La Joconde, Brest et la guerre de 1870

Le livre que P. Gourlay consacre, aux excellentes éditions Locus Solus, au transfert à Brest, pendant la guerre de 1870, de 293 chefs-d’œuvre du musée du Louvre pourrait apparaître de prime abord anecdotique[1]. Certes, il s’agit-là d’une histoire originale et de surcroît truffée de grands noms puisque s’y croisent Léonard de Vinci, Le Caravage, Véronèse, Rubens et Raphaël mais aussi l’impératrice Eugénie, Jules Simon, Gustave Courbet ou encore Edmond de Goncourt. Mais ne voir dans ce volume qu’un simple « coup éditorial » serait passer à côté de l’essentiel puisque cet ouvrage permet de tirer un certain nombre d’enseignements qui, indéniablement, contribuent à une meilleure compréhension de l’histoire de la guerre de 1870. En effet, comme dans tout bon essai de micro-histoire, les conclusions de ce Louvre au secret dépassent de très loin le cadre de la seule cité du Ponant.

Richement illustré, et n’hésitant pas à l’occasion à recourir à l’imagerie populaire telle celle d’Epinal, ce livre accessible plaira à l’évidence au plus grand nombre. Le style est ciselé, les chapitres habilement découpés et le récit haletant sans toutefois jamais rien céder quant à l’analyse. Pour assurer une certaine cohérence du propos, la plume de l’auteur se concentre notamment sur Pierre-Paul Both de Tauzia, conservateur au musée du Louvre et à qui revient la lourde charge de superviser le transport à Brest de la si précieuse cargaison, puis son retour à Paris en 1871.

Ce livre de P. Gourlay invite, en définitive, à trois types de réflexions. La première tient à la nature même de ce qui fait le sel de cet ouvrage, à savoir ces 293 chefs-d’œuvre qui, aujourd’hui encore, font la réputation des collections du grand musée parisien. Certes, la Joconde n’est à l’époque pas le tableau vedette qu’elle est aujourd’hui (p. 34). Mais il n’en demeure pas moins que ces toiles invitent à questionner la polysémie de la notion de « patrimoine ». A cette époque, les joyaux sont avant tout ceux de la Renaissance italienne (p. 33). L’atteinte potentielle au patrimoine dont il s’agit ici, et qui justifie à titre conservatoire ce transvasement à Brest, atteste bien entendu d’une importance accrue portée aux idées de culture, de civilisation, d’art, bref autant d’éléments qui semblent préfigurer le discours patriotique dominant de la séquence 1914-1918.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Mais d’autres logiques sont également à l’œuvre. Pour P. Gourlay, c’est bien de « la richesse de la France » dont il s’agit ici, expression qui ne doit pas être prise uniquement dans un sens métaphorique. En effet, si Brest accueille certains des plus célèbres tableaux du Louvre en 1870, la ville héberge aussi l’encaisse métallique de la Banque de France (p. 40), les diamants de la Couronne impériale ainsi que les trophées militaires des Invalides. Paris semble craindre « en cas de défaite française, [que] les Prussiens [puissent] opérer des saisies d’œuvres en réponse à celles menées durant la Révolution et le Premier Empire » (p. 17). Autrement dit, du trésor entendu comme bien culturel universel, on passe au butin pris cédé à l’ennemi et à une certaine forme d’anthropologie guerrière de la prédation, du trophée.

Autre réflexion que suscite la lecture de l’ouvrage de P. Gourlay, le rapport à la géographie. Car si ces toiles sont évacuées à Brest, c’est bien parce que le port du Finistère est jugé sûr, verdict qui dit parfaitement les représentations mentales d’alors. L’ennemi est uniquement allemand et ne peut venir que de l’Est. La dimension maritime du conflit apparaît donc, dès l’été 1870, comme véritablement négligeable, l’océan Atlantique constituant à la vérité une porte de sortie et non une zone d’affrontement. La Bretagne est donc une profondeur, située bien en retrait d’un front qui n’est conçu comme ne pouvant être que sur terre, représentation qui s’insère dans une réelle continuité en termes de régimes puisqu’elle est partagée tant par l’Empire que par la République (p. 16) :

« Vue de la capitale, Brest est une forteresse lointaine, un port de guerre et un arsenal. Certes, cette ville demeure ce qu’elle était dès l’origine : ‘un camp militaire et une enclave portuaire française’. Mais la géographie en fait une cité ouverte sur des horizons océaniques ; Brest porte en elle des possibilités d’ailleurs. Pour les autorités impériales, puis républicaines, le choix d’y cacher les trésors du Louvre, les valeurs de la Banque de France, les trophées des Invalides et les bijoux de la Couronne, afin de les soustraire aux éventuels appétits, prussiens puis communards, transforment la ville forteresse en un mélange d’écrin et de coffre-fort. Le grand port de l’Atlantique est là pour cacher et protéger mais aussi pour acheminer où il le faudrait, si besoin, ce qui lui a été confié. »

Ajoutons qu’il est aussi là pour recevoir ce qui est livré à la France pour pouvoir poursuivre le combat, à l’instar de ces armements en provenance des Etats-Unis qui mériteraient sans doute un scrupuleux réexamen (p. 15)[2]. Certes, il n’est pas difficile de voir dans cette aide matérielle un précédant du véritable pont maritime transatlantique qui s’établit à partir de 1917, pendant la Première Guerre mondiale. Même chose en ce qui concerne ces 180 volontaires débarqués le 1er octobre 1870 du steamer Lafayette (p. 28) – tout un symbole… – et qui pourraient être les grands-pères de certains des Doughboys passés par le camp de Pontanézen pendant la Grande Guerre. Mais que pèsent ces livraisons et ces quelques hommes lorsque rapportés à la position américaine lors de ce conflit ? N. Bourguinat et G. Vogt rappellent en effet que pendant la guerre de 1870, la majorité des journaux américains est hostile à la France, et ce pour de nombreuses raisons : il y a là certes le poids de l’importante communauté allemande des Etats-Unis mais aussi les conséquences de l’hasardeuse politique du Second Empire, soutenant tantôt le camp sudiste pendant la guerre de Sécession, tantôt lançant une expédition au Mexique pour y imposer un improbable empire latin et catholique[3]. De même, comment sont reçues ces livraisons à Brest sachant que l’établissement du commerce transatlantique se révèle être un échec (p. 25), ce qui du reste souligne là une réelle constante de l’histoire bretonne ?

Brest, le nouveau pont impérial allant à Recouvrance. Musée de Bretagne: 2016.0000.7831.
Brest, le nouveau pont impérial allant à Recouvrance. Musée de Bretagne: 2016.0000.7831.

Certes, on peut amplement suivre P. Gourlay lorsque celui-ci indique qu’en exfiltrant ces 293 toiles du Musée du Louvre, « il s’agit de mettre de la distance géographique avec le danger prussien » (p. 31). Mais à l’inverse, on peut sans doute suggérer que si Brest est choisi comme port de débarquement des armes et des militaires américains envoyés en soutien de la France, c’est précisément parce que le port du Ponant est situé à une distance raisonnable de la capitale et de la ligne de front. Sans doute l’avantage finistérien par rapport à une ville comme Bordeaux se calcule-t-il en milles marins au départ de New York, mais aussi en termes de rapidité de la ligne de chemin de fer jusqu’à Paris. Mais, pour compliquer les choses, il convient de rappeler que cette géographie est mouvante puisque Brest connaît les 1er et 2 octobre 1870 une tentative d’insurrection communarde, il est vrai rapidement et facilement réprimée tant la centaine d’ouvriers qui essaye de s’emparer de l’hôtel de ville constitue une avant-garde sans réelle assisse dans l’opinion (p. 76-78). Toujours est-il que c’est bien la valeur considérable des trésors entreposés dans l’arsenal de Brest qui conduit les autorités, et notamment la préfecture maritime, à agir avec une extrême sévérité pour réduire à néant ces menées (p. 79). En d’autres termes, il s’agit de tuer la contestation dans l’œuf et d’empêcher qu’elle ne parvienne à se développer jusqu’à constituer, de surcroît dans un lieu devenu hautement stratégique, un nouveau front. Ici, la géographie est anticipée et résulte avant tout des représentations mentales des acteurs.

C’est d’ailleurs bien ce qui semble relever d’une véritable « figure de l’ennemi intérieur » qui s’avère, en définitive, être le seul obstacle au transfert à Brest des œuvres les plus importantes du Louvre. En effet, si deux convois sont prévus les 4 et 5 septembre 1870, ceux-ci sont annulés sur ordre de Gambetta qui redoute les agitations du moment aux Tuileries : les caisses contenant les toiles pourraient offrir un bon matériau à quiconque souhaiterait ériger des barricades, ce qui bien évidemment aurait des conséquences terribles pour les toiles (p. 36). Même chose lors de l’hiver 1871 quand le ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, le lorientais Jules Simon, donne l’ordre de rapatrier au Louvre les trésors provisoirement entreposés à Brest. Si la décision est prise le 16 mars, tout est stoppé deux jours plus tard lorsqu’éclate à Paris l’insurrection communarde (p. 63). Le 20 juin 1871, ce sont les troubles que pourraient susciter dans la capitale les élections qui ajournent une nouvelle fois le retour (p. 72).

En réalité, ce sont les scansions arythmiques du temps que souligne magnifiquement l’exfiltration brestoise de ces 293 chefs-d’œuvre du Louvre. La décision est prise très rapidement, lors d’une réunion au sommet aux Tuileries, par l’impératrice Eugénie le 29 août 1870 tandis qu’un premier train quitte Paris pour le Finistère deux jours plus tard (p. 18-19). On observe donc là une incontestable et brusque accélération du temps. Cette chronologie resserrée prend sa source dans le choc provoqué par le siège de Strasbourg (23-28 août 1870) et dans les importantes destructions infligées à la cathédrale mais également à la bibliothèque municipale et au musée des Beaux-Arts (p. 17). Ce faisant, se dévoile une pratique guerrière qui fait déjà allègrement fi de la classique distinction entre le civil et le militaire et interroge indéniablement quant à l’idée de « guerre totale »[4].

Carte postale. Musée de Bretagne: 973.0042.143.
Carte postale. Musée de Bretagne: 973.0042.143.

Mais, fondamentalement, si cette date du 29 août 1870 interpelle tant c’est qu’elle montre bien qu’à Paris l’optimisme n’est pas franchement de mise, dimension qui invite indéniablement à minimiser la rupture « décisive » qui serait induite par la bataille de Sedan. Certes, celle-ci est importante dans la mesure où elle entraîne la capture de l’Empereur, mais elle se situe bien dans une continuité d’échecs militaires dont est parfaitement conscient le pouvoir. C’est ainsi, par exemple, que le 1er septembre 1870, veille donc du drame fatidique pour le régime, le ministre de la Marine Charles Rigault de Genouilly interdit au surintendant des Beaux-Arts Emilien O’Hara de Nieuwerkerke de se rendre à Brest pour suivre les opérations au motif que « cela ferait trop d’effet » (p. 35). Bien entendu, ici, le maintien du secret importe moins du point de vue de l’ennemi et de considérations militaires que de la préservation de l’opinion publique. Or, le paradoxe est que la décision du 29 août 1870 est, justement, très rapidement suivie d’effet puisque c’est seulement deux jours plus tard qu’un premier train quitte Montparnasse chargé de 13 précieuses caisses (p. 18) : quand on sait combien la désastreuse concentration des troupes françaises pâtit lors de ce confit d’une flagrante non-maîtrise de la logistique ferroviaire, on mesure la véritable performance dont il s’agit-ici. Cette dimension n’échappe pas à P. Gourlay qui note, fort justement, que « c’est dans cette chronologie, où le terrible succède au tragique, que s’opère sans problèmes majeurs la première grande évacuation du Louvre » (p. 39) avant celles que connaîtra ce musée au cours des deux guerres mondiales. Ainsi, le 2 septembre 1870, jour funeste s’il en est, Pierre-Paul Both de Tauzia peut télégraphier à Paris (p. 18) :

« Caisses entrées dans l’arsenal. Local excellent sous tous rapports donné par l’amiral. »

Mais la rapide accélération du temps que suggère cette chronologie effervescente ne doit pas tromper. Si cette scansion heurtée existe, elle n’englobe pas tout le corps social et certains indices judicieusement relevés par P. Gourlay montrent que certains acteurs sont insensibles aux césures canoniques érigées par l’historiographie. C’est ainsi qu’il faut attendre juillet 1871 et la visite de Jules Simon à Brest pour que l’hôtel Le Quer, situé rue de Siam, établissement où réside Pierre-Paul Both de Tauzia mais où doit aussi loger le ministre, décide de se séparer d’un grand portrait de Napoléon III offert à la vue de la clientèle sans que, visiblement, personne ne s’en émeuve (p. 84). Certes, le conservateur du Louvre est un homme du Second Empire et doit sa carrière au régime. Pour autant, il n’en demeure pas moins qu’une anecdote telle que celle-ci rappelle que la rupture nette que l’on peut observer dans le temps institutionnel, politique, n’est pas nécessairement celle de Brestois « ordinaires » qui sont sans doute moins acteurs qu’observateurs, si ce n’est même spectateurs, de l’Histoire en train de s’écrire. Ce faisant, c’est un temps lent, calme, sans aspérité qui se dévoile.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Sans doute que celui-ci n’est pas pour épargner les nerfs de Pierre-Paul Both de Tauzia, exilé à Brest sans perspective de retour et avec des rapports pour le moins distendus avec sa hiérarchie. Aussi ne conserve-t-il pas son optimisme du 2 septembre 1870 tout au long de son long séjour finistérien. L’insurrection communarde que connaît la cité du Ponant lors de l’automne 1870 est de ce point particulièrement riche de sens. Certes, P. Gourlay s’emploie à souligner, à juste titre, combien celle-ci est, quoi qu’on en dise, anecdotique en ce qu’elle ne parvient jamais à s’asseoir sur une véritable assise populaire (p. 75-77). D’ailleurs, lorsqu’éclate la Commune de Paris en mars 1871, tout est calme dans cette cité du Ponant scrutée avec attention par les autorités (p. 78).

Mais il n’en demeure pas moins que le vice-amiral Aimé Reynaud, véritable homme fort du port finistérien, concentre sur lui un nombre important de critiques (p. 76) ce qui n’est d’ailleurs pas sans participer d’un climat de l’opinion assez paradoxal. Brest est en effet une ville où l’Empire jouit d’une popularité moindre qu’en bien d’autres lieux, y compris en Bretagne, alors qu’elle a indéniablement bénéficié des largesses du régime. « La grande base maritime de l’Atlantique » doit en effet beaucoup au Second Empire qui y fait construire 7 vaisseaux et 9 frégates mais aussi y transforme en navires à vapeur 6 bâtiments. Mieux encore, ce n’est pas que l’arsenal qui bénéficie de ces investissements mais tout un espace allant jusqu’à la poudrerie de Pont-de-Buis, en passant par celle du Relecq-Kerhuon (p. 23). Ce faisant, P. Gourlay montre combien le militaire est un acteur puissant de l’aménagement du territoire, une réalité qui n’est nullement propre à la Bretagne du Second Empire comme l’ont rappelé les récents travaux de P. Diest sur le Nord-Pas-de-Calais de la Belle époque[5].

Sans doute faut-il voilà d’ailleurs la source d’une « sensibilité militaire » agissant en 1870 à la manière d’un syncrétisme et permettant de passer outre les questions institutionnelles[6]. Certes, la cité du Ponant semble fatiguée par le Second Empire et il n’est à cet égard pas absurde de suggérer l’idée d’un véritable prisme géographique. Alors qu’au plébiscite du 8 mai 1870 le Finistère reste fidèle au régime, les trois cantons de Brest le rejettent sans ambiguïté : 8 376 « non » contre 4 249 « oui » (p. 24). Mais ceci n’empêche pas que le départ, le 16 juillet 1870, du 70e régiment d’infanterie de ligne s’effectue devant 3 000 personnes et aux cris de « Vive l’empereur ! Vive la France ! A bas la Prusse ! » Certes, l’historiographie de la Première Guerre mondiale a montré combien ces moments relèvent d’une véritable « scène sociale », pour reprendre les termes de F. Rousseau, qui ne doit tromper ni quant à sa spontanéité, ni quant à son ampleur dans le temps et l’espace[7]. En d’autres termes, ce qui permet la poursuite du combat est moins l’adhésion à un type de régime qu’un consentement renouvelé à l’idée nationale[8].

Visite de Napoléon III à Brest, le 11 août 1858. Huile d'Auguste Mayer (1805-1890). Musée national de la Marine / Wikicommons.
Visite de Napoléon III à Brest, le 11 août 1858. Huile d’Auguste Mayer (1805-1890). Musée national de la Marine / Wikicommons.

On le voit, loin de se contenter de narrer une histoire sensationnelle, l’ouvrage de P. Gourlay permet de retrouver toute la complexité de la séquence 1870-1871. D’ailleurs, force est d’admettre qu’en le refermant le lecteur reste comme désarçonné par certains choix qui ont été opérés à l’époque. Pourquoi en effet faire transiter par Brest, port conservant d’inestimables trésors, ville que l’on suspecte volontiers de tentatives insurrectionnelles, les insurgés de la Commune de Paris que la République compte envoyer en Algérie ou en Nouvelle-Calédonie ? (p. 79 et suivantes) Certes, ces quelques 12 00 personnes sont enfermées sur des pontons mais une telle décision demeure, 150 ans après les faits, difficilement intelligible.


[1] Gourlay, Patrick, Le Louvre au secret. Brest 1870 : des chefs-d’œuvre à l’Arsenal, Châteaulin, Locus Solus, 2020. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] P. Gourlay se base sur ce point sur Cloître, Marie-Thérèse, Brest et la mer, 1848-1874, Brest, Editions du CRBC, 1992 qui « explique que les paquebots transatlantiques débarquent à Brest, durant le conflit, 609 531 mousquets, 95 530 fusils, 41 750 carabines, 35 860 pistolets, 21 760 révolvers, 116 982 954 cartouches, 10 800 sabres, 10 925 baïonnettes, 91 batteries de campagne, 13 551 caisses de munitions d’artillerie, 4 775 harnachements de chevaux, 20 648 havresacs ».

[3] Bourguinat, Nicolas et Vogt, Gilles, La Guerre franco-allemande de 1870. Une histoire globale, Paris, Flammarion, 2020, p. 11 et 57.

[4] Sur cette question et parmi une riche bibliographie on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale (1917-1919), Bruz, Editions CODEX, 2018.

[5] Diest, Philippe, Le poids des infrastructures militaires 1871-1914 Nord-Pas-de-Calais, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2019.

[6] Maurin, Jules, Armée, guerre, société, soldats languedociens (1889-1919), Paris, Publications de la Sorbonne, 1982, p. 167.

[7] Rousseau, Frédéric, 14-18, Penser le patriotisme, Paris, Gallimard, 2018 ; Becker, Jean-Jacques, 1914 : Comment les Français sont entrés dans la guerre, Paris, Presses nationales de la Fondation des Sciences politiques, 1977.

[8] C’est bien ce que rappellent d’ailleurs Becker, Jean-Jacques et Audoin-Rouzeau, Stéphane, La France, la Nation, la Guerre : 1850-1920, Paris, SEDES, 1995.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.