Estampe de Jean-François Huguet représentant le grand incendie qui ravage Rennes en 1720 (détail). Musée de Bretagne: 2016.0000.3389

L’Invisible 150e anniversaire du grand incendie de 1720

Le grand incendie qui ravage une grande part de la ville de Rennes du 22 au 29 décembre 1720 compte assurément parmi les pierres angulaires de la mémoire de la ville[1]. Le processus de reconstruction qui fait suite au sinistre accouche d’ailleurs de l’urbanisme que nous connaissons encore aujourd’hui et dit, d’une certaine manière, combien cette catastrophe est physiquement inscrite dans les murs du chef-lieu du département d’Ille-et-Vilaine. En cette année de tricentenaire, et malgré les aléas de la crise sanitaire du Covid-19 qui ont conduit au report d’un certain nombre de manifestations scientifiques, ce souvenir est particulièrement présent. Mais tel n’a pas toujours été le cas. C’est ainsi que le 150e anniversaire de la tragédie est complètement passé sous silence. Il est vrai que le contexte – la France est alors en pleine de guerre de 1870 – n’est pas particulièrement favorable.

Rennes se trouve en effet dans une situation particulièrement délicate. Alors que de nombreux habitants sont enrégimentés dans des unités de mobiles, ou sont prisonniers des Allemands, la ville se transforme en gigantesque hôpital accueillant blessés et malades qui, pour une part non négligeable, rendent leur dernier souffle en Haute-Bretagne. Dans le même temps, le chef-lieu du département d’Ille-et-Vilaine est confronté à la fin du mois de décembre 1870 à l’évacuation du camp de Conlie et ce sont des milliers de mobiles qui affluent dans la ville, logeant chez l’habitant ou bivouaquant comme ils peuvent dehors, sur le Champ de mars ou dans les parcs et jardins. Faisant de surcroît face à des conditions climatiques quasi sibériennes – le thermomètre indique jusqu’à moins 10 degrés – on se doute que ces hommes ont alors d’autres préoccupations que le souvenir d’un incendie survenu 150 ans plus tôt.

D’ailleurs, et comme toujours en pareille situation, les temps ne sont pas également « terribles » pour l’ensemble de la population[2]. La crise est bel et bien un révélateur des inégalités qui lui préexistent. C’est ce que rappelle sans aucune ambiguïté le rapport du comte de Barthélémy préfet d’Ille-et-Vilaine au Conseil général dans sa session de 1871 :

« Le département d’Ille-et-Vilaine a subi, comme le reste de la France, les conséquences de la guerre, au point de vue de la crise agricole, commerciale et industrielle ; une grande partie de sa population a été appelée sous les drapeaux. Toutefois, les événements de la guerre ont fourni une sorte de compensation aux causes de diminution ci-dessus indiquées, en provoquant le passage ou l’agglomération d’un nombre considérable de troupes, en attirant et en retenant dans le département de nombreux émigrés qui s’étaient éloignés des contrées envahies par l’ennemi ou menacées de l’être. De là un notable accroissement dans les objets de consommation, tels que tabacs et boissons. »

Et le préfet de reconnaître que « les résultats de 1871 sont donc supérieurs à ceux de 1869 ». Un point de vue de nature à relativiser le caractère « terrible » de cette année et qui autorise même, à l’en croire, un certain optimisme : « En résumé, les sources de l’aisance sont loin d’être taries dans le département d’Ille-et-Vilaine, et, si les circonstances politiques s’améliorent, la situation des impôts indirects, si étroitement rattachée à cette aisance, s’y maintiendra prospère et fournira à l’Etat le contingent de ressources qu’il en attend et qui lui est si nécessaire »[3]. On mesure donc combien les perspectives, si elles sont assurément difficiles pour une très large part de la population, diffèrent fondamentalement du véritable chaos qui peut exister à la suite du grand incendie de 1720, ce qui pourrait être à la source d’une certaine amnésie. D’ailleurs, lorsque Le Journal d’Ille-et-Vilaine rend compte dans son édition du 21 décembre 1870, du sinistre qui ravage le moulin de Launay, à Gévézé, aucun rapport n’est fait avec la catastrophe qui frappe Rennes 150 ans plus tôt[4].

La bataille de Loigny, en Eure-et-Loir, le 2 décembre 1870. Carte postale d'après le tableau de Paul Richer. Collection particulière.
La bataille de Loigny, en Eure-et-Loir, le 2 décembre 1870. Carte postale d’après le tableau de Paul Richer. Collection particulière.

Mais il n’y a pas que cela. La mémoire est l’outil politique du temps présent et c’est bien cette réalité qui explique, pour une large part, que ce 150e anniversaire soit passé sous silence. En effet, à quoi bon rappeler le souvenir d’une catastrophe quand Rennes, et de manière plus générale la France, est au bord d’une nouvelle tragédie ? Non seulement les autorités n’ont aucun intérêt à rappeler à la population le souvenir d’un tel drame mais elles cherchent plutôt à galvaniser les esprits et rassurer les foules. Pour s’en convaincre, il suffit de lire le Courrier de Rennes et Le Journal d’Ille-et-Vilaine, deux journaux de couleurs politiques différentes mais qui tous deux optent pour une ligne éditoriale résolument patriotique et optimiste.

Non seulement la mémoire du grand incendie de 1720 ne correspond pas aux enjeux du moment mais il y a tout lieu de se demander si, d’une certaine manière, sa mise en exergue n’aurait pas été contreproductive politiquement pour la toute jeune République. En effet, la reconstruction qui fait suite au sinistre donne à la monarchie absolue et à Louis XV l’opportunité d’une démonstration de force que rappelle, sans ambiguïté aucune, la symbolique adoptée à cette occasion : de la statuaire au nom des rues, rien n’est négligé pour affirmer la puissance du Roi[5]. Ajoutons d’ailleurs que Versailles n’est pas sans aider à la renaissance de la ville, que cela soit par l’intermédiaire d’exemptions fiscales ou en permettant d’utiliser le bois des domaines royaux. Jacques Gabriel lui-même est une bonne illustration de la mainmise du pouvoir central sur ce gigantesque chantier, l’un des plus importants de l’Europe des Lumières.

Il y a tout lieu de penser que la dimension centralisatrice de la reconstruction de Rennes aurait pu séduire un Gouvernement de Défense nationale volontiers prompt à combattre les particularismes locaux, il est vrai bien alors souvent préemptés par la défense des intérêts des partis réactionnaires. Mais deux éléments permettent d’expliquer pourquoi, finalement, celui-ci ne se saisit pas de cette opportunité commémorative. La première, évidente, renvoie à la rapidité avec laquelle s’enchaînent les événements en cet automne 1870, le Gouvernement étant lui-même balloté entre Tours et Bordeaux. En un mot comme en mille, le général Trochu et son équipe ont très probablement autre chose à faire en cette période particulièrement mouvementée que de s’occuper de ces questions. Semblable remarque peut d’ailleurs être formulée à propos du préfet d’Ille-et-Vilaine, Ange Blaize, et du maire de Rennes, Théophile Bidard de la Noë.

La seconde est plus spécifiquement politique et renvoie, justement, aux conflits idéologiques qui opposent ces différentes personnalités. Car en décembre 1870, la tension est déjà forte entre le préfet républicain et le maire monarchiste. Ce dernier, en particulier, s’oppose frontalement au moratoire sur les exportations de beurre et d’œufs imposé par le Gouvernement, décision qui, il est vrai, pénalise durement les paysans de la région de Rennes privés de leurs traditionnels débouchés anglais[6]. On sait d’ailleurs qu’il est révoqué le 14 janvier 1871 par le préfet pour être remplacé, à la tête de l’hôtel de ville, par le fervent républicain Edgar le Bastard. Et c’est pourquoi la mémoire du grand incendie de Rennes pourrait se transformer en piège politique pour le pouvoir en place. Car évoquer ce sinistre, c’est nécessairement envisager la reconstruction de la ville… et donc l’implication du Roi. Or rien ne dit que la toute jeune République soit disposée à offrir un tel cadeau à ses vigoureux opposants partisans d’un retour à la monarchie.


[1] Pour une vaste synthèse se reporter à Aubert, Gauthier, Provost, Georges (dir.), Rennes, 1720. L’incendie, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2020.

[2] Sur la question se reporter à Caron, Jean-Claude et Ponsard, Nathalie (dir.), La France en guerre. Cinq « années terribles », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

[3] Rapport de Monsieur le comte de Barthélémy préfet d’Ille-et-Vilaine au Conseil général et procès-verbal des délibérations. Session 1871, Rennes, Imprimerie Charles Oberthur et fils, imprimeurs de la préfecture, 1871, p. 2-3.

[4] « Nouvelles locales de l’Ouest », Le Journal d’Ille-et-Vilaine, 41e année, n°177, 21 décembre 1870, p. 1.

[5] Sur ce point voir Isbled, Bruno, « Nouvelles rues, nouveaux noms », in Ibid., p. 262-270 ainsi que David, Joël et Le Gall, Erwan, Rennes. 12 décembre 1726. La « ZAC » du Parlement ou Quand les dénominations de rues deviennent une affaire d’Etat, Rennes, Ville de Rennes – DAFU-Cadastre, juin 2001.

[6] « Nouvelles locales et de l’Ouest », Le Journal d’Ille-et-Vilaine, 42e année, n°1 bis, 2 janvier 1871, p. 1.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2020, 20 décembre). L’Invisible 150e anniversaire du grand incendie de 1720. Ar Brezel. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbmp

2 réflexions sur « L’Invisible 150e anniversaire du grand incendie de 1720 »

  1. Il y a un curieux mélange dans les dates, l’incendie de Rennes a eu lieu à noël 1720 sous le règne de Louis XV, celui qui a fait décapiter Pontcallec & Cie sur la place du Bouffay à Nantes, c’est à dire 300 ans. La guerre de 1870 avec les prussiens et l’enfer de Conlie, c’est 150 ans plus tard. Les autorités françaises n’ont pas l’habitude de commémorer des défaites et encore moins quand ils ont laissés crever des bretons dans la boue de Kerfank. Kenavo

    1. Ah Ah! Encore Conlie! Un bel exemple de discours victimaire mais une construction mémorielle qui n’en reste pas moins assez récente… N’hésitez pas à suivre régulièrement ce carnet de recherche: nous reviendrons en détail sur cette questions dans les mois à venir à l’occasion de la publication des actes d’un colloque récemment tenu au Mans.
      A bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.