Jean Janvier lors de la venue à Rennes du maréchal Foch le 7 juillet 1921 (détail). Musée de Bretagne: 2005.0050.3.

Jean Janvier et l’Armée : la marque de « l’esprit militaire » ?

Les Souvenirs publiés par Jean Janvier sont une source bien connue. Publié par les Presses universitaires de Rennes, ce texte autobiographique de l’emblématique maire du chef-lieu du département d’Ille-et-Vilaine est accessible, gratuitement, depuis le début de l’année 2018, sur le portail OpenEditions Books. Les historiens de la Grande Guerre n’ignorent pas cette archive puisqu’elle donne un intéressant point de vue sur la vie municipale pendant le conflit, dans une ville confrontée à l’afflux de blessés, de réfugiés et de prisonniers ainsi qu’à une inflation galopante. Mais le fait militaire n’est pas présent dans ce récit composé à la première personne que lors de la séquence 1914-1918. Au contraire, l’Armée s’y révèle omniprésente, ce qui n’est pas sans interroger. Dès lors, il nous importera de bien faire la part des choses entre ce qui relève de l’inclination personnelle, puisque Jean Janvier confesse lui-même avoir « l’esprit militaire », et ce qui découle d’un cadre plus général, c’est-à-dire la centralité, y compris en Bretagne mais plus encore à Rennes, de l’institution dans cette France des années 1880-1914.

Les 13 mois que Jean Janvier passe, du 2 août 1914 au 11 septembre 1915, partagé entre sa charge de maire de Rennes et ses responsabilités de commissaire militaire affecté à la gare de cette même ville sont bien connus. Dans un article récemment publié dans Les Annales de Bretagne, l’historien Y. Lagadec remet cette expérience de guerre en perspective en la resituant dans le contexte plus général des gares bretonnes[1]. En tant que maire, l’action de Jean Janvier pendant le conflit est également bien comprise et ce même Y. Lagadec a pu rappeler dans les colonnes de la défunte revue Place publique combien Rennes était alors une ville « supérieurement administrée »[2]. Aussi nous ne nous étendrons pas sur cette période de la vie de ce natif de Saint-Georges-de-Reintembault, petit village de l’arrondissement de Fougères. Tout juste rappellerons-nous que pour le premier édile du chef-lieu du département d’Ille-et-Vilaine, par ailleurs siège de la 10e région militaire, l’Armée est un partenaire incontournable tant l’emprise domaniale de l’institution sur la ville est forte.

Il est d’ailleurs intéressant de remarquer que tout jeune coterie débutant à peine son Tour de France, le plâtrier Jean Janvier trouve rapidement à s’embaucher, en 1875, sur le chantier de la caserne de Guines alors en construction. Il y a là une illustration concrète de l’impact économique de la réforme militaire de 1873 et du vaste mouvement d’érection de casernes qui s’en suit[3]. Sans doute serait-il erroné d’y voir une politique économique de relance par l’intermédiaire d’un programme de grands travaux mais toujours est-il que les effets sont là, ce qui confirme la centralité du fait militaire dans cette France du mitan des années 1870 et plus globalement de la fin du XIXe siècle. De même, lorsqu’en 1884 Jean Janvier revient à Rennes, il trouve rapidement à s’embaucher « à la construction des bâtiments de la Confection militaire » située boulevard de Chézy, près du pont Saint-Martin. Un exemple qui dit encore le poids économique de l’Armée dans une ville de garnison de cette ampleur, dimension qui à n’en pas douter n’est pas étrangère au développement d’une « sensibilité militaire »[4].

Jean Janvier l’illustre du reste parfaitement en montrant que l’on peut éprouver un intérêt pour cette institution tout en étant investi au sein du mouvement ouvrier et social en militant selon toute vraisemblance, à Nantes, au sein de la Société syndicale et philanthropique des plâtriers. Secrétaire adjoint du Comité de grève ayant obtenu en 1876 une augmentation de 0,05 francs, il poursuit son Tour de France jusqu’au 14 novembre 1880, date à laquelle il rejoint le 114e RI pour 5 années de service militaire[5]. Incorporé en tant que soldat de 2e classe, il est rendu à la vie civile le 11 août 1884 muni du grade de sergent. Un parcours tel que celui-ci montre donc que l’on peut être investi au sein du mouvement ouvrier et social tout en s’acquittant de bonne grâce de ses obligations militaires. Certes, il se passe plusieurs années entre la grève à laquelle participe Jean Janvier en 1876 et son incorporation au 114e RI et, à cet âge, les mentalités ont le temps d’évoluer en profondeur. De la même manière, certains pourront voir dans cette trajectoire une des ambiguïtés qui caractérisent les radicaux. Toujours est-il que le futur maire de Rennes est de ces hommes qui, perçus comme étant à gauche par les gens de droite, n’assimile pour autant pas le régiment au « bras armé du capitalisme ».

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Pour autant, bien que confessant disposer de « l’esprit militaire », réalité dont il est par ailleurs difficile de prendre la mesure exacte sauf à considérer qu’elle ne relève pas d’un rejet de l’institution, Jean Janvier sait porter un regard critique sur le temps passé sous les drapeaux. Certes, il mesure lucidement les avantages que lui octroie le galon de laine obtenu à l’issue du peloton des élèves caporaux – « il était infiniment plus agréable d’occuper ce poste que de prendre la garde » – et dit sa fierté de compter parmi les soldats qui participent au défilé du 14 juillet 1881 à Longchamps. Mais il sait aussi décrire dans ses Souvenirs certaines des incohérences de la vie militaire, situations kafkaïennes qui lui valent « deux punitions et quatre jours de consigne » : autant de sanctions qui ne sont pas portées sur sa fiche matricule de recrutement mais qui manifestement le privent de son Certificat de bonne conduite au moment de retrouver la vie civile.

Il y aurait beaucoup à dire sur le service militaire de Jean Janvier. Ayant quitté l’école à 11 ans pour débuter sa vie professionnelle, le natif de Saint-Georges-de-Reintembault dispose à l’évidence lors de son arrivée au 114e RI d’un capital culturel assez restreint, tout du moins non conforme à cette culture dominante et légitime si nécessaire pour « réussir ». On sait néanmoins que la coterie redouble d’efforts pour combler ses lacunes, assistant notamment à de nombreux cours du soir lors de son Tour de France. Dans ce cadre, sa sortie du rang et sa promotion au grade de sergent doit sans doute être perçue d’une manière ambivalente en ce qu’elle est à la fois la reconnaissance des efforts fournis et la consolidation d’une stratégie d’ascension socio-culturelle alliant à l’épée la plume. Rappelons d’ailleurs que celle-ci se poursuit pendant toute la fin du XIXe siècle par un engagement dans la réserve qui lui permet d’intégrer le corps des officiers : versé au recrutement de Rennes en 1886, il effectue plusieurs périodes d’exercices puis est nommé sous-lieutenant en 1891, lieutenant cinq ans plus tard, capitaine en 1903 et enfin chef de bataillon en 1911. Le mémoire de proposition en vue de l’obtention de la Légion d’honneur, document minutieusement rempli par Jean Janvier lui-même et qui témoigne d’un attrait manifeste pour ces vecteurs de capital symbolique que sont les décorations, est à cet égard particulièrement révélateur[6].  Cette ascension s’effectue en parallèle de celle qui l’amène à devenir un chef d’entreprise très influent puis un homme politique en vue, à la tête depuis mai 1908 d’une grande ville. C’est d’ailleurs en conduisant une liste de gauche, cette union des Républicains « des plus avancés aux plus modérés » comme il l’explique lui-même dans ses Souvenirs, qu’il remporte les élections. Or force est de constater que cette étiquette politique n’empêche nullement l’obtention de son quatrième galon, celui-ci semblant arriver suivant un calendrier dont les modalités ne paraissent nullement dépendre du parcours politique de Jean Janvier. Sans doute faut-il voir là d’une part le poids du temps bureaucratique qui caractérise l’armée française de l’époque, d’autre part une preuve supplémentaire de sa profonde républicanisation[7].

Pour qui s’intéresse à la Bretagne et au fait militaire entre 1872 et 1913, ces Souvenirs de Jean Janvier rappellent ce que peut être, pour un homme de cette génération, l’expérience de la guerre[8]. Le titre que le maire de Rennes donne à cette partie de son récit autobiographique – « La campagne de Tunisie » – pourra paraître usurpé, il n’en demeure pas moins que c’est, d’après sa fiche matricule du recrutement, ce séjour africain effectué entre le 31 août 1881 et le 18 février 1883 qui lui octroie la Médaille coloniale avec agrafe « Tunisie ».  Un passage retient tout particulièrement l’attention, celui relatif à la « colonne Corréard » et au soulèvement tunisien de l’été 1881. Il est d’ailleurs assez difficile de faire la part des choses dans ce qu’écrit Jean Janvier. Si l’on veut bien croire que les événements se déclenchent soudainement, on ne manquera pas de souligner combien l’épisode de la soupe sur le feu qu’il faut renverser pour partir sur le champ relève d’un véritable topos de l’écrit combattant : sans doute faut-il ici suspecter un régime de coproduction associant, certes, le maire de Rennes mais également l’ensemble des représentations mentales associées à une guerre qui, alors, s’inscrit dans le mouvement. En effet, il convient de ne pas oublier que ce texte est écrit au début de l’année 1915, soit précisément au moment où le conflit s’enlise au-delà de toutes les prévisions, même les plus pessimistes, ce qui d’ailleurs fait dire à J.-Y. Andrieux et C. Laurent que ces « Souvenirs sont gouvernés par l’obsession lancinante de la Grande Guerre dont Janvier éprouve le poids dans sa vie privée ».

Enveloppe ayant contenu le télégramme de mobilisation envoyé au maire de Rennes, Jean Janvier. Musée de Bretagne: 919.0010.1.
http://www.collections.musee-bretagne.fr/flora_rennes/ark:/83011/003617622/doc/740730/highEnveloppe ayant contenu le télégramme de mobilisation envoyé au maire de Rennes, Jean Janvier. Musée de Bretagne: 919.0010.1.

Toujours est-il que lorsqu’il est rappelé au service du fait de la mobilisation générale en août 1914, le maire de Rennes compte parmi les rares individus – encore plus rares si l’on veut bien se rappeler qu’il n’est pas militaire de carrière mais officier de réserve – à disposer d’une expérience de guerre. Précisons d’ailleurs que celle-ci ne saurait être confondue avec celle du feu, Jean Janvier n’assistant vraisemblablement pas aux combats de la « colonne Corréard » et arrivant manifestement après la bataille. Sa guerre est plus celle d’une troupe d’occupation, pratique dont il explique qu’elle est strictement réglementée. C’est ainsi qu’à propos de Tunis il explique disposer de « vingt-quatre heures de pillage si la ville ne se rendait pas », termes qui peuvent aujourd’hui choquer mais qui n’en contrastent pas moins avec le processus de totalisation de la guerre à l’œuvre dès les premiers jours d’août 1914[9]. Ces fameuses vingt-quatre heures participent en effet, quoi qu’on en dise, d’un contrôle de l’exercice de la violence qui n’a plus cours en Grande Guerre.

Il est néanmoins une constante de l’expérience militaire que mettent bien en exergue ces Souvenirs de Jean Janvier, c’est combien l’armée permet de « voir du pays », ce qui tendrait à la rapprocher d’une certaine forme d’expérience touristique[10]. La manière dont il évoque Carthage et Tunis, mais également dont il fait part de sa déception lorsqu’il apprend qu’il ne partira pas en Egypte, ne laissent à ce propos guère de doute. En d’autres termes, pour la coterie Janvier, le régiment permet de passer du Tour de France au « grand tour », fût-il sous l’uniforme. Notons du reste que pour le futur maire de Rennes, et comme bien des voyageurs du reste, cette expérience touristique est indissociable de celle du « sauvage », dimension qui ici ne peut se comprendre en dehors du prisme colonial. Tel est bien le sens du propos de Jean Janvier lorsqu’il affirme qu’il découvrait alors la Tunisie « dans l’état où était l’Algérie en 1830, c’est-à-dire sans routes et sans moyens rapides de communication ». Ceci mériterait certainement de plus amples investigations mais il est possible que la formation intellectuelle prodiguée par le Compagnonnage, basée notamment sur la Raison, s’accorde bien de l’idée de « mission civilisatrice » dévolue à la France à travers son « œuvre coloniale ». Sans compter que la métaphore de l’édification, qui s’incarne par la construction d’un grand nombre de bâtiments et équipements divers, ne peut que parler à un plâtrier.

En réalité, ce qui se dessine dans ces quelques lignes, c’est le rôle social du militaire, et non plus uniquement de l’officier, dans la société française et impériale d’alors. Ceci nous amène tout naturellement à nous interroger quant à une éventuelle proximité avec Hubert Lyautey. On sait en effet que c’est d’un mot du général commandant alors le 10e corps qu’il apprend sa promotion au grade de commandant, en 1911. Sans doute que la charge de maire de Rennes qu’occupe alors Jean Janvier oblige le futur résident général au Maroc à témoigner certains égards au nouveau promu. Pour autant, il y a là une question qui en creux souligne combien on ignore tout du passage de Lyautey à la tête de la 10e région militaire.

Le départ du général Lyautey pour le Maroc, 7 mai 1912. Gallica / Bibliothèque national de France : département Estampes et photographie, EI-13 (2476).
Le départ du général Lyautey pour le Maroc, 7 mai 1912. Gallica / Bibliothèque national de France : département Estampes et photographie, EI-13 (2476).

Encore une fois, sans doute y a-t-il dans ces liens que Jean Janvier tisse avec l’Armée une part importante d’inclination personnelle. Dans la nécrologie particulièrement douce-amère que lui consacre en octobre 1924 le rédacteur-en-chef de L’Ouest-Eclair, Emmanuel Desgrée du Lou, le maire de Rennes est décrit comme étant « très patriote et même un peu cocardier »[11]. Mais le propre de la micro-histoire est de procéder à la manière d’une biopsie historique pour donner accès, à l’aide d’un échantillon, à une réalité à plus large spectre[12]. Pour le dire autrement, au-delà de ses goûts personnels, la trajectoire de Jean Janvier témoigne de la centralité du fait militaire dans cette Bretagne, et en l’occurrence en la ville de Rennes, du premier quart du XXe siècle. Ainsi, son parcours d’officier de réserve ne constitue nullement une exception dans la vie politique d’alors. L’Ouest-Eclair rapporte ainsi que la liste conduite par Eugène Pinault à l’occasion des municipales de 1908 comporte 4 officiers en retraite, contre seulement un dans celle menée par Jean Janvier[13]. Certes, la sensibilité militaire semble plus partagée à droite qu’à gauche mais, à y regarder de plus près, même la SFIO est liée à l’Armée : en témoignent par exemple les différents candidats investis par le parti dans le Finistère lors des élections législatives de 1910.


[1] Lagadec, Yann, « Observer la guerre depuis la gare : le cas de la Bretagne, région de l’arrière (1914-1921) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, n°127-1, 2020-1, p. 207-227.

[2] Lagadec, Yann, « Une ville supérieurement administrée. Janvier, le maire de la Guerre », Place publique Rennes / Saint-Malo, n°24, juillet-août 2013, p. 73-78.

[3] Chanet, Jean-François, Vers l’armée nouvelle. République conservatrice et réforme militaire 1871-1879, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006.

[4] Maurin, Jules, Armée, guerre, société, soldats languedociens (1889-1919), Paris, Publications de la Sorbonne, 1982, p. 167.

[5] Arch. dép. I&V: 1 R 1589.836.

[6] Arch. nat. : 19800035/0224/29499.

[7] Forcade, Olivier, « Le temps militaire à l’époque contemporaine, pratiques et représentations », Bibliothèque de l’école des Chartres, Tome 157, livraison 2, 1999, p. 479-491 ; Boniface, Xavier, L’Armée, l’Eglise et la République (1879-1914), Paris, Nouveau Monde Editions / Ministère de la Défense DMPA, 2012

[8] Pour un contexte plus général se reporter à Joly, Vincent, Guerres d’Afrique. 130 ans de guerres coloniales. L’expérience française, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009.

[9] Pour de plus amples développements sur ce processus on se permettra de renvoyer à Horne, John (dir.), Vers la guerre totale. Le tournant de 1914-1915, Paris, Tallandier, 2010 et Le Gall, Erwan, Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale (1917-1919), Bruz, Editions CODEX, 2018.

[10] La réalité décrite par Evanno, Yves-Marie et Vincent, Johan, Tourisme et Première Guerre mondiale. Pratique, prospective et mémoire (1914-2014), Ploemeur, Editions CODEX, 2019 n’est donc nullement propre à la Grande Guerre, point qui nécessiterait toutefois de plus amples approfondissements.

[11] « Mort de M. Janvier maire de Rennes », L’Ouest-Eclair, 23e année, n°8078, 27 octobre 1923, p. 4.

[12] Nous empruntons cette expression à Vergnon, Gilles, Un enfant est lynché. L’affaire Gignoux, 1937. Violence et politique dans la France du Front populaire, Paris, Presses universitaires de France, 2018, p. 14.

[13] « Curiosités électorale », L’Ouest-Eclair, 9e année, n°3392, 1er mai 1908, p. 2. Pour le détail « Les Deux listes », L’Ouest-Eclair, 9e année, n°3386, 25 avril 1908, p. 2.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.