L'USS Badger dans les années 1930. Wikicommons.

Quand les Américains débarquent à Saint-Nazaire… en 1939

A partir du 3 août 1939, le port de Saint-Nazaire accueille une escadre américaine composée du croiseur de 7 000 tonnes USS Trenton et des torpilleurs de 1 100 tonnes USS Jacob Jones et USS Badger[1]. 20 ans après le départ des derniers Doughboys[2], une telle escale constitue un passionnant objet d’histoire permettant d’appréhender, certes, cet aspect de la mémoire de la Grande Guerre mais aussi quelques-unes des permanences du rapport qu’entretient le port de l’estuaire de la Loire à l’Oncle Sam. Y compris en cet été 1939 pendant lesquels s’amoncellent bien des nuages sombres…

L’arrivée de cette partie de la flotte américaine constitue avant toute chose un véritable spectacle pour la population locale, ce que ne manque pas de relever Le Phare de la Loire : « rien de ce qui touche la marine ne saurait laisser les Nazairiens indifférents, et le spectacle de navires amarrés le long des quais ne leur suffit pas : qu’un navire parte ou arrive, il leur faut voir les manœuvres, il leur faut voir le navire arriver de la haute mer ou s’y engager »[3]. A en croire ce même journal, c’est « par milliers » que les badauds se pressent sur les quais le dimanche 6 août 1939 pour contempler l’escadre[4]. Décrivant minutieusement l’arrivée des trois bâtiments battant pavillon étoilé, le quotidien nantais cherche assurément à proposer à ses lecteurs un contenu attractif. Certes, il y a dans la série d’articles publiés à cette occasion une évidente dimension informative mais on ne saurait également passer sous silence l’aspect sensationnel de cette actualité. Il est vrai que l’arrivée de ces trois navires dans l’estuaire de la Loire motive de nombreuses manifestations dont Le Phare se fait évidemment l’écho. Au spectaculaire s’ajoute notamment le caractère mondain des différentes réceptions officielles données pour l’occasion aux casinos de Pornichet et de La Baule alors que la saison touristique bat son plein[5]. En témoigne par exemple la venue d’Edith Piaf pour le « gala franco-américain » donné à La Baule dans « la soirée et la nuit du 7 au 8 août 1939 », date inscrite « dans les annales de [la] station » et qui confirme « sa renommée d’élégance et d’entrain »[6].

Bien évidemment, la presse accorde une large place aux cérémonies patriotiques organisées pour l’occasion. En effet, 20 à peine après l’Armistice du 11 novembre 1918, l’arrêt devant le monument aux morts et le dépôt de gerbes en hommage aux victimes constitue une étape obligatoire de toute manifestation publique. L’arrivée d’une escadre américaine à Saint-Nazaire en août 1939 ne déroge pas à cette règle mais s’inscrit toutefois dans un contexte local qu’il faut bien avoir en tête : c’est en effet là, dans l’estuaire de la Loire, que débarquent le 26 juin 1917 les premiers éléments du corps expéditionnaire levé par Washington. D’ailleurs, au lendemain de son arrivée à Saint-Nazaire et sitôt l’accueil officiel en l’hôtel Terminus achevé, la « délégation américaine » se rend à 19 heures, et en compagnie des « marins anciens combattants » et de « diverses personnalités », devant les monuments aux morts de la Grande Guerre, de la guerre de 1870 et, enfin, au Monument américain inauguré en 1926[7]. On mesure donc combien le cérémonial, somme toute classique en telles circonstances, se double ici d’une évidente spécificité locale.

Lors de la cérémonie franco-américaine organisée le 4 août 1939 à Saint-Nazaire (détail). Collection particulière.
Lors de la cérémonie franco-américaine organisée le 4 août 1939 à Saint-Nazaire (détail). Collection particulière.

Pourtant, alors que le dispositif déployé en août 1939 fait par bien des égards penser à ce que l’on observe entre 1917 et 1919, force est de constater que la présence américaine dans l’estuaire de la Loire au cours de la Première Guerre mondiale n’est quasiment pas mentionnée par la presse. Certes, dans son édition du 5 août 1939, Le Phare de la Loire explique que les manifestations organisées la veille devant les monuments aux morts ont « retrouvé, par-delà vingt années, cette atmosphère de chaude et cordiale amitié qui fut celle du séjour à Saint-Nazaire, durant la guerre, de toute l’armée américaine ». Mais c’est pour mieux souligner, dans ce même article, le manque de faste de ces mêmes cérémonies patriotiques[8]. Pour autant, on soulignera qu’il s’agit de l’une des très rares évocations explicites de la séquence 1917-1919 que nous avons pu relever dans la presse de l’époque. Or tout porte à croire qu’un tel oubli ne relève sûrement pas du hasard, mais plutôt d’un « passé qui ne passe pas »[9]. Il y aurait du reste lieu de se demander si cet abcès mémoriel n’est pas propre à Saint-Nazaire. En effet, à l’occasion de l’arrivée à Nantes de l’USS Jacob Jones le 12 août 1939, Le Phare de la Loire affirme que la Cité des Ducs a en cette occasion « revécu des heures de sa proche histoire »[10] .

Il faut d’ailleurs bien avouer que cette escale nazairienne ne débute pas de la meilleure manière possible. Comme le 26 juin 1917,L’Ouest-Eclair explique que « la presse n’avait pu annoncer avant ce matin l’heure précise d’arrivée de l’escadre, si bien que les spectateurs étaient relativement peu nombreux sur les bajoyers »[11]. Point de précautions prises ici pour cause de guerre sous-marine à outrance mais une incommunication entre autorités américaines et françaises qui, d’une certaine manière, en dit long sur la nature des relations entre Paris et Washington en cet été 1939. Dès lors, et comme en 1917, on en revient aux discours performatifs sur l’amitié entre Marianne et l’Oncle Sam[12] : un tableau éminemment sympathique mais qui ne corrobore pas les faits. Evoquant lors d’un discours prononcé le 4 aout 1939 « les visites qu’il a eu l’occasion de faire aux arsenaux américains au cours de deux séjours aux Etats-Unis », François Blancho fait assurément figure d’exception puisqu’il est en définitive l’une des rares personnalités présentes lors de ces cérémonies à disposer d’une expérience concrète outre-Atlantique[13].

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Comme en 1917, la mairie et la chambre de commerce sont au premier rang des institutions chargées d’accueillir les Américains, François Blancho remplaçant Louis Brichaux, un socialiste prenant donc le fauteuil d’un radical. Pourtant, si Louis Brichaux tire sa légitimité, en ce qui concerne les questions navales, de son activité de négociant charbonnier[14], secteur impliquant un important commerce avec le Pays de Galles, force est de constater que François Blancho n’est pas non plus un novice en la matière. Sous-secrétaire d’Etat à la marine dans le premier cabinet Blum en juin 1936, il est entre juin 1937 et janvier 1938 Sous-secrétaire d’Etat à la Marine militaire.

Comme pendant la Première Guerre mondiale, le sport est utilisé pour mettre en scène l’amitié franco-américaine. Pourtant, la confrontation athlétique ne doit pas leurrer en ce qu’elle est plutôt un révélateur de ce qui sépare les deux pays, loin de l’image de fusion culturelle fréquemment véhiculée par la vulgate mémorielle[15]. Contrairement à ce qui est trop fréquemment asséné, la Bretagne et la France ne découvrent pas le basketball pendant la Grande Guerre. Mais si la pratique de la balle orange se diffuse dans les années 1920 et 1930, elle demeure reléguée, en termes de popularité, très loin derrière le football et le cyclisme. D’ailleurs, le parc des sports de Saint-Nazaire accueille le 14 août 1939 un match de basket opposant l’Union syndicale ouvrière nazairienne[16] à une « Sélection de l’escadre américaine ». Le Phare de la Loire, qui annonce le match dans son édition du jour, publie l’information dans une rubrique intitulée « balle au panier », ce qui semble en dire long sur la connaissance de ce sport[17]. Précisons du reste que ce journal n’éprouve nullement le besoin d’annoncer le résultat de la rencontre dans son édition du lendemain.

Notons toutefois une différence majeure avec la séquence 1917-1919 : lors de la venue à Saint-Nazaire de cette escadre américaine, il n’est nullement question de jazz.

Comme chacun sait, cette arrivée de l’escadre américaine dans l’embouchure de la Loire intervient dans un contexte particulièrement lourd, notamment sur le plan social. Les espoirs suscités par le Front populaire sont désormais déçus et la presse se fait, çà-et-là, l’écho d’un certain nombre de conflits sociaux qui agitent la région[18]. C’est ainsi que, la veille de l’arrivée de l’escadre américaine dans le port de Saint-Nazaire, les pêcheurs de La Turballe décident de rester à quai pour protester contre l’augmentation du prix de la sardine qui leur était proposée, la ressource étant en effet d’une « grande rareté »[19]. Estimant être en position de force, « ils se refusent à approvisionner les usines si celles-ci ne rajustent pas les prix »[20].

Déchargement du poisson sous les yeux de touristes sur le port de La Turballe, août 1939. Collection particulière.
Déchargement du poisson sous les yeux de touristes sur le port de La Turballe, août 1939. Collection particulière.

Malgré la signature moins d’un an auparavant des accords de Munich, la tension diplomatique est extrêmement vive. C’est ainsi que de nombreux titres de la presse bretonne signalent dans leurs éditions du 3 août 1939 le début des grandes manœuvres italiennes dans la plaine du Pô. La veille, Le Phare de la Loire annonce en première page que « deux nouveaux incidents se produisent à la frontière hungaro-roumaine » et que « pendant leurs vacances, les Ministres britanniques ne quitteront pas l’Angleterre » : un indice qui ne trompe pas. D’ailleurs, ce journal annonce le même jour « la convocation des marins réservistes en Angleterre »[21]. A Brest, La Dépêche n’est pas plus rassurante. C’est en effet la nouvelle que « la flotte de guerre britannique va être dotée de 180 bâtiments auxiliaires nouveaux » qu’annonce en première page le quotidien finistérien[22]. Autant d’éléments qui permettent de comprendre pourquoi le chef de cabinet du préfet de Loire-Inférieure, à l’occasion du grand gala donné à La Baule en l’honneur de l’escadre, « salua les navires américains comme de véritables messagers de la paix »[23]. Dans le discours qu’il prononce le 4 août 1939, le maire François Blancho ne dit d’ailleurs pas autre chose en affirmant qu’il est réconfortant « de savoir que, dans le Nouveau monde, un grand peuple, malgré sa réserve compréhensible, partage les angoisses des démocraties européennes, et encourage leurs efforts quand elles luttent contre la guerre »[24]. Lors de cette même cérémonie, le préfet de Loire-Inférieure n’hésite pas, pour sa part, à évoquer « la guerre larvée qui se déroule »[25].

Dans ce contexte, il n’est pas étonnant que l’arrivée de la flotte américaine à Saint-Nazaire soit relayée dans la presse nationale. Tel est ainsi par exemple le cas du quotidien communiste Ce soir qui, alors qu’il tire à 250 000 exemplaires par jour, publie dans son édition du 7 août 1939 une photographie des « marins américains à Saint-Nazaire ». Mais à bien y regarder de près, ceux-ci ne constituent que la trame de fond du cliché. C’est un drapeau français incliné devant ce que l’on devine être un monument aux morts, selon toute vraisemblance celui inauguré le 10 juillet 1910 et commémorant la guerre de 1870, qui constitue l’essentiel du message[26]. Pour sa part, La République, qui se présente comme étant un « quotidien de combat radical et socialiste », croit bon d’annoncer que l’escadre américaine partira après son escale nazairienne « pour la Méditerranée et séjournera longtemps à Villefranche »[27].

La presse régionale hexagonale est également au diapason et donne aussi un large écho à l’arrivée de la « flotte américaine » dans port de Saint-Nazaire. A Dijon, le Progrès de la Côte d’Or publie en première page de son édition datée du 4 août 1939 un cliché du croiseur USS Trenton pour annoncer l’événement et les « grandes réceptions » qui sont prévue à cette occasion[28]. A Châlons-sur-Saône, Le Courrier de Saône-et-Loire publie une photographie de ce même bâtiment franchissant l’écluse du Petit-Maroc : sans doute y-a-t-il là, outre le désir d’informer, le souhait de proposer une iconographie attrayante, et peut-être même susceptible de déclencher l’acte d’achat[29]. La presse est aussi un marché, réalité qu’il ne faut pas négliger sous peine de biais d’analyse… C’est d’ailleurs cette même photographie que l’on retrouve en première page du Petit Parisien le 4 août 1939, journal qui se targue alors d’être « le plus lu du monde entier »[30]. Pour l’occasion les moyens les plus modernes sont employés et c’est par « téléphoto » de Nantes à Paris qu’est transmis le cliché publié par Le Figaro dans son édition du même jour[31].

Le croiseur USS Trenton, à quai, le 29 septembre 1924, 15 ans donc avant son escale à Saint-Nazaire. Wikicommons.
Le croiseur USS Trenton, à quai, le 29 septembre 1924, 15 ans donc avant son escale à Saint-Nazaire. Wikicommons.

Ces dispositifs technologiques sont essentiels car ils révèlent combien cette amitié franco-américaine est, encore une fois, à sens unique. En effet, comme pendant la Première Guerre mondiale, si Saint-Nazaire espère énormément de l’Oncle Sam, la réciproque n’est nullement vraie. En témoigne la recherche par reconnaissance optique de caractères dans la presse américaine consultable en ligne sur le site de la Librairie du Congrès : nul titre n’évoque l’escale qu’effectue dans l’estuaire de la Loire cette escadre de l’US Navy.

Et pour cause ! Comme en 1917, ces festivités franco-américaines trahissent certaines arrière-pensées en ce qui concerne les décideurs nazairiens. Et c’est du reste ce qui permet de suggérer une mémoire spécifiquement nazairienne par rapport à ce que l’on peut observer, par exemple, à Nantes. C’est ainsi que Ce Soir, dans son édition du 3 août 1939, se demande : « la ligne commerciale aérienne sans escale France-Etats-Unis aboutira-t-elle à Saint-Nazaire ? » Et de publier à l’appui de cette question une photographie de l’hydravion américain Transatlantic tout juste posé sur « le plan d’eau de Saint-Nazaire »[32]. Détaillant en pages intérieures l’information, le journal communiste montre combien les projets économiques restés lettres mortes de la Première Guerre mondiale demeurent solidement ancrés dans les consciences. En effet, là encore, il s’agit de faire du port de l’estuaire de la Loire la « tête de ligne des services commerciaux sans escale France-Etats-Unis »[33]. L’hydravion a remplacé le navire mais la liaison transatlantique, elle, demeure. On retrouve cette même tonalité dans les colonnes de La Journée industrielle, publication économique destinée pour l’essentiel à un public de chefs d’entreprise et de rentiers, et qui, dans son édition du 13 août 1939, affirme que « Les Etats-Unis vont s’efforcer de développer le trafic aérien transatlantique ». Sur la foi d’un accord signé le 8 août 1939 entre Paris et Washington, ce journal semble se réjouir des perspectives permises par « cette porte ouverte sur l’Atlantique ». Mais s’il évoque tout naturellement les possibilités offertes par le site de Saint-Nazaire, ce titre insiste également lourdement sur les avantages de l’ensemble Bordeaux-Mérignac. Ce faisant, il semble retisser les contours de la concurrence que l’on observe au printemps 1917 entre les différents ports de l’Atlantique pour l’accueil du corps expéditionnaire américain[34]. Il est à cet égard intéressant de noter que l’hydravion Transtlantic ne reste que quelques heures en Bretagne : posé 12h15 sur le plan d’eau de Saint-Nazaire, il décolle à 16h25 pour Biscarrosse, c’est-à-dire à moins de 100 kilomètres de Bordeaux[35].

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Comme s’il était échaudé par le souvenir de la perspective d’un « âge d’or » américain non avenu lors de la Grande Guerre, Le Phare de la Loire est pour sa part plus réservé. En témoigne la formulation employée dans l’édition du 3 août 1939 : « Saint-Nazaire deviendra-t-il quand même tête de ligne aérienne transatlantique ? » Et le journaliste J. Le Duigou de non seulement laisser éclater toute son amertume mais, par la même occasion, de révéler la concurrence féroce qui oppose le port de l’estuaire de la Loire à Biscarosse :

« Un plan d’eau naturellement impeccable, aussi étendu que tranquille, une usine d’aviation au bord de cette hydrobase – un aérodrome terrestre – alors en projet, actuellement en cours de réalisation – longeant de même ce plan d’eau, la plus faible distance en direction de New-York[36], des moyens de communication ferroviaires, routiers, aériens aussi rapides que nombreux vers Paris et le continent…

Mais il apparaît que, dans de telles réalisations, les qualités techniques ne suffisent pas.

Disons seulement que Saint-Nazaire n’eut pas, il y a trois ans, l’oreille du Ministre de l’Air.

Et l’on créa, à grands coups de millions, la nase de Biscarosse, dont l’idéal plan d’eau ne compense malheureusement pas l’isolement complet de ce coin perdu dans la forêt landaise. »[37]

Ministre de l’Air qui était alors Pierre Cot ce qui, compte tenu du positionnement idéologique du Phare de la Loire n’exclut pas un règlement de compte politique sur fond d’inventaire du Front populaire. Mais de cela, bien entendu, il n’est nullement question lorsque l’escadre américaine quitte le port de Saint-Nazaire, le 19 août 1939[38].


[1] « Saint-Nazaire reçoit la visite de l’escadre américaine », Le Phare de la Loire, 125e année, n°42 121, 3 août 1939, p. 4.

[2] Pour de plus amples développements on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale (1917-1919), Bruz, Editions CODEX, 2018.

[3] « Les marins de l’escadre américain sont nos hôtes depuis hier matin », Le Phare de la Loire, 125e année, n°42122, 4 août 1939, p. 5.

[4] « Hydravions américains dans les eaux nazairiennes », Le Phare de la Loire, 125e année, n°42 127, 9 août 1939, p. 4.

[5] « Les réceptions en l’honneur des marins américains se sont poursuivies hier à Pornichet et à La Baule », Le Phare de la Loire, 125e année, n°42 124, 6 août 1939, p. 4.

[6] « Le Gala franco-américain dut un succès sans précédent », Le Phare de la Loire, 125e année, n°42 127, 9 août 1939, p. 4.

[7] « Les réceptions en l’honneur des marins américains… », op. cit.

[8] « C’est au pied des Monuments aux Morts français et américains que se sont déroulées les premières cérémonies en l’honneur de l’escadre américaine », Le Phare de la Loire, 125e année, n°42123, 5 août 1939, p. 5.

[9] Conan, Eric et Rousso, Henry, Vichy. Un passé qui ne passe pas, Paris, Fayard, 1994.

[10] « En fêtant le Jacob-Jones, Nantes a revécu des heures de sa proche histoire, Le Phare de la Loire, 125e année, n°42 131, 13 août 1939, p. 3-4. Même chose en ce qui concerne Le Croisic : « La réception des officiers de l’escadre américaine », Le Phare de la Loire, 125e année, n°42 132, 14 août 1939, p. 5.

[11] « Un croiseur et deux torpilleurs américains sont arrivés hier matin à Saint-Nazaire », L’Ouest-Eclair, 41e année, n°15 506, 4 août 1939, p. 5.

[12] Pour de plus amples développements on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, Saint-Nazaire, les Américains…, op. cit.

[13] « C’est au pied des Monuments aux Morts français et américains… », art. cit.

[14] Pour de plus amples développements on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, Saint-Nazaire, les Américains…, op. cit.

[15] Pour de plus amples développements on se permettra de renvoyer à Ibid., p. 139-164.

[16] On profitera de l’occasion pour souligner combien le nom de cette équipe invite à nuancer l’image d’un basketball qui serait un sport de patros, pratique exclusive des catholiques par rapport au rugby nécessairement socialiste et athée.

[17] « Balle au panier », Le Phare de la Loire, 125e année, n°42132, 14 août 1939, p. 7.

[18] Sur la séquence 1936-1938 en Bretagne se reporter notamment à Le Gall, Erwan et Prigent, François (dir.), C’était 1936. Le Front populaire vu de Bretagne, Rennes, Editions Goater, 2016 et Sénéchal, Jean-Paul, Finistère du Front populaire, lutte pour l’hégémonie et logique de blocs, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

[19] « Un Conflit sardinier à Saint-Nazaire », La France de Bordeaux et du Sud-Ouest, 53e année, 4 août 1939, p. 3.

[20] « Les sardiniers de la côte turballaise n’ont pas pris la mer, hier », Le Phare de la Loire, 125e année, n°42 123, 5 août 1939, p. 5.

[21] Le Phare de la Loire, 125e année, n°42120, 2 août 1939, p. 1.

[22] « La Flotte de guerre britannique va être dotée de 180 bâtiments auxiliaires nouveaux », La Dépêche de Brest, 53e année, n°10 207, 3 août 1939, p. 1.

[23] « Le Séjour en France d’une division navale américaine », Le Temps, 79e année, n°28453, 9 août 1939, p. 3.

[24] « C’est au pied des Monuments aux Morts français et américains… », art. cit.

[25] Ibid.

[26] « Les Marins américains à Saint-Nazaire », Ce Soir, 3e année, n°887, 7 août 1939, p. 6.

[27] « Une escadre américaine est arrivée à Saint-Nazaire », La République, 11e année, n°3101, 4 août 1939, p. 2.

[28] « L’Escadre américaine à Saint-Nazaire », Le Progrès de la Côte d’Or, 71e année, n°217, 4 août 1939, p. 1.

[29] « L’Escadre américaine à Saint-Nazaire », Le Courrier de Saône-et-Loire, 109e année, n°32 768, 4 août 1939, p. 1.

[30] « Une Escadre américaine à Saint-Nazaire », Le Petit Parisien, 64e année, n°22801, 4 août 1939, p. 1

[31] « L’Escadre américaine à Saint-Nazaire »,  Le Figaro, 114e année, 4 août 1939, n°216, p. 5.

[32] « La Ligne commerciale aérienne sans escale France-Etats-Unis aboutira-t-elle à Saint-Nazaire ? », Ce Soir, 3e année, n°863, 3 août 1939, p. 1.

[33] « La Ligne commerciale aérienne sans escale France-Etats-Unis aboutira-t-elle à Saint-Nazaire ? », Ce Soir, 3e année, n°863, 3 août 1939, p. 3.

[34] « Les Etats-Unis vont s’efforcer de développer le trafic aérien transatlantique », La Journée industrielle, 22e année, 13-16 août 1939.

[35] « Les Liaisons aériennes transatlantiques », Le Temps, 79e année, n°18447, 3 août 1939, p. 5.

[36] On notera que déjà utilisé lors de la Grande Guerre, cet argument fait ici fi de Brest. Dans l’article référencé dans la note suivante, l’auteur écrit cependant : « Les Américains avaient d’abord pensé à Brest. Mais le caractère militaire du port était un obstacle s’opposant à une telle réalisation ».

[37] Le Guigou, J, « Saint-Nazaire deviendra-t-il quand même tête de ligne aérienne transatlantique ? », Le Phare de la Loire, 125e année, n°42120, 2 août 1939, p. 4. Dans ce même article l’auteur écrit à propos du Transatlantic : « Aux Nazairiens, c’est une grande espérance qu’il laisse ».

[38] « Les Marins américains sont partis », Le Phare de la Loire, 125e année, n°42 137, 19 août 1939, p. 5.


1 réflexion sur « Quand les Américains débarquent à Saint-Nazaire… en 1939 »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.