Couverture de ROUSSET, commandant Léonce, Histoire populaire de la guerre de 1870-1871, Paris, La Librairie illustrée, sans date (détail).

A propos d’une histoire populaire… de la guerre de 1870-1871.

Malgré le succès rencontré ces derniers mois par M. Zancarini-Fournel, G. Noiriel ou par A. Croix, G. Guillaume, D. Guyvarc’h et T. Guidet avec leurs « histoires populaires » respectives, force est de constater que cette expression n’est pas neuve[1]. En témoigne notamment un volume célèbre, L’Histoire populaire de la guerre 1870-1871, publié vraisemblablement au mitan des années 1890 par le commandant Léonce Rousset, alors professeur à l’Ecole de guerre[2]. Mais reste une question qui demeure entière : qu’est-ce au juste que l’histoire populaire ? En nous basant sur l’exemple particulier que constitue cet ouvrage sans pour autant nous livrer à un exercice exégétique, nous tenterons d’avancer ici quelques éléments de réponse et pistes de réflexion.

Mais avant toute chose, il convient de dire quelques mots de l’auteur de ce livre. La célébrité de Léonce Rousset est réelle. La presse, et y compris des titres à gros tirage comme L’Echo de Paris ou Le Petit Journal, évoque ainsi le banal accident dont il est victime le 28 janvier 1926 : renversé par un taxi, il souffre de plusieurs fractures[3]. La nouvelle de sa mort, le 24 janvier 1938, est rapportée par de nombreux journaux comme Excelsior, Le Journal des débats politiques et littéraires, Le Temps, Le Figaro mais aussi L’Echo d’Alger ou encore Le Phare de la Loire… autant de titres qui tous publient à cette occasion de fouillées nécrologies[4]. Dans ce cadre, l’histoire populaire est donc avant tout une histoire produite par un auteur à succès même si, dans le cadre d’une telle définition, il est difficile de déterminer l’œuf de la poule. Est-ce l’auteur qui parvient à bien vendre ses ouvrages du fait de sa célébrité ou sont-ce ses volumes qui lui permettent d’accéder à une certaine notoriété ? L’un n’étant pas exclusif de l’autre, il est bien entendu vain d’essayer de répondre à une telle question.

Ces nécrologies, alliées à un dossier de Légion d’honneur consultable sur la base Léonore, permettent de reconstituer à grand traits la carrière de cet officier. Né le 9 novembre 1850 à Toulon, dans le Var, Léonce Rousset est le fils d’un officier de carrière originaire d’Antibes. Choisissant lui aussi la carrière des armes, mais dans l’infanterie et non dans l’artillerie comme son père, le jeune homme intègre Saint-Cyr en 1868 et n’en sort – 67e sur 270 – qu’avec la déclaration de guerre, le 19 juillet 1870. Jeune sous-lieutenant au 6e RI, il est blessé au pied droit dans les environs de Metz à la fin du mois d’août 1870, puis est fait prisonnier pendant quelques jours, en avril 1871. Libéré, il reprend le fil de sa carrière, d’abord en Algérie puis dans des unités tenant garnison en France métropolitaine. Le 13 février 1879, il est promu capitaine et est affecté au 84e RI. Après quelques années de service dans le Nord, il entre à l’Ecole de guerre en 1884 et en ressort breveté, deux ans plus tard. Après différentes affectations, notamment au sein de l’état-major du 2e CA, il retourne à l’Ecole de guerre en 1891 – il est alors commandant – pour y assurer le cours de tactique appliquée d’infanterie. Là n’est pas le premier enseignement qu’il assure puisque l’état signalétique et des services conservé dans son dossier de Légion d’honneur fait état d’un cours de géographie donné en cette même institution en 1887-1888.

Portrait de Léonce Rousset publié le 25 janvier 1938 par l'Excelsior. Gallica / Bibliothèque nationale de France.
Portrait de Léonce Rousset publié le 25 janvier 1938 par l’Excelsior. Gallica / Bibliothèque nationale de France.

Mentionnons que dans la nécrologie que lui consacre Le Figaro, il est question d’une chaire « d’histoire et de tactique militaire », formulation qui ne correspond pas à ce que l’on a pu retrouver sur son état signalétique et des services. Toujours est-il que ce sont vraisemblablement ces cours qui lui fournissent la matière première de ses ouvrages… et l’auctoritas pour les publier. Ecrivain à succès, il est en effet un homme de plume prolifique comme en témoignent son abondante bibliographie ainsi que ses nombreux articles pour la presse généraliste et publiés par des titres comme Le Petit parisien, Le Gaulois ou encore La Liberté. L’auteur d’histoire populaire est donc un homme de lettre dont la plume a pour qualité essentielle de savoir s’adresser au plus grand nombre.

Mais si le nom de Léonce Rousset est si connu, c’est qu’outre ses vies militaires et littéraires, le natif de Toulon entreprend une carrière politique dont le succès reste à considérer avec mesure. Elu député de Verdun en 1902, il est battu en 1906 par Charles Humbert : lui aussi ancien officier de carrière – mais passé non par Saint-Cyr mais par Saint-Maixent – et doté d’une solide expérience d’homme de presse, il est un membre influent de la commission sénatoriale des armées pendant la Première Guerre mondiale. Lors des élections législatives de 1910, Léonce Rousset se présente de nouveau devant les électeurs mais, cette fois-ci, à Paris, dans le 10e arrondissement, contre le socialiste Arthur Groussier. Battu, il ne semble par la suite plus briguer aucun mandat électoral.

La carrière politique de Léonce Rousset est un élément à prendre en considération pour qui souhaite analyser son Histoire populaire de la guerre 1870-1871. Républicain libéral et nationaliste, l’auteur fait en effet preuve d’une grande mesure dans ce volume. Si le propos se concentre essentiellement sur la guerre impériale, il est en définitive assez mesuré sur l’Empereur lui-même, se limitant à souligner son « irrésolution » (p. 223). S’il est beaucoup moins neutre à propos de Bazaine, sans doute est-il en réalité à l’image d’une opinion publique qui n’hésite pas à voir en lui l’un des grands responsables de la débâcle de 1870. On sait d’ailleurs que les archives du procès du maréchal, tenu à l’automne 1873, comptent parmi les sources utilisées par le commandant Rousset. Dès lors, on pourrait se demander si une Histoire populaire de la guerre de 1870-1871 ne consisterait pas en un récit susceptible de plaire au plus grand nombre et donc, du point de vue éditorial, en un ouvrage faisant l’impasse sur un certain nombre d’aspects potentiellement problématiques : on pense bien entendu à l’insurrection communarde mais aussi à la poursuite du conflit par la République proclamée le 4 septembre 1870. La question reste pour l’heure sans réponse mais ne pourra néanmoins faire l’économie de ces considérations commerciales.

Sur la forme, cette Histoire populaire de la guerre de 1870-71 coche un certain nombre de cases du cahier des charges propre à ce genre. Certes, le livre est volumineux (plus de 700 pages) mais est illustré « de portraits, vues, scènes, types militaires, cartes et plans en noir et en couleurs ». Celles-ci appellent d’ailleurs un certain nombre de commentaires, ceux-ci pouvant être par ailleurs parfaitement contradictoires ce qui dit, en définitive, la complexité du système de représentations à l’œuvre dans ces pages.

Défense de Wissembourg. Illustration figurant dans ROUSSET, commandant Léonce, Histoire populaire de la guerre de 1870-1871, Paris, La Librairie illustrée, sans date, p. 153.
Défense de Wissembourg. Illustration figurant dans ROUSSET, commandant Léonce, Histoire populaire de la guerre de 1870-1871, Paris, La Librairie illustrée, sans date, p. 153.

Dans un premier temps, il convient de remarquer combien les gravures accompagnant le texte de Léonce Pousset participent d’une mise en exergue du choc, de l’offensive, des vertus de l’assaut et de la charge, corps à corps censé constituer l’acmé du combat. Cela est notamment particulièrement sensible à propos de « la défense de Wissembourg » (p. 153), le 4 août 1870. Alors que la légende, rappelons-le, évoque la « défense » de cette commune française du nord de l’Alsace située à quelques encablures seulement de la frontière allemande, la gravure représente une véritable mêlée où les troupes françaises, loin de subir l’assaut ennemi, sont au contraire manifestement offensives. Cette composition appelle dès lors deux constats. Le premier consiste à souligner combien une telle œuvre incarne ces forces morales si vantées par l’armée française des années 1890, époque à laquelle où vraisemblablement est publié cet ouvrage de Léonce Rousset. Cette histoire est connue et il ne semble pas nécessaire de revenir dessus : ce qui est en jeu ici c’est le poids du choc considéré comme supérieur à celui du feu. Mais dans un second temps, il importe d’en revenir à la légende de cette illustration : « la défense de Wissembourg ». En effet, si cette scène de guerre illustre les vertus combattives, et donc offensives, de l’armée française, celles-ci s’expriment dans le cadre de la défense d’une ville située sur le territoire national. Là est une dimension essentielle puisqu’elle vient rappeler que le « choc », la fameuse furia francese, ne s’exprime que dans le cadre d’un patriotisme défensif. C’est là du reste une rhétorique dont on mesure aisément le poids lors de l’été 1914[5]. En d’autres termes, l’histoire populaire dont il s’agit ici est avant tout un récit en adéquation avec les représentations mentales dominantes du moment. Ce qui par ailleurs pourrait en faire une bonne source pour l’historien qui s’intéresse aux rapports de la société française de la Belle époque au fait guerrier, la mémoire comprise comme discours prononcé dans la sphère publique étant comme toujours l’outil politique du temps présent.

La gravure représentant la charge du « 1er tirailleurs au combat de Wissembourg » est à cet égard particulièrement stimulante par ce qu’elle suggère de la perception de la négritude, ce que l’historien A. Ruscio avait appelé au mitan des années 1990 « le credo de l’homme blanc »[6]. Faut-il en effet voir dans cette représentation l’image d’un soldat africain considéré comme un redoutable combattant du fait de ses prétendues qualités raciales ? Cela n’est pas à exclure et l’on sait que ce sont ces théories farfelues qui, quelques années après la publication de cette Histoire populaire de la guerre 1870-1871, conduisent Charles Mangin à plaider pour l’établissement d’une « force noire »[7]. Là encore, si la question reste sans réponse, elle n’est pas sans portée heuristique. Comme toute histoire, l’histoire populaire est contemporaine et, chimiquement impure, est donc susceptible de receler certain des maux de son temps.

« Le 1er tirailleurs au combat de Wissembourg ». Illustration figurant dans ROUSSET, commandant Léonce, Histoire populaire de la guerre de 1870-1871, Paris, La Librairie illustrée, sans date, p. 145.
« Le 1er tirailleurs au combat de Wissembourg ». Illustration figurant dans ROUSSET, commandant Léonce, Histoire populaire de la guerre de 1870-1871, Paris, La Librairie illustrée, sans date, p. 145.

Mais il y a une autre dimension des illustrations de ce volume qu’il convient de garder à l’esprit, c’est combien celles-ci participent, en même temps quelles glorifient le choc, d’une déréalisation du combat. Cette mêlée de Wissembourg est à cet égard particulièrement intéressante car si le corps à corps est visiblement très énergique, rien ne suggère une quelconque atteinte à l’intégrité physique des soldats : pas d’œil crevé, de bras arraché, de crânes fracturés, de jambes lacérées… Le blessé du premier plan est à cet égard particulièrement intéressant et, en paraphrasant Rimbaud, on pourrait presque affirmer qu’il dort, que son corps présente deux trous rouges – invisibles ici – au côté droit. Or une telle représentation contrevient frontalement avec ce que peut produire la littérature médicale immédiatement après le conflit, les hommes de l’art étant justement frappés par l’intensité des atteintes aux corps provoquées par l’armement moderne. L’historienne O. Roynette ira même jusqu’à évoquer à ce propos un « tournant » sensible, réalité que l’on s’empresse toutefois de bien vite oublier puisque l’entrée en guerre de 1914 est le moment de la découverte d’une triste réalité : « le feu tue »[8]. Ici, l’histoire populaire serait donc indissociable d’un mouvement d’occultation de la violence de guerre, propension destinée à rendre le texte plus attractif du point de vue commercial. Reste que cette dynamique est complexe puisqu’il est difficile de savoir si c’est Léonce Rousset qui contribue à la forge des représentations mentales ou si son livre est paramétré de manière à correspondre parfaitement avec celles-ci : sans doute un peu des deux…

Le texte, lui, participe d’une approche qui mérite d’être soulignée. Rapporté au champ militaire et à la guerre, l’histoire populaire serait celle qui s’intéresserait non aux chefs mais à la troupe, tentative de définition qui appelle deux remarques. La première renvoie bien évidemment au maître-livre de J. Keegan, Anatomie de la bataille, puisque tel est précisément là le programme de la nouvelle histoire militaire, discipline empruntant énormément à l’anthropologie et accordant une grande importance aux corps[9]. Mais une seconde invite toutefois à questionner les frontières du populaire sous l’uniforme. Certes, le galon de sous-lieutenant confère une certaine autorité mais la Première Guerre mondiale rappelle que ces commandements de contact sont dans bien des cas exercés par des instituteurs ou des ecclésiastiques, prolongeant ainsi en tranchées le magistère de l’estrade et/ou de la chaire. Faut-il dès lors y voir une marque de domination des « élites » sur le « peuple » ? Et quid par exemple d’un Jean Choleau qui, dans le civil, exerce des responsabilités qui l’amènent indéniablement à figurer parmi les notables mais n’est pendant la Grande Guerre « que » sous-officier, et en l’occurrence adjudant à partir du 9 avril 1917 ? Entré à l’arsenal de Lorient à 14 ans, sergent-major puis lieutenant au 31e régiment de mobiles, Auguste Nayel n’est pas encore, en 1870, l’artiste réputé et respecté qu’il sera à la Belle époque.

Carte des environs de Woerth où se déroule la bataille de Frœschwiller, dite également de Reichshoffen, publiée dans ROUSSET, commandant Léonce, Histoire populaire de la guerre de 1870-1871, Paris, La Librairie illustrée, sans date, p. 169.

Ces limites posées, force est de constater que l’ouvrage de Léonce Rousset témoigne en certains passages d’une réelle attention à la troupe. Ainsi, le 6 août 1870, au début de la bataille de Frœschwiller, dite également de Reichshoffen, il explique (p. 164) :

« Le temps était superbe : le soleil, se montrant enfin, après deux jours de pluie torrentielle, réchauffait nos soldats fatigués par les allées et venues des jours précédents, et leur permettait de sécher leurs vêtements transpercés. Sur les prairies, sur les vignes s’étendaient des capotes grises, des vestes bleues de tirailleurs, des habits de lanciers et d’artilleurs. Les hommes s’étaient éparpillés, toujours insouciants et gais, et personne ne soupçonnait un danger immédiat, quand d’un bout à l’autre de la ligne des bivouacs retendit l’appel aux armes. Il fallut une heure entière pour que tous les régiments, réunis et formés, eussent gagnés leur poste de combat. »

Mais là ne sont que des intermèdes passagers, l’essentiel du récit étant composé de descriptions parfaitement « fifre et tambour », représentations non seulement vues d’avion et dignes d’un kriegsspiel mais où des milliers de soldats sont censés agir tous de la même manière, comme des automates[10]. Tel est par exemple le cas à propos de cette même bataille de Frœschwiller (p. 186) :

« Ainsi tous les efforts de la plus admirable bravoure et de l’opiniâtreté la plus endiablée venaient échouer contre les lignes ennemies, constamment alimentées de troupes fraîches. A notre gauche cependant les progrès des Bavarois étaient jusqu’alors moins sensibles, et les généraux Ducrot et Raoult avaient réussi à les modérer. Le 1er corps bavarois, immobilisé devant le bois de Frœschwiller, que défendaient avec une énergie surhumaine les 8e et 13e bataillons de chasseurs, le 1er zouaves, le 2e tirailleurs et le 48e de ligne, tous confondus et mélangés, ne parvenait pas à en conquérir la lisière : plus loin, le IIe corps bavarois, contenu dans la forêt de Langensulzbach, tentait vainement d’en déboucher. Mais à mesure que de nouveaux renforts, traversant la Sauer, arrivaient en ligne, la position de nos braves soldats devenait plus critique, et la résistance plus difficile. Le colonel Suzzoni, du 2e tirailleurs, et le commandant Poyet, du 8e bataillon de chasseurs, avaient été tués ; les hommes se sentaient épuisés, et le 48e, décimé et presque anéanti, dût bientôt abandonner la position pour se retirer sur Frœschwiller. »

Il en est de même à l’occasion de la description de la bataille de Sedan ce qui, à dire vrai, n’est nullement étonnant. On l’a dit, les normes historiographiques de l’époque ne sont pas celles de l’anthropologie historique du fait guerrier qui prévalent maintenant. Mais l’on peut également se livrer à une lecture politique de l’approche de Léonce Rousset. En effet, son histoire de la guerre de 1870 est avant tout une histoire du commandement. Cela signifie que le désastre de cette campagne malheureuse est mécaniquement imputé à l’Empereur ainsi qu’à quelques officiers généraux, à commencer par Bazaine. Classique, une telle grille de représentations à l’intérêt de disculper le soldat français. Et là est aussi, peut-être, une clef de compréhension de ce qu’est aussi l’histoire populaire.


[1] Ce constat est également dressé par Ruiz, Emilien, « L’histoire populaire : label éditorial ou nouvelle forme d’écriture du social ? », Le Mouvement social, n°269-270, 2019-4, p. 185-230 ; Zancarini-Fournel, Michelle, Les luttes et les rêves. Une histoire populaire de la France de 1685 à nos jours, Paris, La Découverte, 2017 ; Noiriel, Gérard, Une histoire populaire de la France. De la guerre de Cent Ans à nos jours, Marseille, Editions Agone, 2018 ; Croix, Alain, Guidet, Thierry, Guillaume, Gwenaël et Guyvarc’h, Didier, Histoire populaire de la Bretagne, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019.

[2] Rousset, commandant Léonce, Histoire populaire de la guerre de 1870-1871, Paris, La Librairie illustrée, sans date. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[3] « Le lieutenant-colonel Rousset renversé par un taxi », L’Echo de Paris, 43e année, n°16341, 29 novembre 1926, p. 1 ; « Le lieutenant-colonel Rousset grièvement blessé par un taxi », Le Petit Journal, n°23 328, p. 1.

[4] « Mort du lieutenant-colonel Rousset », Excelsior, 29e année, n°9903, 25 janvier 1938, p. 3 ; « Deuil », Journal des débats politiques et littéraires, 150e année, n°21, 26 janvier 1938, p. 2. ; « Nécrologie », Le Temps, 78e année, n°27897, 26 janvier 1938, p. 4 ; « Le lieutenant-colonel Rousset », Le Figaro, 113e année, n°26, 26 janvier 1938, p. 2 ; « Le lieutenant-colonel Rousset écrivain et combattant glorieux est décédé », L’Echo d’Alger, 37e année, n°10035, 26 janvier 1938, p. 3 ; « Mort du lieutenant-colonel Rousset », Le Phare de la Loire, 124e année, n°41569, 26 janvier 1938, p. 2.

[5] Becker, Jean-Jacques, 1914 : Comment les Français sont entrés dans la guerre, Paris, Presses nationales de la Fondation des Sciences politiques, 1977.

[6] Ruscio, Alain, Le Credo de l’homme blanc. Regards coloniaux français XIXe-XXe siècles, Paris, Complexe, 1995.

[7] Mangin, Lieutenant-colonel Charles, La Force noire, Paris, Hachette, 1910.

[8] Roynette, Odile, « Blessés et soignants face à la violence du combat en 1870-1871 : un tournant sensible ? », Revue d’histoire du XIXe siècle, n°60, 2020/1, p. 145-162 ; Le Gall, Erwan, Une entrée en guerre. Le 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo au combat (août 1914 – juillet 1915), Talmont-Saint-Hilaire, éditions CODEX, 2014.

[9] Keegan, John, The face of the battle, A study of Agincourt, Waterloo and the Somme, London, Random house, 2012.

[10] Ibid.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2021, 14 janvier). A propos d’une histoire populaire… de la guerre de 1870-1871. Ar Brezel. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbmv

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.