Près de la gare de Lorient, la passerelle du cours de Chazelles. Musée de Bretagne: 973.0033.534.

13 mars 1871 : quand Lorient accueille ses vaincus

C’est manifestement le 13 mars 1871 que le 1er bataillon de gardes mobiles de Lorient, élément du 31e régiment du Morbihan, retrouve sa garnison d’origine, sur les bords du Scorff. Vaincus, ces hommes n’en sont pas moins accueillis à bras ouverts par la population : une attitude qui masque en réalité de profondes divisions rappelant combien cette période est fondamentalement instable.

Le retour des mobiles lorientais ne doit pas se comprendre isolément mais au contraire dans un vaste flux de démobilisation et de retour sur le pied de paix des forces françaises. C’est ce qu’explique en quelques lignes Le Courrier de Bretagne dans son édition du 11 mars 1871 :

« Tous nos frères, nos amis de l’armée revenant de Paris, rentrent à Lorient.

Hier soir sont arrivés 815 officiers de marine et marins, et 209 officiers et soldats d’artillerie de marine ; ce matin, il arrive encore 1 026 et demain 1 025 officiers et soldats de ce corps.

Le 1er bataillon des mobiles du Morbihan, presque exclusivement composé de Lorientais, arrivera lundi à midi. »[1]

S’ils doivent être reçus avec prudence, les chiffres donnés par cet article disent bien l’ampleur du mouvement d’hommes qui est en train de se produire en cette fin d’hiver 1871. Toutefois, la précision des indications étonne. Faut-il s’y fier ? Car si l’on répond par l’affirmative à cette question, on serait tentés d’affirmer que la démobilisation, dans son volet ferroviaire, se déroule beaucoup plus facilement, et surtout efficacement, que la mobilisation. Or l’on sait que c’est précisément dans cette toute première phase de la campagne que les armées françaises initient leur défaite face à l’Allemagne.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Publié à la veille de la Première Guerre mondiale, « l’essai de notice historique » du 31e régiment de mobiles rappelle de surcroît que l’arrivée de ces hommes à Lorient est la fin d’un processus initié une semaine plus tôt, mais non sans difficultés :

« Dès le 6 mars, le départ des mobiles commença ; mais vu l’état des voies ferrées et vu l’occupation allemande, qui diminuait mais se maintenait toujours çà et là, on ne pouvait renvoyer tous les bataillons départementaux d’un seul coup. On procéda peu à peu, jour par jour, à leur libération et à leur renvoi, en commençant par les plus voisins de Paris. »[2]

En ce qui concerne le 31e régiment de mobiles, c’est  le 3 mars 1871 que débute cette mise sur le pied de paix avec le départ du lieutenant-colonel du Hanlay commandant l’unité. A partir de ce moment, l’échelon régimentaire cesse d’avoir une existence organique. Les bataillons recouvrent donc mécaniquement leur liberté et quittent Paris de manière échelonnée sans que l’on puisse être en mesure de préciser le degré de coordination de ce mouvement[3].

Rappelons d’ailleurs que celui-ci est éminemment difficile à organiser compte-tenu de deux éléments. Le premier concerne les réseaux de communications, communications ferroviaires bien entendu, puisque tout ou partie des chemins de fer de l’Est, du Nord et du Midi sont encore aux mains des Allemands, mais également télégraphiques[4]. C’est ainsi que L’Abeille de Lorient, dans son édition du 15 mars 1871, annonce que « les communications télégraphiques sont rétablies avec les chefs-lieux des départements suivants : l’Indre-et-Loire, la Somme, la Seine-Inférieure, l’Eure, l’Orne, la Sarthe, le Loir-et-Cher, le Loiret, l’Yonne, le Doubs et le Jura »[5]. Le second est d’ordre démographique et est souligné par l’historique du 31e régiment qui précise que certains mobiles sont « étrangers à la Bretagne », ce qui évidemment complexifie assez largement les opérations visant à assurer leur retour au foyer[6]. Une information qui invite de surcroit à interroger le recrutement de cette unité, et des autres corps équivalents, et tout particulièrement leur localisme.

Se basant sur le « cahier de rapports du 5e bataillon », les auteurs de l’historique du 31e régiment de mobile expliquent que pour contourner ces difficultés il est décidé d’acheminer les troupes vers Vannes puis, lorsqu’arrivées au chef-lieu du département du Morbihan, de leur fournir une feuille de route jusqu’à leur domicile.[7] Toujours est-il que d’après cette même source les hommes partent de la gare Montparnasse et arrivent en Bretagne au bout de 23 heures de voyage[8].

Gare Montparnasse 15 septembre 1870. Gravure d'Auguste Lançon. Musée Carnavalet, Histoire de Paris: G.16475.
Gare Montparnasse 15 septembre 1870. Gravure d’Auguste Lançon. Musée Carnavalet, Histoire de Paris: G.16475.

Il est un autre point important qu’il faut souligner. Bien qu’elles soient vaincues, ces troupes ne rentrent pas dans leur garnison en catimini, comme par effraction, bien au contraire. A Lorient, L’Abeille écrit : « Un grand nombre de personnes s’étaient rendues jusqu’à la gare, au-devant des parents, des amis depuis si longtemps absents ; et, c’est, sans démonstration officielle mais au milieu des épanchements les plus affectueux, que s’est effectué le retour tant souhaité »[9]. Et Le Courrier de Bretagne de s’adresser directement à ses lecteurs :

« Ouvrons tout grands nos bras et nos cœurs à ces braves enfants qui, eux, ont vaillamment payé de leurs personnes durant ce long siège de la capitale, et conservons un souvenir de douloureuse sympathie à ceux, hélas !, qui ne reviendront plus !… »[10]

Il y a certes dans ces quelques lignes le poids des morts mais on ne peut s’empêcher de déceler également dans cet article la trace d’un discours que l’on qualifiera ici de national, en ce qu’il encense « ces braves enfants qui, eux, ont vaillamment payé de leurs personnes durant ce long siège de la capitale ». Cette tournure de phrase est particulièrement significative tant elle laisse la porte à de nombreuses interprétations. On peut certes y voir la dénonciation classique du haut-commandement, à commencer par les figures honnies de Napoléon III et plus encore peut-être de Bazaine. Mais on peut également y deviner la volonté plus ou moins inconsciente de détourner le regard des lecteurs des divisions qui traversent alors le pays. Outre les oppositions sourdes entre monarchistes, bonapartistes et républicains, on mentionnera l’âpre question de la Commune qui agite alors Paris. Si ces deux grilles de lectures sont du reste parfaitement compatibles, il est à peu près certain que cette dimension nationale constitue en cette période particulièrement trouble le plus petit dénominateur commun sur lequel s’appuyer. Autrement dit, ne cherchons pas à savoir si ces hommes combattent pour l’Empereur ou la République, ils le font pour la France[11].

C’est d’ailleurs peu ou prou une semblable grille de lecture que l’on retrouve dans la bonapartiste Abeille de Lorient lorsqu’il s’agit de rendre compte du retour du 1er bataillon de mobiles du Morbihan sur les rives du Scorff : « Après avoir supporté les rigueurs de ce cruel et mémorable siège, après avoir souffert du froid, de la famine, de la maladie, du feu de l’ennemi, s’il ne revient pas victorieux, hélas ! dans notre vieille et patriotique province de Bretagne, il y reparait du moins avec la conviction d’avoir accompli bravement son devoir »[12]. Or cette ligne éditoriale ne doit pas tromper.

Certes, sitôt revenus dans leur garnison, les désormais anciens combattants doivent reprendre le fil de leur vie civile interrompue par la défense de la Nation en armes. C’est ainsi par exemple que L. Le Cointe fait savoir par voie de presse « qu’étant de retour [à Lorient], il rouvrira, le 15 ce mois, l’école libre et les cours particuliers que son départ pour l’armée l’avait obligé d’interrompre »[13]. Mais les discours de glorification des combattants et d’hommage aux morts cachent d’autres réalités, plus sourdes mais qu’il est néanmoins absolument nécessaire de mettre en évidence. Tout particulièrement, il faut rappeler combien cette héroïsation des mobiles, et de manière plus générale des vétérans de 1870, masque la faillite invraisemblable de l’armée pendant cette campagne. Dans son édition du 15 mars 1871, Le Courrier de Bretagne se fait ainsi l’écho de la mésaventure survenue à 500 mobiles nantais « due à un oubli de l’intendance militaire qui ignorait complètement la présence de ces troupes [aux abattoirs de la Villette, à Paris], auxquelles elle envoyait cependant chaque jour de la nourriture »[14].

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Malgré ce que pourrait donc faire croire, de prime abord, la presse morbihannaise, c’est en réalité dans un contexte particulièrement instable et troublé que les mobiles du 31e régiment retrouvent Lorient. Même si elle n’est évoquée qu’à mots couverts, la Commune constitue un arrière-plan qu’il convient d’avoir à l’esprit. D’ailleurs, d’après ce qu’en dit l’historique régimentaire publié en 1913, le retour du 31e mobiles en Morbihan répond moins à des considérations militaires que politiques : « l’esprit de révolte qui s’étendait d’une façon continue dans tout Paris gagnait des milieux jusqu’alors conservés indemnes ». Autrement dit, tant les autorités civiles et militaires souhaitent, avant-toute chose, empêcher la contagion séditieuse, ce qui implique de renvoyer les hommes dans leurs foyers[15].


[1] « Bretagne. Intérêts et faits locaux », Le Courrier de Bretagne, 13e année, n°20, 11 mars 1871, p. 3.

[2] Sageret, E. et Lallement, L., Le 31e régiment mobiles régiment du Morbihan (Lorient-Auray-Vannes). Siège de Paris (1870-1871), Essai de notice historique, Vannes, Imprimerie Galles, 1913, p. 157.

[3] Ibid., p. 157-158.

[4] Ibid., p. 158.

[5] « Chronique locale », L’Abeille de Lorient, 30e année, n°42, 15 mars 1871, p. 2.

[6] Sageret, E. et Lallement, L., Le 31e régiment mobiles…, op. cit., p. 158.

[7] Ibid, p. 158.

[8] Ibid, p. 159.

[9] « Chronique locale… », art. cit.

[10] « Bretagne. Intérêts et faits locaux… », art. cit.

[11] Becker, Jean-Jacques et Audoin-Rouzeau, Stéphane, La France, la Nation, la Guerre : 1850-1920, Paris, SEDES, 1995.

[12] « Chronique locale… », art. cit.

[13] « Institution L. Le Cointe, L’Abeille de Lorient, 30e année, n°42, 15 mars 1871, p. 2.

[14] « Bretagne. Intérêts et faits locaux… », art. cit.

[15] Sageret, E. et Lallement, L., Le 31e régiment mobiles…, op. cit., p. 157.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2020, 1 novembre). 13 mars 1871 : quand Lorient accueille ses vaincus. Ar Brezel. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbm8

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.