Science et culture en temps de guerre

Les mesures sanitaires prises du fait de la pandémie de Covid-19 constituent une véritable catastrophe pour le monde académique, et le secteur de la culture de manière générale. Les historiens et les historiennes ne sont nullement épargnés par ce contexte très délicat. Outre de nombreuses difficultés liées à l’utilisation (physique) des services d’archives et de bibliothèques, on ne compte plus les annulations de colloques et de journées d’études. Dans cette morosité ambiante, le numérique paraît s’affirmer comme une solution pratique et efficace permettant, en cette année 2020 véritablement « terrible », de « sauver les meubles »[1]. Devant initialement se tenir en mars dernier, le colloque « Science et culture en temps de guerre » aura non seulement lieu les 6 et 7 novembre prochain en la Bibliothèque d’études méridionales de Toulouse mais sera également accessible en distanciel, via visioconférence.

C’est là une excellente nouvelle tant le programme concocté pour l’occasion est particulièrement stimulant. Brossant un éventail chronologique et géographique large, la manifestation alternera les méthodes en proposant de l’histoire culturelle mais aussi de l’histoire sociale et, bien entendu, de l’histoire des sciences et des techniques. A n’en pas douter, ces changements de focale donneront lieu à de passionnants développements. Ainsi, on suivra tout particulièrement les communications d’A.-M. Lalanne Berdouticq sur le discours médical en Grande-Bretagne pendant la Grande Guerre, de V. De Santi sur la cartographie face aux guerres napoléoniennes, utile introduction au dernier ouvrage de P. Boulanger qui en présentera d’ailleurs une synthèse dans ce colloque[2], ou encore d’Hélène Solot sur les « difficultés et stratégies des chercheurs en sciences sociales face aux officiers américains (1941-1953) », un propos qui fera certainement échos aux controversées enquêtes menées los de la guerre du Pacifique par SLAM Marshall[3].

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

La Bretagne ne sera pas oubliée de ce vaste panorama et sera représentée par une communication de R. Richard, propos qui portera sur les activités scientifiques menées au sein des camps d’internements civils français pendant la Première Guerre mondiale.

On ne peut donc que se féliciter de la tenue, dans un contexte aussi délicat que celui que nous connaissons actuellement, de ce colloque. On se doute que les contraintes engendrées par les mesures de distanciation sociale constituent un véritable casse-tête pour les organisateurs. C’est sans doute ce qui les a conduit à prévoir un système de visio-conférence afin que chacun puisse assister aux communications. Or, la conséquence de cette décision est que l’audience potentielle de cette manifestation est mécaniquement décuplée par ce procédé, chacun pouvant y assister au moyen d’un lien Zoom qui est à solliciter auprès de C. Barrera, maîtresse de conférences à l’Institut national universitaire Champollion d’Albi et co-organisatrice avec J. Cantier de ce colloque. Une manière de faire qui, indéniablement, devrait changer les habitudes, y compris lorsque nous serons enfin sortis de cette crise sanitaire : pourquoi en effet continuer à organiser des événements académique pour une assistance nécessairement restreinte alors qu’il est possible, par le biais du numérique et en attendant les actes, de toucher l’ensemble de la communauté académique ?

Vendredi 6 novembre 2020 – Matinée

Session 1 : Introduction et panorama général

8h30 : Accueil des participants

8h45 : Introduction du colloque, Caroline Barrera (INU Champollion) & Jacques Cantier (Université Toulouse-Jean Jaurès) [en présentiel]

9h : La guerre et les universitaires toulousains. Mobilisations et opportunités scientifiques (XIX-XXe siècle), Caroline Barrera (INU Champollion) [en présentiel]

Session 2 : La mobilisation opérationnelle

9h30 : Des médecins incompétents ?  La crise de légitimité des experts médicaux du recrutement en Grande-Bretagne, 1914-1918, Aude-Marie Lalanne Berdouticq (Université Paris-Nanterre) [en présentiel]

10h : La médecine tropicale italienne dans l’organisation du conflit italo-éthiopien (1935-1936), Costanza Bonelli (Université de Rome La Sapienza) [en présentiel]

10h30 : pause

10h45 : Sur le tournage d’Ivan le terrible (S. Eisenstein, 1943-1944) : le cinéma soviétique mobilisé au service de la victoire, Natacha Laurent (Université Toulouse-Jean Jaurès) [en présentiel]

11h15 : Science et culture en temps de guerre, éclairages sur les collections du Musée de la Résistance et de la Déportation de la Haute-Garonne,  Catherine Monnot-Berranger et Déborah Savio (Musée départemental de la Résistance et de la Déportation) [en présentiel]

11h45 : questions

Vendredi 6 novembre 2020 après-midi

Session 3 : Préparer la guerre

14h00 : Les enjeux de la cartographie face aux guerres napoléoniennes : les ingénieurs- géographes et la réalisation de la Carte Militaire du Royaume d’Italie, Valentina De Santi (Université de la Suisse italienne/Archivo del Moderno) [en distanciel]

14h30 : L’invention et le renouvellement de la géographie militaire française depuis le XIXe siècle. Comment la science géographique permet-elle d’anticiper et de conduire la guerre ? Philippe Boulanger (Sorbonne Université Lettres) [en distanciel synchrone]

15h : pause

15h15 : Contested Nuclear Visions: Civil-Military Relations, Atomic Weapons, and the Cold War Mobilisation of the Commissariat à l’Énergie Atomique, John William Sutcliffe IV (Université de Leeds). [en distanciel synchrone]

15h45 : Questions

16h15 : Sur le terrain : les difficultés et stratégies des chercheurs en sciences sociales face aux officiers américains (1941-1953), Hélène Solot (EHESS)[en présentiel]

17h : questions

17h30 : fin de la première journée.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Samedi matin 7 novembre 2020

Session 4 : Science et culture en situation d’enfermement

9h : « Persévérer dans son être » Culture et sciences dans les camps d’internement civil français (1914-1920), Ronan Richard (Université Rennes 2). [en présentiel]

9h30 : L’âme des camps : une mise en scène de la vie culturelle des prisonniers français en Allemagne de 1940 à 1944. Les ambiguïtés d’une exposition vichyste, Jacques Cantier (Université Toulouse-Jean Jaurès) [en présentiel]

10h : (S’)exposer pour se « ré-orienter » : les pratiques culturelles des prisonniers de guerre, entre productions allemandes et programme français (1944-1948), Fabien Théofilakis (Université de Paris 1) [en distanciel synchrone]

10h30-10h45 : pause

10h45 : L’Ecole de la Croix jaune et l’université de Neuengamme, Marie-Thérèse Duffau (CNRS) [en distanciel synchrone]

11h15 : Entre science et reconnaissance : quand les anciens d’Indochine se font historiens, Julien Mary (MSH SUD Université Montpellier 3) [en présentiel]

11h45 : questions

Samedi après-midi 7 novembre 2020

Session 5 : La science et la guerre. Opportunités ou contraintes ?

14h : Choisir son camp : L’Axe ou les Alliés ? Les universités roumaines pendant la Deuxième Guerre mondiale, Ana-Maria Stan (Université de Cluj, Roumanie) [en distanciel synchrone]

14h30 : Guerre et circulations transnationales du modernisme agronomique : de quelques origines allemandes et vichystes de la modernisation agricole française d’après 1945, Margot Lyautey (EHESS, Université de Tübingen) et Christophe Bonneuil (CNRS-EHESS) [en distanciel]

15h : La mécanique des fluides à Toulouse durant la Seconde Guerre mondiale : entre opportunités et concurrences disciplinaires, François Charru (Toulouse, IMFT) et Antonietta Demuro (ESPE, Université de Lille). [en présentiel et distanciel]

15h30-15h45 : pause

15h45 : Le Pic du Midi de Bigorre durant les deux guerres mondiales, Jean-Christophe Sanchez (Framespa) [en présentiel]

16h15 : Une expédition ethnographique au Paraguay au temps de la Guerre du Chaco, Veruska Alvizzuri (Framespa) [en présentiel]

16h45 : Contributions et controverses des ethnologues chinois formés en France au sein des « Etudes politiques de la frontière » en Chine entre 1920s et 1940s , Xu Lufeng (INALCO). [en présentiel]

17h15 : Questions

18h : Conclusions, Caroline Barrera (INU Champollion) & Jacques Cantier (Université Toulouse-Jean Jaurès) [en présentiel]


[1] Sur l’idée « d’année terrible » se reporter à Caron, Jean-Claude et Ponsard, Nathalie (dir.), La France en guerre. Cinq « années terribles », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

[2] Boulanger, Philippe, La Géographie. Reine des batailles, Paris, Perrin / Ministère des armées, 2020.

[3] Marshall, Samuel Lyman Atwood, Men Against fire: The problem of Battle Command, Norman, University of Oklahoma Press, 2000.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.