A propos du projet Testaments de poilus

Quiconque s’intéresse aux guerres et, de manière plus générale, au fait militaire, ne peut faire l’économie d’une réflexion sur la mort. Celle-ci peut être envisagée comme le risque dont la troupe essaye de se prémunir, comme la conséquence d’une insuffisante maîtrise du combat, mais également comme la justification de pratiques culturelles invitant à des approches pluridisciplinaires piochant dans les acquis de l’anthropologie ou de l’histoire de l’art. De ce point de vue, l’historiographie de la Grande Guerre est particulièrement féconde et on peut citer à ce propos le stimulant volume collectif paru aux Presses universitaires de Rennes en 2016 sous la direction d’I. Homer et E. Penicault ou la récente synthèse de Y. Lagadec sur les monuments aux morts des Côtes d’Armor[1]. Dans une perspective chronologique plus vaste, on pourra renvoyer au formidable Nos morts publié au début des années 2000 par L. Capdevila et D. Voldman[2]. C’est dire donc s’il s’agit là d’un sujet déjà largement balisé par la recherche en sciences humaines et sociales. Pourtant, il reste en la matière encore bien des choses à découvrir, comme le rappelle le stimulant projet intitulé Testament de poilus.

Celui-ci vise à produire une édition électronique, via un programme de retranscription collaborative, d’un millier de testaments de soldats français de la Première Guerre mondiale retrouvés dans les fonds des Archives nationales et des Archives départementales des Yvelines. Autant dire qu’il y a là une démarche éminemment intéressante, tant du point de vue de la finalité – rendre accessible au plus grand nombre une source potentiellement très fertile – que de la méthode employée.

C’est donc avec le plus grand intérêt que l’on suivra la demi-journée de présentation qui se tiendra en ligne, dans l’après-midi du 8 décembre 2020. L’accès à la conférence est libre et gratuit. Néanmoins, il est demandé de bien vouloir s’inscrire par courriel en écrivant à testaments-de-poilus.an@culture.gouv.fr Un lien permettant de suivre la visio-conférence sera adressé en retour.

Au Bois Foulon, une tombe. 29 août 1915. La Contemporaine : VAL 036/017.
Au Bois Foulon, une tombe. 29 août 1915. La Contemporaine : VAL 036/017.

Programme

14 h – 14 h 15 : Mot d’accueil et introduction, par Emmanuel Rousseau, directeur des Fonds aux Archives nationales

14 h 15 – 14 h 45 : Le projet Testaments de Poilus : où en est-on ? par Emmanuelle de Champs (CY Cergy Paris Université), coordinatrice générale du projet, Mélisa Locatelli (Minutier central des notaires de Paris aux Archives nationales), Élise Wojszvzyk (Archives départementales des Yvelines) et Sylvie Dechavanne (Archives départementales du Val-d’Oise)

14 h 45 – 15 h 30 : Présentation de l’édition numérique, par Florence Clavaud (Mission référentiels des Archives nationales), directrice opérationnelle et technique du projet, Pauline Charbonnier, son adjointe et Elmahdi Sadouni (UMR 8051 ETIS de l’Université de Cergy/CNRS/ENSEA), développeur du site web.

15 h 30 – 15 h 50 : discussion

15 h 50 – 16 h : pause

16 h – 16 h 40 : Les testaments de Poilus au prisme de l’édition numérique. Premiers résultats de recherche par Christine Nougaret, professeure émérite à l’École nationale des chartes

16 h 40 – 17 h : discussion  

17 h –17 h 10 : En guise de conclusion : la feuille de route du projet, par Emmanuelle de Champs et Florence Clavaud


[1] Homer, Isabelle et Penicaut, Emmanuel (dir.), Le Soldat et la mort dans la Grande Guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016 ; Lagadec, Yann, Faire son deuil, construire les mémoires. Les monuments aux morts de la Grande Guerre dans les Côtes d’Armor (1914-2020), Pabu, A l’ombre des mots, 2020.

[2] Capdevila, Luc et Voldman, Danièle, Nos Morts. Les Sociétés occidentales face aux tués de la guerre, Paris, Payot, 2002.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2020, 6 décembre). A propos du projet Testaments de poilus. Ar Brezel. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbml

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.