Carte postale publicitaire. Musée de Bretagne: 980.0051.759.

4-5 septembre 1920 : Carhaix célèbre la République

La ville de Carhaix est l’une des rares communes bretonnes à célébrer le cinquantième anniversaire de la République, le 4 septembre 1870. Organisées par le comité des fêtes présidé par un certain « M. Portellec », les réjouissances constituent un intéressant objet de réflexion pour l’historien, ne serait-ce que parce qu’elles s’insèrent dans une actualité commémorative particulièrement dense. En effet, quelques jours plus tard, le 26 septembre 1920, c’est son monument aux morts de la Grande Guerre que la commune finistérienne inaugure en grandes pompes[1]. Une concordance des temps qui, bien entendu, n’est pas sans interroger.

Plusieurs éléments frappent tout particulièrement à la lecture du programme des manifestations publié par Le Citoyen, journal quimpérois se présentant comme étant un « organe de concentration républicaine » et publié dans le but de soutenir, notamment, parlementaire finistérien Georges Le Bail[2]. Le premier est le faste donné à cette commémoration puisque celle-ci se déroule sur un week-end entier, celui des samedi 4 et dimanche 5 septembre 1920. Le second est bien évidemment le caractère militant de ces célébrations. Il est à cet égard intéressant de remarquer que la presse catholique finistérienne et régionale, même quand elle est ralliée à la République comme L’Ouest-Eclair, ne dit rien de cette actualité. Il en est ainsi par exemple du Courrier du Finistère mais aussi du Nouvelliste de Bretagne. Il en est du reste de même du Cri du Peuple, organe finistérien du Parti socialiste SFIO qui fustige sous la plume d’Ernest Hervagault ces commémorations encensant un régime trop bourgeois et coupable d’avoir un bilan « déficitaire pour le Prolétariat »[3]. La Dépêche de Brest, quant à elle, ne rend compte que de manière laconique, et de surcroît dans son édition du 7 septembre 1920, du weekend carhaisien[4].

Pour sa part, Le Citoyen ne manque pas d’affirmer que « la grande majorité de la population, si foncièrement républicaine de Carhaix, rivalise d’enthousiasme et d’ardeur pour préparer des décorations pleines de goût dans les différents quartiers de la ville »[5]. On remarquera d’ailleurs que le banquet est placé sous la présidence de Georges Le Bail, parlementaire finistérien et véritable chantre de la brigade des fusiliers-marins de l’amiral Ronarc’h[6]. Ce repas constitue du reste, lui aussi, un objet de réflexion particulièrement intéressant puisque l’on sait qu’il s’insère dans une certaine tradition du rituel républicain[7].

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Le moins que l’on puisse dire, d’ailleurs, est que celui-ci est particulièrement démonstratif lors de ce week-end des 4 et 5 septembre 1920. Les réjouissances commencent en effet le samedi dès le « lever du soleil : carillon de toutes les cloches, invitant les habitants à pavoiser leurs maisons » et ne s’achèvent que tard le dimanche, avec une « grande fête de nuit ». On remarquera de même que la dimension sonore est particulièrement présente : outre les cloches, mentionnons des « danses au biniou », un « grand bal », mais également des « salves d’artillerie » ou encore un « réveil en fanfare », sans oublier de nombreuses danses, ce qui implique nécessairement de la musique et la présence d’orchestres. Comment ne pas voir dans ce riche programme la poursuite du mouvement de républicanisation, et de laïcisation, de l’espace public sonore au XIXe siècle, phénomène magnifiquement bien étudié par l’historien A. Corbin ?[8] Reste toutefois une question à laquelle il est pour l’heure difficile de répondre : comment, en effet, interpréter cette débauche de sons ? Faut-il y voir l’expression d’une victoire définitive de la République, hypothèse plausible dans cet espace que l’on qualifiera même de « petite Sibérie bretonne » au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, en référence à la forte implantation communiste qui le caractérise, ou faut-il interpréter cela, au contraire, comme la marque d’un combat toujours en cours ? A en croire Georges Le Bail, c’est bien la seconde option qui doit prévaloir puisque ce parlementaire affirme, lors du banquet, se sentir « heureux au milieu de ces populations si vaillamment républicaines qui sont à l’avant-garde des idées démocratiques dans le département et sont dignes de servir de modèle à tant d’autres régions encore figées dans les errements du passé ou qui n’ont donné à la République qu’une tiède adhésion »[9]. C’est aussi ce que suggère cette réflexion, faussement ingénue, du Citoyen :

« Danser un dimanche, dira-t-on ?

Et pourquoi pas ?

Quel mal fait-on à pratiquer avec une tenue parfaite ce plaisir du jeune âge, sous l’œil des mamans et sous le regard indulgent des étoiles. »[10]

Subtile, la charge contre l’Eglise est néanmoins réelle et dit combien cette célébration du cinquantième anniversaire de la proclamation de la République est aussi un combat pour la laïcité. Ici, la musique, le bal et la danse servent la profession de foi et permet au régime de se montrer sous un jour particulièrement favorable.

Carte postale. Musée de Bretagne: 978.0075.157.
Carte postale. Musée de Bretagne: 978.0075.157.

Sans surprise, Le Citoyen se félicite de la réussite de ces festivités. Si les descriptions données doivent être considérées avec mesure, puisque ce journal est avant tout un organe militant, elles permettent de relever quelques éléments de rituel qui peuvent insérer ces festivités dans une vaste continuité anthropologique des célébrations républicaines. On pense ici, tout particulièrement, au symbole de l’Arc de Triomphe :

« La décoration des maisons est presque générale et faite avec un goût parfait. Les carhaisiennes se sont surpassées. Les habitants se sont chargés par rue de la besogne. D’où une originalité d’arrangement au milieu d’une profusion de festons, d’oriflammes, de fleurs, de banderoles. La rue la plus modeste rivalise avec la plus cossue. De place en place, des arcs de triomphe. »[11]

Une « bande de toile » sur laquelle sont inscrites les années « 1789 – 1848 – 1870 » dit combien la mémoire dont il s’agit ici est sélective et, pour tout dire, oublieuse. A éxouter ce discours, point « d’année terrible » ici mais juste la proclamation de la République[12]. C’est d’ailleurs ce qu’explique Ferdinand Lancien, le maire de Carhaix, lors des inévitables discours qui ponctuent le banquet. A l’en croire, « la journée du 4 septembre […] fut une révolution pacifique réalisée dans la carence du gouvernement impérial »[13]. Pour Georges Le Bail, qui prend la suite, le 4 septembre 1870 est la date

« pleine de lumière et de soleil qui enregistré l’acte mortuaire de la monarchie césarienne ou de droit divin. Cette journée a été l’avènement du peuple au gouvernement et a marqué le triomphe définitif de la démocratie. »[14]

De tels propos pourront paraître étranges mais ne sont pas, à bien y réfléchir, complètement dénués de fondements. Pourquoi en effet revenir en 1920 sur la défaite honteuse face à l’Allemagne et la perte de l’Alsace et de la Lorraine alors que la France d’alors se pense comme le seul vainqueur de la Grande Guerre et que les deux provinces momentanément perdues ont été retrouvées ?[15] Pour le dire autrement, un traité de Versailles chasse l’autre…

Et c’est d’ailleurs une chose qui frappe à lire le compte-rendu de ces fêtes dans Le Citoyen : à en croire ce journal, la Première Guerre mondiale est complètement absente des esprits en ce premier week-end de septembre 1920. Certes, parmi les personnalités présentes, on remarque René Quillivic : proche de Georges Le Bail, il est l’auteur de nombreux monuments aux morts, dont celui de Carhaix qui, on l’a vu précédemment, est inauguré quelques jours plus tard. Mais on ne retrouve aucune évocation de la Grande Guerre dans les discours des orateurs pendant le banquet, tout du moins à en juger par le compte rendu que nous donne Le Citoyen. Faut-il voir là une de ces « interdictions du deuil » mises en évidence par l’historien S. Audoin-Rouzeau ?[16] Dans cette hypothèse, le sens de la mort de guerre serait évident : le parachèvement de l’installation de la République en France étant entendu que c’est celle-ci qui fonde le « Droit » et la « Civilisation » pour lesquels on se bat en 1914-1918.

Il est également intéressant de remarquer combien ces célébrations carhaisiennes des 4 et 5 septembre 1920 participent d’une mise en scène de l’insertion de la petite patrie dans la grande. En témoignent les nombreuses évocations de binious, de bombardes, de gavottes et de coiffes qui disent cette appartenance régionale, mais aussi le menu du banquet républicain : la langouste et l’andouille évoquent à la fois Armor et Argoat[17]. Là encore, la continuité avec la rhétorique républicaine, tout particulièrement pendant la Première Guerre mondiale, est évidente[18].

Carte postale. Musée de Bretagne: 2016.0000.3422.
Carte postale. Musée de Bretagne: 2016.0000.3422.

En définitive, c’est bien la complexité de ces commémorations carhaisiennes du 50e anniversaire de la proclamation de la République qui frappent aujourd’hui l’historien. Si le rituel s’insère assurément dans une continuité remontant jusqu’à 1789, si le discours insérant la petite patrie dans la grande trouve également sa source dans les décennies précédant la Première Guerre mondiale, le fait est que la rupture engendrée par le conflit est clairement perceptible. Il est en effet acquis que la critique acerbe du bilan des cinquante premières années de la République se nourrit certes du souvenir de la Commune de Paris mais aussi, et peut-être même surtout, de la lumière surgie à l’Est en 1917. Reste toutefois la question du deuil. Faut-il voir dans l’absence d’évocation des morts, c’est-à-dire ces poilus enrôlés par la République et pour elle, une des limites du deuil suggérées par l’historien S. Audoin-Rouzeau ? L’hypothèse est séduisante même si force est d’admettre que nul archive ne permet, en l’état actuel de nos connaissances, de l’infirmer ou non.


[1] « Fête du cinquantenaire de la 3e République », Le Citoyen, 12e année, n°37, 3 septembre 1920, p. 3.

[2] Ibid.

[3] « Le Cinquantenaire de la 3e République », Le Cri du Peuple, 12e année, n°796, 4 septembre 1920, p. 1.

[4] « Carhaix », La Dépêche de Brest, 34e année, n°13 517, 7 septembre 1920, p. 3.

[5] « Fête du cinquantenaire de la 3e République », Le Citoyen, 12e année, n°37, 3 septembre 1920, p. 3.

[6] Le Bail, Georges, La brigade de Jean le Gouin : histoire documentaire et anecdotique des Fusiliers-Marins de Dixmude; d’après des documents originaux et les récits des combattants, Paris, Librairie académique Perrin, 1917.

[7] Sur cette question voir notamment Gourlay, Patrick, « Une visite présidentielle au village : Félix Faure dans le centre Bretagne le 8 août 1896 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, n°119-1, 2012, p. 157-188.

[8] Corbin, Alain, Les Cloches de la terre. Paysage sonore et culture sensible dans les campagnes du XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1994.

[9] « Les fêtes du Cinquantenaire de la 3e République », Le Citoyen, 12e année, n°38, 10 septembre 1920, p. 2.

[10] « Les fêtes du Cinquantenaire de la 3e République », Le Citoyen, 12e année, n°38, 10 septembre 1920, p. 2.

[11] « Les fêtes du Cinquantenaire de la 3e République », Le Citoyen, 12e année, n°38, 10 septembre 1920, p. 1.

[12] Caron, Jean-Claude et Ponsard, Nathalie (dir.), La France en guerre. Cinq « années terribles », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

[13] « Les fêtes du Cinquantenaire de la 3e République », Le Citoyen, 12e année, n°38, 10 septembre 1920, p. 1.

[14] Ibid., p. 2.

[15] Goya, Michel, Les Vainqueurs. Comment la France a gagné la Grande Guerre, Paris, Tallandier, 2018.

[16] Audoin-Rouzeau, Stéphane, « Stabat Mater » in Audoin-Rouzeau, Stéphane, C’est la guerre. Petits sujets sur la violence du fait guerrier (XIXe -XXe siècle), Paris, Editions du Félin, 2020, p. 123.

[17] « Les fêtes du Cinquantenaire de la 3e République », Le Citoyen, 12e année, n°38, 10 septembre 1920, p. 1.

[18] Bourlet, Michaël, Lagadec, Yann et Le Gall, Erwan (dir.), Petites patries dans la Grande Guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013. Sur le sujet voir également Thiesse, Anne-Marie, Ils apprenaient la France. L’exaltation des régions dans le discours patriotique, Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme, 1997 et du même auteur La création des identités nationales, Europe XVIIIe – XXe siècle, Paris, Seuil, 2001 ainsi que Grenouilleau, Olivier, Nos Petites patries. Identités régionales et Etat central, en France, des origines à nos jours, Paris, Gallimard, 2019.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2020, 13 décembre). 4-5 septembre 1920 : Carhaix célèbre la République. Ar Brezel. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbmn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.