Carte postale du canal de Panama (détail). Collection particulière.

1er juillet 1914 : l’inspecteur des Finances vannetais et le canal de Panama

Dans son édition du 1er juillet 1914, le quotidien catholique rennais L’Ouest-Eclair publie en première page une intéressante tribune qui, non signée, reprend un certain nombre de réflexions relatives à l’ouverture du canal de Panama formulées par un inspecteur des Finances du nom d’Etienne Dejean[1]. Cet article est stimulant à plus d’un titre. Quelques jours seulement après l’attentat de Sarajevo, il rappelle que la tension continentale n’accapare pas encore l’attention. De plus, il montre que le canal de Panama est désormais un enjeu géostratégique pour le commerce mondial et que, en d’autres termes, il cesse d’être lié à ce scandale éponyme synonyme de pertes financières importantes pour de nombreux épargnants, y compris bretons. Mais, une analyse minutieuse du propos de cet inspecteur des Finances interroge l’équilibre des forces à la veille de la Grande Guerre, l’océan Pacifique constituant par bien des égards un champ d’affrontements entre impérialismes.

En effectuant quelques recherches sur la toile, on parvient assez rapidement à disposer d’éléments à propos de l’auteur de ce rapport. La Bibliothèque nationale de France nous informe ainsi qu’un certain Etienne Dejean, né le 26 janvier 1883 à Paris, docteur en droit, diplômé de l’Ecole libre des sciences politiques et inspecteur des Finances depuis 1910, est l’auteur d’un volume intitulé Les Théories françaises sur l’origine de l’intérêt, volume publié en 1906 et vraisemblablement tiré de sa thèse. Pour en savoir plus sur cet individu, il serait intéressant de consulter son dossier de carrière, conservé au Service des archives économiques et financières sous la cote 1C-0034826/1. Par ailleurs, cette notice de la Bibliothèque nationale de France nous apprend qu’Etienne Dejean est mort pour la France à Perthes-les-Hurlus le 29 septembre 1915, ce que confirme du reste le fichier consultable sur Mémoire des hommes ainsi que le journal des marches et des opérations du 116e RI où sert cet inspecteur des Finances avec le grade de lieutenant[2].

C’est vraisemblablement sous un bombardement que s’achève ce parcours militaire sans faille, trajectoire que l’on peut reconstituer grâce à sa fiche matricule conservée aux Archives départementales du Morbihan, puisqu’Etienne Dejean dépend du bureau de recrutement de Vannes. En effet, s’il naît dans le VIe arrondissement de Paris – son acte de naissance précise que ses parents résident au 61, rue de Rennes – il est domicilié dans le chef-lieu du département du Morbihan au moment de passer devant le Conseil de révision. Sans doute ceci est-il à mettre en rapport avec la profession déclarée par le père d’Etienne Dejean lors de sa naissance, Henri Dejean affirmant alors être « receveur de l’enregistrement »[3]. Selon toute vraisemblance, la famille serait donc venue s’installer sur les bords du Golfe du Morbihan à la faveur d’une mutation.

Carte postale. Musée de Bretagne: 973.0033.583.
Carte postale. Musée de Bretagne: 973.0033.583.

Toujours est-il que c’est le 9 novembre 1903 que débute la carrière militaire d’Etienne Dejean, par un engagement volontaire contracté à Vannes pour servir 3 ans au 116e RI. Incorporé en tant que soldat de 2e classe, il est nommé caporal le 24 août 1904 puis regagne la vie civile muni de son certificat de bonne conduite. A en juger par les domiciliations successives indiquées sur sa fiche matricule, c’est à la fin de ces trois années de caserne au 116e RI qu’Etienne Dejean reprend le chemin des études et de la capitale, non loin du reste de l’appartement occupé par ses parents lors de sa naissance puisqu’il déclare habiter au 117, de la rue de Rennes[4]. Détail curieux, lors de son passage devant le Conseil de révision, il est simplement répertorié comme « sachant lire, écrire et compter », autant de compétences qui ne suffisent sans doute pas à intégrer l’Inspection des Finances… Est-ce à dire qu’il a préparé le concours d’entrée à l’Ecole libre des sciences politiques tout en effectuant son service au 116e RI ? C’est là une hypothèse qui semble probable mais qui mériterait néanmoins d’être validée[5].

Toujours est-il que ces années de formation ne l’empêchent nullement de concilier devoir militaire et cursus honorum académique. Alors qu’il enchaîne les diplômes, il devient sergent en 1906 et effectue deux périodes de réserve, toujours au 116e RI, en 1910 puis en 1911.

Lorsque paraît l’éditorial de L’Ouest-Eclair, Etienne Dejean semble être dans une situation tout aussi ambigüe que le canal de Panama qui, officiellement inauguré en 1913, est ouvert à la navigation le 15 août 1914. A cette date, l’inspecteur des Finances se trouve à Yoncq, dans les Ardennes, sous l’uniforme du 116e RI[6]. Déclarant résider depuis le 14 avril 1909 à Orléans, ce qui pourrait correspondre à la fin de sa scolarité à l’Ecole libre des Sciences politiques, il retourne à Paris, au 20, rue de Grenelle, le 27 juillet 1914. Une semaine plus tard il est Vannes, où il retrouve son régiment du fait de la mobilisation générale[7].

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

On ne sait donc pas dans quelles circonstances exactes Etienne Dejean écrit le rapport sur lequel se fonde l’éditorial publié le 1er juillet 1914 par L’Ouest-Eclair. En effet, la fonction d’inspecteur des Finances paraît peut conciliable, à l’époque, avec une domiciliation dans le chef-lieu du département du Loiret. Toujours est-il que ce texte est d’un grand intérêt pour qui s’intéresse à la situation diplomatique de ce crucial été 1914.

Il est tout d’abord intéressant de remarquer que, du point de vue de la France, la première conséquence de l’ouverture du canal de Panama est, d’après le rapport produit par cet inspecteur des Finances, l’intensification de la concurrence avec les Etats-Unis sur le marché du transport maritime. Pour être honnête, une telle déduction semble être frappée au coin du bon sens tant il est évident que Washington a tout à gagner avec l’ouverture de cette nouvelle voie maritime. Non seulement elle vient conforter la doctrine Monroe de 1823 mais, surtout, elle explique pourquoi ce sont les Américains, par l’intermédiaire du général Sibert, celui-là même qui débarque en juin 1917 à Saint-Nazaire à la tête de la 1e DIUS du corps expéditionnaire commandé par le général Pershing, qui achèvent le percement du canal. On voit donc que la réalité des relations franco-américaines est largement différente de la représentation qui en est donnée pendant le conflit : non seulement cette amitié transatlantique ne repose alors sur rien, ou presque, mais les intérêts respectifs de Marianne et de l’Oncle Sam peuvent les amener à être en concurrence frontale.

Mais ce que montre fondamentalement cet article publié par L’Ouest-Eclair, ce sont non seulement les visées expansionnistes de la France, pays qui à l’évidence cherche à développer ses relations commerciales, mais aussi, d’une certaine manière, sa conduite de Somnambule[8]. En effet, jamais Etienne Dejean ne semble se préoccuper de la manière dont les prétentions américaines pourraient être reçues par les Etats-Unis – doctrine Monroe oblige – mais également par l’Allemagne. Or l’historien D. Buenviaje a bien montré, dans un ouvrage paru il y a peu, combien le Pacifique constitue pour Berlin un espace permettant de sortir de l’impasse coloniale imposée par Londres et Paris[9]. Mais force est de constater que l’Allemagne est complètement absente de cet éditorial. Faut-il y voir une erreur d’interprétation de la part de L’Ouest-Eclair – voire même d’Etienne Dejean – ou au contraire une certaine forme d’acte manqué ? Toujours est-il qu’en ce 1er juillet 1914, si le quotidien rennais consacre un long article au « lendemain de l’attentat » de Sarajevo, la guerre semble très loin…[10]


[1] « Le Canal de Panama et les Intérêts français », L’Ouest-Eclair, 15e année, n°5671, 1er juillet 1914, p. 1.

[2] SHD-DAT : 26 N 682/2, JMO 116e RI, 29 septembre 1915.

[3] Arch. de Paris : V4E 5841.

[4] Arch. dép. Morbihan : r 1998.416.

[5] Arch. dép. Morbihan : r 1998.416 ; Maurin, Jules, Armée, Guerre, société. Soldats languedociens (1899-1919), Paris, Publications de la Sorbonne, 1982, p. 46-47.

[6] SHD-DAT : 26 N 682/2, JMO 116e RI, 15 août 1914.

[7] Arch. dép. Morbihan : r 1998.416.

[8] Clark, Christopher, Les Somnambules. Eté 1914 : commet l’Europe a marché vers la guerre, Paris, Flammarion, 2012.

[9] Buenviaje, Dino E., The Yanks Are Coming Over There. Anglo-Saxonism and American Involvement in the First World War, Jefferson, North Carolina, McFarland & Company, 2017.

[10] « Au Lendemain de l’attentat », L’Ouest-Eclair, 15e année, n°5671, 1er juillet 1914, p. 1



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2020, 11 octobre). 1er juillet 1914 : l’inspecteur des Finances vannetais et le canal de Panama. Ar Brezel. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbm2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.