Portrait de Georges Rivollet publié le 1er novembre 1934 par Le Journal. Georges Rivollet, ministre des Pensions, visite un cimetière militaire.

Georges Rivollet : le vaguemestre devenu ministre… et collabo

Joseph Le Barh et Pierre-Marie Lec’hvien ont tous deux en commun d’être des hommes d’église et d’être mobilisés au 47e régiment d‘infanterie de Saint-Malo pendant la Première Guerre mondiale. Mais cette fraternité d’armes et de sacerdoce ne doit pas leurrer. En effet, c’est bien de deux trajectoires radicalement différentes dont il s’agit ici. Recteur de la paroisse de Sainte-Anne d’Auray, haut-lieu du souvenir de la Grande Guerre en Bretagne[1], Joseph Le Barh est assassiné par les Allemands, en tant qu’otage, le 5 août 1944[2]. Vicaire dans les Côtes-du-Nord, Pierre-Marie Lec’hvien trouve lui la mort 4 jours plus tard. Mais, proche de l’abbé Perrot et de la mouvance collaborationniste bretonne, il est liquidé par la résistance communiste[3]. Parcours radicalement opposés mais néanmoins uniques que ceux-ci ? Pas vraiment lorsqu’on compare l’itinéraire du parlementaire socialiste et résistant-déporté Albert Aubry à celui du ministre et collaborateur Georges Rivollet. Deux hommes qui portent tous les deux l’uniforme du 47e RI au début des années 1910, deux individus qui choisissent des voies radicalement différentes et, ce faisant, invitent à mettre en garde contre l’unité que pourrait suggérer l’idée de régiment. Ensemble comportant plus de 3 300 hommes en 1914, le régiment d’infanterie, malgré le singulier que suggère cette expression, constitue au contraire le reflet de la société qui lui donne naissance par la grâce de la conscription.

Albert Aubry et Georges Rivollet portent tous les deux l’uniforme du 47e RI à l’automne 1913. Instituteur, syndicaliste et engagé dans l’œuvre du Sou du Soldat, Albert Aubry ne reste il est vrai pas très longtemps sous l’uniforme de cette unité. Incorporé le 9 octobre 1913, il est réformé le 27 octobre suivant par la Commission spéciale de Saint-Malo « pour insuffisance de développement et faiblesse de constitution »[4]. Cela ne l’empêche toutefois pas de répondre à l’appel de la Nation en armes dès les premiers jours d’août 1914, de sortir du rang et de conquérir de haute lutte de brillants états de service pendant la Première Guerre mondiale[5].

Georges Rivollet lui, ne semble témoigner d’aucun militantisme politique lorsqu’il arrive au 47e RI. C’est d’ailleurs vraisemblablement le 8 octobre 1909, jour de son incorporation à Saint-Malo, que ce parisien pose pour la première fois le pied en Bretagne. Une différence de plus avec Albert Aubry qui, né à Malestroit, dans le Morbihan donc, grandit à Rennes et débute sa carrière professionnelle en Ille-et-Vilaine. Si Georges Rivollet en vient à porter l’uniforme du 47e RI, ce n’est donc pas du fait du recrutement régional. Au contraire, c’est bien l’excédent démographique des bureaux de recrutement de la région parisienne qui le pousse dans les rangs de cette unité du 10e corps d’armée[6]. Toujours est-il que le futur ministre effectue ses deux ans de service militaire sans que sa fiche matricule ne nous informe du moindre accident de parcours : nommé caporal le 26 mai 1910, il est renvoyé dans la disponibilité le 24 septembre 1911 muni de son certificat de bonne conduite. Précisons enfin qu’à notre connaissance rien n’indique que Georges Rivollet n’ait à l’époque la moindre activité politique. Déclarant exercer lors du Conseil de révision la profession d’employé de commerce, il est un conscrit qui ne se distingue alors parmi la masse des fantassins du 47e RI que par son origine géographique[7].

Vue d'Asnières, ville où Georges Rivollet déclare être domicilié après son service militaire au 47e RI. Carte postale. Collection particulière.
Vue d’Asnières, ville où Georges Rivollet déclare être domicilié après son service militaire au 47e RI. Carte postale. Collection particulière.

Toujours est-il qu’Albert Aubry et Georges Rivollet, sans pour autant qu’ils se rencontrent, émergent en même temps dans les archives de l’unité. Alors que le premier est incorporé pour quelques jours au titre de son service militaire, le second est promu sergent le 13 octobre 1913, conclusion d’une période de réserve de 3 semaines entre le 25 août et le 16 septembre 1913. C’est donc administrativement qu’ils appartiennent au même ensemble, sans pour autant que ces deux individus soient physiquement réunis dans les mêmes locaux. Quand Albert Aubry arrive à Saint-Malo, Georges Rivollet est déjà reparti en région parisienne, le plus vraisemblablement à Asnières puisque c’est là qu’il déclare être domicilié.

La suite des événements est connue. Ces deux hommes répondent tous les deux à l’appel de la mobilisation générale et tous deux sont très grièvement blessés pendant la guerre, ce qui les conduit à devenir des figures de proue du mouvement ancien combattant et, plus précisément encore, de la défense des mutilés. Elu député en 1919, Albert Aubry siège au sein de la Commission des pensions et déploie une intense activité en faveur des primes de démobilisation, de l’action sociale envers les veuves et les ascendants d’anciens combattants et victimes de guerre, des problèmes spécifiques des mutilés et des invalides, des pupilles de la nation, des écoles de reconversion professionnelle… Pour sa part, Georges Rivollet sait également bien faire fructifier le capital politique qu’est son expérience de guerre puisqu’il est nommé ministre des Pensions au sein du cabinet Doumergue, une nouvelle dont se félicite, dans son numéro du 18 février 1934, le Journal des mutilés et combattants :

« Sergent d’infanterie au 47e RI, plusieurs fois blessé et la dernière en Argonne, en avril 1916 ; invalide à 85%, cité, médaillé militaire, tel est son curiculum vitae de poilu. Il a fait sa carrière de militant à l’Union nationale des mutilés et anciens combattants dès 1918 et il en est le secrétaire général depuis plusieurs années. »[8]

Là n’est d’ailleurs pas la première mention de Georges Rivollet puisqu’il apparaît en 1916 dans les colonnes du bihebdomadaire malouin Le Salut à l’occasion d’une citation à l’ordre qui lui est décernée :

« Excellent sous-officier, consciencieux, courageux et dévoué. Au front depuis le début de la campagne. Très grièvement blessé le 7 avril 1916 dans l’accomplissement de ses devoirs, a oublié ses souffrances pour passer très exactement ses consignes à l’un de ses camarades. »[9]

A dire vrai, j’ai longtemps perdu la trace de Georges Rivollet après son départ du Ministère des Pensions. Il est vrai aussi que je ne m’étais pas penché outre-mesure sur le destin de cet individu et que je n’avais pas poussé plus loin mes investigations. Cela aurait été, certes, fort intéressant mais m’aurait emmené trop loin du périmètre de mes recherches. Je savais juste grâce à un passage dans la thèse d’Antoine Prost que sa trajectoire pendant la Seconde Guerre mondiale n’avait pas dû être des plus recommandables[10]. Ceci m’était d’ailleurs confirmé par la base Léonore puisque son dossier de Légion d’honneur est incommunicable au titre de l’article 213-2 du Code du patrimoine, ce qui n’augure jamais rien de bon. Mais c’est grâce à un passage de la biographie que P. Kerrand consacre au colonel Rémy que j’ai pu, par hasard, en savoir plus sur Georges Rivollet. L’ouvrage expose en effet que « durant l’occupation il fut membre du Comité de direction du parti collaborationniste le Rassemblement national populaire (RNP) de Marcel Déat »[11].

L'état-major du RNP en "une" du Matin du 10 janvier 1941. Wikicommons.
L’état-major du RNP en “une” du Matin du 10 janvier 1941. Wikicommons.

La consultation de la presse en ligne confirme très rapidement cet itinéraire collaborationniste, illustration manifeste des dérives du pacifisme intégral. Pour autant, comment expliquer un tel glissement ? Il est bien évidemment difficile de répondre à question comme celle-ci mais l’examen des différents articles qui lui sont consacrés, sur une période comprise entre la Grande Guerre et les années 1950, permet néanmoins d’esquisser quelques hypothèses.

L’édition du 17 janvier 1933 du Petit Parisien, quotidien affirmant alors être « le plus fort tirage des journaux du monde entier », fait de Georges Rivollet son « homme du jour ». En conséquence, un portrait de lui est publié en première page, texte nécessairement hagiographique mais toutefois instructif. L’ancien poilu du 47e RI est décrit par le journaliste Louis Dauphin comme étant un infatigable militant du monde combattant mais aussi, et peut-être même surtout, comme un homme de consensus et d’union ainsi que comme un fervent pacifiste :

« Dans ce creuset confédéral, si l’on peut dire, où bouillonnaient des opinions parfois si diverses, Georges Rivollet réussissait à apaiser les divergences, travaillant à la création de la retraite du combattant, orientant les anciens combattants vers une doctrine unique de paix, obtenant de nombreux rajustements. […] Souriant, modeste, habile négociateur, fidèle exécuteur des mandats qui lui sont confiés, exigeant de la discipline, qu’il pratique lui-même, Georges Rivollet a cette fermeté des gens qui savent ce qu’ils veulent et connaissent la valeur des causes qu’ils défendent. »[12]

Dans ce même journal, le 22 janvier 1933, il se félicite en tant que secrétaire général de la Confédération nationale des anciens combattants et des victimes de la guerre de voir beaucoup de sénateurs titulaires la carte du combattant[13]. Ce propos est loin d’être anodin car il marque la césure nette entre d’une part les associations de vétérans, d’autre part le militantisme politique. A n’en pas douter, cette dichotomie ne relève pas du hasard mais est calquée sur le binôme parti/syndicat qui émerge à la suite de la Charte d’Amiens. En ce début des années 1930, Georges Rivollet est donc une sorte de syndicaliste des anciens combattants et victimes de guerre tandis qu’Albert Aubry, lui, évolue dans un champ plus politique, au sens partisan du terme.

Portrait de Georges Rivollet publié en première page de La France Outre-Mer du 13 août 1937. Rétronews / Bibliothèque nationale de France.
Portrait de Georges Rivollet publié en première page de La France Outre-Mer du 13 août 1937. Rétronews / Bibliothèque nationale de France.

Mais cette frontière ne tarde pas à être franchie par l’ancien vaguemestre quand, quelques mois plus tard, Georges Rivollet accepte le portefeuille des Pensions dans le gouvernement dirigé par Gaston Doumergue. Si ce poste peut aujourd’hui apparaître assez obscur, il ne faut pas se fier à l’avant-dernier rang qui est le sien dans l’ordre protocolaire. De la rue de Bellechasse où est située ce ministère dépendent en en effet les intérêts de centaines de milliers d’anciens combattants et victimes de guerre ce qui, d’une certaine manière, dit son poids politique. De surcroît, il importe de rappeler que ce gouvernement est formé trois jours après les émeutes du 6 février 1934, dans un climat d’extrême tension qu’il ne faudrait surtout pas circonscrire à la seule ville de Paris. En témoigne du reste la « une » de l’édition du 10 février 1934 de L’Ouest-Eclair, édition annonçant la formation de ce gouvernement Doumergue allant « de l’Union Républicaine aux néo-socialistes » mais titrant également sur des nouvelles très inquiétantes. En effet, à en croire le quotidien catholique rennais, Paris connaît la veille des « scènes d’émeute communiste » et croit bon de préciser : « les bandes armées ont tiré sur la police et il y a des victimes »[14]. Dans climat particulièrement tendu, de quasi-guerre civile à en juger par les titres de ce journal breton, Georges Rivollet fait assurément figure de « bonne prise ». Issu de la « société civile », il apporte cet « air frais » si nécessaire en temps de crise politique. De plus, sa rondeur et son sens du consensus sont assurément des signaux envoyés à l’opinion par ce gouvernement qui entend être « d’union nationale ».

Neuf mois plus tard, à l’occasion des commémorations du 16e anniversaire de l’Armistice du 11 novembre 1918, l’ancien sous-officier du 47e RI devenu ministre des Pensions a l’occasion d’adresser un message d’union à l’attention de l’ensemble des anciens combattants et victimes de guerre et, pour tout dire, de tout le pays. Mais là n’est finalement pas ce qui frappe le plus dans cette allocution ministérielle. Tout juste 20 ans après le déclenchement de la Grande Guerre, le temps fait déjà sentir ses effets et c’est avant tout une grande nostalgie, sorte de désenchantement face au vieillissement des ceux que l’on nomme les poilus, qui frappe quiconque relit ce discours :

« Tout une génération s’effrite : celle de la guerre, laissant pourtant après elle, grandiose parmi les ruines, l’impérissable monument du Souvenir. »[15]

Photographie publiée par L'Ouest-Eclair et montrant les membres du gouvernement « au tombeau du soldat inconnu ». Georges Rivollet, bien que ministre des Pensions, n’est pas mentionné dans la légende de cliché et n’apparaît manifestement pas sur cette photographie. Ceci semble dire son poids politique très relatif en ce mitan des années 1930. Gallica / Bibliothèque nationale de France.
Photographie publiée par L’Ouest-Eclair et montrant les membres du gouvernement « au tombeau du soldat inconnu ». Georges Rivollet, bien que ministre des Pensions, n’est pas mentionné dans la légende de cliché et n’apparaît manifestement pas sur cette photographie. Ceci semble dire son poids politique très relatif en ce mitan des années 1930. Gallica / Bibliothèque nationale de France.

Sans doute y a-t-il là un ingrédient décisif jeté sur la recette du pacifisme intégral qui conduira Georges Rivollet à Vichy et à la collaboration. D’ailleurs, quelques mois plus tard, on le retrouve à la tête d’une délégation d’anciens poilus à l’occasion d’un voyage en Italie. Sans doute faut-il voir là la marque d’une croyance en un certain internationalisme, internationalisme qui serait consubstantiellement pacifique car issu des tranchées. C’est là un discours développé, par exemple, par l’écrivain combattant allemand Ernst Johannsen à la fin des années 1920 avec son roman 4 de l’infanterie[16]. Sauf que l’Italie d’alors est fasciste et résolument sous la coupe de Mussolini. Dès lors, certains propos ne manquent pas d’attirer l’attention. Il en est ainsi de ces quelques mots reproduits en « une » de L’Excelsior et qui, en ce mitan des années 1930, n’a assurément plus la signification qu’ils pouvaient avoir au début des années 1910.

« Chaleureux interprètes de notre génération du feu et de la France toute entière, mille sept cents anciens combattants ont quitté Paris pour accomplir un émouvant pèlerinage sur la terre italienne.

Ils y pourront évoquer, en union étroite avec nos frères d’armes latins, les gloires d’un fier passé qui, depuis l’antiquité jusqu’à nos jours, porte la marque de nos mutuelles aspirations et atteste les vertus de notre race. »

Toute la question est savoir si Georges Rivollet est pleinement conscient de l’ambiguïté de son propos. Car comme s’il était viscéralement incapable de sortir de la séquence 1914-1918, l’ancien vaguemestre recycle des éléments de langage tout droit sortis de la culture de [la Grande] guerre. Force est en effet de constater qu’à l’heure de la constitution de l’axe Rome-Berlin, ceux-ci sonnent étrangement :

« Ce jeudi, ils [les anciens combattant français en délégation] se retrouveront devant la dalle où repose son [sic.] camarade italien pour magnifier en sa personne l’héroïsme de tout un peuple qui, résolu à sauver la civilisation dont il fut le berceau, n’a pas hésité à se jeter dans la lutte au prix des plus lourds sacrifices. 

Ainsi les anciens combattants de France et d’Italie affirmeront une fois de plus le trait d’union permanent et indestructible de deux grandes nations dont la vaillance pacifique et la fidélité au même idéal humain constituent, dans le monde, un élément essentiel d’équilibre et de progrès. »[17]

Comment faut-il interpréter ces paroles ? Faut-il y voir une tentative désespérée de conserver Rome dans le camp de Paris ? Ou n’est-ce finalement là que la marque d’une maladresse, révélant en creux un homme dépassé par les fonctions qu’il occupe, incapable de s’extraire du cadre de la Grande Guerre et de s’adapter à une réalité politique, diplomatique et idéologique nouvelle ? La question reste ouverte.

Toujours est-il que le nom de Georges Rivollet apparaît jusqu’aux ultimes heures de l’occupation dans la presse française. C’est ainsi par exemple que La Tribune de l’Est, dans son édition datée du 8 juillet 1944, fait état d’un décret pris la veille et lui déléguant le pouvoir « sous son contrôle direct » sur l’Office national des Mutilés, Combattants, Victimes de la Guerre et Pupilles de la Nation[18]. Rattaché directement au « ministre, secrétaire d’Etat au Travail et à la Solidarité nationale » Marcel Déat, il est donc pleinement intégré aux dernières tentatives vichyssoises d’exercice du pouvoir, alors que les Alliés ont débarqué en Normandie et s’apprêtent à réaliser la percée d’Avranches pour d’une part, pénétrer en Bretagne et, d’autre part, s’ouvrir le chemin de la capitale[19]. C’est ainsi, par exemple, qu’il publie le 31 juillet 1944, dans les colonnes de L’Œuvre, une tribune en faveur de l’admission, au titre de ressortissant de l’Office, des « victimes civiles de la guerre », plaidoyer qui doit notamment se comprendre dans le cadre de la rhétorique de dénonciation par Vichy des « bombardements anglo-américains »[20]. Le 14 août 1944, alors que Nogent-le-Rotrou est libéré depuis trois jours et Rennes depuis dix, tandis que les Américains sont aux portes de Paris, Georges Rivollet s’exprime, toujours dans les colonnes de L’Œuvre, en faveur des « victimes d’attentats terroristes », sous-entendu commis par la Résistance[21]. Ce sont là les dernières traces de l’ancien vaguemestre du 47e RI avant la fin du mois d’octobre 1944, période où la presse française annonce qu’il fait l’objet d’un mandat d’arrêt[22].

Tribune publiée dans « L’Œuvre » par Georges Rivollet le 31 juillet 1944. Gallica / Bibliothèque nationale de France.
Tribune publiée dans « L’Œuvre » par Georges Rivollet le 31 juillet 1944. Gallica / Bibliothèque nationale de France.

C’est lors de son procès en cour de justice de la Seine que Georges Rivollet réapparaît dans les journaux. L’Humanité le décrit à cette occasion comme suit : « ami de Laval, second de Déat et admirateur de Hitler ». A en croire le journal fondé par Jean Jaurès, il se présente devant ses juges comme étant « gras, rose, l’ai parfaitement dispos »[23]. Rendant compte deux jours plus tard du verdict le condamnant à 5 ans de dégradation nationale, ce quotidien persifle : « Pour un peu, il aurait été félicité d’avoir bien collaboré avec les nazis ! »[24] Ce casier judiciaire n’empêche toutefois pas l’ancien sous-officier du 47e RI d’être distingué, à partir de 1959, par l’Académie française pour trois ouvrages à prétention historique.

Recherche permanente du consensus, peut-être par détestation du conflit mais certainement aussi par nostalgie de l’Union sacrée, croyance en l’excellence de la génération du feu – Ceux de 14 pour paraphraser Maurice Genevoix – et enfin pacifisme viscéral constituent quelques-uns des ingrédients qui, assurément associés à une ambition manifeste, peuvent expliquer la trajectoire de Georges Rivollet pendant la guerre. Celle-ci n’en rappelle pas moins, lorsque comparée à celle d’un homme tel qu’Albert Aubry, que l’idée de régiment ne doit surtout pas être associée à une certaine forme d’uniformisation des parcours.


[1] Pour de plus amples développements Le Moigne, Frédéric, « Le mémorial régional de la Grande Guerre à Sainte-Anne d’Auray », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, n°113-4, 2006, p. 49-76.

[2] Arch. Dép. Morbihan : et 1 R 2137.1820; Leroux, Roger, Le Morbihan en guerre 1939-1945, Mayenne, Imprimeries Joseph Floch, 1978, p. 540 ; Husson, Jean-Pierre et Jocelyne, « Le Barh Joseph, Mathurin, Louis, Marie », Dictionnaire biographique des fusillés, guillotinés, exécutés, massacrés 1940-1944, en ligne [http://maitron-fusilles-40-44.univ-paris1.fr/spip.php?article199724 ǀ page consultée le 05 novembre 2020].

[3] C’est Poisson, Abbé H., L’Abbé Pierre-Marie Lec’hvien (1885-1944), Saint-Brieuc, Les Presses bretonnes, 1959 qui donne le plus de renseignement sur la Grande Guerre de cet aumônier du 47e RI mais cet ouvrage doit être utilisé avec précaution tant sa fonction hagiographique, dans une volonté de réhabilitation, est évidente

[4] Arch. dép. I&V : 1 R 2115.2184.

[5] Le Gall, Erwan, « Le ralliement à la guerre de 1914 de deux figures de la gauche bretonne: digressions sur la notion d’antimilitarisme », En Envor, Revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°5, hiver 2015, en ligne.

[6] Sur la question Le Gall, Erwan, « Saint-Malo, la Bretagne, la France: des multiples inscriptions territoriales du 47e régiment d’infanterie »,in Bourlet, Michaël, Lagadec, Yann et Le Gall, Erwan (dir.), Petites patries dans la Grande Guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, p. 63-89 et pour un cadre plus général Boulanger, Philippe, La France devant la conscription, géographie historique d’une institution républicaine, 1914-1922, Paris, Economica, 2001.

[7] Arch. Paris : D4R1 1466.4408. « Georges Rivollet ancien ministre des Pensions en cour de justice », Paris-Presse. L’Intransigeant, 7e année, n°1724, 4 juillet 1950, p. 3 avance qu’il était avant 1914 « représentant en bonneterie ».

[8] « Un beau passé de militant », Journal des mutilés et combattants, n°890, 18 février 1934, p. 1.

[9] « Médaille militaire », Le Salut, 35e année, n°44, 30-31 mars 1916, p. 1.

[10] Prost, Antoine, Les Anciens combattants et la société française, 1914-1939, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques, 1977, Volume histoire, p. 175 (notamment).

[11] Kerrand, Philippe, L’Étrange colonel Rémy, Paris, Champ Vallon, 2020, p. 403.

[12] Dauphin, Louis, « Georges Rivollet », Le Petit Parisien, 58e année, n°20 412, 17 janvier 1933, p. 1.

[13] « Chez les Anciens combattants », Le Petit Parisien, 58e année, n°20 417, 22 janvier 1933, p. 2.

[14] L’Ouest-Eclair, 36e année, n°13610, 10 février 1934, p. 1.

[15] Rivollet, Georges, « 11 novembre 1918 11 novembre 1934 », L’Excelsior, 25e année, n°8734, 11 novembre 1918, p. 1.

[16] Johannsen, Ernst, Quatre de l’infanterie, Paris, Editions de l’Epi, 1929.

[17] Rivollet, Georges, « A propos des anciens combattants français en Italie », L’Excelsior, 26e année, n°8892, 18 avril 1935, p. 1. Il est à noter que ce numéro publie en première page une citation de Montalembert qui, dans ce contexte particulier, laisse à réfléchir : « Vous avez beau ne pas vous occuper de politique, la politique s’occupe de vous tout de même ».

[18] « M. Georges Rivollet représentera le ministre secrétaire d’Etat au Travail et à la Solidarité à l’Office National des Mutilés, Combattants, Victimes de la Guerre et Pupilles de la Nation », La Tribune de l’Est, 44e année, n°20168, 8 juillet 1944, p. 1.

[19] Par exemple « M. Marcel Déat fait le bilan de quatre mois d’activité à la Solidarité Nationale », Le Cri du Peuple de Paris, 5e année, n°1189, 21 juillet 1944, p. 1 et 2.

[20] Rivollet, Georges, « Les Victimes civiles doivent être intégralement protégées », L’Œuvre, n°10 325, 31 juillet 1944, p. 2.

[21] Rivollet, Georges, « Ce que nous devons savoir », L’Œuvre, n°10337, 14 août 1944, p. 2.

[22] « Des journalistes pro-allemands sont arrêtés », Combat, 4e année, n°116, 24 octobre 1944, p. 2 ; « Une Charretée d’aviateurs et de journalistes », Défense de la France, 4e année, n°105, 25 octobre 1944, p. 2.

[23] « Rivollet susurre en cour de justice : c’était de la souplesse… », L’Humanité, 47e année (nouvelle série), n°1913, 4 juillet 1950, p. 6.

[24] « Rivollet, 5 ans de dégradation nationale ! », L’Humanité, 47e année (nouvelle série), n°1915, 6 juillet 1950, p. 6.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.