L'USS George Washington arrive à Brest, 13 décembre 1918. National archives at College Park: 111-SC-62752.

Brest 1920, du deuil à l’amertume

L’éditorial que publie le 5 septembre 1920 Louis Coudurier en première page de la Dépêche de Brest est particulièrement intéressant pour qui s’intéresse aux conséquences immédiates de la Grande Guerre et, tout particulièrement, au retour sur le pied de paix d’une économie indexée pendant 52 mois sur l’effort de guerre[1]. C’est en définitive une autre mémoire du conflit qui se laisse appréhender dans ces quelques lignes, moins fardeau du deuil engendré par la perte de milliers d’êtres chers qu’amertume générée par le sentiment d’une occasion manquée.

Située à l’extrême ouest de la péninsule armoricaine, mais en plein cœur de cette guerre navale dont aurait tort de sous-estimer l’importance tant il est certain que le blocus sur l’Allemagne est lourd de conséquences sur l’issue du conflit, la ville de Brest paye un lourd tribut à l’arrêt des opérations. Ou plus précisément, comme le rappelle le patron de la Dépêche de Brest, elle ne parvient pas à capitaliser sur le conflit :

« Depuis, la guerre est venue. Elle a fait beaucoup, beaucoup de mal, la guerre ! Aurait-elle, d’aventure, préparé quelque avantage d’avenir pour le port de Brest ? La démonstration quotidienne des flottes militaires et marchandes de l’Entente amenant sur nos rivages bretons des armées de combattants et des cargaisons de matériel vraiment formidables, aurait-elle été déjà oubliée ?

On serait tenté de le croire à la vue de nos quais déserts, de notre outillage en chômage forcé. »

A Brest, scène de rembarquement, 25 janvier 1919. National Archives at College Park: 111-SC-52386.
A Brest, scène de rembarquement, 25 janvier 1919. National Archives at College Park: 111-SC-52386.

Cette situation ne doit rien au hasard et dit, finalement, combien ce territoire est économiquement dépendant des armées. En témoigne par exemple la drastique réduction de voilure qu’impose l’Armistice à un établissement comme la poudrerie de Pont-de-Buis, dans le Finistère : du jour au lendemain, ce sont des centaines de munitionnettes qui sont congédiées et laissées sur le pavé, sans ressources[2].  Ajoutons d’ailleurs que cette dépendance n’est pas nouvelle puisque les socialistes finistériens, pleinement conscients de cette réalité, adaptent lors des élections législatives de 1910 leur discours en conséquence. Là est en réalité la marque d’une sensibilité militaire qui, dans les environs de Brest, s’observe depuis le Second Empire.

Pour autant, dans cet éditorial publié en septembre 1920, Louis Coudurier ne peut s’empêcher de s’exclamer : « Mais, pour Dieu ! comme la leçon américaine est déjà loin de nous ! » Or celle-ci ne doit pas leurrer. Ici, ce n’est pas tant des capacités portuaires de Brest dont il est question que de la faculté du territoire à faire savoir ses atouts, et en plus encore à les imposer face à la concurrence. Car « l’honorable M. Louis Brindeau » dont il est question sous la plume du rédacteur en chef de La Dépêche de Brest n’est nul autre que le sénateur de la Seine alors Inférieure et ancien maire du Havre, un port dont l’attractivité ne cesse de croire tout au long du premier quart du XXe siècle. En témoigne d’ailleurs le parcours de bon nombre de Bretons ayant quitté la péninsule armoricaine pour s’y établir, en quête d’un avenir meilleur, notamment sur le plan économique.

A Brest, troupes rembarquant à bord de l'USS North Carolina, 24 janvier 1919. National Archives at College Park: 111-SC-52384.
A Brest, troupes rembarquant à bord de l’USS North Carolina, 24 janvier 1919. National Archives at College Park: 111-SC-52384.

Face à ce réquisitoire en défense de Brest, deux remarques s’imposent. La première, évidente, conduit à constater que l’Union sacrée qui pouvait prévaloir en tant que morale patriotique du moment, entre 1914 et 1918, n’a plus cours en septembre 1920. D’ailleurs, et c’est là la seconde observation qu’il convient de formuler, là n’est chose pas fondamentalement nouvelle. Faisant référence à plusieurs reprises dans son éditorial à « la brochure de 1907 », Louis Coudurier dit parfaitement la concurrence féroce qui existe entre les ports du littoral français et nord-européen (Grande-Bretagne, Belgique, Pays-Bas, Allemagne), celle-ci s’inscrivant dans un vaste mouvement de concentration privilégiant les grandes entités. D’ailleurs, le déclanchement de la Première Guerre mondiale ne met nullement fin à cette situation comme le rappelle la féroce concurrence que se livrent Saint-Nazaire, Brest, Bordeaux et, dans une moindre mesure, Marseille et La Rochelle pour accueillir en premier le corps expéditionnaire américain au printemps 1917.


[1] Coudurier, Louis, « Les Ouvriers de la première heure », La Dépêche de Brest, 34e année, n°13 515, 5 septembre 1920, p. 1.

[2] Cucarull, Jérôme (dir.) et Cariou, Marie-Lyse (coord.), Poudre de guerre. Pont-de-Buis 1914-1918. Histoire d’une industrie d’armement, Châteaulin, 2018.


1 réflexion sur « Brest 1920, du deuil à l’amertume »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.