La Bretagne des 10 et 11e régions militaires. Extrait d'une carte publiée dans les années 1880. Musée de Bretagne: 987.0083.1.7.

De l’inscription dans des territoires militaires artificiels

Dans un article de la revue Economie rurale publié en 1977, la géographe A. Guellec affirme que le département des Côtes-du-Nord, aujourd’hui des Côtes d’Armor, est « parfaitement artificiel ». A l’en croire, ce cadre géographique serait « contraire à des habitudes millénaires » et illustrerait, même, « on ne peut mieux la géographie administrative de la Révolution »[1]. Plus de quarante ans plus tard, un propos tel que celui-ci ne manque pas de laisser songeur : certes, en 1790, le département est un espace neuf donc nécessairement « artificiel » mais il n’en demeure pas moins qu’au fil du temps la population s’y identifie, voire même s’y attache réellement. En témoignent les vastes débats du tournant des années 1990 au moment de la transition des Côtes-du-Nord vers les Côtes d’Armor. Et quid des régions militaires ? Tout aussi parfaitement artificielles, elles naissent à la suite de la défaite de 1870 mais n’empêchent pas que se développe un esprit de corps propre aux corps d’armées. De quoi inciter à la réflexion !

Mais avant toute chose, il nous faut préciser quelques éléments quant à la biographie d’A. Guellec. Née en 1932 dans le Jura, elle soutient en 1977 une thèse d’Etat de géographie intitulée « Les Côtes-du-Nord, un espace rural ? », avant d’effectuer une carrière dans l’enseignement supérieur, à l’Université de Haute-Bretagne, aujourd’hui Rennes 2. On lui doit de nombreux articles scientifiques publiés dans des revues prestigieuses comme les Annales de Bretagne ou Norois.

Précisons également un point qui est d’importance, tant la question territoriale est chose sensible. Pour avoir rappelé que 1941 n’est pas nécessairement la rupture que l’on croit, surtout si l’on veut bien se souvenir du précédent des régions Clémentel, je suis bien placé pour savoir que la question de la Bretagne à cinq départements est chose particulièrement inflammable. Or il est inutile de tenter d’ériger A. Guellec en une sorte d’ennemie acharnée de la Bretagne qui passerait son temps à déconstruire une réalité essentielle et inscrite dans le granit depuis (au moins) des millénaires. C’est en effet sous la direction de M. Phlipponeau qu’elle effectue sa thèse, un géographe engagé en politique et qui compte parmi les éminences grises du Comité d’études et de liaison des intérêts bretons (CELIB).

Diplôme de concours de tir du 76e RIT. Musée de Bretagne: 2017.0000.3792.
Diplôme de concours de tir du 76e RIT. Musée de Bretagne: 2017.0000.3792.

Il y a quelques années, j’ai été amené à nuancer à l’antenne de France culture les propos de l’historien J. Cornette qui, dans un plaidoyer très enflammé, affirmait que « de toutes les provinces de France, la Bretagne est sans doute la région où les frontières sont restées inchangées pendant un millénaire, du VIIIe siècle jusqu’en 1941 avec l’amputation de Nantes ». Evoquant le précédent constitué par les régions militaires nées de la grande réforme de 1873, j’ai reçu à la suite de cette émission un nombre important de réactions plutôt énervées et m’accusant de faire grand cas de mesures émanant non seulement de « bureaucrates » mais qui seraient sans intérêt. Or, quiconque connaît l’imprégnation du fait militaire dans la société française – et donc bretonne – de la fin du XIXe siècle sera en mesure d’apprécier à sa juste valeur un tel commentaire. Quand on sait que c’est cette géographie militaire qui, pour une large part, décide du lieu où s’effectue le service national – porté rappelons-le à trois ans en 1913 – on mesure qu’il n’y a rien d’anecdotique dans le découpage de ces circonscriptions administratives[2]. Bien au contraire, cette cartographie influence profondément la vie des conscrits et de leurs familles. D’ailleurs, c’est sans doute cela qui explique, au moins pour une large part, l’émergence d’un esprit propre à ces corps d’armées.

Un nombre important d’événements permet de l’attester avec certitude même si, à l’évidence, il s’agit là d’un chantier historiographique qui reste à mener. Le sport compte ainsi, de toute évidence, parmi les principaux vecteurs permettant que se cimente cet esprit de corps. On pense notamment au championnat de football de la 10e région militaire qui, à titre exemple, voit en 1924 la victoire du 505e régiment de chars de combat de Rennes face au 48e RI de Guingamp sur le score de 1 but à 0[3]. Ajoutons à ce propos que la société militaire ne saurait ici être appréhendée en vase clos, comme coupée du reste du monde. C’est ce que rappellent les brillants résultats obtenus en 1930 par la 10e région militaire lors du concours national et international de tir se déroulant à Versailles puisque les lauréats, tous rennais, appartiennent également à La Duguesclin, la bien connue société de tir du chef-lieu du département d’Ille-et-Vilaine[4]. Cette dimension est également très sensible dans le domaine musical puisque les nombreux concerts que donnent les différents orchestres des régions militaires sont accessibles au public, favorisant de fait une certaine forme de sensibilité militaire. A Guingamp, par exemple, on se rappelle du 14 juillet 1902 et de la clique de binious du 48e RI. À Nantes et Rennes, les entrées solennelles des généraux commandant les 10e et 11e corps d’armée constituent certainement, de ce strict point de vue, des cérémonies particulièrement riches de sens même si elles attendent encore leur historien. Autre point, plus sombre cette fois-ci mais qui mériterait néanmoins une certaine attention du point de vue de leur effet sur l’esprit de corps, les conseils de guerre qui, à la Belle époque, s’inscrivent au sein des régions militaires. De même, sans doute y aurait-il lieu de s’interroger sur les manœuvres de corps d’armées qui constituent autant de temps forts de la vie militaire de temps de paix.

Laisser-passer pour le Conseil de guerre de la 10e région de corps d'armée. Musée de Bretagne: 956.0002.388.
Laisser-passer pour le Conseil de guerre de la 10e région de corps d’armée. Musée de Bretagne: 956.0002.388.

C’est sans doute à ce moment de la réflexion que le parallèle avec l’article publié en 1977 par A. Guellec s’impose. Dans les colonnes de la revue Economie rurale, elle rappelle en effet que le département des Côtes-du-Nord est un espace, certes artificiel, mais surtout complexe, « largement ouvert sur la Manche, centré sur la baie de Saint-Brieuc, tourné vers le Nord, au climat frais et humide dans son ensemble mais largement rattaché à la Bretagne centrale ». Comment ne pas penser ici à la 10e région militaire qui, de Guingamp à Cherbourg en passant par Rennes et Saint-Malo, semble pivoter autour du Mont Saint-Michel ? Et quid de la 11e région militaire qui, de Brest à La Roche-sur-Yon en passant par Lorient et Nantes, compose un arc longeant le pourtour nord du golfe de Gascogne ? Pensées pour l’armée de terre, ces deux régions militaires, du strict point de vue de la géographie physique, témoignent d’un rapport évident à l’élément maritime.

C’est là une dimension sur laquelle il faut impérativement insister. L’espace est certes une donnée géographique renvoyant à une réalité physique, sans doute encore plus lorsque cette notion est abordée au prisme du fait militaire, mais il s’agit aussi d’un cadre vécu. Autrement dit, on ne peut faire abstraction de la dimension mentale, culturelle mais aussi affective de cette idée. Pour ce qui nous intéresse ici, on pense tout particulièrement aux manifestations témoignant d’un esprit de corps propre aux 10e et 11e régions militaires, puis à la IIIe à partir du moment où entre en application la réforme de 1946 regroupant dans une même entité les bureaux de recrutement de Rennes, Vannes et Nantes ainsi que ceux de Caen et du Mans.

Calendrier pour l'année 1890 diffusé en supplément du 'Bonhomme breton' et figurant le général Bertrand Hanrion, ex-commandant du 10e corps d'armée. Musée de Bretagne: 889.0037.1.
Calendrier pour l’année 1890 diffusé en supplément du ‘Bonhomme breton’ et figurant le général Bertrand Hanrion, ex-commandant du 10e corps d’armée. Musée de Bretagne: 889.0037.1.

Cette interprétation de l’espace propre à la géographie militaire influe directement sur le territoire, les armées étant un acteur majeur de son aménagement[5]. Dans une monographie récemment publiée, l’historien G. Le Bouëdec rappelle que ce sont des considérations stratégiques qui conduisent à la réalisation d’une voie de chemin de fer reliant Quiberon à Auray, de manière à pouvoir acheminer rapidement troupes et matériels dans l’éventualité d’une attaque anglaise. Au sein de la 10e région militaire, on sait que ce sont ces mêmes craintes qui poussent à la jonction ferroviaire entre les deux grands ports de la Royale que sont Brest et Cherbourg. Là encore, le découpage administratif a beau être parfaitement artificiel, il n’en implique pas moins des conséquences concrètes pour les individus qui peuplent ces espaces. Le rail est en effet, et Gérard Le Bouëdec le montre parfaitement à propos de Quiberon, un puissant facteur de développement. Mais cette géographie – qui n’est pas propre au réseau de chemin de fer comme le rappelle par exemple l’implantation des aéroports – ne saurait relever d’une permanence. Bien au contraire, à partir du moment où la Grande-Bretagne cesse d’être une menace pour la France, alors ces installations perdent mécaniquement de leur intérêt stratégique, jusqu’à parfois péricliter faute d’entretien. De quoi méditer sur l’intérêt qu’il y a à s’extraire de la géographie physique.


[1] Guellec, Agnès, « Espace rural et cadre départemental : l’exemple des Côtes-du-Nord », Economie rurale, n°119, 1977, p. 138.

[2] Voire notamment Boulanger, Philippe, La France devant la conscription, géographie historique d’une institution républicaine, 1914-1922, Paris, Economica, 2001.

[3] « Le 505e RCC est champion du 10e CA », L’Ouest-Eclair, 25e année, n°8196, 22 février 1924, p. 6.

[4] « Le 10e corps d’armée à l’honneur », L’Ouest-Eclair, 31e année, n° 12 316, 27 juillet 1930, p. 4.

[5] Sur la géographie militaire lire notamment Boulanger, Philippe, La Géographie reine des batailles, Paris, Perrin / Ministère des armées, 2020.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2021, 21 janvier). De l’inscription dans des territoires militaires artificiels. Ar Brezel. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbmx

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.