L'épave du Crapaud, devant le bâtiment K3 de la base de sous-marins de Keroman. Au fond, le port du Kernevel. Wikicommons.

Le Crapaud qui protégeait les U-Boot

Ce sont deux épaves qui obstruent volontairement l’accès aux alvéoles du bloc K3 de la base sous-marine de Lorient : le Strasbourg et le Crapaud. Echoués là par les Allemands en 1944 et reliés par des filets métalliques, ces deux navires, ou plutôt ce qu’il en reste, ont pour fonction d’empêcher que des torpilles lancées par l’aviation alliée viennent attaquer les U-Boot réfugiés dans leurs tanières de béton. L’histoire du Strasbourg, un croiseur allemand lancé sous le nom de Regensburg et remis à la France au titre des dommages payés après la Grande Guerre est bien connue. Celle du Crapaud, en revanche, l’est beaucoup moins.

Mais avant toute chose, il convient d’essayer de circonscrire plus précisément l’histoire de ce dispositif de défense afin d’être certain de ne pas partir sur une fausse piste. Les collections des archives photographiques de l’aviation américaine s’avèrent à cet égard extrêmement précieuses. Un cliché, probablement réalisé à partir d’une forteresse volante et montrant de gigantesques munitions se fracasser sur le port Morbihannais, permet d’identifier précisément le bloc K3 de la base de sous-marins[1]. Pris le 17 mai 1943, ce cliché montre que les alvéoles ne sont alors défendues par aucune épave. L’échouement volontaire du Crapaud et du Strasbourg est donc nécessairement postérieur, ce qui semble confirmer la chronologie initiale.

Un autre cliché de l’US Air force, particulièrement saisissant en ce qu’il montre les B-17 américains opérer au-dessus de Lorient, permet d’identifier la base de sous-marins et le bloc K3 sans aucune protection. Or la légende de cette archive indique qu’il s’agit d’une copie réalisée le 30 juin 1944 d’un original malheureusement non daté[2]. Faut-il dès lors avancer l’idée que le Crapaud et le Strasbourg auraient été échoués là au printemps 1944, peut-être en réaction au débarquement de Normandie ? L’hypothèse est séduisante mais nécessiterait d’être validée par les archives, ce que nous ne sommes aujourd’hui pas en mesure de faire.

Bombardiers américains opérant au dessus de Lorient, copie datant du 30 juin 1944 d'un cliché non daté. National Archives at College Park : 342-FH-3A18845-51979AC.
Bombardiers américains opérant au dessus de Lorient, copie datant du 30 juin 1944 d’un cliché non daté. National Archives at College Park : 342-FH-3A18845-51979AC.

Toujours est-il que ce dispositif est semble-t-il propre à la base de Lorient. Enchâssée dans le bassin de Saint-Nazaire, celle de l’estuaire de la Loire n’en a pas besoin, le quai Demange et l’avenue de la Frégate constituant une efficace protection contre les torpilles. Il en est de même à La Rochelle et Bordeaux où les installations de la Pallice et Bassens se situent au fond de bassins à flot. D’après ce que semble suggérer une photographie conservée aux National archives américaines et consultable en ligne, la base de Brest, elle, ne parait disposer d’aucune défense contre les torpilles aériennes[3].

Mais revenons en Morbihan. Ce qui reste de ces deux épaves n’aide pas l’observateur désireux d’en approfondir l’histoire. Autant les vestiges du Strasbourg laissent deviner un bâtiment de grande taille – plus de 142 mère de long, près de 14 de maître-bau – autant ceux du Crapaud interrogent. L’amas de ferraille qui émerge encore aujourd’hui correspond-il aux proportions du navire d’origine ou ne s’agit-il que de la partie émergée de cet iceberg de métal ? Des clichés pris le 13 août 1944, donc l’année où sont échouées ces carcasses, par l’US Air force et conservés par l’antenne lorientaise du Service historique de la Défense permettent de répondre sans aucune ambiguïté à cette interrogation : le Strasbourg est trois fois plus long que le Crapaud[4]. Mais comme bien souvent lorsqu’il est question d’archives, dès qu’une question est résolue, d’autres jaillissent instantanément.

Car vue de Keroman, posée sur la vase, l’épave du Crapaud n’éveille nullement les soupçons. Mais il n’en va pas de même avec les photographies d’archives conservées par le Service historique de la Défense, vue aériennes prises à la verticale du navire et figurant très distinctement trois grands trous noirs[5]. Qu’est-ce que cela peut être ? Il semble peu probable qu’il puisse s’agir d’éléments de superstructure, de tourelles ou de châteaux. Non seulement la forme ne correspond pas mais le rapport entre ces éléments et la surface de pont qui resterait libre rend la chose peu probable. Au contraire, tout semble suggérer de vastes baignoires, comme si le Crapaud avait été une marie-salope, une barge de transport. Cette interprétation semble être confirmée par une photographie prise en 2018 par Michaël Aufret grâce à un drone : le château arrière et deux orifices correspondant à ce qui devait être des panneaux de cale sont clairement perceptibles.

Une rapide recherche en ligne permet d’aller plus loin. En effet, un site dédié à L’Union industrielle et maritime, une société d’armement, permet de retrouver la trace du Crapaud. Il s’agirait d’un modèle de chaland en ciment construit en 1921 sur une commande du gouvernement français. Ce navire ne serait pas un modèle unique mais appartiendrait à une classe de barges dénommée « Lézard » et conçue par l’ingénieur Eugène Freyssinet. Au total, 36 bâtiments de ce type auraient été lancés, chacun jaugeant 1 000 tonnes environ.

Malheureusement, il est difficile d’avoir plus d’informations quant au Crapaud. Ce même site internet indique que ces barges sont conçues pour le transport transmanche de la houille, mais l’historien P. Chancerel ne dit rien à ce propos dans sa magnifique thèse sur le marché du charbon en France de 1914 à 1921[6]. La presse, elle, ne se révèle d’aucune utilité. Sans doute trop anecdotique, le lancement de navire n’a fait à notre connaissance l’objet d’aucun article. Autant dire donc que l’histoire du Crapaud reste pour une très large part à écrire.

Vue aérienne de la base de Keroman, 28 septembre 1963 (Créations Artistiques Heurtier). Les vestiges du Strasbourg et du Crapaud sont parfaitement visibles devant le K3. Musée de Bretagne: 971.0037.5273.2.
Vue aérienne de la base de Keroman, 28 septembre 1963 (Créations Artistiques Heurtier). Les vestiges du Strasbourg et du Crapaud sont parfaitement visibles devant le K3. Musée de Bretagne: 971.0037.5273.2.

Un point néanmoins peut être précisé quant à la mémoire qui est attachée à ce bâtiment. Si cette épave est aujourd’hui associée à la Seconde Guerre mondiale, voire de temps à autres à la Première, cette vision reste très réductrice. C’est en effet sans compter l’effet dissuasif que ces vestiges continuent d’exercer à l’entrée de cette base de sous-marin après 1945. En effet, loin d’être désaffectées après la réduction de la poche, les alvéoles continuent de servir, mais cette fois-ci au bénéfice des submersibles de la marine française. Lorient est en effet jusqu’aux années mitan des années 1990 un des hauts-lieux de la force sous-marine tricolore. A ce titre, le Crapaud, le Strasbourg et la base de Keroman sont également indissociables de la mémoire d’un autre conflit, la guerre froide.


[1] National Archives at College Park : 342-FH-3A18847-112736AC.

[2] National Archives at College Park : 342-FH-3A18845-51979AC.

[3] National Archives at College Park : 342-FH-3A18504-61327AC.

[4] SHD-Lorient : U 19 – 3104 et 3106. Merci à Christophe Eyssartier pour sa disponibilité et son aide précieuse.

[5] SHD-Lorient : U 19 – 3104 et 3106.

[6] Chancerel, Pierre, Le marché du charbon en France pendant la Première Guerre mondiale (1914-1921), Thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Lescure, Michel, Paris, Université Paris Ouest, 2012.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2021, 26 janvier). Le Crapaud qui protégeait les U-Boot. Ar Brezel. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbmy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.