1870 : au-delà de l’image d’Epinal ?

Livre protéiforme que cette Guerre de 1870 publiée par F. Henryot et P. Martin chez Maisonneuve & Larose / Hémisphères éditions[1]. A la fois essai sur les sources et récit enlevé de batailles, ce volume offre une présentation accessible au plus grand nombre de ce conflit perdu de vue et dont on commémore actuellement le 150e anniversaire. En cela, il constitue un ouvrage intéressant même si le propos n’est pas sans susciter, et ce de manière fort paradoxale, un certain nombre de réserves d’ordre méthodologique.

La première chose qui saisit le lecteur en découvrant ce livre de F. Henryot et P. Martin est la beauté de l’objet. Certes, la mise en valeur de l’imagerie d’Epinal contribue pour une large part à cette première impression. Le papier généreusement glacé et la mise en page d’une grande sobriété y concourent également grandement. Mais en réalité, c’est bien du savoir-faire des éditions Maisonneuve & Larose / Hémisphères dont il s’agit ici, aptitude à proposer de beaux ouvrages dotés d’une iconographie de haut niveau et servie par des textes offrant une réelle valeur ajoutée. Là était également la formule d’un formidable volume publié en 2018 sous la direction d’E. Cronier, F. Lacombe et E. Larroche par cette même maison, livre présentant l’exceptionnel fond d’archives que sont les dessins produits par les élèves de l’Ecole alsacienne pendant la Première Guerre mondiale[2].

Il y a du reste, outre la forme, un lien direct entre ces deux volumes. En effet, l’un des propos de F. Henryot et P. Martin est de rappeler que « non, le témoignage de guerre n’est pas né en 1914, dans l’ennui des gourbis et des tranchées boueuses où le conflit était venu s’enliser » (p. 9). Au contraire, c’est parce que les soldats de 1870 ont, eux aussi, beaucoup écrit, que les deux auteurs entendent proposer avec ce volume une histoire par le témoignage de guerre (p. 10).

Siège et bombardement de Paris par les Prussiens, image d'Epinal. Musée de Bretagne: 2018.0000.2867.
Siège et bombardement de Paris par les Prussiens, image d’Epinal. Musée de Bretagne: 2018.0000.2867.

On ne peut bien évidemment que souscrire à cette assertion et à la volonté de F. Henryot et P. Martin de tordre le cou d’une idée reçue, celle qui stipule que « l’année terrible » serait aujourd’hui inaccessible faute de témoins. Non seulement ces sources existent mais, comme souvent en histoire contemporaine du reste, c’est bien souvent la profusion qui guette. C’est ainsi que la Bibliographie générale de la guerre de 1870-1871 publiée en 1896 par Barthélémy-Edmond Palat comporte pas moins de 10 000 références ! On pourrait également rappeler, à l’appui des deux auteurs, que la presse de l’époque est pleine de lettres ou d’extraits de lettres qui attendent encore leur historien, ou leur historienne, même s’il s’agit là, à l’évidence, d’un matériau posant de grandes difficultés d’ordre méthodologique. Nous y reviendrons.

De même, il convient d’avoir à l’esprit que si nombreux sont les soldats de la guerre de 1870 à écrire, eux aussi reçoivent du courrier. C’est ainsi par exemple que, dans son édition du 6 décembre 1870, Le Journal d’Ille-et-Vilaine diffuse quelques consignes relatives aux « lettres adressées aux militaires faisant partie d’un corps d’armée en campagne ». Les coordonnées, en effet, doivent être formulés de manière particulière et ne doivent comporter que les indications suivantes : « 1° Les nom et prénoms, 2° Le numéro du régiment, 3° Le numéro de la division, 4° Le numéro du corps d’armée ». Et François-Frédéric Steenackers, le directeur général des télégraphes et des postes, de préciser qu’il « importe surtout que la désignation du corps d’armée termine l’adresse et soit bien indiquée, sans y joindre le lieu du campement qui est essentiellement mobile »[3]. Curieusement, l’idée de conserver un certain secret autour des opérations en cours n’est pas avancée.

C’est sans doute d’ailleurs là que le bas blesse. L’historiographie de la Première Guerre mondiale a disserté jusqu’à plus soif sur les témoignages. On pourrait citer les travaux de Jean Norton Cru bien évidemment mais également convoquer des auteurs comme E. Desbois ou C. Prochasson sur la correspondance[4]. Tous ont souligné les limites de ces sources et mis en évidence le pacte épistolaire qui s’impose aux rédacteurs de lettres. Ce faisant, ces auteurs invitent à un usage raisonné, prudent, de ces archives. Or cette réalité ne se limite bien entendu pas à 1914-1918. Aussi est-ce pourquoi on ne manque pas d’être surpris en parcourant cette histoire de la guerre de 1870 composée à partir d’extraits de lettres.

Trois réflexions viennent dès lors à l’esprit. La première concerne le corpus réuni pour l’occasion (p. 315-328). La plume des témoins n’est en effet jamais neutre et derrière un individu se cache en réalité tout un ensemble de représentations mentales renvoyant à des environnements sociaux-culturels spécifiques. Aussi est-ce pourquoi il importe de puiser dans tous les milieux, ce qui n’est pas tout-à-fait le cas ici. Certes, F. Henryot et P. Martin exhument la correspondance d’Yves-Charles Quentel, un « soldat breton du 67e régiment de ligne qui écrit de nombreuses lettres à sa famille » (p. 325). Mais le fait est que dans ce volume il côtoie un nombre important d’officiers, d’artistes, d’aristocrates et de bourgeois, voir même d’hommes d’Etat (Otto von Bismarck et Guillaume Ier). Certes, les auteurs prennent soin d’intégrer un grand nombre de femmes à leur corpus mais force est toutefois de constater que les lettres employées dans ce volume émanent des couches les plus élevées de la société. Sans en appeler nécessairement à une histoire populaire de 1870, sans doute y a-t-il là un biais assez problématique. Surtout quand le volume entend sonder « les opinions publiques » (p. 59-60) au moment du déclenchement du conflit : un instituteur et un clerc de notaire peuvent-ils être considérés comme représentatifs d’une Nation dont on rappellera qu’elle est alors essentiellement paysanne ?

Image d'Epinal (détail). Musée de Bretagne: 2013.0000.86.
Image d’Epinal (détail). Musée de Bretagne: 2013.0000.86.

Une seconde réflexion consiste à souligner la différence qu’il y a entre une lettre, et a fortiori un extrait de lettre, et une correspondance. Celle-ci est en effet un fil qui ne peut se comprendre que dans un rapport spécifique au temps, celui de l’absence mais aussi des dangers et de l’inquiétude. Si la Grande Guerre s’éternise sur plus de 50 mois, la guerre de 1870 est aussi un conflit qui dure, chose que l’on a trop souvent tendance à oublier. La volonté de la République de continuer le combat au-delà de la bataille de Sedan, à telle enseigne qu’on est en droit de se demander si elle est réellement décisive, vient d’ailleurs compliquer la donne pour les acteurs puisqu’elle éloigne mécaniquement l’horizon d’attente que constitue la paix et le retour au foyer. De plus, il importe de bien faire la part des choses entre la chronologie telle qu’elle survient dans les faits et telle qu’elle est ressentie par les acteurs. C’est d’ailleurs ce que rappellent les auteurs en soulignant que « les nouvelles arrivent tardivement, déformées ; elles ne sont certaines qu’au bout de quelques jours » (p. 177). Dès lors, ne considérer que quelques lignes dans une correspondance qui s’étale sur plusieurs mois, c’est prendre le risque de sélectionner un passage certes frappant, certes efficace d’un point de vue éditorial, mais qui ne traduit pas forcément l’ensemble de l’expérience de guerre. La fatigue, la peur ou le découragement qui peuvent conduire les épistoliers à baisser momentanément la garde et à s’éloigner de la fonction première du courrier de guerre – rassurer le destinataire – peuvent constituer autant de biais de perception.

On devine dès lors, et c’est la troisième réflexion que nous voudrions formuler, combien cette source est en réalité difficile d’emploi. Comment en effet déterminer quand l’auteur d’une lettre censure son propos pour la bonne cause et quand il est complétement sincère ? Question sans réponse que celle-ci et qui, de surcroît, se heurte de front à une autre réalité, celle de la vision extrêmement cloisonnée des hommes sur le champ de bataille. C’est ce que rappelle du reste parfaitement Arthur Bucheron, ou tout du moins son double en écriture, le lieutenant Saint-Genest (p. 13) :

« Il ne faut pas s’y tromper, les batailles, les mouvements de troupes, racontés dans les histoires de guerre, n’ont aucun rapport avec ce qu’on voit. C’est aujourd’hui seulement que je sais les événements heureux ou malheureux, la raison des mouvements, l’enchaînement des faits. En un mot, c’est aujourd’hui seulement que je connais les batailles auxquelles j’ai assisté. Je me demande même où les militaires qui racontent les campagnes puisent leurs renseignements ; à moins de faire partie d’un grand Etat-major, on ne rapporte de la guerre que deux impressions : d’abord qu’on ne sait jamais rien. Ensuite c’est qu’on attend toujours… »

Là est du reste une permanence anthropologique de l’homme en guerre. Dès lors, à partir du moment où les hommes ne voient rien, ou tout du moins pas grand-chose sur le théâtre des opérations, et que leur correspondance constitue une source particulièrement difficile d’emploi, on en vient à sérieusement douter du bien fondé de ce projet éditorial.

Loin des canons d’une histoire culturelle focalisée sur les corps et les affects, cet ouvrage s’apparente par bien des égards à une classique histoire bataille décrivant minutieusement, à l’aide de quelques témoignages choisis, les opérations. On pourra voir là une démarche peu digne d’intérêt et quelque peu périmée, il nous semble au contraire que dans le contexte commémoratif actuel celle-ci est d’une grande utilité. Circonscrire ce volume à cette seule histoire bataille serait en effet injuste puisque, grâce au talent de l’éditeur, le texte entre constamment en résonnance avec les images d’Epinal qui composent l’iconographie mobilisée dans ces pages. Ce faisant, ce sont bien toutes les ambiguïtés de la source épistolaire, mais également de la période considérée, qui se font jour. Ainsi est mise en avant la tendance à ne représenter que rarement les blessés, et encore moins les morts (p. 124). Pour le dire autrement, les combats de Bazeilles tels que mis ici en image n’ont que peu de choses à voir avec le « champ de désastre » que dépeignent les archives (p. 172-173). Si la bataille de Gravelotte frappe assurément les esprits et constitue une source inépuisable d’inspiration pour les imagiers, les points de vue diffèrent suivant les nationalités : autant Français et Allemands puisent dans la veine patriotique et héroïsante, autant les Anglais s’attardent sur les conséquences du combat et le secours aux blessés (p. 146-147). Une remarque qui dit tout l’intérêt d’une histoire transnationale de la guerre de 1870, loin de se limiter à un choc franco-allemand. C’est du reste ce que rappelle l’attention portée à certaines structures philanthropiques venant en aide aux prisonniers, comme le Comité américain de la ville de New York ou la Croix Rouge (p. 271).

Représentation de la bataille de Gravelotte, image d'Epinal. Musée de Bretagne: 2018.0000.2869.
Représentation de la bataille de Gravelotte, image d’Epinal. Musée de Bretagne: 2018.0000.2869.

Non seulement les auteurs insistent sur le caractère irréaliste de la représentation des combats de 1870 à travers les images d’Epinal mais ils montrent combien celles-ci participent d’une réécriture de la campagne[5]. Et d’affirmer, à juste titre du reste, que « en quête de héros, l’imagerie française n’hésite pas à présenter de simples escarmouches comme des batailles » (p. 87). De la même manière, les représentations du maréchal de Mac-Mahon et de sa blessure reçue lors de la bataille de Sedan (p. 167) sont non seulement clémentes mais participent bien souvent d’une certaine forme d’héroïsation : il est vrai qu’entretemps l’intéressé est devenu Président de la République et qu’il paraît difficile d’assoir le régime sur une figure qui ne serait pas exemplaire (p. 163 et 168). A l’inverse, Napoléon III (p. 182-83) et le maréchal Bazaine (p. 278-282) sont systématiquement représentés de manière outrageusement négative. Enfin, jamais les images d’Epinal ne montre ce qui tue le plus lors de ce conflit, à savoir la maladie (p. 225).

En définitive, avec ce beau livre, F. Henryot et P. Martin font œuvre assurément utile en dépit de sérieuses réserves méthodologiques. Si le volume dispose d’évidentes qualités pédagogiques pour le plus large public, le lectorat plus spécialisé trouvera également son compte avec cet ouvrage qui, d’une certaine manière, s’apparente à une utile base de données de témoignages. Car à n’en pas douter, la guerre de 1870 a beaucoup de chose à nous dire, notamment pour qui vient de la Grande Guerre. Les scènes d’alcoolisation massive décrites lors de la déclaration de guerre (p. 69) ne font-elles pas, d’une certaine manière, écho à certaines bacchanales des premiers jours d’août 1914 ? Dans quelle mesure l’imagerie d’Epinal décrivant un départ enthousiaste en campagne lors de l’été 1870 (p. 71) permet-elle qu’émerge la légende de la « fleur au fusil » à propos de l’été 1914 ?[6]

Image d'Epinal représentant le Chant du départ (détail). Musée de Bretagne: 2013.0000.236.
Image d’Epinal représentant le Chant du départ (détail). Musée de Bretagne: 2013.0000.236.

De la même manière, certains passages permettent d’appréhender la montée en puissance du feu (p. 150), et donc son corolaire le vide du champ de bataille, sur un mode complexe associant temps long et perte de mémoire : c’est pour une large part parce qu’on oublie 1870 que 1914 s’apparente à une telle découverte. Enfin, n’y a-t-il pas certaines permanences à débusquer dans ces veillées d’armes où les hommes mettent leurs affaires « en ordre », et écrivent à leurs proches pour à la fois les rassurer mais également pour leur signifier toute leur affection (p. 166) ?


[1] Henryot, Fabienne et Martin, Philippe (avec l’aide de Kopf, Gérard), La Guerre de 1870. Témoignages écrits et imagerie populaire, Paris, Maisonneuve & Larose / Hémisphères éditions, 2020. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Cronier, Emmanuelle, Lacombe, Florence, Larroche, Emmanuelle (dir.), Ecoliers en guerre. 1914-1918. La collection graphique de l’Ecole alsacienne, Paris, Maisonneuve & Larose / Hémisphères éditions, 2018.

[3] « Avis au public », Le Journal d’Ille-et-Vilaine, 41e année, n°164 bis, 6 décembre 1870, p. 1.

[4] Norton Cru, Jean, Témoins : Essai d’analyse et de critique des souvenirs personnels de combattants dits en français de 1915 à 1928, Paris, Les Etincelles, 1929 ; Rousseau, Frédéric, Le Procès des témoins de la Grande Guerre : l’Affaire Norton Cru, Paris, Seuil, 2003 ; Desbois, Evelyne, « Paroles de soldats, entre images et écrits », Mots, 1990, vol 24, n°1, p. 37-53 ; Prochasson, Christophe, 14-18 Retours d’expériences, Paris, Tallandier, 2008.

[5] Pour de plus amples développements sur ce processus qui n’est nullement propre à l’image d’Epinal et à la guerre de 1870 Boltanski, Ariane, Lagadec, Yann et Mercier, Franck (dir.), La Bataille. Du fait d’armes au combat idéologique (XIe-XIXe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015.

[6] Becker, Jean-Jacques, 1914 : Comment les Français sont entrés dans la guerre, Paris, Presses nationales de la Fondation des Sciences politiques, 1977.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.