De la contagion comme concept en histoire

Il n’est pas certain que ce dense, et particulièrement stimulant, volume collectif dirigé par B. Delaurenti et T. Le Roux rencontre un large public[1]. En ces temps de crise sanitaire liée au Covid19, il n’est pas sûr que les lecteurs aient envie de se plonger dans un ouvrage intitulé « De la contagion ». Comment d’ailleurs les en blâmer ? On ne peut toutefois que le regretter tant ce recueil participe d’une démarche éditoriale aussi rare que profitable. En effet, ce qu’offrent ces quelques cinquante notices embrassant des sujets et des approches disciplinaires forts variés, de la noblesse aux reliques, est moins une histoire de la contagion qu’une réflexion à partir de cette notion entendue comme processus historique (p. 5).

Dans une solide introduction, les deux co-directeurs du volume reviennent sur le caractère polysémique du mot « contagion », vocable qui est appréhendé de diverses manières par les contributeurs de ce livre. Il y a d’une part ceux qui le traquent dans les sources afin de voir ce qu’il « signifie pour les acteurs historiques », ce de manière à donner « à voir et à comprendre les acceptions passées du terme, en les prenant telles qu’elles se présentent, sans vision de surplomb » (p. 15). Il y a d’autre part ceux qui utilisent l’idée de contagion « comme outil d’analyse » (p. 16) afin de rendre compte d’une transmission (p. 9) nécessairement comprise sur le mode d’une certaine horizontalité (p. 20 et 21). La portée heuristique du concept apparaît dès lors d’autant plus évidente que « du retour inéluctable des poux sur la tête des enfants scolarisés à la pollution généralisée des espaces naturels, des mouvements de mode aux rumeurs qui se propagent sur les réseaux sociaux, des manipulations de hackers aux délits d’influences, des messages accumulés autour des lieux d’attaques terroristes au mouvement MeToo, la contagion est un processus multiforme qui irrigue l’ensemble du champ social » (p. 8).

Plus que d’une histoire de la contagion, ou d’une succession de récits de contagion, c’est donc une dense réflexion sur ce concept et ses applications possibles en sciences humaines et sociales que propose ce stimulant ouvrage collectif. Et il faut avouer qu’en la matière, les possibilités sont immenses. Que l’on songe par exemple à la question pour l’heure irrésolue des origines de la Bretagne : plutôt que d’associer les premières migrations à des mouvements de conquête, n’y aurait-il pas quelque intérêt à solliciter cette notion ? Contagion qui pourrait autant s’appliquer à la description des mouvements de population qu’aux multiples écritures et réécritures des sources dont les historiens et les historiennes disposent aujourd’hui[2]. Là est d’ailleurs une piste envisagée par M. A. Polo de Beaulieu qui rappelle qu’en philologie le terme de contamination « désigne le processus de transmission des textes par la copie manuscrite » (p. 209), avant toutefois de s’empresser de préciser que cette forme de capillarité n’est pas totale puisque chaque manuscrit demeure unique (p. 213). Dès lors, la médiéviste préconise « de parler de négociations ancrées socialement et mises en œuvre dans l’écriture, la mise en page et la conservation du texte manuscrit » (p. 214). Une formulation lourde qui, de surcroît, n’est pas sans poser un certain nombre de problèmes lorsque, notamment, transposée à la période contemporaine, nous y reviendrons.

Calendrier pour l'année 1932 publié par l'Office national d'hygiène sociale. L'idée de contagion est centrale dans ce document et associe la guerre à un agent pathogène. Musée de Bretagne : 2003.0002.5.
Calendrier pour l’année 1932 publié par l’Office national d’hygiène sociale. L’idée de contagion est centrale dans ce document et associe la guerre à un agent pathogène. Musée de Bretagne : 2003.0002.5.

Les exemples d’application de l’idée de contagion au domaine militaire, et plus globalement des War Studies, pour ce qui concerne la période qui intéresse ce carnet de recherche, ne manquent pas. On pense notamment aux croisements possibles avec l’histoire environnementale et, tout particulièrement, à l’impact en termes de pollution des sols des pratiques guerrières (voir à ce propos les notices « Nucléaire » et « Pollution » p. 257-271)[3]. De même, est-il possible d’assimiler la républicanisation de l’armée que mène la IIIe République à une certaine forme de contagion ?[4] Du point de vue de l’histoire des représentations, pour peu que l’on adopte la position des partis les plus réactionnaires, cela ne fait pas de doute. Mais qu’en est-il sur un plan plus mécanique ? L’autre métaphore pertinente ne serait-elle pas, plutôt, celle de la vaccination, corolaire de la contagion malheureusement indissociable de son strict antonyme, l’anti-vaccination ?[5]

On aurait tort de cantonner une telle interrogation à un simple exercice de style. La notice consacrée à l’antisémitisme, et composée par O. Bortz, rappelle très justement que « l’emploi de la métaphore de la maladie pour parler de l’antisémitisme [est] une façon de recycler les images anti-juives » (p. 45). De surcroît, on ajoutera que la notion de contagion est indissociable d’une connotation négative (p. 17). Or l’histoire en tant que discipline ne s’assimile pas à un bilan comptable empilant les « plus » et les « moins » afin de donner une note globale à un phénomène historique donné. Elle est une pratique basée sur la méthode éponyme – ce que l’on peut résumer par la critique interne et externe des documents d’archives – visant à établir des permanences et des ruptures dans le temps. Pour le dire autrement, raisonner en termes de contagion, c’est de manière plus ou moins subreptice penser en termes de « sain » et de « vicié », ce qui bien entendu n’est pas sans poser un certain nombre de problèmes. Outre d’indispensables questions éthiques, le fait est que l’histoire en tant que discipline ne saurait être assimilée à un jugement de valeur. Là sont donc deux limites évidentes à l’emploi du concept de contagion.

Mais il n’en demeure pas moins que, ces précautions d’emploi formulées, le concept apparaît d’une grande utilité. C’est ainsi que le moral des troupes, notion il est vrai bien problématique, constitue un formidable terrain d’expérimentation pour tester les limites de ce processus[6]. Comment expliquer par exemple que les troupes françaises de la guerre de 1870 ne flanchent pas après Sedan et ne cèdent pas au découragement, parvenant à assurer le renouvellement d’une certaine forme de consentement patriotique mis en évidence par J.-.J Becker et S. Audoin-Rouzeau ?[7] On pense également à la Première Guerre mondiale et plus particulièrement à cette « année trouble » qu’est 1917, entre mutineries consécutives à l’échec de l’offensive Nivelle sur le Chemin des Dames et grèves à l’arrière, éléments formant pour l’historien A. Loez un seul et même mouvement social pour la paix ?[8] Mais alors, comment expliquer cette contagiosité somme toute limitée, le consentement patriotique ayant fléchi, et non rompu ? Semblable question pourrait du reste être formulée, dans un contexte certes complètement différent, à propos de la guerre d’Algérie. L’impératif catégorique que constitue la morale patriotique, et donc le consentement au devoir militaire, agirait-il à la manière d’un anticorps permettant d’expliquer, sur un temps relativement long à l’échelle de la période qui nous intéresse, la permanence des taux d’insoumission observés pendant la Première Guerre mondiale et ce qui était alors qualifié de simples « événements » ?[9]

A Bar-le-Duc, dans le laboratoire de bactériologie de l'hôpital central de contagieux: prélèvement par deux militaires de sang sur un lapin inoculé. La photo est datée du 20 février 1916, soit la veille du déclenchement de la bataille de Verdun. La Contemporaine: VAL 214/130.
A Bar-le-Duc, dans le laboratoire de bactériologie de l’hôpital central de contagieux: prélèvement par deux militaires de sang sur un lapin inoculé. La photo est datée du 20 février 1916, soit la veille du déclenchement de la bataille de Verdun. La Contemporaine: VAL 214/130.

La notion est également utile dans le cadre d’approches plus tactiques, plus centrées sur le combat. Les courbes d’apprentissages désignent le processus vertueux permettant aux troupes de résoudre l’équation tactique du champ de bataille pendant la Première Guerre mondiale. Mais cette dynamique n’est à notre connaissance jamais envisagée sous l’angle de la contamination. C’est pourtant oublier que la notion d’imitation, qui comme le souligne dans ce volume C. Madeira-Santos, est proche de celle de contagion (p. 74-75). Là est d’ailleurs, comme le note Y. Cohen, un parallèle dressé au XIXe siècle par le psychologue social Gabriel Tarde (p. 142), ce qui invite naturellement à interroger la relation d’autorité et, tout particulièrement, le caractère d’exemplarité que se doit d’avoir le chef. Une réalité qui n’est d’ailleurs pas propre aux armées[10]. Mais, comme les courbes d’apprentissage ne sont pas linéaires et s’accompagnent également de mouvements inverses, dits de désapprentissage, comment les intégrer dans ce paradigme médical ?[11] Est-il possible de continuer à filer la métaphore en recourant aux anticorps, aux défenses immunitaires ou encore à la fièvre, ce qui aurait l’inconvénient de concourir à un complet renversement de valeurs ? C’est en définitive la transition, le passage ou non d’un état A à un B, qui intéresse dans ce vocable, les appréciations péjoratives qui y sont associées constituant à l’évidence un frein à son emploi.

Lorsqu’appliqué à un corps social comme un pays, la contagion participe certainement d’une approche trop organiciste pour qu’elle soit complètement opérante. Il n’en demeure pas moins qu’elle est particulièrement stimulante et qu’elle aide à rendre compte de phénomènes excessivement complexes. Tel est ainsi le cas de la réalité que décrit, dans un article récemment publié, l’historien C. Givens à propos des Etats-Unis en 1916[12]. Souhaitant ardemment conserver leur soi-disant isolationnisme – d’où le vote aux élections présidentielles en faveur de Woodrow Wilson, élu sur le slogan « He kept us from war » – les Américains n’en sont pas moins, à l’en croire, plongés dans un climat de guerre bien avant l’entrée formelle du pays dans le conflit en avril 1917. Celui-ci est causé par la situation sur la frontière avec le Mexique, des paniques liées à des rumeurs de débarquement sur les côtes américaines ainsi que des émeutes raciales, soit autant de faits attribués à l’activisme pro-allemand voire allemand-lui-même. Ce, bien entendu, sans oublier un certain nombre d’accidents industriels compris comme autant d’actes de sabotage, et l’on pense notamment à l’explosion du dépôt d’armement de Black Tom, à New York, le 30 juillet 1916. Dès lors, c’est bien de l’existence d’un climat de guerre dans un pays diplomatiquement en paix dont il s’agit, le basculement de l’Oncle Sam dans le conflit pouvant faire penser à un processus de contagion.

Après l'explosion du dépôt de munitions Black Tom en juillet 1916. National Archives at College Park : 165-WW-158A-25.
Après l’explosion du dépôt de munitions Black Tom en juillet 1916. National Archives at College Park : 165-WW-158A-25.

Si une telle image n’a pas beaucoup d’intérêt pour qui réfléchit à la Bretagne, et plus généralement à l’Europe, de 1914, tel n’est en revanche pas le cas quand l’attention se porte sur la Seconde Guerre mondiale. En effet, ce principe de contagion entendu comme le passage d’une culture de paix, culture de la Victoire, du Traité de Versailles et de l’imposition de la grille de lecture clemenciste sur l’échiquier politique international, à une culture de guerre de 1939-1940 dont on sait qu’elle demeure encore très largement indexée sur la séquence 1914-1918[13], mériterait sans doute de plus amples investigations. Tout porte d’ailleurs à croire que les émeutes du 6 février 1934 d’une part, l’arrière-plan constitué par la guerre d’Espagne d’autre part, constitueraient à cet égard de puissants agents pathogènes, si l’on décide de poursuivre le filage de cette métaphore médicale.

Lorsqu’employée à l’échelle d’un individu, et plus spécifiquement encore de ses écrits, la notion – voisine finalement de celle d’extimité forgée par l’historien L. Capdevila – apparaît particulièrement opérante[14]. Réfléchissant à « la ressemblance entre textes comme objet d’histoire », D. Ribard recourt aux idées d’influence et de contagion pour décrire ces formes de quasi-réemploi (p. 199-125). C. Fhima, pour sa part, pose le langage comme étant « la voix d’autrui que l’on fait sienne propre », ce qui participe bien d’un processus contamination (p. 129-130). Et d’ajouter que cette notion, proche de celle de contagion, « constitue l’un des outils d’analyse les plus appropriés pour tenter de saisir comment se fabriquent les identités individuelles et collectives et mesurer, dans un régime de modernité ouvert, le degré de porosité des mondes en présence » (p. 183-194). En d’autres termes, la contagion permet de penser plus aisément le régime de co-production des sources. Mais, et c’est là où la formulation proposée plus haut par la médiéviste M. A. Polo de Beaulieu nous semble problématique, il faut bien avoir en tête que ce processus est la plupart du temps inconscient et se produit à l’insu de la volonté des acteurs (p. 339). C’est bien pour cela qu’il ne peut être question, dans le cadre par exemple de ces lettres de poilus dont on sait qu’elles sont à l’origine d’une ample littérature sur le témoignage en histoire, de « négociations » même si on veut bien admettre, et c’est même là un élément sur lequel il faut particulièrement insister, qu’elles sont « socialement ancrées » (p. 214). C’est pour cela que la métaphore de la contagion nous semble ici particulièrement opérante même s’il conviendrait sans doute de la pondérer suivant les milieux socio-culturels où s’observe le phénomène. Comme souvent en histoire, le singulier s’avère piégeur en ce qu’il est réducteur.

A Demange-aux-Eaux, commune de la Meuse entre Bar-le-Duc et Nancy, rassemblement d'une compagnie de la classe 16 pour la vaccination. La Contemporaine: VAL 222/028.
A Demange-aux-Eaux, commune de la Meuse entre Bar-le-Duc et Nancy, rassemblement d’une compagnie de la classe 16 pour la vaccination. La Contemporaine: VAL 222/028.

Original et exigeant, de surcroît conclu par une brillante et critique postface de l’économiste T. Picketty sur le confinement du printemps 2020 consécutif à la pandémie de Covid-19, ce volume est une indéniable réussite qui donne quelques outils permettant de mieux comprendre le mouvement passif, la transition subie. Car, fondamentalement et en dehors de tout jugement de valeur, c’est bien de cela qu’il s’agit lorsqu’il est question de contagion.


[1] Delaurenti, Béatrice et Le Roux, Thomas, De la Contagion, Paris, Vendémiaire, 2020. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Lire à ce propos Coumert, Magali, « Le Peuplement de l’Armorique : Cornouaille et Domnonée de part et d’autre de la Manche aux premiers siècles du Moyen Âge », in Coumert, Magali et Tétrel, Hélène, Histoire des Bretagnes. Les mythes fondateurs, Brest, Centre de recherche bretonne et celtique / Université de Bretagne occidentale, 2010, p. 15-p. 42.

[3] McNeill, John R., « Les destructions de l’environnement », in Cabanes, Bruno (dir.), Dodman, Thomas, Mazurel, Hervé et Tempest, Gene (coord.), Une histoire de la guerre du XIXe siècle à nos jours, Paris, Seuil, 2018, p. 99-11.

[4] Boniface, Xavier, L’Armée, l’Eglise et la République (1879-1914), Paris, Nouveau Monde Editions / Ministère de la Défense DMPA, 2012.

[5] A ce sujet Salvadori, Françoise et Vignaud, Laurent-Henri, Antivax. La résistance aux vaccins du XVIIIe siècle à nos jours, Paris, Vendémiaire, 2019.

[6] Loez, André, « Pour en finir avec le moral des combattants », in Muracciole, Jean-François et Rousseau, Frédéric (dir), Combats, hommage à Jules Maurin, Paris, Michel Houdiard éditeurs, 2010, p. 106-119.

[7] Becker, Jean-Jacques et Audoin-Rouzeau, Stéphane, La France, la Nation, la Guerre : 1850-1920, Paris, SEDES, 1995.

[8] Barey, Morgane et Bourcart, Jean (dir.), 1917, l’année trouble, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019 ; Loez, André, 14-18. Les refus de la guerre. Une histoire des mutins, Paris, Gallimard, 2010.

[9] Cochet, François, Les Français en guerres de 1897 à nos jours, Paris, Perrin, 2017, p. 77.

[10] Cohen, Yves, Le Siècle des chefs. Une histoire transnationale du commandement et de l’autorité (1890-1940), Paris, Editions Amsterdam, 2013.

[11] Pour de plus amples développements, on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, thèse de doctorat d’histoire sous la direction du professeur Capdevila, Luc, Rennes, Université Rennes 2, 2019.

[12] Givens, Cameron [traduit de l’anglais par Sauvage, Jeanne], « De la Border War à la Première Guerre mondiale. L’ennemi de l’intérieur mexicain au Texas (1915-1918) », 20 & 21. Revue d’histoire, 2020-3, n°147, p. 3-16.

[13] Sur la question se reporter notamment à Bernard, Amaury, Une guerre en suspens, 26 août 1939 – 10 mai 1940. Quand les combattants allemands, britanniques et français attendent, thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Becker, Annette, Nanterre, Université Paris Nanterre, 2019.

[14] Capdevila, Luc, « L’expérience de guerre d’un combattant ordinaire. Une histoire de la souffrance et de la résignation à partir des sources privées (France 1914-1918 », Modern & Contemporary France, Vol 11, n°1, 2003, p. 57-67.


2 réflexions sur « De la contagion comme concept en histoire »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.