Rémy, biographie d’un « type étrange »

Curieux volume que cet Étrange colonel Rémy publié chez Champ Vallon par P. Kerrand, à la fois tentative d’exégèse d’un écrivain prolifique et portrait au vitriol d’un homme sans doute moins complexe que ce que ne veut le faire croire l’auteur[1]. Un livre qui, contre toute attente, délivre ses meilleurs pages après le 8 mai 1945, offrant un portrait sans concession d’un individu mais aussi, et peut-être même surtout, d’une période et d’un environnement, celui des anciens combattants et des professionnels du témoignage résistant.

L’idée générale du volume, fort pertinente, est de confronter Gilbert Renault aux écrits du colonel Rémy, son double éditorial (p. 10). Il s’agit-là d’une initiative heureuse tant sa production littéraire, oscillant entre récit, témoignage, histoire et pure invention romanesque, est abondante et complexe. C’est donc bien volontiers que l’on suit P. Kerrand quand il expose qu’il « est de nombreuses autres sources, maintenant ouvertes à notre légitime curiosité, qu’il importe de croiser avec le discours du principal intéressé » (p. 10). Mais si cette intention est louable, elle est malheureusement desservie par un appareil critique défaillant qui ne permet pas d’identifier avec exactitude les documents sur lesquels se base le propos. Cette dimension est d’autant plus problématique que l’auteur use de nombreuses « anecdotes » (p. 365) pour éclairer sa démonstration et qui, pour la plupart, ne sont pas sourcées.

Rédhibitoire, cet aspect de l’ouvrage frappe d’autant plus que P. Kerrand ne semble cesser de s’étonner des accointances idéologiques de Gilbert Renault, comme s’il était impossible d’être maurrassien, catholique traditionnel (p. 18-19) – à défaut d’être complètement traditionnaliste – et Résistant. Certes, le volume s’ouvre sur « l’affaire Rémy » (15-44), sortie pour le moins dérangeante d’un héros de la Résistance visant à réhabiliter à travers la « théorie des deux cordes » la figure du maréchal Pétain. Ce scandale, qui conduit à la démission de Gilbert Renault du Rassemblement du Peuple Français (RPF), constitue d’ailleurs une sorte de trame de fond de l’ouvrage. Mais il n’en demeure pas moins que l’on sait depuis longtemps que la Résistance, et tout particulièrement la France libre, pioche dans des viviers idéologiques fort divers : que l’on songe par exemple au jeune Daniel Cordier, qui n’a jamais caché ses accointances avec l’Action française avant de gagner Londres, à Georges Thierry d’Argenlieu ou encore à Honoré d’Estienne d’Orves. Tous sont à des degrés divers imprégnés de Maurrassisme et tous, pourtant, sont d’authentiques Compagnons de la Libération. Mais ce qui frappe, dans le cas de Rémy, c’est que les épreuves de la Seconde Guerre mondiale ne semblent pas le faire abjurer ses convictions monarchistes comme en témoignent un certain nombre d’amitiés liées dans les années 1950-1960 sur fond d’épuration mal digérée : Jean-Marie Desgranges (p. 355), Maxime Weygand et mêmes les très maréchalistes, voire carrément vichystes, Joseph de La Porte du Theil (p. 356), Jean Borotra (p. 358) et Gabriel Auphan (p. 358).

Au centre Léon Daudet, à sa droite Charles Maurras, figures majeures du journal « L'Action Française » (1930, image de presse). Gallica / Bibliothèque nationale de France: Agence Meurisse MEU 71650 A-78585 A.
Au centre Léon Daudet, à sa droite Charles Maurras, figures majeures du journal « L’Action Française » (1930, image de presse). Gallica / Bibliothèque nationale de France: Agence Meurisse MEU 71650 A-78585 A.

En réalité, P. Kerrand semble oublier que l’engagement en tant qu’objet d’histoire est fort complexe et qu’il résulte de forces parfois contradictoires. Certes, le terreau idéologique est important mais si L’Action française est assurément un journal conservateur, elle se présente également comme « l’organe du nationalisme intégral ». Autrement dit, si les composantes réactionnaire et antisémite de la ligne éditoriale du quotidien dirigé par Charles Maurras peuvent incliner à la collaboration, la dimension nationaliste engagerait plutôt à poursuivre le combat, surtout lorsqu’il s’agit de le faire aux côtés d’un Charles de Gaulle dont on sait qu’il vient précisément de ce terreau intellectuel. Tout est donc question de rapport de force, l’enjeu étant de savoir qu’elle est la composante qui résonne le plus. En ce qui concerne Rémy, et sans nier ni son antisémitisme ni ses opinions institutionnelles, c’est bien la dimension nationaliste qui rencontre le plus fort écho.

Toutefois, on ne peut se satisfaire de ce seul thermomètre des idées pour tenter de décrypter les arcanes de l’engagement, certaines trajectoires se révélant de prime abord défier l’entendement. Tel est par exemple le cas de ces femmes étudiées par l’historienne C. Cléret et qui entrent en Action française dans le premier tiers du XXe siècle[2]. Dans le cadre de Rémy, il y a sans doute un certain « complexe de Mars », pour reprendre ce concept forgé par S. Carney, à prendre en compte, celui qui l’inscrit dans une lignée militaire alors que, justement, lui est vierge en 1940 de toute expérience du feu (et non de l’armée puisque ce qui est perçu comme attrayant n’est pas l’uniforme mais le combat, p. 55)[3]. C’est par exemple Etienne Renault, grand-père de Rémy et ancien fantassin du 24e régiment d’infanterie de ligne ayant combattu pendant la guerre de 1870 (p. 45) : une figure qu’il aurait sans doute été intéressant de creuser plus amplement pour savoir quelle influence elle peut exercer sur ce jeune homme (p. 52) dont le père est réformé pendant la Grande Guerre pour cause d’affection pulmonaire (p. 47).

Enfin, il importe d’attacher une attention toute particulière au temps, matière première de l’historien et pourtant réalité éminemment difficile à saisir. Toutes les époques ne se valent pas et analyser cliniquement l’entrée en France libre de Gilbert Renault sans prendre en compte le cataclysme de juin 1940, le formidable traumatisme que cette défaite constitue pour les acteurs, c’est au final oublier que la Résistance est un syncrétisme. Face à l’urgence de la situation, certaines lignes d’affrontement s’estompent plus ou moins durablement pour s’effacer derrière l’objectif jugé primordial, en l’occurrence ici la Libération.

Il résulte de ces failles d’analyse un portrait à charge qui ne parvient pas à éviter, de temps à autres, les clichés les plus éculés, à l’instar de cette « vieille Armorique où tant de contre-révolutionnaires ont versé leur sang » (p. 48). Albert Aubry, lui aussi originaire du Morbihan et membre de la Confrérie Notre-Dame, par ailleurs socialiste et deux fois élu député, aurait apprécié l’image… De même, l’auteur n’est pas sans parfois frôler la surinterprétation comme lorsqu’il affirme que les drames du bombardement de Rennes et du Lancastria sont connus à Vannes dès le 17 juin 1940 : une telle assertion, qui nous semble encore une fois discutable, aurait au moins mérité une référence en archive.

Plaine de Baud, à Rennes, maisons détruites par le bombardement du 17 juin 1940. Musée de Bretagne: 2008.0020.30.
Plaine de Baud, à Rennes, maisons détruites par le bombardement du 17 juin 1940. Musée de Bretagne: 2008.0020.30.

On l’aura compris, cette biographie de Gilbert Renault peine à convaincre. Il est vrai qu’affronter un dossier aussi complexe est chose éminemment difficile. De surcroît, on rappellera une évidence qu’il convient d’avoir à l’esprit : faire l’histoire de la Résistance, c’est faire celle d’un mouvement clandestin et donc, par définition, opérer avec pas ou peu de sources… ce qui rend l’exercice d’exégèse d’autant plus complexe. Aussi convient-il d’être indulgent face à cet ouvrage. Ce d’autant plus qu’en dépit des réserves mentionnées plus haut, cette biographie n’est pas sans qualités. Si l’on se perd en conjectures à propos de certains renseignements communiqués à Londres par Rémy, comme celui préconisant au printemps 1941 un débarquement à Belle-Île (p. 139), ces élucubrations ont au moins le mérite de nous plonger dans le quotidien des services qui, en permanence, doivent trier le bon grain de l’ivraie et choisir parmi une multitude d’informations. D’ailleurs, Gilbert Renault n’est pas sans recevoir de sérieuses mises en garde, comme en ce 26 mars 1941 où il est destinataire du télégramme suivant : « Prière de vérifier la source de vos informations car un certain nombre de renseignements que vous nous communiquez sont manifestement faux ou exagérés » (p. 162). De même, la description méticuleuse des circuits d’acheminement du courrier clandestin est particulièrement intéressante et montre combien la Résistance est avant tout une affaire de chaîne aux multiples maillons (p. 149).

En réalité, c’est moins quand ce livre évoque Gilbert Renault que le colonel Rémy, qu’il se montre sous son meilleur jour. En d’autres termes, les pages les plus utiles ne sont pas celles qui traitent de la Seconde Guerre mondiale mais des décennies qui suivent le conflit. On y découvre un homme menant grand train, comme pendant l’occupation du reste (p. 173-174), et perpétuellement confronté à de grandes difficultés financières. D’où la nécessité de publier à un rythme effréné pour que Rémy renfloue Gilbert Renault (p. 310). Se dessine alors une figure étrange, sorte de VRP de la Résistance multipliant les conférences et les engagements contractuels de toute sorte.

C’est d’ailleurs cette activité soutenue qui vaut à Gilbert Renault d’être régulièrement accusé par d’ancien compagnons de clandestinité de faire de l’argent « sur le dos » de la Résistance et, plus grave encore, des morts. Ce sont là des mots forts qui, non dénués de fondement, n’en soulignent pas moins un étonnant paradoxe. Car si Rémy court le cachet, il ne parvient pas du fait de certaines de ses prises de position, et notamment de cette « théorie des deux cordes » évoquée plus haut, à faire fructifier ses états de service en capital politique lui assurant une rente si ce n’est électorale au moins de situation. Les pages que P. Kerrand consacre aux « années RPF » de Rémy sont à cet égard passionnantes et du reste fort instructives. On y mesure par exemple le poids de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale dans le moindre déplacement du Général (p. 330) tout en rappelant le climat de grande violence qui règne encore en cette fin des années 1940 (p. 339). Surtout, c’est un rythme frénétique qui se donne à voir, celui de l’émergence d’une entreprise politique d’opposition dans cette France de la IVe République partagée entre Mouvement Républicain Populaire (MRP) et Communistes.

Affiche du Mouvement républicain populaire, sans date. Bibliothèque Historique de la Ville de Paris : 1-AFF-000515.
Affiche du Mouvement républicain populaire, sans date. Bibliothèque Historique de la Ville de Paris : 1-AFF-000515.

C’est là du reste l’un des grands intérêts de cette biographie de Gilbert Renault que de rappeler ce qui pourra sonner comme une évidence aux spécialistes de l’histoire politique mais ne l’est pas nécessairement aux oreilles des profanes : contrairement à ce que l’on pourrait bien croire, la « traversée du désert » n’est pas une période d’inaction, bien au contraire. C’est ce que confirment également les passionnant carnets de Georges Pompidou publiés récemment grâce à l’historien B. Lachaise[4]. Profitons d’ailleurs de l’occasion pour rappeler que dans le secret de son journal, celui qui est alors le chef de cabinet du général de Gaulle attribue à l’ancien « agent secret de la France libre » deux qualificatifs qui semblent bien résumer le personnage : « satisfait et glorieux »[5]. Puis, quelques semaines plus tard, le 22 décembre 1949 :

« Rémy fait le malin à un débat pour la révision du procès Maurras et se montre une fois de plus le monstre de vanité et de sottise qu’il est avec, par ailleurs, des qualités de cœur et d’esprit remarquables. Quel type étrange ! Il n’écoute jamais personne. Il parle ou il dort dit Jean Debrosse. »[6]

Toujours à en croire ces carnets secrets de Georges Pompidou, André Malraux serait encore plus sévère et aurait affirmé « qu’il a toujours considéré Rémy comme farfelu » ajoutant même que ses « ses mérites de résistance sont d’autant exceptionnels parce qu’il les a écrits »[7].

On le voit, le portrait que P. Kerrand dresse de Rémy n’est non seulement pas unique mais semble bien être partagé par tout un ensemble de ses contemporains. Pour autant, on ne manque pas d’être interpellé par un certain nombre de rapprochements et d’associations qui, à notre humble avis, viennent affaiblir la démonstration. Il en est ainsi du personnage passablement trouble qu’est Emilien Amaury, homme de presse aux accointances (très) droitières bien connues, ce malgré d’irréprochables états de service dans la Résistance, et un détour avéré par Vichy (p. 383-384). L’évocation de cette « amitié » vient ici assurément appuyer l’argumentation soutenant le manque de discernement politique de Gilbert Renault, voire même son appartenance à l’extrême-droite. Sauf que procéder de la sorte est faire peu de cas de la centralité d’Emilien Amaury qui, de par son activité professionnelle, est amené à rencontrer énormément de monde, individus n’appartenant pas nécessairement à ces cercles d’opinion. C’est ainsi que Georges Pompidou, dans ses carnets secrets récemment publiés et évoqués plus haut, cite à près de 50 reprises le nom de cet individu[8] : faudrait-il dès lors considérer le futur locataire de l’Elysée comme appartenant à l’extrême-droite ? Tout cela n’a bien entendu aucun sens.

A gauche, verre en main, le colonel Rémy, sous le regard, à sa gauche, d'Emilien Amaury, sans lieu ni date. Collection particulière.
A gauche, verre en main, le colonel Rémy, sous le regard, à sa gauche, d’Emilien Amaury, sans lieu ni date. Collection particulière.

En dernier ressort, c’est le portrait d’un homme à la dérive qui émerge de ce volume, personnage bouffi d’orgueil, de vanité et de rêves de grandeur mais n’en finissant plus de s’égarer dans des aventures qui si elles peuvent revêtir un caractère d’héroïsme pendant la Seconde Guerre mondiale en deviennent pathétiques après. En témoigne par exemple cette relation avec l’illustre As de la Grande Guerre René Fonck (p. 360), individu dont l’historien D. Accoulon a bien montré combien il est après le 11 novembre 1918 à mille lieues du personnage médiatique construit pendant le conflit[9]. « Bourrelé de regrets et d’amertume » (p. 367), Rémy est même obligé de fuir au Portugal ce qui lui donne l’occasion de déclarer sa flamme à Salazar (p. 368). Repoussé par le général de Gaulle lors de son retour au pouvoir en 1958 (p. 394), il s’abandonne du coup parmi certains réseaux « Algérie française » et « sympathise » avec des individus tels que Jean-Marie Bastien-Thiry et Pierre Sergent (p. 399). Bref, Rémy est à la dérive mais si P. Kerrand pointe à juste titre ses errements, il manque à de nombreuses reprises de les resituer dans le contexte de l’époque. On veut bien admettre que certaines lignes écrites par Gilbert Renault à propos de la Légion des volontaires français (LVF) puissent choquer (p. 434), elles doivent toutefois êtres replacer dans un paysage éditorial qui n’hésite alors pas à accorder un large tirage à des auteurs comme Jean Mabire et à bien des volumes narrant des aventures sous uniforme allemand et sur le front de l’Est[10]. Un monde où Rémy, en septembre 1980, peut souffrir de recettes moins importantes pour un ouvrage publié par France-Empire alors que les chiffres donneraient aisément le vertige aujourd’hui : 10 294 exemplaires vendus et 800 exemplaires diffusés à titre se service de presse pour un tirage de 24 943 unités (p. 459).


[1] Kerrand, Philippe, L’Étrange colonel Rémy, Paris, Champ Vallon, 2020. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Cleret, Camille, « Genre et engagement : les ressorts de l’engagement féminin d’Action française (année 1900 – années 1930) », En Envor, revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°8, été 2016, en ligne.

[3] Carney, Sébastien, « Spectres de Mars. Le mouvement breton et ses fantômes au XXe siècle », Socio-anthropologie, n°35, 2017, en ligne.

[4] Lachaise, Bernard, Georges Pompidou avec de Gaulle 1944-1959, Ploemeur, Editions Codex, 2020.

[5] Ibid., p. 51.

[6] Ibid., p. 59.

[7] Ibid., p. 73.

[8] Ibid.

[9] Accoulon, Damien, René Fonck. As des as et pilote de la Grande Guerre, Toulouse, Privat, 2018.

[10] Carrard, Philippe, Nous avons combattu pour Hitler, Paris, Armand Colin, 2011.


7 réflexions sur « Rémy, biographie d’un « type étrange » »

  1. Votre commentaire, Monsieur, est du niveau du perroquet qui caquète,oscillant sans cesse entre ce que vous jugez bien ou moins bien, sans savoir à quel titre vous intervenez. Réseaux sociaux ? La belle affaire, tout le monde en use. La prochaine fois, je vous saurais gré de vous taire au moins sur mes écrits. Merci de publier ce message sur votre site. Droit de réponse.

    1. Veuillez m’excuser mais je ne comprends pas vraiment le sens de votre message. Et qu’est-ce que viennent faire les réseaux sociaux ici?
      Cordialement.
      Erwan Le Gall

  2. Analyse critique intéressante de ce nouveau livre de Philippe Kerrand, qui est un écrivain nantais discret mais talentueux, qui s’est signalé il y a quelques années déjà par au moins deux livres qui ne sont pas passés inaperçus :
    – « Pontcallec, la passionnante histoire d’un grand domaine breton », publié en 1997,
    – et surtout :  » Le Camp de Conlie. Les Bretons dans la guerre de 1870″, livre distingué en décembre 1999 par le Prix de l’Académie du Maine…

    Ce nouveau livre de Philippe Kerrand est donc consacré à Gilbert Renaud, né en 1904 à Vannes, décédé à Guingamp en 1984, passé à la postérité sous le nom de Colonel Rémy, et devenu l’Agent secret du Général de Gaulle, …qui toutefois se garda bien après la guerre de l’intégrer dans le cercle des fidèles, voire des intimes, du mouvement gaulliste !

    Ce nouveau livre « L’étrange colonel Rémy » risque de ne pas passer inaperçu, car il présente la légende de ce personnage, parfois considéré comme un héros de la Résistance, et que de Gaulle lui-même qualifia d’homme étrange…
    Ce livre, précis et bien documenté, conduit aux sources de la Résistance, un mouvement populaire, peuplé d’authentiques héros à l’histoire dramatique, et qui ne fut pas un long fleuve tranquille…

    Cet ouvrage se lit comme un roman, et apporte également un éclairage intéressant sur les courants qui animent encore la vie politique française actuelle…

    Bref, un livre passionnant qui fournit des informations permettant de mieux comprendre cet agent pas toujours très secret qui a certes su bâtir sa propre légende, mais en négligeant certaines réalités, …que l’Histoire contemporaine ne saurait oublier !

    A la lecture de ce livre, on comprend mieux pourquoi l’une des soeurs du Colonel Rémy, aujourd’hui disparue, informée par l’auteur de ce projet de biographie, a souhaité que cet ouvrage soit publié … après sa mort … Ce n’est pas la moindre qualité de Philippe Kerrand d’avoir respecté ce souhait !
    Charles CARO
    ☎️07 68 17 00 52.

    Charles CARO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.