Timbre poste (détail). Collection particulière.

Les Bretons sont sur tous les fronts… mais pas forcément dans le même camp

Ayant fait l’objet d’une abondante littérature, dont s’est fait écho la défunte publication en ligne En Envor, revue d’histoire contemporaine en Bretagne à l’occasion d’un numéro spécial publié à l’été 2016, les ressorts de l’engagement conservent tous leurs mystères et ne cessent d’étonner. C’est que nous avons souligné il y a quelques mois à propos du « réflexe patriotique » des « 128 de l’île de Sein ». C’est aussi ce que montre les Barazer de Lannurien. Comment deux cousins en viennent-ils à combattre dans des camps radicalement opposés en 1944, l’un contre le Troisième Reich aux côté des partisans slovaques, Georges Barazer de Lannurien, l’autre aux côtés des nazis, sous l’uniforme de la division Charlemagne, François Barazer de Lannurien ? Engagé à 17 ans, ce Breton combat sur le front de l’Est et participe à la retraite allemande jusqu’au dernier moment, dans les faubourgs de Berlin, et reçoit même la Croix de fer quelques jours avant l’effondrement définitif du Reich prétendument millénaire.

Mais avant de détailler ce qui distingue les deux hommes, et ce qui peut donc les conduire à emprunter des chemins si radicalement opposés, il importe de souligner ce qu’ils ont en commun. Tous deux sont en effet issus d’une famille dont les racines plongent en Bretagne-nord, entre Morlaix, Saint-Servan, où naît Georges, et Rennes, où François voit le jour. L’OCRisation de L’Ouest-Eclair permet de retrouver la trace de plusieurs Barazer de Lannurien ayant manifestement fait le choix de la carrière des armes. En juillet 1908, on retrouve ainsi Jacques, sous-lieutenant à l’école d’application de cavalerie et Jean, maréchal-des-logis au 20e régiment de chasseurs[1]. A la fin du mois de septembre 1918, le quotidien catholique breton fait paraître un avis de messe à l’occasion de la mort pour la France du capitaine commandant le 2e bataillon du régiment de marche de la Légion étrangère Pierre Barazer de Lannurien, officier de carrière touché par un éclat d’obus à la cuisse gauche et ayant succombé à ses blessures dans une ambulance de Villers-Cotterêts[2]. Autre figure probablement décisive dans l’environnement des deux jeunes hommes, celle du général Emile Barazer de Lannurien, père de François, ancien combattant de 14-18, période au cours de laquelle il est cité plusieurs fois pour sa bravoure et ses blessures, ancien commandant de l’Ecole de guerre à la fin des années 1930 mais aussi personnalité en vue de la section rennaise du Mouvement social révolutionnaire fondé par Eugène Delconcle[3].

Affiche pour la Légion des volontaires français contre le bolchevisme. Archives départementales de Seine-Saint-Denis: 89FI/4044.
Affiche pour la Légion des volontaires français contre le bolchevisme. Archives départementales de Seine-Saint-Denis: 89FI/4044.

Ces figures tutélaires ont-elles influencé ces jeunes hommes, les poussant à la faveur de ce que l’historien S. Carney nomme un « complexe de Mars », à s’engager dans la carrière des armes pour se montrer dignes de ces ancêtres ? L’hypothèse n’est pas à négliger, ce d’autant plus que l’historien B. Gougeon a bien montré à propos des nobles pendant la Première Guerre mondiale que la lignée aristocratique peut exercer une puissante contrainte morale sur les acteurs. Mais ce « complexe de Mars », séduisant concept qui n’est pas sans faire songer à la brutalisation des sociétés européennes théorisée par l’historien G. L. Mosse, ne peut constituer un cadre explicatif unique[4].

En effet, onze ans séparent les deux cousins et si Georges voit le jour en 1915, débutant sa carrière d’officier au milieu des années 1930 à sa sortie de Saint-Cyr, François naît pour sa part en 1926. L’heure du choix sonne donc pour lui en pleine Seconde Guerre mondiale, en 1943, ce qui constitue un contexte à ne pas négliger et qui, du coup, invite à interroger les racines de la dimension idéologique de la décision prise. Faute d’archives, il convient de demeurer prudent mais sans doute que la figure d’un lointain aïeul moine bénédictin sur l’île de Wight – Dom Paul Barazer de Lannurien – a pu exercer une certaine influence. Or, il fuit la France en raison de la loi de 1901 sur les congrégations religieuses, ce qui est le signe d’une certaine orthodoxie. De la même manière, même si son souvenir est plus ancien, le père Louis-Marie Barazer de Lannurien a pu exercer une certaine influence post-mortem en tant que fondateur du séminaire français de Rome, institution se plaçant en opposition résolue aux modernes. Mais si ces deux aïeux permettent sans doute de mieux cerner la trajectoire de François Barazer de Lannurien, ce d’autant plus que son frère aîné Henri choisit également de porter l’uniforme de la Légion des volontaires français, l’engagement au sein de la division Charlemagne découlant d’un combat au nom de la religion et contre le bolchevisme[5], ils rendent mécaniquement, par ricochet, plus obscure celle de Georges. Faut-il en déduire que c’est uniquement le poids des circonstances qui conduit cet officier de l’armée française à combattre aux côtés de partisans communistes, contrevenant de fait à tout un ethos familial ? Là encore, cette question mériterait de plus amples investigations…

Affiche de la LVF. Hermann Historica.
Affiche de la LVF. Hermann Historica.

Toujours est-il que les deux cousins traversent le conflit, sans vraisemblablement se côtoyer par la suite. Et pour cause ! Après la Seconde Guerre mondiale s’en suit une vie passablement rocambolesque et aventureuse pour François Barazer de Lannurien. Parvenant à échapper aux Américains et à rentrer en France avec « d’autres ressortissants de l’Ouest […] entassés dans des wagons à bestiaux », il est toutefois arrêté puis jugé et condamné à une peine de prison[6]. Ceci ne l’empêche néanmoins d’exercer par la suite tour à tour la profession de plongeur scaphandrier en quêtes d’épaves à fouiller, et de trésors à remonter, mais aussi de planteur d’hévéa en Indochine, de propriétaire de chevaux de courses, de directeur d’aciérie au Togo – où il sert visiblement de conseiller plus ou moins officieux au dictateur local, le général Gnassingbé Eyadema – ou encore de producteur de cinéma. A ce titre, il côtoie Romain Bouteille, Miou-Miou ou encore Coluche, mais aussi Jane Fonda, bref autant de vedettes qui, gageons-le, n’ont jamais rien su de ses engagements de jeunesse. Pourtant, il affirme, dans ses mémoires publiées deux ans après sa mort, ne jamais avoir rien regretté.


[1] « Mariage », L’Ouest-Eclair, n°3452, 9e année, 1er juillet 1908, p. 4.

[2] « Morlaix », L’Ouest-Eclair, 19e année, n°2905, 29 septembre 1918, p. 4 ; BAVCC/Mémoire des hommes.

[3] Forbes, Robert, For Europe. The French Volunteer of the Waffen-SS, Mechanicsburg, PA, Stackpole Books, 2006, p. 365 avance que c’est sous l’influence de son père que François Barazer de Lannurien s’engage dans les rangs de la LVF. Cette version est contestée par Bouysse, Grégory, Waffen-SS Français (volume 2), Autopublication à la demande, qui affirme que François Barazer de Lannurien n’est pas le fils mais le neveu du général Barazer de Lannurien. Quoi que d’importance, cette précision généalogique ne vient pas grandement modifier le contexte idéologique dans lequel évolue l’adolescent puisqu’à en croire cet auteur, son père, également dénommé François, « fut recruteur pour la Waffen-SS en Bretagne ».

[4] Mosse, George L., De la Grande Guerre au totalitarisme. La brutalisation des sociétés européennes, Paris, Hachette littératures, 1999.

[5] Pour de plus amples développements, se reporter notamment à Bene, Krisztián, La collaboration militaire française dans la Seconde Guerre mondiale, Sans lieu, Editions CODEX, 2012, p. 249.

[6] Cité par Carrard, Philippe, Nous avons combattu pour Hitler, Paris, Armand Colin, 2011, p. 191 pour la citation.


2 réflexions sur « Les Bretons sont sur tous les fronts… mais pas forcément dans le même camp »

  1. Bonjour,
    Pour info, Emile de Lannurien est le père de Georges et non de François. Je pense qu’il faudrait corriger cette erreur.
    Merci.

    1. Bonjour.
      Merci de votre commentaire. Pourriez-vous citer une source à l’appui de votre assertion? Idéalement le lien vers un acte de naissance ou tout autre document significatif?
      Merci!

Répondre à Cousin Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.