Un dossier encore en instruction : les monuments aux morts de la Grande Guerre

Lorsque les historiens professionnels et amateurs ont, pour ce que je peux savoir à l’échelle de la Bretagne, commencé à réfléchir au début des années 2010 au centenaire de la Première Guerre mondiale, l’approche par les monuments aux morts est apparue quasi immédiatement comme évidente : non seulement ces édifices symbolisent le conflit mais ils constituent un objet d’histoire souvent jugé, et à tort du reste, assez facile d’accès. Pourtant, si la séquence 2014-2018 a vu la publication d’un nombre impressionnant de travaux, universitaires ou non, et de monographies locales, ce sont avant tout les correspondances de poilus, les fiches de morts pour la France et les fiches matriculaires du recrutement qui ont servi de matériau de base. En conséquence, les monuments aux morts n’ont pas bénéficié de l’attention à laquelle on aurait pu s’attendre à l’occasion de ce centenaire. D’où l’intérêt de l’excellent volume que publie aux éditions A l’ombre des mots Y. Lagadec, enquête fouillée et minutieuse portant sur le département des Côtes d’Armor[1].

Mais avant d’entrer dans le détail de ce beau livre, bénéficiant d’une mise en page soignée sur papier finement glacé, le tout pour un prix abordable (moins de 30 €), il faut dire quelques mots de la démarche de l’auteur. A la base de cette enquête se trouve en effet un projet tutoré mené par ce maître de conférences avec les étudiants de la licence professionnelle « Tourisme et marketing territorial et patrimonial » de l’antenne briochine de l’université Rennes 2, sise au campus Mazier. Celui-ci a abouti à une exposition présentée au Musée de la Résistance en Argoat à l’Etang-Neuf et dont cet ouvrage constitue, en quelque sorte, à la fois le catalogue et le prolongement (p. 7).

Ceci énoncé, il faut également préciser les attendus méthodologiques qui guident ce travail de Y. Lagadec. En effet, l’intention du volume est avant tout de « rendre accessible au plus grand nombre la connaissance de ces monuments » (p. 20). Il en résulte une large place accordée à l’iconographie, un texte clair et concis servi par un appareil critique réduit au strict nécessaire et entrecoupé d’encarts fort bienvenus. Mais rien ne serait plus éloigné de la réalité que de cantonner cette enquête à un exercice d’histoire « locale », comme si ce qualificatif était par ailleurs infamant. En effet, la variation des échelles et la confrontation avec les réalités pouvant prévaloir dans d’autres espaces, tant voisins des Côtes d’Armor qu’éloignés de ce département, sont au cœur d’une « démarche qui, sans être comparatiste au sens strict du terme ,» met en perspective les résultats de l’enquête avec ce qui a pu être souligné ailleurs (p. 17).

Richement illustré, le livre se décompose en sept chapitres reprenant chacune des étapes de la conception puis de la réalisation d’un monument aux morts. Le lecteur est ainsi plongé dans la réalité technique, concrète, de l’édification de ces lieux de mémoire : la prise de décision au départ du projet, les mécanismes de financement, l’établissement de la liste des noms devant figurer sur l’édifice, le choix de l’artiste, la dimension bretonne et enfin l’inauguration. Une dernière partie, très neuve, se focalise sur le destin de ces monuments aux morts pendant la Seconde Guerre mondiale. On le voit, avec un tel programme, Yann Lagadec ne se limite pas à un vaste panorama des représentations – plus ou moins catholiques, plus ou moins bretonnes, plus ou moins patriotiques ou pacifistes – véhiculées par ces lieux de mémoire. Il s’agit au contraire de dépasser le stade de l’histoire de l’art pour interroger les pratiques. C’est ainsi que les monuments aux morts des Côtes d’Armor sont toujours replacés dans l’éventail beaucoup plus vaste des manifestations du deuil engendrés par la Grande Guerre, tout particulièrement les monuments paroissiaux mais aussi les vitraux, les bannières ou encore les livres d’or (p. 21, 95). Une multiplicité des supports qui n’est d’ailleurs pas sans imbrications puisqu’avant d’être de pierre, les monuments aux morts sont avant tout de papier : listes obituaires mais aussi esquisses des architectes et des sculpteurs (p. 24).

L'inauguration du monument aux morts de Rostrenen le 30 janvier 1921, avec la présence de fantassins du 48e RI. Photographie Roger Gouriou. Musée de Bretagne: 986.0001.193.
L’inauguration du monument aux morts de Rostrenen le 30 janvier 1921, avec la présence de fantassins du 48e RI. Photographie Roger Gouriou. Musée de Bretagne: 986.0001.193.

Entreprise passionnante donc que celle menée avec cet ouvrage et qui rappelle, par la même occasion, que le dossier des monuments aux morts de la Grande Guerre est loin d’être clos tant les questions restant en suspends sont nombreuses. Tel est ainsi le cas du volet économique de cette histoire. Y. Lagadec souligne ainsi la forte pression – populaire, civique, morale mais peut-être aussi électorale – qui pousse les communes à se doter d’un monument aux morts. Or celle-ci n’est pas pour faire diminuer les prix et l’auteur d’évoquer les cas de Plerneuf, La Méaugon ou de Plédéliac, communes visiblement victimes de pratiques tarifaires suspectes : « de là à conclure que certains entrepreneurs, carriers ou sculpteurs, aient profité de la situation des années 1919-1924 et notamment de la forte demande pour pratiquer des prix exagérés… » (p. 52). A propos des monuments de Dinan, Guingamp ou encore Lannion, Y. Lagadec est encore plus explicite et explique qu’il « n’est pas impossible d’ailleurs que certains sculpteurs aient profité de la demande accrue pour imposer des prix qui leurs soient plus favorables ». Et de citer le monument de Plémet, identique à celui Merdrignac, et pourtant vendu plus de 9 000 francs plus cher (p. 66-67). Dans ce cadre, la « bretonnité » d’un artiste ou l’emploi de matériaux locaux – on pense bien évidemment au granit – peuvent constituer des arguments que l’on n’hésite pas à mettre en avant, afin de rafler un marché (p. 157, 169). Mais dans le même temps, et ce de manière assez paradoxale, force est de constater qu’en toute logique cette frénésie commémorative se concrétisant en une multitude de commandes plus ou moins simultanées ne contribue pas à faire baisser les prix. Or c’est justement ce qui aurait dû se produire. C’est en effet une chose que l’on a tendance à oublier mais, en ce début des années 1920, les acteurs du marché sont nombreux : artistes réputés au rayonnement régional ou national mais également sculpteurs, carriers et tailleurs de pierre locaux qui peuvent aussi satisfaire à la demande… et donc contribuer à une certaine diminution des prix. Sans compter les entreprises qui diffusent les monuments sur catalogue, à une échelle standardisée et industrielle.

Bien évidemment, de multiples facteurs peuvent expliquer ces différences, qu’il s’agisse de la taille de la commune, et donc de ses capacités financières réelles ou supposées, ou de la renommée de l’artiste sollicité. Sans compter la perspective diachronique, sans doute essentielle ici. Pour autant, on mesurera combien établir une cartographie fine de cette économie du monument aux morts, travail permettant de mieux cerner cet aspect du phénomène, est chose éminemment délicate.

C’est pourtant un chantier qu’il nous semble nécessaire de conduire. En effet, ce que montre fondamentalement l’ouvrage de Y. Lagadec, c’est combien certains acteurs sont beaucoup moins écrasés que ce que l’on veut bien souvent croire – conséquence de la mémoire oblige – par le poids de la guerre[2]. On a vu précédemment le cas des entrepreneurs du souvenir, prêts à transformer le chagrin en opportunité commerciale. Mais qu’en est-il de ces souscripteurs qui s’empressent d’adresser de « généreux » dons pour l’édification de tel ou tel lieu de mémoire et dont le nom est reproduit dans la presse selon un ordre qui respecte une stricte hiérarchie sociale, comme à Lannion par exemple : d’abord le sous-préfet, puis le maire, le président du tribunal, le curé, l’ensemble du conseil municipal puis les notables de la commune ? (p. 71). S’ils souscrivent à un monument, ces individus affichent aussi leur adhésion au culte des morts et, par extension, à la religion de la patrie. Ce faisant, ils s’insèrent dans une économie symbolique dont les tenants et aboutissants restent encore à explorer. En effet, et Y. Lagadec a parfaitement raison de le souligner, c’est bien de « contrainte sociale » dont il s’agit ici (p. 77).

Il y aurait également lieu de s’interroger sur le déroulement des cérémonies organisées autour de ces monuments aux morts. Y. Lagadec n’a bien évidemment pas tort d’affirmer qu’avec ces édifices nait un nouveau rite (p. 208). Pour autant, et ce de manière assez paradoxale du reste, ceci ne signifie pas que cette véritable liturgie patriotique est sans racines, sans prémices. Là encore, la génération spontanée n’existe pas et l’auteur s’étonne de la manière dont l’instituteur de Pleudaniel organise, à l’occasion de la fausse nouvelle de l’Armistice parvenue dans ce village le 8 novembre 1918, une cérémonie avec dépôt de gerbe et hommage au drapeau devant le monument installé dès le printemps 1917 dans cette petite commune du Trégor (p. 31). Avant même Rethondes le cérémonial est établi, pour ne pas dire figé. Sans doute faut-il rechercher ici les conséquences de pratiques héritées des années 1880-1910, manifestations dont le cérémonial emprunte sans doute autant à la mémoire de la guerre de 1870-1871 qu’au rituel militaire et républicain. C’est d’ailleurs bien ce que suggère l’attention portée, à juste titre du reste, par l’auteur aux banquets accompagnant les inaugurations de monuments aux morts puis, à chaque 11 novembre, les commémorations de l’Armistice (p. 225).

Le monument aux morts de Plésidy, carte postale. Musée de Bretagne: 991.0001.1.
Le monument aux morts de Plésidy, carte postale. Musée de Bretagne: 991.0001.1.

Mais il y a probablement d’autres logiques qui, pour être exceptionnellement à l’œuvre, n’en sont pas moins des plus révélatrices quant au poids du deuil et de la morale patriotique dans cette Bretagne, et sans doute dans cette France, du début des années 1920. C’est ainsi par exemple qu’à Paimpol l’inauguration du monument aux morts a lieu le 13 novembre 1921. A cette occasion, le propriétaire d’un des hôtels de ce célèbre port armant à la Grande pêche donne un bal dans son établissement, tout en s’empressant de préciser que « le montant de la recette sera versé par lui à la caisse du Monument aux morts pour la Patrie » (p. 55). Là n’est d’ailleurs pas un cas unique et Y. Lagadec de préciser qu’à « l’instar des concerts patriotiques organisés à Saint-Cast, auprès du public de villégiateurs aisés qui, dès 1919, revient fréquenter les plages, le casino et les hôtels, fêtes et kermesses permettent de réunir de précieux fonds » (p. 74).

Comment ne pas voir dans ces quelques exemples la marque d’un accommodement plus ou moins réussi entre, d’une part, la volonté de s’amuser, de faire la fête, de décompresser, souhait d’autant plus fort qu’il intervient après des années de souffrance et d’angoisse, et d’autre part la nécessaire décence qu’impose le respect dû aux morts ? Ajoutons d’ailleurs que ce début des années 1920 ne constitue probablement pas une rupture mais au contraire le prolongement d’une situation ayant déjà cours pendant le conflit. Nous avons ainsi pu montrer en d’autres pages combien à partir de l’été 1916 la vie balnéaire reprend à Saint-Malo, l’économie de la villégiature parvenant à concilier le besoin de loisirs aux exigences de la morale d’alors en faisant en sorte notamment que les concerts soient donnés au profit des blessés, des prisonniers ou encore des réfugiés. C’est ainsi que pour rester acceptables, les concours de châteaux de sable organisés sur la grande plage du Sillon s’emparent de motifs patriotiques telles que Croix de guerre, sous-marins, reproductions de tranchées ou portraits nécessairement hideux de « Boches »[3].

Enfin, sans doute y-a-t-il matière, après avoir lu ce livre, à s’interroger sur le poids politique de ces monuments aux morts de la Grande Guerre. Dans un premier temps, et d’une manière très bienvenue du reste, Y. Lagadec invite à nuancer leur dimension idéologique en rappelant que leur emplacement est avant tout une question d’urbanisme et que si l’emplacement dans le cimetière, face à l’église ou à la mairie est effectivement significatif, dans beaucoup de communes on a avant tout agi en fonction du terrain disponible (p. 59). A Guingamp, par exemple, on opte dans un premier temps pour un monument au sein de la chapelle désaffectée de l’hôpital avant de se raviser, du fait des protestions des habitants, et de choisir la place du Vally (p. 62-63), là où précisément jouait avant-guerre la musique du 48e RI lors des célébrations du 14 juillet. De la même manière, si la statuaire est bien évidemment riche de sens, il convient de ne pas oublier que les obélisques ont l’avantage de se prêter aisément « aux longues énumérations des noms des morts, plusieurs dizaines en général, 150, 200, 250 parfois dans certaines grosses communes rurales » (p. 121). Sans compter leur prix, nécessairement moins important…

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Mais il y aurait également moyen d’aller plus loin en interrogeant non plus le poids politique du monument mais son usage. Pourquoi est-ce qu’Yves Le Trocquer compte parmi les hommes politiques que l’on voit dans ce département, mais également ailleurs comme à Montfort-sur-Meu en Ille-et-Vilaine, inaugurer le plus de monuments aux morts ? (p. 211) Certes, ses fonctions ministérielles lui confèrent une visibilité accrue et permettent de donner du relief à cette journée préparée depuis de longs mois par la commune hôte. Pour autant, à en croire Y. Lagadec, il semble que des parlementaires tels que Victor Le Guen ou Henri Avril, régulièrement sollicités pour inaugurer ces lieux de mémoire, fassent figure d’exception. Est-ce à dire que leurs collègues députés et sénateurs des Côtes-du-Nord n’ont pas encore perçu le capital politique que constitue alors le souvenir ? C’est là chose qui me paraît fort peu probable mais qui nécessiterait toutefois un plus ample examen. Preuve s’il en est que le dossier des monuments aux morts est loin d’être refermé mais que la poursuite de cette instruction ne pourra faire l’économie de cet ouvrage de Y. Lagadec.


[1] Lagadec, Yann, Faire son deuil, construire les mémoires. Les monuments aux morts de la Grande Guerre dans les Côtes d’Armor (1914-2020), Pabu, A l’ombre des mots, 2020. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Fouchard, Dominique, Le poids de la guerre. Les poilus et leur famille après 1918, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.

[3] Le Gall, Erwan, « S’accommoder de la Grande Guerre ? Quelques réflexions à propos du tourisme à Saint-Malo en 1914-1918 », in Evanno, Yves-Marie et Vincent, Johan (dir.), Tourisme et Grande Guerre. Voyage(s) sur un front historique méconnu (1914-2019), Ploemeur, Editions CODEX, 2019, p. 155-168.


4 réflexions sur « Un dossier encore en instruction : les monuments aux morts de la Grande Guerre »

  1. Je n’ai pas eu l’ouvrage entre les mains mais uniquement des articles de presse…Je suis étonné du peu de place (ou pas du tout) accordé au Monument aux Morts de Tréguier; monument très spécial (une bretonne en costume de deuil , La Pleureuse, ou Douleur) qui apporte un message de paix , d’antimilitarisme, un message politique au pays d’Ernest Renan. En outre, la réalisation est très sobre et de grande qualité artistique… Je suis étonné aussi qu’il a été évité dans le circuit des monuments remarquables au musée.
    Jean-Michel Huon
    Ancien Premier Adjoint de Tréguier
    Ancien Professeur d’histoire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.