Sortir les flux du règne du présentisme

En s’opposant, le 11 mai 1950, au passage d’un train provenant de Brest et transportant vers Rochefort des canons destinés au corps expéditionnaire français déployé en Indochine, les « 12 de Saint-Brieuc » portent atteinte à l’effort de guerre français en Extrême-Orient. Ce faisant, ces militants communistes nous montrent, malgré-eux que la Bretagne, d’une certaine manière, a pu constituer un véritable « arrière » de ce lointain « front » situé en Asie. Autrement dit, ils nous montrent combien une mobilisation militaire est tributaire d’un certain nombre de flux que sont les acheminements en armes, munitions et hommes, mais aussi la diffusion d’informations permettant de partir à la conquête de l’assentiment des opinions publiques. Or, c’est parce que la guerre est par nature une compétence régalienne que l’histoire de ces « 12 de Saint-Brieuc » invite à se pencher sur le passionnant ouvrage collectif que viennent de publier aux éditions Arbre bleu N. Patin et D. Pinsolle, volume intitulé « Déstabiliser l’État en s’attaquant aux flux »[1].

Le sous-titre de l’ouvrage participe d’ailleurs d’une définition particulièrement extensive de la guerre : « Des révoltes antifiscales au sabotage ». La contribution de S. Albertelli (p. 155-175) renvoie à une réalité très militaire et met en lumière l’importance du sabotage pour la Résistance intérieure française. On pense ainsi spontanément aux plans vert (voies ferrées), bleu (installations électriques) et violet (lignes téléphoniques) mis en œuvre dans le cadre du débarquement de Normandie : il s’agit d’asphyxier l’effort de guerre ennemi en le privant de ces flux qui l’alimentent. Sans tomber dans une vision organiciste (la respiration de la guerre…), raisonner en termes de flux permet une approche dynamique, presque liquide, du fait militaire. C’est d’ailleurs ce que fait avec brio S. Albertelli lorsqu’il réduit la libération de la France à « une course de vitesse entre deux systèmes de transport : l’un, maritime, conçu pour débarquer aussi vite que possible un maximum d’hommes et de matériel afin de constituer une solide tête de pont ; l’autre, terrestre, c’est-à-dire ferroviaire et routier, mobilisé par l’ennemi pour acheminer ses renforts au plus vite vers la zone de débarquement » (p. 169). Si cette grille de lecture présente le défaut de faire peu de cas des opérations aéroportées projetant des forces en arrière des lignes ennemies, elle souligne toute la centralité du mouvement dans la stratégie déployée en France à l’été 1944. Ce faisant, on mesure combien les poches de l’Atlantique – qui relèvent de la poliorcétique – participent d’une autre logique, stratégiquement périphérique puisque l’objectif absolu est bien Berlin.

Jeep américaine du 3rd Cavalry Reconnaissance Squadron rattaché à la IIIrd Army du général Patton. A l’arrière du véhicule, se tient le chef FFI départemental pour la Mayenne, Jean Séailles, alias « commandant Grégoire », organisateur du maquis de Saint-Marc-du-Désert, membre du réseau d’action du SOE Denis-Scientist. Musée de Bretagne : 990.0032.1362.
Jeep américaine du 3rd Cavalry Reconnaissance Squadron rattaché à la IIIrd Army du général Patton. A l’arrière du véhicule, se tient le chef FFI départemental pour la Mayenne, Jean Séailles, alias « commandant Grégoire », organisateur du maquis de Saint-Marc-du-Désert, membre du réseau d’action du SOE Denis-Scientist. Musée de Bretagne : 990.0032.1362.

Mais se cantonner à cette seule dimension serait restreindre outrageusement la focale. Ainsi, et toujours pour rester dans le cadre de la Seconde Guerre mondiale, se limiter à une telle approche en termes de flux serait occulter le caractère fondamentalement idéologique du conflit. Or cette réalité place sous un nouveau jour la déstabilisation de l’État par l’atteinte aux flux puisqu’elle rappelle combien la guerre peut aussi être sociale. Et l’on en vient à la figure de l’anarchiste Emile Pouget, syndicaliste révolutionnaire et théoricien du sabotage (p. 113-114 notamment). La rupture que constitue la publication de ce véritable manuel de résistance doit toutefois être nuancée. C. Bantman rappelle que l’idée de sabotage fait « une apparition remarquée en France dans les années 1890 (p. 113). Emile Pouget lui-même affirme du reste que cette pratique est aussi ancienne que « l’exploitation humaine » (p. 113). Enfin, F. Jarrige rappelle, à la suite des travaux du sociologue C. Tilly, que « le moment quarante-huitard est également au cœur de nouveaux répertoires d’actions protestataires, marqué par l’importance du cadre communal et le patronage des puissances locales, à un répertoire d’action plus moderne » (p. 91). Ce n’est qu’a posteriori que les attaques perpétrées lors de la Révolution de 1848 contre les gares et les chemins de fer seront associées à du sabotage (p. 109). D’où donc la nécessité d’appréhender cette histoire sur le temps long.

Ajoutons que cette approche par les flux est très actuelle. Evoquant l’affaire dite de Tarnac en 2008 – où il était question du sabotage d’une ligne de TGV – N. Patin et D. Pinsolle rappellent que les théoriciens de l’insurrection affirment, en ce premier quart de XXIe siècle, que « le pouvoir ne réside plus dans les institutions, mais dans les infrastructures » (p. 13). Sans doute pourrions-nous évoquer d’autres exemples plus récents. En Bretagne, on pense bien entendu au mouvement dit des Bonnets rouges qui, en 2013, cible les portiques écotaxe et place au cœur du débat politique la question des flux routiers et du transport par camion. Sans doute pourrions-nous aussi évoquer l’appétence des Gilets jaunes pour les ronds-points, leur occupation ne relevant pas uniquement d’une réappropriation de l’espace public mais bel et bien d’une volonté de blocage[2]. Mais la prudence doit demeurer de mise : en effet, quel est le véritable objet de ce mouvement social ? Ce qui aura pu apparaître aux yeux de certains comme une sorte de jacquerie contemporaine avait-il pour objet de déstabiliser l’État en s’attaquant aux flux ou d’exprimer un malaise social et d’obtenir gain de cause sur un certain nombre de revendications, notamment économiques ?

Chemin de fer, environs de Saint-Nicolas-du-Pélem (première moitié du XXe siècle). Négatif sur film de Jean-François Gouriou. Musée de Bretagne: 986.0001.250.
Chemin de fer, environs de Saint-Nicolas-du-Pélem (première moitié du XXe siècle). Négatif sur film de Jean-François Gouriou. Musée de Bretagne: 986.0001.250.

La question est d’importance et revêt, à l’évidence, une réelle portée heuristique invitant à reconsidérer l’objet dans le temps long. C’est ainsi que, dans ce volume collectif dirigé par N. Patin et D. Pinsolle, l’historien rennais G. Aubert revient sur les révoltés de l’Ancien régime (p. 59-74). S’il n’est bien entendu pas question à l’époque de « sabotage » ou de « terrorisme », termes alors anachroniques, il n’en demeure pas moins que ces individus, par leurs vives protestations, se muent « en agents déstabilisateurs de l’État malgré eux » en s’en prenant à un flux essentiel, la perception de l’impôt. Mais si les actes sont une chose, l’écho qui leur est donné en est une autre (p. 73) :

« Du côté de l’État, il semble que l’on ait eu une appréciation exagérée de l’intention de certains révoltés en leur prêtant parfois des liens avec les ennemis de l’État et en supposant l’existence de flux d’informations traversant les frontières et alimentant les complots. Cette surinterprétation était liée au fait que les puissants considéraient en général que les peuples ne pouvaient guère faire des choses importantes sans l’aide, le soutien, voire l’inspiration de plus grands qu’eux. Elle était aussi liée au fait qu’il faisait partie de la guerre de susciter des mouvements de contestation chez son ennemi. »

Autrement dit, c’est moins l’atteinte aux flux en elle-même que son interprétation par le pouvoir qui constitue une atteinte à l’État. C’est du reste ce qu’explique F. Jarrige à propos d’un certain nombre de destructions de machines et d’installations ferroviaires lors de la Révolution de 1848 : « la nature révolutionnaire de ces actions a rapidement été niée par le nouveau pouvoir républicain qui n’y vit que des troubles sociaux archaïques ou des actes criminels stimulés par des incendiaires, sans portée politique réelle » (p. 86). Certes, le nouveau régime a tout intérêt à lire ainsi les événements (p. 109) :

« Ces troubles divers apparurent au contraire comme une menace pour la république et ses intérêts, d’où la très vive répression dont ils furent l’objet et leur rapide évacuation de la geste révolutionnaire. Alors que le nouveau gouvernement échoue à réaliser les promesses d’émancipation sociale, et que le chemin de fer devient le symbole d’une modernité célébrée, ces désordres n’avaient aucune chance d’être reconnus et revendiqués par la suite. »

Mais il n’en demeure pas moins qu’il y a un élément essentiel pour que l’État juge l’atteinte au flux comme une tentative de déstabilisation, c’est la dimension réticulaire, réelle ou perçue comme telle, des faits. Autrement dit, le sabotage doit aller de pair avec son double maléfique qu’est « l’ennemi intérieur », celui-ci se comprenant nécessairement par l’intermédiaire d’une organisation clandestine forcément tentaculaire (p. 164).

Locomotive de la ligne Paris-Orléans mise en service en 1840. Musée de Bretagne: 2018.0000.1820.
Locomotive de la ligne Paris-Orléans mise en service en 1840. Musée de Bretagne: 2018.0000.1820.

En effet, si l’acte est isolé, il apparaîtra moins menaçant que s’il est inséré dans un réseau réel ou fantasmé (comme ce fut manifestement le cas à Tarnac). C’est cela qui, fondamentalement, permet de comprendre la répression qui s’exerce sur les « 12 de Saint-Brieuc » : non seulement cette opération n’est pas un fait historique unique mais elle survient dans un contexte de guerre froide qui participe assurément de la gravité accordée aux actes. A l’inverse, la figure de « l’embusqué », si elle constitue une atteinte évidente aux flux qui pendant la Première Guerre mondiale alimentent les tranchées en hommes, ne sont jamais considérés comme une déstabilisation de l’effort de guerre et, en dernier ressort, de l’État lui-même[3]. Il manque en effet pour que cette rhétorique puisse se mettre en place la dimension réticulaire : nulle internationale des embusqués à l’horizon et même les pacifistes, isolés à Zimmerwald, ne pèsent pas assez pour imposer cette idée. De la même manière, si l’idée de grève générale postule qu’un gouvernement peut être mis dans l’impossibilité d’administrer le pays si les ouvriers le paralysent en interrompant les flux économiques (p. 82), celle-ci demeure inopérante en 1917 du fait de la puissance même de l’État qui est à la fois ordonnateur (du fait de la guerre), client (par l’intermédiaire des armées) et pourvoyeur de main d’œuvre (avec les affectations spéciales). Ici, la personne d’Albert Thomas, socialiste et ministre de l’armement, est assurément essentielle.

L’approche en termes de flux pose de manière mécanique la question de leur maîtrise (p. 14-15), réalité qui n’est assurément pas nouvelle. À l’époque moderne, l’État s’affirme « par une volonté de contrôle de plus en plus étroit des flux de biens et de personnes » (p. 28) que l’on retrouve tout au long des XIXe et XXe siècle. Certains pourront y voir matière à dénonciation de la toute-puissance de l’appareil d’État. Toutefois, la réalité est sans doute plus ambigüe, nuancée.  S. Albertelli rappelle ainsi que « l’émergence du concept de sabotage, synonyme d’espoirs pour les uns et de crainte pour les autres, souligne que la modernisation et la complexification des sociétés industrialisées, en temps de paix comme en temps de guerre, ont paradoxalement pour pendant un sentiment aigu de vulnérabilité du fait de leur dépendance à l’égard des machines, de processus et de réseaux perçus comme fragiles » (p. 174). C’est d’une certaine manière ce que soulignait très récemment, dans les colonnes de la revue Inflexions, G. Garotte en rappelant qu’au XIXe siècle « l’expansion du chemin de fer bouleverse la géographie des places fortes : les nœuds ferroviaires se substituent aux carrefours routiers comme zones clés de la défense, les rocades favorisent la défense, tandis que les pénétrantes sont susceptibles d’avantager l’ennemi »[4]. Dans une même logique, on pourrait évoquer les brassages sans précédents d’hommes et de matériels engendrés par la Grande Guerre mais qui se doublent de mouvements parfaitement antagoniques : que l’on songe à l’internement des indésirables étrangers ou, quelques mois seulement après la signature du traité de Versailles, à l’établissement de la carte d’identité[5].

Carte d'identité (1943). Musée de Bretagne: 990.0032.70.
Carte d’identité (1943). Musée de Bretagne: 990.0032.70.

En interrogeant sur le temps long la déstabilisation de l’État par l’attaque aux flux, cet ouvrage met en perspective ce qui est présenté comme « une nouvelle conception du pouvoir qui engendrerait des pratiques subversives inédites » (p. 14). Ce faisant, ces différentes contributions tirées d’un séminaire tenu à l’Université Bordeaux Montaigne de 2016 à 2018 (p. 18) nous extraient du présentisme ambiant et poussent à de fort stimulants croisements en termes de champs. En effet, l’histoire militaire s’hybride avec l’histoire politique, mais aussi l’histoire technique ou des représentations (p. 17).

Pour autant, il convient de conserver à l’esprit que les déstabilisations dont il s’agit dans ce livre restent des phénomènes éminemment marginaux. Certes, N. Patin et D. Pinsolle ont parfaitement raison d’affirmer que, « au tournant du siècle, perturber la bonne marche des réseaux de transport et de télécommunication constitue une atteinte à la souveraineté nationale du point de vue des gouvernants » (p. 84). C’est d’ailleurs bien cette grille de lecture qui justifie la création du Carnet B, un registre qui non seulement recense une partie infinitésimale de la population mais qui s’avère d’aucune utilité lors de l’été 1914 (p. 156)[6]. L’entrée en guerre marque en effet le triomphe de la loyauté envers l’emblème national, contre le drapeau rouge, et l’on a montré en d’autres lignes combien des individus comme Jean Batas ou Albert Aubry invitent en définitive à une définition mesurée de l’antimilitarisme, celui-ci ne devant en aucun cas être assimilé à un antipatriotisme[7].

Mais il n’en demeure pas moins, et les réflexions de F. Jarrige citées plus haut et publiées dans ce même volume le montrent parfaitement, que la légitimité du sabotage en tant qu’outil de lutte peine à s’imposer. Il faut en définitive attendre la Seconde Guerre mondiale pour que la bascule s’opère, et non sans difficultés du reste. Pour ce qui concerne le tournant du XXe siècle, il faut bien distinguer ce sujet qui passionne la presse et les foules avides de sensations fortes de la réalité d’une pratique très minoritaire, ce d’autant plus que le sabotage a précisément pour fonction de rendre visible un combat (p. 117 et 126 ; p. 163). L’Ouest-Eclair en est un bon exemple puisque ce ne sont pas moins de 1853 occurrences de ce terme que l’on retrouve jusqu’au 1er septembre 1939[8].

Fréquence du terme sabotage dans les corpus de la presse française hébergés sur le site Retronews.
Fréquence du terme sabotage dans les corpus de la presse française hébergés sur le site Retronews.

Cette appétence manifeste pour le sabotage n’est d’ailleurs pas sans ambiguïté puisque, comme le note fort justement G. Ferragu, « partagée entre sa mission d’information et la propagande par le fait, la presse est prise en otage, et les journalistes deviennent les malgré nous du terrorisme » (p. 131).

En réalité, ce qui caractérise la société bretonne sur la période 1860-1962, celle qui préoccupe ce carnet de recherche, c’est un système de représentation ou la valeur travail demeure centrale. Le labeur doit être « bien fait » et l’oisiveté ou la paresse, sont encore considérés très négativement. Ajoutons d’ailleurs que la péninsule armoricaine ne saurait sur ce point constituer un cas exceptionnel. En témoigne par exemple le ralliement à l’Union sacrée d’Emile Pouget, pourtant syndicaliste révolutionnaire chevronné et théoricien du sabotage. C. Bantman ne dit d’ailleurs pas autre chose quand elle rappelle que « la plupart des historiens de l’anarchisme et du terrorisme anarchiste s’accordent à voir dans ce terrorisme ainsi que dans sa réception des manifestations d’une modernité ouvrière : la modernité économique du monde industriel et urbain et des sentiments d’isolement qu’il engendre, de nouveaux systèmes de communication, ainsi que l’expérience subjective de la modernité » (p. 120). Un tableau dont est par bien des égards exclue la Bretagne de 1936[9]. Mais jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, la culture syndicale continue de valoriser « la conscience professionnelle et l’attachement à l’instrument de travail » (p. 172). De ce point de vue, l’affaire des « 12 de Saint-Brieuc » témoignerait indubitablement des mutations en cours à l’échelle du territoire. Mais le « moment 1958 » vient rappeler que le processus est alors loin d’être achevé[10]. S’il y a rupture, elle est probablement postérieure à la guerre d’Algérie et coïncide avec l’émergence d’une civilisation des loisirs bien décrite par le sociologue J. Dumazedier[11].


[1] Patin, Nicolas et Pinsolle, Dominique (dir.), Déstabiliser l’État en s’attaquant aux flux. Des révoltes antifiscales au sabotage, XVIIe-XXe siècle, Nancy, Editions Arbre bleu, 2020. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Pour une mise en perspective historienne Aubert, Gauthier, Les Bonnets rouges ne sont pas des gilets jaunes. Archéologie des fureurs populaires en Bretagne, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019.

[3] Ridel, Charles, Les Embusqués, Paris, Armand Colin, 2007.

[4] Garotte, Gabriel, « Les Origines de la débâcle de 1870 », Inflexions, 2021-1, n°46, p. 151.

[5] Richard, Ronan, « Etrangers et indésirables en temps de guerre, Représentations, politiques et pratiques à l’égard des populations nouvelles dans l’Ouest de la France en 1914-1918 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, n°109-4, 2002, p. 147-161 ; Piazza, Pierre, « Septembre 1921 : la première carte d’identité des Français et ses enjeux », Genèses, 2004-1, n°54, p. 76-89.

[6] Becker, Jean-Jacques, Le Carnet B: les pouvoirs publics et l’antimilitarisme avant la guerre de 1914, Paris, Editions Klinksieck, 1973.

[7] Le Gall, Erwan, « Le ralliement à la guerre de 1914 de deux figures de la gauche bretonne : digressions sur la notion d’antimilitarisme », En Envor, Revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°5, hiver 2015, en ligne.

[8] Chiffres obtenus avec le moteur de recherche de Retronews, 10 janvier 2021.

[9] Le Gall, Erwan et Prigent, François (dir.), C’était 1936, Le Front populaire vu de Bretagne, Rennes, Editions Goater, 2016.

[10] Le Gall, Erwan, et Prigent, François (dir.), C’était 1958 en Bretagne. Pour une histoire locale de la France, Rennes, Editions Goater, 2018.

[11] Dumazedier, Joffre, Vers une civilisation du loisir ?, Paris, Seuil, 1962.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2021, 12 janvier). Sortir les flux du règne du présentisme. Ar Brezel. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbmu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.