La Bretagne au cœur de la Seconde guerre mondiale (navale) ?

Parmi les nombreuses qualités qui sautent aux yeux du lecteur de cette Histoire navale de la Seconde Guerre mondiale que publie C. L. Symonds aux éditions Perrin, il y a cette manière assez extraordinaire d’articuler récit haletant et analyse méticuleuse[1]. Autrement dit, comment concilier dans la même plume la verve d’un Douglas Reeman – ou d’un Nicholas Monsarrat, que l’auteur cite (p. 162) – et d’un Philippe Masson ? Là n’est pas la moindre prouesse d’un ouvrage volumineux, vaste fresque frôlant le millier de pages et naviguant sur tous les océans du globe ou presque. Or, pour qui s’intéresse à l’histoire de la péninsule armoricaine, ce livre pose nécessairement la place de la centralité de la Bretagne dans la dimension maritime de la séquence 1939-1945.

Une telle approche pour une recension d’une histoire globale de la Seconde Guerre mondiale sur mer pourra apparaître biaisée[2]. Pourtant, l’objectif de C. L. Symonds avec ce volume est bien d’évaluer « l’impact des forces maritimes de l’ensemble des nations belligérantes sur le cours du conflit dans sa globalité, et même sur son issue » (p. 11), problématique qui fait nécessairement écho à une carte publiée dans l’Infographie de la Seconde Guerre mondiale publiée en 2018 chez Perrin. En effet, cette représentation de la bataille de l’Atlantique plaçait au cœur du théâtre d’opérations la péninsule armoricaine, ce qui n’avait pas manqué, à l’époque, de nous interroger[3]. C’est du reste précisément ce que ces lignes entendent discuter à partir du livre de C. L. Symonds.

Nombreux sont les éléments qui soutiennent une telle hypothèse, à commencer par les installations portuaires de Brest, Lorient et Saint-Nazaire et notamment les bases sous-marines qui y sont érigées par les Allemands. Véritables ruches à sous-marins, elles constituent autant de têtes de pont plongeant au cœur de la bataille de l’Atlantique et, plus précisément, dans ce contre le commerce maritime britannique. En effet, avec la chute de la France en juin 1940, et l’évaporation donc des dernières illusions concernant l’hypothétique « réduit breton », Berlin parvient à considérablement modifier le centre de gravité de la Kriegsmarine et de sa flotte de submersibles. Ainsi, en opérant à partir de la Bretagne et non plus de la Baltique, Karl Dönitz se rapproche de 800 kilomètres des routes maritimes Atlantiques, gain de temps et de combustible non négligeable (p. 155, 167). De plus, il peut bénéficier des rapports d’observation envoyés par les Focke-Wulf 200 Condor opérant depuis les bases côtières (p. 157). Tout est donc en place pour mettre en œuvre cette stratégie du tonnage visant « à couler les navires alliés plus vite que les chantiers navals ne les remplaçaient » (p. 156). Si l’objectif initial est de 100 à 200 000 tonnes mensuelles, il passe à 700 000 en 1943 (p. 156), ce qui dit d’une certaine manière l’intensité de ce combat qui se livre au large et à partir de la Bretagne.

Construction de la base sous-marine de Lorient, peinture d'Adolf Bock, 1941. National Archives at College Park: DASC8400793.
Construction de la base sous-marine de Lorient, peinture d’Adolf Bock, 1941. National Archives at College Park: DASC8400793.

Entre le 2 septembre et le 2 décembre 1940, Londres perd 850 000 tonnes de navire, la plupart dans le secteur des Atterrages occidentaux (p. 175). Si de tels chiffres peuvent paraître abstraits, leur détail rend bien compte du caractère crucial de la guerre qui se joue sur mer. C’est ainsi qu’un manuel d’entraînement de l’US Navy estime que le naufrage de deux petits cargos équivaut à la perte de « 42 chars d’assaut, 8 Howtizers [obusiers] de 152mm, 88 canons de 25 livres, 40 canons de deux livres, 24 véhicules blindés, 50 Bren carriers [chenillette d’infanterie], 5 210 tonnes de munitions, 600 fusils, 428 tonnes de fournitures pour chars d’assaut [et] 2 000 tonnes de vivres » (p. 330). De même, en 1942, le général Marshall explique 144 000 tonnes de navires pour déplacer une division, le double si celle-ci est blindée (p. 506). Dönitz lui-même semble être très clair de l’enjeu et déclare à Hitler en avril 1943 que « la guerre sous-marine se soldera par un échec […] si nous ne coulons pas plus de navires que l’ennemi n’est apte à en construire » (p. 505). Dès lors, il y aurait sans doute de prolonger la réflexion de l’historien F. Cochet qui, dans un article récemment publié, érigeait Overlord en « prémices de la société de consommation »[4] : n’est-ce pas en effet ce qui, fondamentalement, est en jeu avec cette stratégie du tonnage ?

Du côté des Britanniques, la géographie confère aussi, de facto, une certaine centralité à la péninsule armoricaine. Tel est ainsi le cas lorsque, le 4 juin 1940, Winston Churchill affirme devant la Chambre des communes (p. 116) :

« Nous défendrons notre Île, quoi qu’il en coûte. Nous nous battrons sur les terrains de débarquement, nous nous battrons dans les champs et dans les rues, nous nous battrons dans les collines ; nous ne nous rendrons jamais. »

Face aux Allemands, Londres est dans un premier temps obligé de plier et repousser de 600 kilomètres dans l’ouest le point de rendez-vous de ses convois (p. 168). Toutefois « les conditions climatiques très sévères dans l’Atlantique nord » au cours de l’hiver 1940-1941 rendent les missions des sous-marins de Dönitz plus difficile et contribuent à quelque peu réduire l’intensité de ce théâtre d’opérations (p. 186). Mais il n’en demeure pas moins que si la Bretagne n’est pas, au sens strict, au centre de cette bataille, elle est au moins aux premières loges d’un conflit qui, en juin 1940, à semble-t-il toutes les chances de se concrétiser par une invasion par la Manche (p. 117).

A l’automne 1943, la situation du point de vue de l’équilibre des forces sur mer est bien entendu complètement différente mais la centralité de la Bretagne dans les opérations en cours continue d’interroger. C’est ainsi que le bureau de l’amiral Ramsey commandant les opérations de débarquement proprement dites d’Overlord est orné d’une « gigantesque carte de la Manche affichant tous les ports du sud de l’Angleterre où les troupes alliées se regroupaient, ainsi que les plages de Normandie où les Alliés débarqueraient » (p. 673). Non seulement la péninsule armoricaine n’est pas au centre de ce dispositif mais elle semble relever, à dire vrai, d’une sorte d’arrière. C’est du reste bien ce qui justifie les opérations Samwest et Dingson de Saint-Marcel et Duault en juin 1944… et qui d’une certaine mesure annonce la formation des poches de Saint-Nazaire et Lorient, Brest n’échappant que de peu à ce funeste sort. A partir de l’été 1944, le rôle des forces navales alliées est en effet de protéger les lignes de ravitaillement tout en appuyant les besoins des forces projetées à terre (p. 693). Or ce flux matériel et humain contourne pour une large part la Bretagne, celle-ci s’apparentant à une large part à une impasse de surcroît située à l’opposé de Berlin.

Interrogeant, du point de vue britannique, les racines mémorielles de la Seconde Guerre mondiale navale sur mer, le volume insiste bien entendu sur le legs de la séquence 1914-1918[5], et d’une bataille du Jutland humiliante pour Whitehall, mais aussi sur l’ombre portée du souvenir napoléonien (p. 57). C’est ainsi sur la base du souvenir de l’attaque lance Nelson sur Copenhague en 1801 que Churchill décide de frapper à Mers el-Kébir (p. 114).  De ce point de vue, le lecteur est donc confronté à une certaine permanence du fait guerrier en mer – dont la Bretagne semble d’ailleurs singulièrement exclue – qui ne doit pas pour autant faire oublier les spécificités de la période 1939-1945. C’est là d’ailleurs une des grandes réussites de l’ouvrage que de ne pas tomber dans le piège d’un récit désidéologisé. Pour s’en convaincre, il suffit de se reporter à la thèse en cours de D. Poupon sur le massacre de Penguérec perpétré le 7 août 1944. Ainsi, dès 1940, Dönitz préconise de ne pas de faire de prisonniers et de ne pas tenter de sauver les survivants des torpillages (p. 175, 491). En se basant notamment sur les analyses de l’historien I. Kershaw, l’auteur rappelle ainsi qu’il compte « parmi les chefs militaires les plus fanatiques du régime nazi » (p. 790).

Parmi les accusés du procès de Nuremberg, l'amiral Karl Dönitz, sans date. Musée de Bretagne: 990.0032.784.
Parmi les accusés du procès de Nuremberg, l’amiral Karl Dönitz, sans date. Musée de Bretagne: 990.0032.784.

De la même manière, le volume ne tombe jamais dans le piège de l’héroïsation et déconstruit méticuleusement bon nombre de mythes pouvant constituer aujourd’hui autant de voiles déformant l’événement. C’est ainsi par exemple que, comme une sorte de réponse au célèbre film de Christopher Nolan (p. 110-111) :

« Ce ne fut que rétrospectivement que le sauvetage du corps expéditionnaire britannique de Dunkerque fut perçu comme une forme de triomphe. Sur le moment, son expulsion du Continent, ainsi que la perte du Glorious le 8 juin, furent considérés comme le plus grand revers des Britanniques et l’apogée pour des Allemands triomphant. »

Précis, l’auteur revient efficacement sur un certain nombre d’expressions aujourd’hui entrées dans le vocabulaire courant (p. 169) :

« La bataille de l’Atlantique est une appellation impropre, car elle laisse supposer que la confrontation entre convois et meutes d’U-Boote aurait constituer un seul et unique événement. Ce fut au contraire une lutte répétitive et implacable qui dura plus de quatre ans et connut plusieurs phases successives marquées par des frontières géographiques changeantes et des innovations technologiques, notamment des efforts déployés dans chaque camp pour déchiffrer les codes navals de l’autre. »

Le fait est que la guerre est chose humaine et que les fronts répondent moins à une géographie physique qu’à une lecture opérée par les acteurs, en d’autres termes à une histoire culturelle, intellectuelle voire même politique. Ainsi, si sur le papier le jumelage entre sous-marins et avions de reconnaissance Focke-Wulf 200 Condor est redoutable, celui-ci n’intervient dans les faits que rarement, Göring « se montrant jalousement possessif avec sa Luftwaffe » (p. 157). Les exemples de ce genre affluent tout au long du livre de C. L. Symonds et sont autant de coups de canif portés à l’idée d’une Bretagne qui serait au cœur de la Seconde Guerre mondiale, la dimension maritime du conflit restant quoi qu’on en dise largement périphérique aux yeux des protagonistes.

Pendant tout le conflit ou presque, les sous-marins de Dönitz sont mis en balance avec la flotte de haute-mer de l’amiral Raeder, la question remontant jusqu’à Hitler lui-même (p. 176). Le paradoxe est que la péninsule armoricaine est un haut-lieu de cette rivalité entre submersibles et navires de surface puisqu’au printemps 1941 le Scharnhorst et le Gneisenau opèrent à partir de Brest (p. 183). Mais en réalité, le Führer a la tête ailleurs et n’accorde que peu d’attention à ce théâtre d’opérations, obnubilé qu’il est par l’invasion de l’Union soviétique et la guerre à l’est (p. 191). D’ailleurs, l’arrivée du Prinz Eugen dans le port du Ponant le 1er juin 1941 constitue un tournant dans l’histoire du conflit puisqu’il est en fait le dernier bâtiment majeur de la Kriegsmarine à croiser sur les routes maritimes de l’Atlantique : c’est là le résultat d’une décision prise par Hitler contre la stratégie développée par Raeder (p. 214).

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Mais il convient de se garder d’une grille de lecture qui déconnecterait trop franchement les opérations maritimes du reste du déroulement de la Seconde Guerre mondiale. En effet, non seulement les navires, quels qu’ils soient, ont besoin de bases à terre, mais les conséquences des combats navals sont souvent éminemment terrestres, notamment lorsque les cibles sont des transports de matériels ou d’hommes à destination de troupes à terre. Enfin, il convient de ne pas oublier que l’une des clefs de l’issue de la guerre navale se déroule sur le plancher des vaches, à savoir notamment le percement du chiffrage des fameuses machines Enigma par les universitaires de Bletchey Park, parmi lesquels Alan Turing (p. 335-337, 502). Autant d’éléments qui vont à l’encontre d’une idée de centralité de la péninsule armoricaine dans cette dimension maritime de la Seconde Guerre mondiale.

En réalité, deux choses se donnent à voir dans ces pages. La première est la « polycratie » du IIIe Reich, dimension qui invite à théoriser une Seconde Guerre mondiale dont la géographie est fondamentalement polycentrique. L’Hitlérisme tel qu’il a pu être porté par des historiens tels qu’A. Hillgruber ou E. Jäckel n’a aujourd’hui plus cours. L’approche fonctionnaliste du régime a contribué à réévaluer les effets de contexte et les dynamiques propres à la période, à tel point qu’un historien comme M. Broszat a pu voir en Adolphe Hitler un dictateur faible[6]. Sans doute cette grille de lecture est-elle aussi à relativiser dans la mesure où c’est bien le Führer qui parvient à s’imposer contre l’amiral Raeder, entérinant de fait l’idée que les grands navires auraient perdu de leur utilité et qu’à la manière de la cavalerie ils seraient périmés et appartiendraient à l’histoire de la guerre (p. 494). Mais il n’en demeure pas moins que c’est bien ce pouvoir éclaté et traversé par des forces centrifuges qui explique bien des indécisions concernant la dimension navale du conflit. C’est du reste ce qui entraîne la seconde chose qui se donne à voir dans ces pages, c’est-à-dire la nature fondamentalement périphérique de la guerre sur mer. En effet, les opérations à l’est occupent pour des raisons idéologiques qu’il n’est pas nécessaire de développer ici (p. 215), une part prépondérante dans l’esprit d’Hitler et des dignitaires les plus influents du Troisième Reich.

7 décembre 1941, lors de l'attaque japonaise contre Pearl Harbor. National Archives at College Park: 111-C-5904.
7 décembre 1941, lors de l’attaque japonaise contre Pearl Harbor. National Archives at College Park: 111-C-5904.

Il en va d’ailleurs de même en ce qui concerne les Etats-Unis et il y a tout lieu de se demander si cette idée d’une centralité de la péninsule armoricaine dans la Seconde Guerre mondiale sur mer ne trahit pas un regard trop européanocentré. En effet, le Vieux continent n’est pas nécessairement pour Washington le théâtre primordial d’opérations que l’on dit souvent. C’est ainsi qu’au moment de Pearl Harbor, non seulement la flotte américaine du Pacifique est plus importante que celle de l’Atlantique mais c’est son chef, James O. Richardson, qui détient le titre de Commander in Chief, US Fleet (CINCUS) (p. 257). De même, si l’opération Overlord constitue évidemment un tournant essentiel du conflit, on oublie qu’elle intervient seulement quelques jours après le débarquement des Américains à Saipan, dans les îles Mariannes. Or ce théâtre d’opérations débouche sur « l’un des plus grands affrontements navals de la Seconde Guerre mondiale : la bataille de la mer des Philippines » (p. 697).

L’ouvrage de C. L. Symonds montre en définitive que poser la question de la centralité d’un espace par rapport à un autre lors de la Seconde Guerre mondiale n’a pas vraiment de sens tant ceux-ci sont interdépendants et chargés d’une importance qui évolue au fil du temps. C’est du reste ce que rappelle l’auteur dès le début du livre en une sorte d’avertissement au lecteur : « Dresser la chronique de ce conflit en blocs géographiques distincts permettrait sans doute de simplifier les choses, mais ce n’est pas ainsi que la guerre s’est déroulée ou que les principaux responsables ont eu à la conduire » (p. 12). Et les exemples affluent tout au long de l’ouvrage. Dès l’été 1940 la flotte de sous-marins de Dönitz est en tension du fait des pertes enregistrées par le feu ennemi (p. 158). Avec l’entrée en guerre de l’Italie on songe bien à renforcer la flotte atlantique à l’aide de submersibles de la Regia Marina mais cette solution se révèle rapidement insatisfaisante – et ne concerne de surcroît par la Bretagne mais la base de Bordeaux (p. 159). En 1941, alors que les Allemands dominent dans l’océan Atlantique, Hitler demande à sa marine de faire preuve de retenue à l’endroit des navires américains afin de préserver ses forces contre l’Union soviétique (p. 262).

La Bretagne: au centre d'une bataille périphérique pendant la Seconde Guerre mondiale?
La Bretagne: au centre d’une bataille périphérique pendant la Seconde Guerre mondiale?

En définitive, on mesure donc combien la question initiale, c’est-à-dire celle d’une centralité réelle ou supposée de la Bretagne dans la dimension navale de la Seconde Guerre mondiale n’a pas de sens. Les théâtres d’opération interagissent entre eux sur un plan stratégique, chacun des belligérants déplaçant ses pions dans un sens ou un autre afin d’établir un rapport de force qui lui soit favorable (p. 678 par exemple). Tel est précisément ce qui se passe quand à l’automne 1941 l’Oberkommando der Wehrmacht (OKW) ordonne à Dönitz de délester l’Atlantique de 23 de ses sous-marins pour sécuriser la route des navires de l’Axe en Méditerranée et, en bout de course, conforter la chaîne logistique de Rommel et de l’Afrika Korps (p. 327). De plus, l’autonomie théorique supérieur à 21 000 kilomètres des submersibles allemands de type IX-C rendent un peu caduques de tels questionnements en ce qu’ils contribuent à projeter le conflit sur l’ensemble du globe (p. 338). Il en est de même en ce qui concerne les « vaches à lait », ces sous-marins destinés à ravitailler en carburant et en pleine mer d’autres U-Boote. Dans un conflit planétaire, une opération comme Chariot, aussi remarquable soit-elle, n’en demeure pas moins qu’un assaut chirurgical (p. 429).

D’ailleurs, pour identifier les points particulièrement saillants de cette Seconde Guerre mondiale dans sa dimension navale, il est intéressant de noter que l’auteur n’a pas recours à la dialectique périphérie-centre mais à la métaphore du trou noir. Or, si l’océan Atlantique est assurément un des haut-lieux navals du conflit, et donc dans une certaine mesure la péninsule armoricaine, il convient de soulignée que c’est la Méditerranée d’une part, Guadalcanal d’autre part qui motivent cette comparaison astronomique. C’est deux endroits constituent en effet pour les Alliés, « un trou noir logistique absorbant effectifs et ressources avec une telle voracité » qu’il était évident que la reconquête de l’Europe était en 1943 encore impossible (p. 526).

A Guam, le 21 juillet 1944. National Archives at College Park: 74250531.
A Guam, le 21 juillet 1944. National Archives at College Park: 74250531.

On mesure donc combien est utile l’ouvrage que C. L. Symonds publie aux éditions Perrin. Regorgeant de cartes, d’images d’archives et d’infographies et de descriptions de bâtiments, il saura conquérir un vaste public. Les curieux se régaleront d’une vaste fresque transocéanique tandis que les amateurs puiseront dans ces pages un utile instrument de travail. Une telle somme n’est néanmoins pas sans appeler un certain nombre de critiques. Les archives et la bibliographie sont ainsi quasi-exclusivement anglo-saxonnes et il est du reste fait peu de cas des marines de la France libre – le général de Gaulle n’est cité que deux fois dans le volume (p. 477 et 544) – et de l’Union soviétique. Bien entendu, composer un tel panorama de la Seconde Guerre mondiale sur mer est un exercice très difficile et qui impose des choix. Pour autant, avouons ici notre frustration lorsque nous avons découvert que la bibliographie du chapitre 26, consacré au débarquement de Normandie, ne comporte aucune référence en français, ni même en allemand du reste. De même, certaines affirmations pourront apparaître assez péremptoires aux plus amarinés des lecteurs, comme lorsque C. L. Symonds évoque « les eaux relativement clémentes de la Méditerranée » (p. 645). Toutefois, ces quelques critiques mineures ne sauraient détourner notre attention tant cet ouvrage risque de s’imposer comme une référence incontournable pour toute bibliothèque consacrée à la Seconde Guerre mondiale.


[1] Symonds, Craig L., Histoire navale de la Seconde Guerre mondiale, Paris, Perrin, 2020. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Cet ouvrage est la version traduite en français de Symonds, Craig L., World War II at Sea. A Global History, Cambridge, Cambridge University Press, 2018.

[3] Lopez, Jean (dir.), Aubin, Nicolas, Bernard, Vincent et Guillerat, Nicolas (data design), Infographie de la Seconde Guerre mondiale, Paris, Perrin, 2018, p. 102-103.

[4] Cochet, François, « Overlord. Prémices de la société de consommation ? », in Leleu, Jean-Luc (dir.), Le Débarquement. De l’événement à l’épopée, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018, p. 213-224.

[5] L’auteur rappelle qu’en janvier 1945 le Wilhelm Gustloff qui appareille de Dantzig avec à son bord de 8 à 10 000 réfugiés emporte aussi dans ses cales « les cercueils de Paul von Hindeburg, l’ancien héros militaire allemand et président du Reich jusqu’en 1934, et son épouse qui avaient été exhumés de leur tombeau non loin de Tannenberg afin de prévenir tout acte de vandalisme » (p. 792).

[6] Broszat, Martin, L’État hitlérien, Paris, Fayard, 1986. Pour une mise en perspective consulter Schwok, René, Interprétations de la politique étrangère d’Hitler. Une analyse de l’historiographie, Genève, Graduate Institute Publications, 1987, chapitre X, p. 131-140.


1 réflexion sur « La Bretagne au cœur de la Seconde guerre mondiale (navale) ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.