Lors d'une réunion du CELIB, le 27 octobre 1973 à Pontivy (détail). Arch. dép. I&V: 30 J 376.

Quelle caution gaulliste à la naissance du CELIB ?

Dans l’imaginaire collectif breton, le Comité d’études et de liaison des intérêts bretons (CELIB) tient à n’en pas douter une place à part. Ayant réussi à mettre de côté les clivages partisans, un certain nombre d’élus locaux auraient uni leurs forces pour la Bretagne… tout en cultivant un certain nombre de relations privilégiées avec le pouvoir en place, notamment gaulliste. C’est ainsi par exemple que le géographe et militant socialiste Michel Phlipponneau fustige dès 1964 le poids des gaullistes et des « centristes mous » au sein du CELIB[1]. Or la mémoire n’étant pas l’histoire, l’examen minutieux des archives contribue à forger un récit différent, plus nuancé et d’une certaine manière complexe, que ce que peut bien supposer la vulgate. C’est ce que montre le parcours du Français libre et parlementaire finistérien Joseph Halléguen.

C’est à Quimper, à la veille des fêtes de Cornouailles, que 150 personnes se retrouvent pour donner naissance au CELIB. Résolument volontariste et souhaitant tourner le dos à la culture victimaire qui a pu caractériser une large part du « mouvement breton », cette institution est animée par Joseph Martray et est à l’origine présidée par un personnage aujourd’hui oublié, Joseph Halléguen[2]. Authentique Résistant mais gaulliste pour le moins critique, ce député du Finistère est aujourd’hui sorti des mémoires, occulté par la figure tutélaire de René Pleven[3]. Il est vrai que celui qui est alors Président du Conseil ne tardera pas à devenir l’emblématique président du CELIB tandis que Joseph Halléguen décède prématurément, le 31 janvier 1955.

Né le 2 avril 1916 à Quimper, licencié ès Lettres et diplômé en philosophie, il rejoint la France Libre dès l’été 1940 alors qu’il se trouve au Levant. S’en suit un parcours impressionnant au sein des Forces aériennes françaises libres (FAFL) et plus particulièrement au sein du squadron 342 du groupe de bombardement Lorraine avec lequel il participe à 72 missions. A la Libération, fort de ce véritable capital politique, Joseph Halléguen commence à travailler en tant que chargé de mission auprès de Jacques Soustelle, alors ministre de l’information, puis se lance dans le combat électoral : élu maire de Quimper en 1947, il devient en 1951 conseiller général du Finistère et député, sous l’étiquette du Rassemblement du peuple français (RPF).

En 1948, lors de la visite de Vincent Auriol à Quimper, Joseph Halléguen se trouve à gauche du Président de la République. Crédits: ville de Quimper.
En 1948, lors de la visite de Vincent Auriol à Quimper, Joseph Halléguen se trouve à gauche du Président de la République. Crédits: ville de Quimper.

Mais, malgré cette trajectoire en apparence fluide, le Français libre montre combien peut être difficile la transition entre gaullisme de guerre et gaullisme politique. En ce début des années 1950, l’homme du 18 juin est en pleine traversée du désert, ayant échoué à imposer ses vues institutionnelles malgré l’aura que lui confère la Seconde Guerre mondiale. Il est vrai que Joseph Halléguen fait alors presque figure d’ovni politique puisqu’il est à la fois régionaliste et européen, fait que l’historienne J. Sainclivier qualifie de « très rare à l’époque »[4]. Partisan de la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA) et de la Communauté européenne de défense (CED), il s’inscrit au groupe des Indépendants d’action sociale et républicaine (ARS) lors de la scission du RPF, en 1952. L’année suivante, il publie Aux Quatre vents du Gaullisme, véritable réquisitoire qui se présente comme une « introduction au désordre français » :

« Entre les espoirs de la France occupée et les réalités décevantes de la Libération, il y a un contraste auquel les Français ne se sont jamais résignés. Ce livre est une première réponse à l’interrogation qu’ils formulent plus ou moins consciemment à ce sujet. L’intérêt d’une telle étude est évident.

Cet ouvrage constitue en outre un précédent dont on notera l’importance : l’expérience gaulliste, vue de l’intérieur par un de ceux qui, de la première heure à la plus récente, ont participé à son développement subit un examen sévère des causes d’ordre psychologique et organique qui en ont enrayé l’efficacité. Avec un souci de critique impartiale, qui se retrouve dans des documents remontant à 1941, l’auteur volontaire de juin 1940, passe au crible, dans le mouvement dont il a fait partie, les insuffisances de conception et de méthode qui se sont traduites, à la fin des hostilités et jusqu’à ce jour, par l’incohérence politique dont nous souffrons. »[5]

La charge est particulièrement rude et même si elle est postérieure de 3 ans à la création du CELIB, elle devrait inciter à au moins nuancer la caution gaulliste que peut représenter Joseph Halléguen : gaullisme de guerre, sans aucun doute, gaullisme politique, c’est sans doute aller très vite en besogne. Certes, le maire de Quimper n’est que le président provisoire de cette institution constituée en association loi 1901 le 5 août 1951 et dont les statuts sont officiellement déposés quelques mois plus tard, en octobre[6]. Mais le fait est que le premier président « de plein exercice » est René Pleven, figure majeure de la IVe République dont les rapports avec le général de Gaulle sont à géométrie assez variable[7].

D’ailleurs, à y regarder de plus près, la création du CELIB semble plutôt témoigner de la faiblesse des réseaux issus du gaullisme politique plutôt que de l’attrait engendré par la figure du Général dans la péninsule armoricaine. A l’été 1951, René Pleven est en effet encarté à l’Union démocratique et socialiste de la Résistance (UDSR). S’il est assisté dans ses fonctions par Jospeh Halléguen, dont on vu précédemment qu’il est un gaulliste plutôt distant, il compte également dans son équipe le MRP Paul Ihuel, le socialiste François Tanguy-Prigentferme opposant au retour du Général en 1958 – et le radical André Morice, homme à la trajectoire pour le moins sinueuse[8].

Carte de vœux de Claude Champaud, 1983. Musée de Bretagne: 983.0001.122.
Carte de vœux de Claude Champaud, 1983. Musée de Bretagne: 983.0001.122.

Dans une interview accordée à la fin de sa vie au quotidien 20 Minutes, Claude Champaud dépeint Joseph Halléguen comme un « gaulliste pur jus ». Etrange propos dans la bouche d’un militant du Rassemblement pour la République (RPR )qui, au cours de cet entretien, surjoue à n’en pas douter les liens qui unissent ce pionnier du CELIB au Général. Car comme souvent en gaullisme, il faut bien distinguer ce qui relève de la guerre et du parcours politique du « grand Charles ». Autrement dit, les états de service au sein de la France libre n’équivalent pas nécessairement les rapports avec le patron du RPF.


[1] Marzin, Fabrice, « Le CELIB face aux années 1968 », in Bougeard, Christian, Sainclivier, Jacqueline, Porhel, Vincent et Richard, Gilles (dir.), L’Ouest dans les années 1968, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 161-173.

[2] Sainclivier, Jacqueline, « Du CELIB à la région Bretagne : réussite et limites d’une affirmation identitaire », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, n°111-4, 2004, p. 106-107.

[3] Bougeard, Christian, René Pleven. Un Français libre en politique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, en ligne.

[4] Sainclivier, Jacqueline, « Du CELIB à la région Bretagne… », art. cit., p. 107.

[5] Halléguen, Joseph, Aux Quatre vents du Gaullisme. Introduction au désordre français, Paris, Dervy, 1953 ; « Pourquoi de Gaulle a échoué », La Bourgogne républicaine, 14e année, n°292, 18 décembre 1953, p. 2.

[6] Sainclivier, Jacqueline, « Du CELIB à la région Bretagne… », art. cit., p. 107.

[7] Bougeard, Christian, René Pleven…, op. cit.

[8] Ibid.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.