. cit.

[23] Henry, Stéphane, Vaincre la tuberculose (1879-1939). La Normandie en proie à la peste blanche, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013, p. 135.

[24] « Le Banquet des lices », L’Ouest-Eclair, 23e année, n°7559, 15 juillet 1922, p. 3.

[25] « Le nom du maréchal Foch à une rue de Rennes », L’Ouest-Eclair, 30e année, n°10015, 30 mars 1919, p. 5.


1 réflexion sur « Carle Bahon au prisme du patriotisme… et de la plus Grande Guerre »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.