Pour en finir avec les secrets d’archives

A tort ou à raison, les archives font peur. C’est ce sentiment qui permet que se développe un discours sur l’histoire « officielle », ensemble de représentations mentales se nourrissant de fantasmes à propos de « secrets » et autres « vérités que l’on nous cache ». Lorsqu’il est question de la Seconde Guerre mondiale, cette grille de lecture est encore plus sensible et n’hésite pas à flirter avec l’abject, quand elle ne s’y vautre pas avec un plaisir évident. Dans ce schéma de pensée, les universitaires font véritablement figure d’ennemis en ce qu’ils représentent ce « système » censé opprimer un peuple qui serait « privé de son histoire ». On mesure donc toute l’urgence, urgence civique et non plus uniquement intellectuelle, savante, qu’il y à développer des outils facilitant l’accès aux archives, ce monde pouvant paraître effectivement impressionnant et déroutant pour quiconque y effectue ses premiers pas. C’est précisément ce à quoi s’attelle F. Bourrée, en collaboration avec F. Quéguineur, en publiant ce « Guide d’orientation dans les fonds d’archives » pour permettre au lecteur de « Retracer le parcours d’un résistant[1].

Edité par Archives & Culture, maison spécialisée dans ce type d’ouvrages, et ayant bénéficié du soutien de la Fondation de la Résistance et du Service historique de la Défense, le volume remplit pleinement son but. En une centaine de pages richement illustrées, le lecteur dispose d’un panorama si ce n’est exhaustif – est-ce possible en la matière ? – au moins très approfondi.  L’éventail des trajectoires présentées est très important : Résistants de l’intérieur et Forces françaises libres (y compris le Corps des volontaires françaises auprès de la France libre p. 31), déportés et internés de la Résistance mais aussi membres des Forces françaises de l’Atlantique (p. 20) ou des Forces françaises en Grande-Bretagne (p. 21), passeurs permettant de franchir la ligne de démarcation ou les Pyrénées ainsi que les évadés pris en charge par ces mêmes individus (p. 24-25), agents des PTT (p. 35)…

Derrière cet inventaire particulièrement impressionnant se niche en réalité la fameuse dialectique entre « Résistance organisation » et « Résistance mouvement » que connaissent bien les spécialistes de la période. F. Bourrée n’est sur ce point nullement dupe et précise d’ailleurs, à propos des Combattants volontaires de la Résistance (CVR), que ce corpus (p. 38)

« ne peut être considéré comme représentatif de tous les auteurs d’actes de résistance. Il a continué à privilégier la résistance organisée. »

C’est là une remarque d’ordre méthodologique qui est malheureusement trop souvent oubliée.

Tract. Musée de Bretagne: 990.0032.363.
Tract. Musée de Bretagne: 990.0032.363.

A cette hétérogénéité répond une grande multiplicité des centres d’archives parcourus : Service historique de la Défense à Vincennes mais aussi à Caen (p. 28-19) et à Pau (p. 30-31), Archives nationales et départementales… Curieusement, les archives municipales ne sont pas mentionnées or, d’expérience, il s’agit-là d’un réseau d’autant plus intéressant qu’il est malheureusement sous-exploité par la recherche.En revanche, les musées ne sont pas oubliés. Ils constituent il est vrai de véritables mines d’or pour qui est en quête d’informations sur la Résistance. En ce qui concerne la péninsule armoricaine, on se permettra toutefois de rappeler que si le Musée de Saint-Marcel est effectivement incontournable, bien qu’il soit actuellement en travaux, celui de Saint-Conan est également très intéressant. Enfin, on ne saurait trop conseiller de consulter les formidables collections en partage du Musée de Bretagne qui, y compris en ce qui concerne la Seconde Guerre mondiale, sont très précieuses.

Le volume se présente ainsi comme une sorte de mode d’emploi. Une personne qui souhaiterait, par exemple, travailler sur un individu ayant appartenu au réseau Turma-Vengeance apprendrait dans ces pages que si les archives du liquidateur ont été versées à La Contemporaine, un fichier répertoriant 10 000 agents est consultable librement en ligne (p. 44). Mais, loin de cadrer à l’excès le lecteur, au risque de brider toute initiative, l’ouvrage invite au contraire à explorer des fonds peu travaillés et auxquels on ne penserait pas de prime abord. Avouons ici que nous avons particulièrement apprécié les différents passages relatifs aux documents conservés à l’étranger (p. 48-49 par exemple), qu’il s’agisse des archives du SOE (p. 50-51) ou de Bad-Arolsen (p. 68-69).

La richesse et surtout la variété des documents présentés dans ce guide des sources est véritablement remarquable, à l’instar de ces chirographes conservés au Service historique de la Défense : il s’agit de documents découpés, en ligne droite, ondulée ou en dents de scie, et séparés ainsi en deux. Sous la forme de textes anodins – paroles de chanson, fable de La Fontaine… – ces papiers constituent en fait un acte d’engagement permettant l’homologation des agents auprès du BCRA, la preuve étant finalement apportée lors de la réunion des deux parties de la feuille (p. 15).

Carte de membre de l'Association nationale des anciens FFI-FTPF, 1948. Musée de Bretagne: 990.0032.480.
Carte de membre de l’Association nationale des anciens FFI-FTPF, 1948. Musée de Bretagne: 990.0032.480.

Un tel document dit fondamentalement toute la difficulté qu’il y a à retranscrire le parcours de ces individus engagés en Résistance, « armée des ombres » clandestine et qui, par définition ne laisse pas de trace, ou tout du moins cherche à en parsemer le moins possible. Or si ces fragments sont précisément les sources à partir desquelles pourrait s’écrire cette histoire, force est de constater qu’ils sont bien souvent trop épars et lacunaires, ce qui oblige à se baser sur des archives plus récentes, produites après 1945. C’est là l’un des grands mérites de ce volume composé par F. Bourrée que de bien préciser qu’une très large part des archives disponibles sont en réalité postérieures à la Seconde Guerre mondiale et visent à reconnaître les services des agents. Une attention toute particulière est ainsi portée aux archives des associations d’anciens Résistants (p. 36-37, 45), ainsi qu’à celles des Fondations (comme celles de la France libre, p. 44, ou de la Résistance, p. 45), mais également aux cartes et titres délivrés par l’État et notamment par l’intermédiaire de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (p. 38-41). De même, l’ouvrage propose un intéressant panorama des décorations pouvant concerner les Résistants (p. 78-91) : leur délivrance intervenant à la suite d’une instruction ayant nécessité une instruction, il y a la une source d’informations à ne pas négliger.

Enfin, l’auteur ne fait nullement l’impasse sur les très riches archives de la répression – emmenant notamment le lecteur aux Archives de la Préfecture de police de Paris (p. 54) – et de l’épuration. Aussi détaille-t-il pour l’occasion les différentes juridictions compétentes, qu’elles soient françaises et aux ordres du régime de Vichy (p. 56-57), allemandes (p. 58-59) ou françaises à la Libération (p. 74-75).

Pour autant, il est toujours délicat d’observer un mouvement social, quel qu’il soit du reste, par l’intermédiaire d’archives policières et/ou judiciaires. De même, les contours de la reconnaissance opérée par l’Etat ne sauraient retranscrire fidèlement le phénomène social considéré. C’est en cela que ces sources sont nécessairement biaisées et qu’elles obligent à une grande vigilance. Et là encore la plume de F. Bourrée touche juste puisque, dès l’introduction de l’ouvrage, il n’hésite pas à mettre en garde le lecteur : non seulement les dossiers de CVR sous-représentent les femmes et les paysans mais les plus intéressants sont parfois ceux n’ayant pas abouti. Essuyant un refus de la commission paritaire chargée de délivrer le titre, le requérant est forcé de produire plus d’éléments (témoignages, fac-similés de documents divers) qui s’ils n’arrivent pas toujours à convaincre les instances font le bonheur de celles et ceux qui travaillent sur la Résistance (p. 5).

De même F. Bourrée prend bien soin de mettre en garde contre le danger d’une recherche qui serait par trop centrée sur un aïeul donné et qui ferait fi du contexte général. Au contraire, il convient de multiplier les dépouillements dans les fonds d’archives de France et de Navarre, voir même au-delà des frontières hexagonales, et de compulser un maximum d’ouvrages. En effet, « en replaçant le parcours individuel dans une histoire collective, ces croisements et ces lectures seront essentiels pour mieux comprendre les motivations de l’engagement et l’expérience vécue » (p. 6). C’est là un appel à la variation d’échelles en histoire auquel nous ne pouvons qu’être sensible[2].

Carte de membre de l'Association nationale des anciens combattants de la résistance française, 1956. Musée de Bretagne: 990.0032.478.
Carte de membre de l’Association nationale des anciens combattants de la résistance française, 1956. Musée de Bretagne: 990.0032.478.

Truffé de conseils bibliographiques puisés aux meilleures sources – et de surcroît parfois en accès libre et gratuit sur la toile à l’instar du Maitron des fusillés – ce volume est non seulement une complète réussite mais un exemple à suivre, tant en ce qui concerne celles et ceux qui voudraient travailler sur la Résistance que les spécialistes des autres conflits. Il y a là en effet matière à inspiration pour concevoir des outils aussi accessibles que pratiques et qui puissent, enfin, permettre que l’on en finisse avec ces satanés « secrets d’histoire ».


[1] Bourrée, Fabrice (en collaboration avec Quéguineur, Frédéric), Retracer le parcours d’un résistant. Guide d’orientation dans les fonds d’archives, Paris, Archives & Culture, 2020. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Pour de plus amples développements on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan et Prigent, François, « Pour une histoire locale de la France », in Le Gall, Erwan et Prigent, François (dir.), C’était 1958 en Bretagne. Pour une histoire locale de la France, Rennes, Editions Goater, 2018, p. 8-17.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.