Séminaire « Ecrire la Grande Guerre (1914-2021) »

L’Ecole des hautes études en sciences sociales accueille le premier lundi de chaque mois, en ses locaux du boulevard Raspail, le séminaire Ecrire la Grande Guerre (1914-2021). Proposant un programme particulièrement stimulant, cette manifestation devrait malheureusement souffrir des mesures de confinement imposées par l’épidémie de Covid-19, ce qui n’est pas le moindre paradoxe quand on se penche sur le thème de la séance du 2 novembre prochain. Un accès distanciel par visioconférence, moyennant inscription via la plateforme litsem de l’EHESS, devait néanmoins être mis en place. Pour autant, je ne sais s’il sera possible de le maintenir.

L’argumentaire postule que « le séminaire se propose d’explorer toutes les formes de l’écriture de la Grande Guerre, de 1914 à nos jours. Il s’agira naturellement de mieux comprendre la littérature française et étrangère issue de 1914-1918, de s’interroger sur l’évolution de ses formes en vers et en prose, de suivre l’évolution du patrimoine littéraire relatif au conflit. Mais au carrefour de l’interprétation littéraire et de l’analyse historique, le séminaire invitera aussi à réfléchir aux interactions entre littérature et histoire (défis, questionnements, méthodes). A ce titre, l’écriture des historiens sera également questionnée pour elle-même. On étudiera donc également le jeu des influences réciproques et on se demandera de quelle manière la littérature contribue à transmettre un répertoire d’images et d’affects qui se métamorphose selon les contextes et les différentes configurations. L’écriture de la Grande Guerre pourra en outre être comprise au sens le plus large : ainsi, les écritures cinématographiques, artistiques, musicales, muséales, tout comme les inscriptions des monuments funéraires, s’inscrivent dans le champ d’investigation du séminaire ».

2 novembre 2020

Introduction du séminaire. Laurence Campa, Stéphane Audoin-Rouzeau.

« La rhétorique de la Grande Guerre dans la crise sanitaire du Covid-19 »

Intervenant : Stéphane Audoin-Rouzeau, « Le discours politique ».

Invitée : Anne Rasmussen, « Le tropisme de la grippe espagnole de 1918 ».

7 décembre 2020

Cloé Drieu et Galit Haddad

« La panthéonisation de Maurice Genevoix »

Intervenant.e.s :

Laurence Campa : « Rituels et discours ».

Annette Becker : « L’œuvre d’Anselm Kiefer ».

Esteban Buch : l’œuvre de Pascal Dusapin.

4 janvier 2021

Stéphane Audoin-Rouzeau et Manon Pignot

« Relire Barrès »

Invités :

Charles Ridel, « Lettres à Maurice Barrès en 1914-1918 ».

Denis Pernot, « Les chroniques de Maurice Barrès dans L’Echo de Paris ».

1er février 2021

Cloé Drieu et Franziska Heimburger

« Grande Guerre et écritures des sciences sociales »

Intervenants : 

Stéphane Audoin-Rouzeau, « Le cas Marcel Mauss ». 

Emmanuel Saint-Fuscien, « Les écrits d’un durkhémien sur la guerre : Paul Lapie et la violence 1908-1925 ».

1er mars 2021

Clémentine Vidal-Naquet et Manon Pignot

Le mythe du grand silence après la Grande Guerre

Intervenantes :  

Franziska Heimburger & Jay Winter, « À propos de War Beyond Words ».

Nathalie Raoux, « Le cas Walter Benjamin ».

12 avril ou 3 mai 2021 (à déterminer)

Clémentine Vidal-Naquet et Galit Haddad

« Langues et communication »

Invité : Javier Alcalde, « L’espéranto et la Grande Guerre » (Discutante : Anne Rasmussen).

Intervenante : Franziska Heimburger, « La rédaction multilingue du traité de Versailles ».


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.