Nouveaux regards sur l’aviation, la poésie et les occupations en Grande Guerre

La crise sanitaire engendrée par l’épidémie de Covid-19 a considérablement perturbé, au cours des derniers mois, les activités du monde académique. C’est ainsi que plusieurs des séances du séminaire « Nouveaux regards sur la Grande Guerre » organisé par conjointement par le réseau de jeunes chercheurs Une Plus Grande Guerre et l’Institut historique allemand avaient dû, au printemps dernier, être reportées sine die. Celles-ci viennent néanmoins d’être reprogrammées et seront accessibles au plus grand nombre via la plateforme Zoom (inscription préalable obligatoire).

15 janvier 2021 (9h30–12h) : Aviation

Michael Terry (université ouverte, Londres), « Battle Always Goes in Favour of the Blackguards : Winged Victory and the Construction of Aerial Warfare in Interwar Literature ».

Immanuel Voigt (université d’Iéna), « Stars of War. A Study on the German Air Force of World War One in Contemporary Literature Between 1914 and 1945 ».

Présidence : Damien Accoulon (université Paris Nanterre / université technique de Brunswick).

Inscription à la séance « Aviation »

18 janvier 2021 (13h30–16h) : Poésie

Katarina Rempe (université d’Osnabrück), « Apollinaire : une poétique de la pensée mythique ».

Julia Ribeiro (université Paris Nanterre, EHESS), « Le poète : correspondant de guerre ou ethnographe ? Des lectures d’Apollinaire ».

Présidence : Nicolas Beaupré (université de Clermont Auvergne).

Inscription à la séance « Poésie »

29 janvier 2021 (9h30–12h) : Occupations

Tamara Scheer (université de Vienne), « Violence Personalized: The many Microcosms of Habsburg Occupation Regimes during the First World War in Serbia and Montenegro ».

Christoph Roolf (Düsseldorf), « Combining Political, Cultural and Communication History: Research Perspectives on German Occupation Policy in Belgium during the First World War».

Présidence : Emmanuel Debruyne (université catholique de Louvain).

Inscription à la séance « Occupations »

On ne peut que saluer la persévérance des organisateurs qui ont tenu, quoi qu’il en coûte aurions-nous presque envie d’écrire, à conduire ce séminaire à son terme, malgré les difficultés actuelles. On nous permettra toutefois de formuler ici une suggestion. « A toute chose malheur est bon » assène en effet l’adage populaire et tout porte en définitive à se demander si l’habitude prise de proposer ces manifestations en visioconférence ne devra pas être conservée à l’avenir, y compris lorsque la situation sanitaire permettra un retour « à la normale ». Plusieurs arguments plaident en ce sens. Le premier concerne bien entendu l’abolissement des distances et la conciliation d’agendas parfois tendus. Il n’est pas toujours possible de baliser une journée pour se déplacer à Paris alors qu’assister à de telles séances via écrans interposés est plus aisé. Sans compter qu’à l’heure où la recherche doit nécessairement se composer sur un mode transnational, il y a là, assurément, un moyen d’élargir les réseaux académiques, le décalage horaire demeurant finalement la seule contrainte intangible.

En second lieu, il apparaît qu’à l’heure où la parole scientifique n’a, semble-t-il, jamais été autant discréditée qu’en ce premier quart de XXIe siècle, ouvrir ces séminaires au plus grand nombre participe d’une démarche de transparence plus que nécessaire. Face aux complotistes et autres conspirationnistes, pour préserver le minimum d’auctoritas que peut conserver la parole historienne dans le débat public, il faut impérativement rendre visible le processus de fabrique des savoirs disciplinaires. Ce qui passe notamment par ce type de procédés.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2021, 6 janvier). Nouveaux regards sur l’aviation, la poésie et les occupations en Grande Guerre. Ar Brezel. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbmr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.