Sedan, bataille décisive ?

Nous ne saurions trop conseiller la lecture du dernier numéro de l’excellent magazine Guerres & Histoire, publication comportant un dossier consacré à la guerre de 1870 et plus particulièrement à la bataille de Sedan. 150e anniversaire oblige, un tel choix éditorial ne surprendra personne. Pour autant, on ne peut que souligner l’approche éminemment stimulante adoptée par l’équipe de rédaction puisqu’il s’agit, en ces quelques pages, de se demander si Napoléon III a, en fin de compte, en ce 1er septembre 1870, perdu une « bataille décisive »[1].

Un tel questionnement pourra de prime abord paraître surprenant tant la portée de l’événement est immense. A la suite de cet affrontement, l’Empereur se constitue prisonnier, n’ayant pu parvenir à trouver la mort sur le champ de bataille (p. 45). C’est la fin du Seconde Empire et, par ricochet, le début d’une IIIe République qui ne dit pas encore son nom. En cela donc, la bataille de Sedan est indéniablement décisive.

Portrait de Napoléon III (détail). Carte postale. Collection particulière.
Portrait de Napoléon III (détail). Carte postale. Collection particulière.

Retraçant habilement le contexte diplomatique qui voit naître cette guerre franco-allemande de 1870-1871, entre « diplomatie des pourboires » de Napoléon III et politique bismarckienne d’unification, A. Reverchon insiste sur la responsabilité allemande dans le déclenchement du conflit. Il est ici moins question des errements de l’Empereur que du piège tendu par Bismarck à la France (p. 34-35). A partir du moment où celui-ci se referme sur les acteurs et rend inéluctable le conflit, V. Bernard présente les forces en présence. C’est là un exercice très utile et qui permet, en quelques lignes, de prendre la mesure de ce qui sépare les deux armées qui s’affrontent à Sedan. Du côté allemand, « l’amalgame de plusieurs composantes autour d’un noyau prussien perfectionné dans les années 1860 autour de trois piliers : commandement professionnel centralisé, conscription universelle, mobilisation régionale » (p. 36). Là est en réalité le modèle qui fera si cruellement défaut à la France… et qui constituera le cœur de la réforme militaire de 1873[2]. L’armée de Napoléon III repose pour sa part sur un noyau quasi-professionnel de 600 000 hommes et sur une garde-mobile instituée par la loi Niel votée en 1868, mais qui constitue pour l’heure une « coquille vide » (p. 37). A cela s’ajoute une mobilisation qui s’effectue régionalement en Allemagne, d’un seul tenant en France : « les régiments, dispersés et incomplets, rejoignent leur division et corps d’affectation directement aux frontières, remplissant leurs rangs au fur et à mesure de l’arrivée des réservistes et permissionnaires, lesquels doivent passer au préalable par leurs dépôts d’origine, parfois très éloignés » (p. 38).

Dès lors, se dévoilent les modalités de la démonstration. Avant même de savoir si Sedan est ou non une « bataille décisive », celle-ci s’inscrit dans un continuum qui ne laisse guère de place au mystère : « A potentiel brut relativement comparable, l’armée prusso-allemande se retrouvera en position de supériorité numérique locale systématique, et ce à tous les niveaux de la campagne » (p : 38). Une réalité que la supériorité française dans le combat d’infanterie ne permet pas de contrebalancer (p. 38).

Le récit proprement dit de la bataille de Sedan par A. Reverchon s’apparente dès lors à un nœud coulant qui continue inexorablement de se resserrer (p. 40-45). Mené sur un rythme classique d’histoire militaire, l’article propose un panorama clair et précis du mois de campagne ayant conduit à cet « événement décisif ». On pourra sans doute reprocher à l’auteur de faire trop peu de cas des approches au ras du sol insistant notamment sur « l’expérience combattante », il n’en demeure pas moins que la démonstration est éclairante et montre parfaitement comment, en définitive, Sedan est l’impasse qui clôt un long cheminement politique, diplomatique, stratégique et opératif. Le bilan est en effet particulièrement impressionnant : « Au prix de 9 000 tués ou blessés, l’armée de von Moltke a capturé 75 000 prisonniers et 400 canons ; l’armée française perdu 13 000 hommes tués ou blessés pendant la bataille, seuls 10 000 parvenant à fuir par les bois vers Mézières où ils rallieront le 13e corps, et 5 000 se réfugiant en Belgique toute proche » (p. 45).

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

On trouve toutefois dans ce passionnant dossier de Guerres & Histoire quelques éléments qui, justement, invitent à aller encore plus loin dans la réflexion et à interroger les mécanismes particulièrement complexes de la mémoire et de son indissociable corolaire, l’oubli. Car pourquoi, en définitive, se demander si Sedan est ou non une « bataille décisive » ? En effet, c’est précisément la République qui montre que tel n’est pas le cas en prolongeant pendant sept mois le conflit. Aussi, A. Reverchon explique-t-il que « la bataille de Sedan ne serait pas une bataille décisive au sens strict » (p. 46), c’est-à-dire dans la mesure où elle ne met pas fin aux hostilités. Mais il n’en demeure pas moins que c’est cette même République qui 44 ans plus tard, complètement oublieuse de sa propre histoire, part en guerre avec en tête ce mythe de la « bataille décisive ». Face à elle se trouve d’ailleurs une armée allemande appliquant le dernier né des plans Shlieffen… qui doivent également très largement à cette même idée (p. 46).

Le paradoxe est que c’est cette République qui est la source d’une mémoire dont on comprend aisément les intentions politiques mais qui n’en demeure pas moins très fidèle à ce que peut décrire ce dossier de Guerres & Histoire. Que l’on songe pour ne citer qu’un exemple aux Souvenirs publiés par Désiré Louis : ce n’est point le combattant français qui est responsable de la défaite mais bien le haut-commandement, en premier lieu l’Empereur lui-même et le maréchal Bazaine (p. 50)[3]. Or non seulement dans ce numéro V. Bernard insiste sur la supériorité française dans le combat d’infanterie – celui-là même qui n’est pas loin d’être le seul à véritablement compter dans les représentations mentales d’alors, la biffe étant la « reine du champ de bataille » – mais il dresse un portrait particulièrement sévère du haut-commandement français (p. 39). C’est du reste cette réalité qui fait écrire à A. Reverchon que « l’Empereur, sans plan, s’échoue à Sedan » (p. 40).

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Comme d’habitude, ce dossier de Guerres & Histoire est richement illustré, agrémenté de cartes et d’infographies hautement pédagogiques (p. 43), tout en étant parsemé d’encadrés présentant quelques-uns des protagonistes les plus importants ou encore les armements à disposition des belligérants (p. 37, 39). Cette évidente attention portée à la lisibilité du propos est d’autant plus à souligner que l’équipe de rédaction ne concède rien à l’exigence de qualité. Passant Sedan au crible d’un redoutable feu historiographique, A. Reverchon en vient ainsi à produire une histoire non plus de l’évènement mais bien de l’idée de « bataille décisive » (p. 49). Une brillante montée en généralité qui dit tout l’intérêt qu’il y a à se plonger dans ce dossier de Guerres & Histoire.


[1] Guerres & Histoire, n°57, Octobre 2020. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Chanet, Jean-François, Vers l’armée nouvelle. République conservatrice et réforme militaire 1871-1879, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006.

[3] Louis, Désiré, Souvenirs d’un Prisonnier de Guerre en Allemagne (1870-1871), Paris, F. Juven, Editeur, 1898.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2020, 19 octobre). Sedan, bataille décisive ? Ar Brezel. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbm4

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.