Quiberon au prisme du fait militaire et guerrier

Historien reconnu de la chose maritime et des mondes littoraux, G. Le Bouëdec publie aux éditions Coop Breizh une formidable synthèse sur la presqu’île de Quiberon, espace appréhendé sur une période courant du XVIIIe siècle à la Seconde Guerre mondiale[1]. Richement illustré, doté de splendides cartes et par ailleurs très accessible, cet ouvrage entend montrer comment le « pays des deux mers » passe d’un modèle socio-économique complexe, basé sur l’agriculture, la pêche et le cabotage, à une « mono-activité résidentielle et nautique » (p. 188) avec l’essor du tourisme de masse, dans la seconde partie du XXe siècle. Pour autant, c’est au prisme du fait militaire et guerrier que nous avons choisi de rendre compte de cette passionnante monographie, manière de rappeler combien ces problématiques sont centrales pour la période 1860-1962 qui préoccupe ce carnet de recherche.

L’intérêt stratégique de Quiberon ne va pas de soi. En effet, on ne peut le comprendre sans prendre en compte, d’une part, l’essor du port de Lorient, d’autre part, la menace que fait planer la perfide Albion sur ces mêmes installations. En effet, au XVIIIe siècle, « la montée en puissance du port de Lorient met en danger le rideau d’îles que constituent Houat, Hoëdic, Belle-Île et Groix, qui vont subir attaques, débarquements, pillages, destructions » (p. 14). Pour la Navy, ce chapelet de terres baignées par l’Atlantique constitue autant de points d’appui pour imposer au port morbihannais un étanche blocus. C’est ce qui conduit G. Le Bouëdec à raisonner en termes d’aires, la presqu’île étant à la confluence des aires nantaises et lorientaises (p. 7). Toujours est-il que « Quiberon est à la fois victime de l’insécurité, qui met en danger son économie maritime, et aux premières loges pour observer les opérations contre les îles, mais aussi la cible de descentes destructrices », comme en 1746 par exemple (p. 15-16).

Le fort de Penthièvre, sur la presqu'île de Quiberon, carte postale. Musée de Bretagne: 972.0027.367.
Le fort de Penthièvre, sur la presqu’île de Quiberon, carte postale. Musée de Bretagne: 972.0027.367.

C’est là un point sur le quel il faut insister car cette géographie n’est pas immanente. Certes, elle s’observe sur le temps long, confirmant l’idée qu’à Quiberon le danger vient de la mer. En témoigne par exemple la descente néerlandaise de 1674 (p. 16), événement par ailleurs récemment réexaminé par S. Lesvier dans un mémoire de master réalisé sous la direction de G. Aubert[2]. C’est cette réalité stratégique, cette imminence du danger britannique, qui conduit à la construction, décidée en mai 1747, du fort de Penthièvre (p. 19). Mais à partir du moment où l’Entente cordiale est signée, force est de constater qu’à l’exception des deux guerres mondiales, où l’Allemagne remplace la Grande-Bretagne, la pression ne fait que se desserrer sur la presqu’île. Et encore, puisque pendant l’occupation semble planer l’idée d’un débarquement allié à Belle-Île, tout du moins à en croire les fantasques renseignements du colonel Rémy. Du coup, du point de vue des war studies, l’histoire de Quiberon apparaît par bien des égards, à partir de 1904, celle d’une déprise du fait militaire et guerrier.

Au début de la période qui intéresse plus spécifiquement ce carnet de recherche, c’est au contraire une insertion toujours plus importante de l’armée dans la vie quiberonnaise qui s’observe. Mais, contre toute attente, c’est moins sur le plan naval que dans une dimension très terrestre que cette imprégnation militaire se fait ressentir. En effet, la réorganisation de l’armée française consécutive à la défaite de 1870 conduit à la construction d’une ligne de chemin de fer reliant Quiberon à Auray afin de faciliter les liaisons vers le port morbihannais mais aussi le fort de Penthièvre, où caserne le 16e bataillon de forteresse, et, au-delà, vers Belle-Île (p. 25). Cette voie ferrée est essentielle à bien des égards. Certes, après 1904, elle perd de son importance sur le plan stratégique. C’est ainsi par exemple que les élus quiberonnais déclarent en 1924 que « les forts actuels construits dans la commune ne semblent présenter aucun intérêt pour la défense nationale et à l’heure actuelle les casernements sont inoccupés » (p. 54). Mais, d’un point de vue strictement civil, cette ligne de chemin de fer constitue un véritable appel d’air vivifiant l’économie locale en l’insérant dans les circuits d’échanges régionaux et nationaux : cela est particulièrement sensible dans les domaines de la pêche et du cabotage mais aussi de la villégiature. Autrement dit, il ressort de la monographie que G. Le Bouëdec consacre à Quiberon que l’institution militaire est un des moteurs économiques de la presqu’île (p. 151)[3]. Ce faisant, c’est bien la part prépondérante des armées dans l’aménagement du territoire qui, encore une fois, se fait jour. En témoigne par exemple le port de Port-Haliguen qui, du fait de son « importance stratégique nationale », reçoit d’importants financements d’État au milieu du XIXe siècle (p. 44). À propos de la ligne de chemin de fer reliant Quiberon à Auray, l’auteur affirme qu’elle est « l’instrument du développement économique de la presqu’île » (p. 55).

Sur la presqu'île de Quiberon, la gare de Penthièvre, négatif sur film d'Henri Laurent-Nel (premier quart du XXe siècle). Musée de Bretagne: 992.0077.153.
Sur la presqu’île de Quiberon, la gare de Penthièvre, négatif sur film d’Henri Laurent-Nel (premier quart du XXe siècle). Musée de Bretagne: 992.0077.153.

Pour autant, il aurait sans doute été appréciable, dans la perspective qui est la nôtre, que G. Le Bouëdec confronte cette réalité au développement d’une « sensibilité militaire » observée notamment par les historiens J. Maurin et J. Halais[4]. Car si cette accommodation à l’institution a bien été démontrée en ce qui concerne l’armée de terre, elle demeure à prouver pour la Marine. D’ailleurs, G. Le Bouëdec affirme que celle-ci « n’a jamais représenté une alternative majeure pour les pêcheurs » (p. 150). En effet, à l’instar de l’ensemble des Français, les Quiberonnais semblent rechigner à l’impôt du temps et mettent en œuvre tout un ensemble de stratégies d’évitement du service militaire, quand bien même celui-ci serait embarqué (p. 85). Mais rien ne dit en revanche que les taux d’insoumission et de désertion soient plus élevés qu’ailleurs. De plus, pendant la Grande Guerre, les parcours de marins affectés à des navires auxiliaires, au cabotage transmanche dans le cadre du ravitaillement en charbon, ou encore à la pêche, sans oublier bien entendu l’ensemble des inscrits maritimes incorporés sur un bâtiment de la Royale, semblent attester d’un consentement global au conflit (p. 152)[5]. D’ailleurs, tout comme nous avons pu l’observer à propos de l’Ille-et-Vilaine, l’expérience combattante parait constituer là aussi un capital politique particulièrement précieux : c’est ce que montre l’élection à la mairie de Quiberon en 1919 d’Alphonse Rio, homme s’illustrant pendant le conflit non dans les tranchées mais au commandement d’une patrouilleur, chassant les submersibles allemands et protégeant, notamment, les convois de l’armée d’Orient ou du corps expéditionnaire américain (p. 173)[6].

Certes, il convient de ne pas tracer une frontière trop étanche entre Armor et Argoat, ces mondes étant beaucoup plus mêlés que ne suggère cette dichotomie. À Quiberon comme ailleurs, c’est la poly-activité qui domine puisqu’au XVIIIe siècle « la production agricole ne fournit qu’environ quatre mois de nourriture » (p. 37)[7]. Plus intéressant encore, G. Le Bouëdec rappelle que « les actes de mariages de la période 1780-1840 indiquent que sur 150 actes, 117 épouses de maîtres sont cultivatrices, cinq sont débitantes de boissons, trois sont propriétaires ou rentières, une est meunière, et 23 sans profession notée » (p. 37). C’est ce qui conduit l’auteur à parler d’une « pluriactivité d’équilibre, associant les revenus de la mer et de la terre » (p. 37), modèle qui perdure jusqu’au mitant du XIXe siècle et l’apparition de l’activité sardinière (p. 38). Toutefois, cette interpénétration des mondes maritimes et paysans continue à s’observer dans la première partie du XXe siècle. C’est ainsi que dans les années 1920, les retraités de la Marine cultivant un lopin de terre pour leur consommation personnelle constituent un groupe socio-professionnel à part entière (p. 136), preuve qu’il ne s’agit pas là d’une réalité statistique marginale.

En définitive, tout porte à croire que cette sensibilité militaire constitue assurément une clef de compréhension de cette presqu’île. En effet, ne peut-on pas y voir – dans la mesure où celle-ci est largement républicanisée à la suite de la guerre de 1870[8] – une des explications de la solide implantation électorale des bleus à Quiberon (p. 42) alors que le littoral Morbihannais est plutôt acquis aux blancs ? Le paradoxe est que si le fait militaire est un des moteurs du tourisme sur la presqu’île, celui-ci n’est pas nécessairement très républicain. Certes, c’est le spectacle des escadres venant mouiller dans la baie et des dizaines de marins débarquant sur cette langue de terre, en d’autres termes la marine de Marianne, même si celle-ci est surnommée la Royale, que viennent admirer les villégiateurs chaque été (p. 151). Mais au XIXe siècle, c’est sur les traces des émigrés débarqués en 1795 que partent quelques célèbres voyageurs comme Gustave Flaubert, venu à Quiberon au printemps 1847 (p. 88).

Port-Maria, une compagnie de débarquement de l'Escadre du Nord, Carte postale. Musée de Bretagne: 995.0008.3594.
Port-Maria, une compagnie de débarquement de l’Escadre du Nord, Carte postale. Musée de Bretagne: 995.0008.3594.

En d’autres termes, il apparaît que l’histoire de Quiberon est un dossier toujours en chantier. Les thématiques abordées par G. Le Bouëdec dans cette stimulante monographies, à savoir la pêche et l’essor du tourisme, mériteraient d’être croisées au prisme du fait militaire. L’auteur en est d’ailleurs parfaitement conscient, lui qui rappelle que l’histoire de la presqu’île pendant la Seconde Guerre mondiale reste à écrire (p. 195).


[1] Le Bouëdec, Gérard, La Presqu’île de Quiberon, pays des deux mers du XVIIIe siècle à la Seconde Guerre mondiale, Spezet, Coop Breizh, 2020. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Lesvier, Stuart, 1674 : la descente de la flotte néerlandaise en Bretagne. Etude d’histoire événementielle et des mobilisations, mémoire de master recherche en histoire sous la direction d’Aubert, Gauthier, Rennes, Université Rennes 2, 2020.

[3] Là n’est pas un cas unique comme nous avons pu le démontrer à propos de Saint-Malo et Rennes : Le Gall, Erwan, « La construction tumultueuse du quartier Margueritte », Place publique Rennes et Saint-Malo, n°34, mars-avril 2015, p. 95-99 et Le Gall, Erwan, Une entrée en guerre. Le 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo au combat (août 1914 – juillet 1915), Talmont-Saint-Hilaire, éditions CODEX, 2014, p. 34-35. Cette réalité n’étant bien entendu nullement bretonne, on lira à profit l’excellent Diest, Philippe, Le poids des infrastructures militaires 1871-1914 Nord-Pas-de-Calais, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2019.

[4] Maurin, Jules, Armée, guerre, société, soldats languedociens (1889-1919), Paris, Publications de la Sorbonne, 1982, p. 167 ; voir également Halais, Jérémie, Des Normands sous l’uniforme 1899-1919. De la caserne à la Grande Guerre, Bayeux, OREP éditions, 2018.

[5] IL apparaît toutefois évident à la lecture de cet ouvrage que cet aspect de l’histoire de Quiberon mériterait de plus amples développements. Par rapport à la conduite des marins affectés au cabotage transmanche pour le ravitaillement en charbon, on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale (1917-1919), Bruz, Editions CODEX, 2018, p. 181 et suivantes.

[6] Le Gall, Erwan, « Unis comme au front (populaire)? Les anciens combattants d’Ille-et-Vilaine et le scrutin du printemps 1936 », in Le Gall, Erwan et Prigent, François (dir.), C’était 1936, Le Front populaire vu de Bretagne, Rennes, Editions Goater, 2016, p. 256-285.

[7] Là n’est pas un cas particulier. Voir notamment Le Bouëdec, Gérard, « La pluriactivité dans les sociétés littorales XVIIe-XIXe siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, n°109-1, 2002, p. 61-89.

[8] Voir notamment Boniface, Xavier, L’Armée, l’Eglise et la République (1879-1914), Paris, Nouveau Monde Editions, 2012.


1 réflexion sur « Quiberon au prisme du fait militaire et guerrier »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.