Affiche de propagande soviétique : « Voilà comment mettre fin aux idées des maîtres. Longue vie à la Pologne soviétique ! » (1920). Wikicommons.

4 septembre 1920 : la mémoire pour dire le monde présent ?

Il y a bien des manières d’expliquer le silence qui entoure les commémorations du cinquantième anniversaire de la guerre de 1870. Il y a tout d’abord le contexte et notamment ce terrible poids de la Première Guerre mondiale : un deuil dont on peine aujourd’hui à prendre la mesure, des séquelles psychologiques que les archives ne dévoilent qu’avec parcimonie[1]. A n’en pas douter, en 1920, la séquence 1914-1918 agit à la manière d’un voile opaque occultant « l’année terrible » 1870-1871[2]. Mais il y a, à n’en pas douter, d’autres logiques à l’œuvre pour expliquer cette amnésie collective. La mémoire étant l’outil politique du temps présent, tout pousse en effet à ausculter 1870 sous l’angle d’une référence historique devenue inutile car très largement incapable de dire le monde de 1920. C’est en tout cas ce que suggère La Croix des Côtes-du-Nord datée du 5 septembre 1920.

Le mois de septembre 1920 est par bien des égards une période très paradoxale. Paradoxale car, comme des stigmates de l’ancien temps, les anciens combattants de 1870 sont encore présents au moment d’inaugurer les monuments aux morts élevés en hommage aux poilus tombés pendant la Première Guerre mondiale. Tel est ainsi le cas, pour ne citer qu’un exemple, à Uzel[3]. Mais paradoxale aussi parce que, dans le même temps, émerge un autre rapport de force, un autre clivage fondamental qui, du même coup, relègue le souvenir de « l’année terrible » à une mémoire devenue « froide » car incapable de dire le réel en cours[4].

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Les tenants et aboutissants de cette nouvelle culture de guerre, car c’est bien d’une certaine manière d’une guerre qui ne dit pas encore son nom dont il s’agit ici, sont parfaitement décrits par La Croix des Côtes-du-Nord dans son numéro du 5 septembre 1920[5]. Réaffirmant la primauté de la France dans la Victoire de 1918 – « un fléau qui nous a épuisés, dans lequel nous avons souffert et donné cent fois plus qu’aucun de nos alliés » – l’hebdomadaire catholique breton attire l’attention de ses lecteurs « à l’autre bout du Continent [où] une nouvelle guerre éclate, qui met aux prises la Civilisation et la Barbarie ». Un vocabulaire qui sonne profondément aux oreilles de quiconque est familier de la Grande Guerre mais qui ne doit pas tromper[6] : « Celle-ci se jette de toute sa brutalité, de toute sa force massive sur la Pologne renaissante qui redevient une fois encore, le rempart de l’Europe chrétienne cependant qu’au sud de la Russie, un soldat téméraire se lance dans une entreprise qui semble vouée à la défaite, bataillant seul pour l’Ordre contre la Révolution ». Et La Croix des Côtes-du-Nord de suggérer une certaine forme de tournant linguistique en assimilant les Bolcheviques aux « Huns du XXe siècle » et de se demander, faussement ingénue : « Nulle ne comprend donc que, si la digue de Varsovie est rompue, c’est l’invasion fatale de l’Occident ? »[7]

Tout porte à croire qu’un tel discours ne relève nullement du hasard mais, au contraire, d’une analyse nécessitant d’historiciser le vocabulaire employé. Car si en faisant référence à la « Civilisation » et à la « Barbarie », La Croix des Côtes-du-Nord fait évidemment référence à la toute récente Grande Guerre, l’expression « Huns du XXe siècle » montre bien que la séquence 1914-1918 appartient désormais au passé, le danger n’étant plus seulement allemand mais désormais rouge. Ce faisant, la guerre de 1870 et la proclamation de la République, le 4 septembre, se retrouvent relégués dans un passé tellement lointain qu’il en devient froid, c’est-à-dire sans résonnance aucune avec le présent. Et le même numéro d’opérer une habile passerelle entre la situation diplomatique internationale et le climat politique local en qualifiant le paimpolais Marcel Cachin « d’agité du bolchevisme » et en dénonçant la « campagne active [qui] est menée dans les milieux socialistes en vue de préparer chez nous, à l’imitation de la Russie, l’avènement du régime soviétique »[8].

Ajoutons du reste que cette grille de lecture n’est pas propre à La Croix des Côtes-du-Nord. Toujours à Saint-Brieuc, Le Réveil délivre une analyse comparable sur le fond de la guerre russo-polonaise mais beaucoup plus modérée sur la forme. Prenant acte du fait que « c’est encore, c’est toujours, la force militaire qui décide », ce journal républicain socialiste profite de l’occasion pour rendre hommage aux troupes françaises engagées dans ce conflit ainsi qu’au « ministère Millerand »[9].

Alexandre Millerand à son bureau, 1920. Photographie de presse. Gallica / bibliothèque nationale de France: Rol, 57929.
Alexandre Millerand à son bureau, 1920. Photographie de presse. Gallica / bibliothèque nationale de France: Rol, 57929.

A Rennes, Le Nouvelliste de Bretagne ne dit rien du 50e anniversaire de la proclamation de la République. Cela ne signifie pour autant pas que le registre commémoratif est absent de ce journal conservateur, profondément catholique et pour le moins ouvert à la cause monarchiste. Mais là, en septembre 1920, c’est le sixième anniversaire de la bataille de la Marne qui justifie un – modeste – article en pages intérieures[10]. La première page de l’édition du 3 septembre 1920 du journal dirigé par Eugène Delahaye, divisée en 6 colonnes, est à cet égard particulièrement révélatrice. Si les deux tiers de la largeur de la « une » sont consacrés à l’étranger et à des situations pour le moins troubles, entre guerres civiles russes et irlandaises, le dernier se rapporte à « l’actualité religieuse et sociale » et revient à cette occasion sur la récente canonisation de Jeanne d’Arc, survenue le 16 mai 1920. Or, c’est l’occasion d’un message qui ne laisse que peu de doutes quant à l’envie de ce quotidien de commérer la proclamation d’un régime s’étant rendu coupable de la loi de 1905 et, de manière plus générale, de tout un ensemble de mesures jugées anticléricales. En effet, pour le journaliste Jacques Pacy, la Sainte permet de mettre « en lumière ce que le monde catholique doit à la France », manière sans doute de revenir sur la Séparation des églises et de l’Etat mais aussi, et peut-être même surtout, de s’inscrire dans une actualité plus immédiate. En effet, cet article est écrit quelques jours seulement après la publication, le 29 août 1920, de la lettre pastorale adressée à la très catholique Pologne par le cardinal Mercier, texte qui affirme que :

« Joignant l’exemple à la parole, la France vole à Varsovie et fait reculer les hordes de bandits. Hélas ! la France est seule. En présence de l’invasion révolutionnaire et des épreuves de la Pologne, nul cependant ne devait se croiser les bras. »[11]

Sainte de combat autrefois martyre des Anglais, Jeanne devient cette fois-ci la figure de proue de la véritable croisade antibolchevique qui se déroule sur les bords de la Vistule. Là encore, la lutte contre la République apparaît comme de moindre urgence face au péril rouge qui pèse immédiatement sur la France. Si la mémoire est l’outil politique du temps présent, l’amnésie signe pour sa part l’inefficacité d’une référence historique donnée dans le cadre des enjeux idéologiques du moment.


[1] Fouchard, Dominique, Le poids de la guerre. Les poilus et leur famille après 1918, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.

[2] Sur ce concept Caron, Jean-Claude et Ponsard, Nathalie (dir.), La France en guerre. Cinq « années terribles », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

[3] « Inauguration du monument aux morts », La Croix des Côtes-du-Nord, 25e année, n°1416, 29 août 1920, p. 3.

[4] Maier, Charles S., « Mémoire chaude, mémoire froide. Mémoire du fascisme, mémoire du communisme », Le Débat, n°122, 2002-5, p. 109-117.

[5] Pour une définition du concept de culture de guerre comme grille de représentation du réel en cours, se reporter à Horne, John et Kramer, Allan, Les Atrocités allemandes, Paris, Tallandier, 2005, p. 317. Cabanes, Bruno « Une histoire de la guerre », in Cabanes, Bruno (dir.), Dodman, Thomas, Mazurel, Hervé et Tempest, Gene (coord.), Une histoire de la guerre du XIXe siècle à nos jours, Paris, Seuil, 2018, p. 10 reprend la notion en la définissant comme le système de représentation donnant leur sens profond aux conflits. Sur la chronologie, se reporter notamment à Fontaine, André, Histoire de la Guerre froide. De la Révolution d’octobre à la guerre de Corée 1917-1950, Paris, Seuil, 1983.

[6] Audoin-Rouzeau, Stéphane et Becker, Annette, 14-18 Retrouver la guerre, Paris, Gallimard, 2000.

[7] « Il n’y a qu’elle ! », La Croix des Côtes-du-Nord, 25e année, n°1417, 5 septembre 1920, p. 1.

[8] « Les agités du bolchevisme », La Croix des Côtes-du-Nord, 25e année, n°1417, 5 septembre 1920, p. 1.

[9] « Dehors ! », Le Réveil des Côtes-du-Nord, 22e année, n°35, 19 août 1920, p. 1.

[10] « Il y a six ans sur la Marne… », Le Nouvelliste de Bretagne, 20e année, n°246, 5 septembre 1920, p. 3.

[11] Le Nouvelliste de Bretagne, 20e année, n°244, 3 septembre 1920, p. 1.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.