L’armée française de 1870 en ordre de bataille

L’histoire de la guerre a ceci d’ingrat qu’elle ne peut être écrite sans l’étape préalable qui consiste à connaître les armées belligérantes et les grandes batailles qui scandent les conflits. Il ne s’agit pas pour nous de plaider pour un retour à l’histoire fifre et tambours jadis dénoncée par J. Keegan ni de nier les apports décisifs apportés par l’anthropologie historique du fait guerrier[1]. Bien au contraire : l’histoire ne s’écrit plus comme cela et c’est d’ailleurs tant mieux. Pour autant, trop souvent les études sur la guerre ignorent les armées jusqu’à en perdre de vue le champ de bataille et les soldats qui le foulent, au risque d’une représentation hors-sol de l’objet étudié. Disons-le clairement : s’il ne saurait s’agir d’une fin du savoir historique, connaître la constitution des divisions et des corps d’armées, savoir où ces corps se situent précisément sur le théâtre des opérations, en connaître par ailleurs les caractéristiques en termes de déclivité ou de conditions atmosphériques, constituent autant d’étapes indispensables et malheureusement trop souvent négligées. C’est précisément pourquoi on ne peut que conseiller la lecture de l’album hors-série que le magazine Napoléon III consacrait en 2017 à l’armée de 1870-1871[2].

Confiée au chef d’escadron L. Bonal, la rédaction de cet album est quelque peu trompeuse dans son intitulé. En effet, c’est essentiellement de la guerre impériale dont il s’agit dans ces pages. Ne boudons toutefois pas notre plaisir : la description méticuleuse, mais néanmoins accessible, de l’ordre de bataille de l’armée française de 1870, et de sa mise sur le pied de guerre, est particulièrement précieuse. C’est d’ailleurs comme cela, et uniquement comme cela, que l’on peut fondamentalement comprendre les erreurs originelles, celles qui condamnent irrémédiablement cette armée française de 1870 et entraînent sa chute à Sedan (p. 5).

Pour ce faire, l’auteur rappelle opportunément que les ferments de la défaite sont en action bien avant le 19 juillet 1870, date de la déclaration de guerre puisqu’une « armée qui combat n’est que l’extension de celle qui lui correspond dans la paix » (p. 6). Pourtant, il ne saurait être question dans ces pages d’une critique irréfléchie, dénuée de nuance, du Second Empire. Certaines intentions du régime peuvent en effet se révéler fort séduisantes sur le papier, à l’instar de cette nomadisation des garnisons afin que les unités puissent éviter le piège d’un enracinement local (p. 9). Mais, malheureusement, le corolaire d’un tel fonctionnement est que les divisions et corps d’armées constitués de régiments en mouvement perpétuel ne peuvent gagner en cohésion puisque, mirabile dictu, en vertu de ce principe, les hommes ne cessent de se déplacer. En conséquence, il se connaissent insuffisamment et sont dans l’incapacité de développer les nécessaires réflexes indispensables à une conduite efficace sur le champ de bataille.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

En d’autres termes, au sein du 5e corps d’armée de Tours, les 15 et 16e divisions de Nantes et Rennes – des circonscriptions administratives qui rappellent que la partition militaire de la Bretagne est loin d’être un phénomène récent – se connaissent d’autant moins que si cette organisation est celle du temps de paix, elle ne correspond pas à celle de la mobilisation générale (p. 9). Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué puisqu’il ne faut pas être sorti de l’Ecole de guerre ou de Saint-Cyr pour comprendre qu’il y a là en germes bien des causes de la concentration désastreuse des troupes qui caractérise l’été 1870 ? La confrontation avec le modèle prussien n’en est que plus cruelle (p. 11). En effet, l’auteur rappelle que « les unités ne disposent fréquemment que de la moitié ou des deux tiers de leur effectif de guerre » (p. 15).

L’emploi des réserves est lui aussi catastrophique puisqu’elles sont dénuées d’instruction et d’équipement (p. 48), réalité qu’illustrent du reste parfaitement bien les régiments de mobiles levés par la République. En effet, il ne semble pas y avoir grande différence entre ces troupes et celles résultant de la dernière levée impériale, corps d’armées constitués trop rapidement (p. 54) pour qu’ils puissent raisonnablement espérer peser sur les cours des opérations.

Plusieurs éléments frappent à la lecture de cet album richement illustré, notamment avec de nombreuses images d’Épinal qui donnent à voir les uniformes de l’époque et datent immédiatement le conflit. En effet, comment ne pas comparer ces tenues chamarrées et celles beaucoup moins criardes qu’engendre le champ de bataille moderne vidé par les mitrailleuses, forçant les hommes à se terrer dans les tranchées de manière à laisser le moins de prise possible aux munitions ennemies, en d’autres termes celui de 1914-1918 ? Ce faisant, c’est bien un double archaïsme qui se donne à voir, celui des équipements tout d’abord mais aussi celui d’une représentation naïve, complètement déréalisée du fait guerrier. Car si il n’est pas aussi présent que lors de la Grande Guerre, le canon à balles comme on l’appelait alors fait déjà des ravages…

Dragons à la manœuvre au camp de Satory, image d'Epinal vers 1870 (détail). Musée de Bretagne: 2013.0000.118.
Dragons à la manœuvre au camp de Satory, image d’Epinal vers 1870 (détail). Musée de Bretagne: 2013.0000.118.

Ce rapport avec la Première Guerre mondiale est essentiel pour mettre en perspective 1870 et cet album composé par L. Bonal le rappelle parfaitement. Ce qui frappe avant tout, ce sont les ordres de grandeur mobilisés par ce conflit. Certes, si les chiffres ne sont pas ceux de la séquence 1914-1918, ils témoignent d’un phénomène assurément massif. Les unités métropolitaines alignent ainsi « un total de cinquante régiments de cavalerie (220 escadrons), cent régiment et vingt bataillons d’infanterie (320 bataillons), dix-neuf régiments d’artillerie (212 batteries dont 32 à cheval, 120 montées et 60 à pied) » (p. 14). L’effectif théorique de l’armée française de 1870 lors de sa mise sur le pied de guerre est en outre de 1 344 pièces, chiffre auquel il faut rajouter les bouches à feu d’un régiment d’artillerie de marine (p. 14). La Garde impériale, elle, représente un volume théorique de 23 098 officiers et soldats, 8 100 chevaux et 72 canons (p. 23). De même, (p. 44)

« lorsque les premiers combats s’engagent début août 1870, les huit corps qui composent l’Armée du Rhin rassemblent environ 250 000 hommes et 918 pièces d’artillerie (648 canons de 4, 132 de 12 et 138 ‘canons à balles’), répartis en vingt-six divisions d’infanterie et onze de cavalerie. »

Des données statistiques qui disent le poids de cette armée française encore très largement dominée par l’infanterie et la cavalerie, l’artillerie n’ayant qu’une place encore relativement restreinte dans l’ordre de bataille. On mesure donc, de ce point de vue, le gouffre qui s’épare Sedan de Verdun.

L. Bonal prend également bien soin de préciser que toutes les unités ne sont pas envoyées vers le front. En effet, cinq régiments d’infanterie et deux de cavalerie sont censés couvrir d’une part les Pyrénées – ce qui est logique quand on sait que c’est le trône d’Espagne qui met le feu aux poudres – d’autre part la Corse (p. 44). En clair, cela signifie que la péninsule armoricaine est considérée comme une zone sûre, ce qui en dit long sur le danger que peut alors représenter, dans l’esprit du Second Empire, la Grande-Bretagne. Ajoutons que cette partie de l’ordre de bataille de l’armée française de 1870 est en parfaite adéquation avec le rapatriement à Brest de plusieurs dizaines de chefs d’œuvre du Louvre, de l’encaisse métallique de la Banque de France, des joyaux de la couronne impériale ainsi que de quelques trophées conservés aux Invalides, épisode du conflit récemment étudié par l’historien P. Gourlay[3].

Vue du port de Brest vers 1870, photo Jules Duclos. Musée de Bretagne: 2007.0019.4.
Vue du port de Brest vers 1870, photo Jules Duclos. Musée de Bretagne: 2007.0019.4.

En définitive, L. Bonal propose avec cet album un texte d’autant plus utile qu’il est richement illustré. Clair et concis, le propos n’est pas sans vertus pédagogiques. Le plus large public y trouvera donc son compte tandis que les spécialistes disposeront avec ce numéro hors-série de Napoléon III d’un outil de travail qui, certes n’empêchera pas le recours à des volumes plus poussés, mais pourra rendre d’éminents services. Car en fin de compte, rien ne pourra sans doute réellement percer le mystère de cette armée de 1870, considérée alors par beaucoup comme la meilleure du monde et qui, au bout de seulement un mois de campagne, pâtira de la disparition de plus de 90% de ses unités du temps de paix. Un triste exploit seulement réédité par l’armée française de 1940 (p. 96).


[1] Keegan, John, The face of the battle, A study of Agincourt, Waterloo and the Somme, London, Random house, 2012.

[2] Bonal, Loïc (chef d’escadron), « L’armée de 1870-1871 », Napoléon III. Le magazine du Second Empire, Hors-série n°4, Avril 2017. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[3] Gourlay, Patrick, Le Louvre au secret. Brest 1870 : des chefs-d’œuvre à l’Arsenal, Châteaulin, Locus Solus, 2020.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2021, 28 janvier). L’armée française de 1870 en ordre de bataille. Ar Brezel. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbmz

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.