Le général de Gaulle faisant le V de la victoire, carte postale (détail). Collection particulière.

1946 : quand Charles de Gaulle fait sa rentrée politique à l’île de Sein

Charles de Gaulle n’est assurément pas un Français comme les autres. Néanmoins, comme tous les hommes politiques, il effectue tous les ans sa « rentrée politique ». Il s’agit là d’un exercice délicat et peu codifié destiné à mettre fin au silence médiatique des deux mois d’été pour créer une vertueuse dynamique journalistique censée attirer à soi, en dernier ressort, les intentions de vote. Et en 1946, c’est à l’île de Sein que Charles de Gaulle décide d’effectuer sa rentrée politique. C’est donc un moment important pour celui qui, bien qu’auréolé de son statut d’homme du 18 juin et de restaurateur de l’honneur de la France, a échoué à imposer ses vues institutionnelles et a été obligé de tenter un redoutable coup de poker quelques mois plus tôt en quittant la tête du Gouvernement provisoire de la République française (GPRF), le 20 janvier 1946. Comme en 1940 donc, la reconquête de Paris démarre à l’île de Sein. Pourtant, rien ne va se passer comme prévu. C’est du reste ce qui permet à l’historien de rappeler que si les liens du Général avec la Bretagne sont forts, ils ne sont pas nécessairement ceux, complaisamment relayés par la presse d’alors et entretenus par Charles de Gaulle lui-même, que relaye la vulgate mémorielle.

En examinant le traitement effectué par la presse de la venue de Charles de Gaulle sur l’île de Sein, on est frappé de constater combien la mystique gaullienne de la France libre est déjà irrémédiablement associée à ce caillou perdu en mer d’Iroise alors qu’on sait bien, et cela a été rappelé sur ce carnet de recherches, que l’histoire est plus complexe que la mémoire qui en résulte.C’est là un point qu’il faut avoir en tête car ce déplacement s’inscrit dans un contexte très particulier dans l’histoire du gaullisme. Non seulement c’est la mue définitive du gaullisme de guerre au gaullisme politique qui est en train de s’effectuer en cette période mais celle-ci se réalise dans l’opposition, une position qui n’est pas sans accentuer les difficultés, et de manière encore non structurée. Il faut en effet attendre le printemps 1947 pour que le Général, celui-là même qui démissionne en janvier 1946 de la tête du GPRF pour dénoncer le retour du « régime exclusif des partis », lance sa propre écurie, le Rassemblement du peuple français (RPF).  Seul, ou presque, et sans parti, l’homme qui s’apprête à effectuer sa rentrée politique à l’île de Sein n’est donc plus grand-chose, si ce n’est ce qu’il représente, ce qui pour le coup est énorme.

Ce déplacement en Bretagne s’inscrit en revanche dans une continuité discursive qu’il faut rappeler. Charles de Gaulle entend en effet imposer ses vues institutionnelles, conceptions qu’il martèle lors d’importants discours prononcés d’abord à Bayeux, le 16 juin 1946, puis à Epinal, le 29 septembre 1946. Ce dernier est une réaction à l’adoption par l’Assemblée nationale constituante du projet qui, validé lors du referendum du 13 octobre suivant, aboutira à la naissance de la IVe République. Autrement dit, cette étape à l’île de Sein doit se comprendre par le prisme d’une curieuse campagne électorale à laquelle participe le général de Gaulle mais sans pour autant être candidat, et pour cause !

Visite du général de Gaulle à Rennes, 27 juillet 1947. Cliché: Raphaël Binet. Musée de Bretagne: 972.0004.98.
Visite du général de Gaulle à Rennes, 27 juillet 1947. Cliché: Raphaël Binet. Musée de Bretagne: 972.0004.98.

Toujours est-il que d’après les éléments qui paraissent dans la presse à partir du 20 août 1946, l’homme du 18 juin est censé se rendre sur ce rocher perdu en pleine mer d’Iroise à bord de La Surprise : devant accoster le 28 août 1946, il est prévu qu’il retourne le lendemain sur le continent[1]. Paris-Presse, pour sa part, croit bon d’indiquer que « le général de Gaulle ne s’arrêtera dans aucun autre endroit de Bretagne »[2]. Précisons d’ailleurs qu’il ne se déplace pas seul mais avec une délégation restreinte : Yvonne de Gaulle, son épouse, le colonel Rémy – sorte de régional de l’étape puisque vannetais –, les amiraux Ortoli directeur des écoles de la marine et Robert, préfet maritime ainsi que le général de Larminat[3]. On le voit, les figures qui l’accompagnent en ce déplacement breton, si l’on veut bien faire exception de Rémy, ne sont pas nombreuses. Son proche collaborateur Georges Pompidou, par exemple, reste à Paris où il intègre à ce moment même le Conseil d’Etat en tant que maître des requêtes[4]. A dire vrai, on pourrait même se demander s’il ne s’agit pas là, en réalité, d’une visite privée. A moins que cette absence de cour ne trahisse l’isolement du Général sur la scène politique d’alors…

Mais un sévère coup de vent vient bouleverser cette visite savamment organisée, offrant par la même occasion à la presse l’opportunité de publier un certain nombre de titres savoureux. En effet, du fait de la mer, La Surprise n’a pu embarquer et le général de Gaulle est obligé de rester à quai, coincé dans le port du Ponant. Combat affirme ainsi que « L’homme des tempêtes attend à Brest l’accalmie pour aller à Sein »[5]. Bien informé, France-Soir indique qu’une vedette de la Marine nationale ainsi qu’un remorqueur ont bien tenté d’entreprendre la traversée mais ont dû y renoncer « en raison des hautes vagues et des courants violents qui font dériver les navires vers les récifs du raz de Sein ». Et le grand quotidien populaire de décrire « sur le port, l’arc de triomphe qui avait été dressé avec des paniers à langouste [qui] chancelle et le drapeau hissé au sommet de l’église [qui] a dû être enlevé avant d’être arraché par le vent »[6].

Contraint donc de rester à terre, Charles de Gaulle est l’hôte de la préfecture maritime et, Jean-Pierre Vivet, l’envoyé spécial de Combat, croit bon de préciser que le Général loge « à la villa Ker Briand, dans la commune de Saint-Marc, là même où le général allemand de parachutistes Ramke, qui soutint le siège de Brest, avait établi son quartier général »[7]. Se voulant optimiste, L’Aurore croit bon de préciser qu’il faudrait « une longue continuité de mauvaises conditions atmosphériques peu probables en cette saison, pour que le projet de voyage soit définitivement abandonné »[8]. Même son de cloche pour Paris-Presse qui, en première page de son édition du 30 août 1946, avance que « le général de Gaulle pourra probablement gagner demain l’île de Sein »[9].

Tempête sur le raz de Sein. Carte postale. Collection particulière.
Tempête sur le raz de Sein. Carte postale. Collection particulière.

Une prédiction qui s’avère parfaitement juste puisque c’est finalement le samedi 31 août 1946 que l’homme du 18 juin parvient à quitter Brest à bord non pas de la Surprise mais du Chasseur 41 Audierne, un ancien bâtiment des Forces navales françaises libres. S’en suit une visite alliant symboles immuables – La Marseillaise, drapeaux tricolores et fanions à croix de Lorraine – et particularismes locaux – « on a érigé à l’entrée du terre-plein un arc de triomphe en casiers de crustacés et de poissons encore frétillants » – comme pour mieux souligner l’inscription de la petite patrie dans la grande[10]. Bains de foule, poignées de mains à « quelques survivants des volontaires de juin 1940 », échanges de cadeaux et discours ponctuent le protocole dont le sommet est assurément la remise officielle de la Croix de Compagnon de la Libération à l’île de Sein représentée par son maire, Jean-Noël Marzin. S’en suit un vin d’honneur donné à L’Abri du marin et, le lendemain, une messe servie par l’abbé Louis Guillerm. Pendant l’office, le prêtre « évoque, non sans émotion, le discours du 18 juin et le sacrifice des garçons de Sein ». Puis le Général regagne Brest[11].

Le traitement journalistique de ce déplacement à l’île de Sein est particulièrement intéressant. On est notamment frappé par le nombre de stéréotypes régionaux relayés en cette occasion, comme si dans cet univers incertain qu’est la sortie de guerre on éprouvait le besoin de recourir à des clichés atemporels. Comme si en cette période de rentrée on avait également besoin de prolonger les vacances, au moyen de cartes postales véhiculant tous les clichés les plus éculés du folklore. Envoyé spécial de France-Soir, Jacques Bergeal file la métaphore celtomane et ne craint pas d’affirmer que « pour Charles de Gaulle les filles de la pluie se sont passées d’hommes » et qu’en conséquence « elles le recevront mercredi prochain, comme des druidesses recevaient Vercingétorix »[12]. Citant le général, l’envoyé spécial de L’Aube Jean Richard n’hésite ainsi pas à écrire que les marins de Sein sont de « rudes lascars » et décrit l’île comme une terre « sauvage et désolée »[13]. Celui de Paris-Presse, Marcel Picard, se croit obliger d’arracher quelques mots à un pêcheur dépeint comme étant « les mains enfoncées dans les poches de son pantalon de toile, à cheval sur la barre du gouvernail, qu’il meut d’une pression de ses cuisses robustes »[14]. Pour ce journaliste, les Sénans sont « aussi rudes que leur île »[15]. Quoi de plus normal du reste puisqu’à en croire La Croix cette île est celle « des tempêtes » ?[16] Et Jean-Pierre Vivet de préciser pour Combat que « le petit port de l’île de Sein ressemble à un décor », « un décor signé Dufy » précise-t-il plus loin dans une merveilleuse manière d’expliquer que cette localité n’est pas ce qu’elle est « en réalité » mais celle que l’on désir voir… ou montrer[17].

Dans cet univers particulièrement mouvant, transition du gaullisme de guerre au gaullisme politique sur fond de discorde constitutionnelle, le contraste qu’offre la solidité des représentations mentales associées à la France libre et aux 128 Sénans est particulièrement frappant. D’après le journal Combat, dont les liens avec la Résistance ne sont pas à rappeler, la venue de l’homme du 18 juin sur ce caillou perdu en mer d’Iroise serait la réalisation d’une promesse faite pendant la guerre[18]. Une semaine plus tôt, annonçant ce déplacement en première page, le quotidien alors dirigé par Albert Camus n’hésite pas à affirmer que « tous les marins se rallièrent à lui en juin 1940 », tournure de phrase particulièrement intéressante puisque non seulement elle passe sous silence les cas de défection, et il y en eut, mais suggère un lien personnel non pas avec la France libre mais avec son chef[19]. Une manière de représenter l’histoire qui, pour qui souhaite partir à la conquête du pouvoir, constitue à n’en pas douter un précieux capital politique ce d’autant plus qu’elle est reprise par de nombreux titres dont France-Soir, Paris-Presse ou encore La Croix[20]. Même L’Humanité, qui tire alors à près de 400 000 exemplaires, se joint au concert en écrivant que « en juin 1940, tous les jeunes de l’île de Sein partaient en Angleterre pour combattre »[21]. Sans surprise, à trop en faire et à recycler les poncifs mémoriels, certains journalistes sont pris en flagrant délit d’erreur de chronologie. Exemplaires sont cet égard ces bateaux qui dans le port de Sein « arborent le drapeau des forces navales françaises libres : celles qui ont été du grand voyage de 1940 »[22]. Oserons-nous rappeler qu’à ce moment précis la France libre n’existe pas encore, et encore moins les Forces navales françaises libres ?

Comment expliquer ce discours solidement établi et surtout quelle en est la source ? En l’état actuel de nos connaissances, il est bien difficile de formuler une réponse définitive. Mais le fait est que la Résistance, et la France libre en particulier, est très rapidement consciente de sa propre épopée et donc de sa propre histoire[23]. Acteur central, Charles de Gaulle a donc nécessairement une part de responsabilité dans cet état de fait même s’il est difficile de déterminer en quoi elle est effective. On se bornera toutefois ici à rappeler que les intérêts du gaullisme politique ne sont ici nullement froissés par les positions narratives défendues par le gaullisme de guerre, bien au contraire même…

En définitive, ce que montre ce voyage du général de Gaulle à l’île de Sein, c’est le poids du moment en politique. Autrement dit, quand cela ne veut pas, cela ne veut pas. On aura beau parler d’une relation privilégiée à la Bretagne, la « traversée du désert » s’applique aussi à la péninsule armoricaine et s’y ajoutent même des conditions météorologiques qui empêchent le Général d’effectuer sa rentrée politique.Certes, Charles de Gaulle entretient, depuis longtemps et pour un certain nombre d’années encore, un lien fort avec la péninsule armoricaine mais celui-ci n’est ni exclusif, ni spécifique. Que l’on songe pour s’en convaincre à sa région natale, le Nord, ou à la Lorraine ainsi qu’à Colombey-les-deux-Eglises, sa terre d’élection. Mais on ne peut que rester circonspect quant aux résultats produits par cette escale sénane, surtout quand on veut bien se rappeler du nombre de journalistes dépêchés sur place pour couvrir l’événement. Dans son édition du 31 août 1946, France-Soir évoque ainsi de « nombreux envoyés spéciaux de la presse française et étrangère »[24]. Pour autant, si ce déplacement est régulièrement annoncé en première page, par de petits encadrés, il faut en revanche chercher, la plupart du temps, en pages intérieures pour en trouver le compte rendu. Les lecteurs de La Croix doivent eux attendre le 4 septembre 1946 pour prendre connaissance de ce déplacement du général de Gaulle : deux photographies il est vrai publiées en première page mais d’un seul et modeste paragraphe de légende[25]. De même rares sont semble-t-il les journaux qui vont au-delà des symboles et perçoivent la portée véritablement politique de cette escale bretonne. La présence du colonel Rémy au sein de la petite délégation qui accompagne le Général ne tient ainsi peut-être pas totalement du hasard. On sait ainsi qu’il est « du petit nombre de personnalités signataires du Manifeste de l’Union gaulliste pour la IVe République, un document publié dans le courant du mois de juillet 1946 » et destiné à faire en sorte que la vision de l’auteur du discours de Bayeux l’emporte[26]. A Dijon, Les Dernières dépêches compte parmi les rares titres à accorder plus de place aux idées constitutionnelles portées par l’homme du 18 juin qu’aux flonflons des cérémonies commémoratives évaporés par les peu clémentes conditions météorologiques de la fin de l’été 1946[27]. Pire, ce qui semble intéresser les journalistes est moins la carte postale que le Général envoie de Sein que celle qu’il poste de Brest, celle d’un homme impuissant, redevenu mortel comme en atteste son immobilisation forcée dans le port du Ponant pour cause d’éléments déchaînés. Impitoyable, le très populaire quotidien France-Soir affirme en première page dans son édition du 30 août 1946 : « La Baie des Trépassés infranchissable : de Gaulle attend »[28]. En d’autres termes, la figure de l’homme providentiel, forgée avant même le 18 juin 1940, n’est plus, engluée dans la tourmente d’une tempête bretonne.

Toutefois, c’est sans doute l’édition de Paris-Presse datée du 1er septembre 1946 qui montre de la manière la plus convaincante combien le déplacement du Général sur l’île de Sein est un échec médiatique. Certes, le compte-rendu signé de Marcel Picard est élogieux et rappelle que Charles de Gaulle est « le premier soldat de l’honneur »[29]. Pourtant, non seulement l’homme du 18 juin n’a pas les honneurs du haut de la première page mais la vedette lui est volée par un autre Résistant : André Dewavrin, alias le colonel Passy. Empêtré dans une histoire de détournement de fonds de la Résistance initiée notamment par le député apparenté communiste d’Ille-et-Vilaine et Compagnon de la Libération Emmanuel d’Astier de la Vigerie, il opère une contre-attaque médiatique le 1er septembre 1946[30]. C’est le début d’un grand scandale qui, savamment alimenté par la presse, ne tarde pas à impliquer la responsabilité personnelle de l’ancien chef de la France libre[31].

A Colombey-les-Deux-Eglises, l'entrée de La Boisserie, sans date. Carte postale. Collection particulière.
A Colombey-les-Deux-Eglises, l’entrée de La Boisserie, sans date. Carte postale. Collection particulière.

Charles de Gaulle quitte Sein muni du titre honorifique de « premier citoyen d’honneur de l’île » et d’une assiette en Quimper en « hommage reconnaissant des anciens du réseau Johnny au Premier Résistant de France »[32]. Sitôt arrivé à Brest, il repart en voiture pour Colombey-les-Deux-Eglises[33]. Certes, les conditions météorologiques n’ont pas favorisé sa rentrée politique. Le traitement médiatique de ce déplacement à Sein en est indéniablement perturbé et la « stratégie de la carte postale » déployée par l’homme du 18 juin s’en trouve indéniablement altérée, malgré un socle mémoriel solidement établi. Cerise sur le gâteau, le calendrier judiciaire s’en mêle et l’affaire Passy vient définitivement brouiller l’écoute. Pour autant, il y a tout lieu de se demander si cette escale bretonne n’était pas, dès le départ, vouée à l’échec. En effet, est-il habile de revenir sur la Seconde Guerre mondiale alors que les Français continuent encore d’en subir les conséquences, qu’il s’agisse du deuil bien entendu mais aussi des affres du ravitaillement et plus encore des difficultés de la reconstruction dans les villes bombardées. Face à ces problèmes très concrets, les questions constitutionnelles sont sans doute très en arrière-plan pour une grande part de l’opinion et le message du Général, en conséquence, probablement inaudible.


[1] « Le général de Gaulle se rendra le 28 août à l’île de Sein », Combat, 5e année, n°687, 20 août 1946, p. 1.

[2] « Le Général de Gaulle ira le 28 août à l’île de Sein », Paris-Presse, 3e année, n°549, 21 août 1946, p. 3.

[3] « L’homme des tempêtes attend à Brest l’accalmie pour aller à Sein », Combat, 5e année, n°695, 29 août 1946, p. 1 ; « Le Général de Gaulle a décoré l’île de Sein », Combat, 5e année, n°697, 31 août 1946, p. 1 ; « La Tempête s’est apaisée. De Gaulle part à 16 heures pour l’île de Sein », France-Soir, 5e année, n°677, 31 août 1946, p. 1.

[4] Sur cette période voire notamment Lachaise, Bernard, Georges Pompidou avec de Gaulle 1944-1959, Ploemeur, Editions Codex, 2020.

[5] « L’homme des tempêtes attend à Brest l’accalmie pour aller à Sein… », art. cit.

[6] « La Baie des Trépassés infranchissable : de Gaulle attend », France-Soir, 5e année, n°676, 30 août 1946, p. 1.

[7] « L’homme des tempêtes attend à Brest l’accalmie pour aller à Sein… », art. cit.

[8] « Le Mauvais temps a retardé l’embarquement du général de Gaulle pour l’île de Sein », L’Aurore, Ve année, n°635, 29 août 1946, p. 2.

[9] « Le général de Gaulle pourra probablement gagner demain l’île de Sein », Paris-Presse, 3e année, n°557, 30 août 1946, p. 1.

[10] Bourlet, Michaël, Lagadec, Yann et Le Gall, Erwan (dir.), Petites patries dans la Grande Guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.

[11] Vivet, Jean-Pierre, « Sein a vécu des heures d’allégresse… », Combat, 5e année, n°698, 1-2 septembre 1946, p. 1 et 3.

[12] Bergeal, Jacques, « Pour Charles de Gaulle les filles de la pluie se sont passées d’hommes », France-Soir, 5e année, n°670, 23 août 1946, p. 1.

[13] Richard, Jean, « Île de Sein nous vous reconnaissons comme notre compagnon pour la libération de la France », L’Aube, 17e année, n°3021, 1-2 septembre 1946, p. 3.

[14] Picard, Marcel, « De Gaulle nous rend la visite que nous lui avions faite », Paris-Presse, 3e année, n°554, 27 août 1946, p. 3.

[15] Picard, Marcel, « Malgré la mer démontée Sein espère son général », Paris-Presse, 3e année, n°556, 29 août 1946, p. 1.

[16] « L’hommage du général de Gaulle à l’héroïsme de Sein, l’île des tempêtes », La Croix, 67e année, n°19 304, 23 août 1946, p. 1.

[17] Vivet, Jean-Pierre, « Sein a vécu des heures d’allégresse… », art. cit.

[18] « Les Iliens n’ont jamais plié devant les Allemands », Combat, 5e année, n°689, 22 août 1946, p. 4.

[19] « Le général de Gaulle se rendra le 28 août à l’île de Sein », Combat…, art. cit.

[20] « De Gaulle à l’île de Sein le 28 août », France-Soir, 5e année, n°668, 21 août 1946, p. 1 ; Picard, Marcel, « Malgré la mer démontée… », art. cit. ; « L’hommage du général de Gaulle à l’héroïsme de Sein… », art. cit.

[21] « L’Île de Sein reçoit la Croix de la Libération », L’Humanité, 43e année (nouvelle série), n°643, 1er septembre 1946, p. 2.

[22] Picard, Marcel, « De Gaulle arrive ce soir à Sein », Paris-Presse, 3e année, n°558, 31 août 1946, p. 1.

[23] Voir notamment Douzou, Laurent, La Résistance française : une histoire périlleuse, Paris, Seuil, 2005 et Douzou, Laurent (dir.), Faire l’histoire de la Résistance, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010.

[24] « La Tempête s’est apaisée…», art. cit.

[25] « Le Général de Gaulle à l’île de Sein », La Croix, 67e année, n°19 314, 4 septembre 1946, p. 1.

[26] Kerrand, Philippe, L’Étrange colonel Rémy, Paris, Champ Vallon, 2020, p. 325.

[27] « Après la déclaration du général de Gaulle », Les Dernières Dépêches, 2e année, n°302, 29 août 1946, p. 1.

[28] « La Baie des Trépassés infranchissable…», art. cit.

[29] Picard, Marcel, « Sein vous nomme premier citoyen d’honneur », Paris Presse, 3e année, n°559, 1er septembre 1946, p. 1.

[30] Cohen, Sam, « Le Colonel Passy pourra-t-il parler ? », Paris Presse, 3e année, n°559, 1er septembre 1946, p. 1.

[31] Pour de plus amples développements consulter Laurent, Sébastien, « Les Services secrets gaullistes à l’épreuve de la politique (1940-1947), Politix. Revue des sciences du politique, n°54, 2001, p. 150-153.

[32] Pour de plus amples développements consulter Couanault, Emmanuel, Des Agents ordinaires. Le réseau ‘Johnny’ 1940-1943, Lopérec, Locus Solus, 2016.

[33] « Île de Sein nous vous reconnaissons comme notre compagnon pour la libération de la France… », art. cit.


1 réflexion sur « 1946 : quand Charles de Gaulle fait sa rentrée politique à l’île de Sein »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.