Image patriotique représentant la bataille de Spicheren (6 août 1870), sans date. Collection particulière.

28 juillet 1870 : fontaine je ne boirai pas de ton eau ?

Se présentant comme le « Journal de l’Union démocratique & libérale » et comme un « journal politique, commercial, agricole & littéraire » paraissant les jeudis & les dimanches, Les Côtes-du-Nord publient dans leur édition datée du 4 août 1870 un article particulièrement précieux pour l’historien qui s’intéresse à ce conflit[1]. En quelques lignes en effet sont rappelées à la fois la modernité de cette guerre franco-allemande et certaines permanences de discours qui ne manquent pas d’interroger.

Le premier numéro des Côtes-du-Nord parait le 20 juin 1868[2]. D’après la notice que lui consacre la Bibliothèque nationale de France, le député breton Alexandre Glais-Bizoin compte parmi les fondateurs du journal aux côtés d’Adrien Marchet. La lecture de ce premier numéro des Côtes-du-Nord laisse toutefois entrevoir une réalité légèrement différente. Le journal semble reposer sur un binôme composé d’une part d’Adrien Marchet, en charge de « la rédaction », d’autre part d’Eugène Marchet responsable de « l’administration ». Pour autant, la proximité du titre avec le parlementaire breton ne fait pas l’ombre d’un doute : le premier article publié par Les Côtes-du-Nord est en effet une lettre d’Alexandre Glais-Bizoin se réjouissant de la parution de ce journal libéral.

Ainsi, dans son édition du 4 août 1870, c’est-à-dire à une époque où tous les espoirs sont encore permis en ce qui concerne le sort des armes, Les Côtes-du-Nord publient une courte brève dans la rubrique « Faits Divers », choix éditorial qui rappelle combien ce type de source est précieux[3]. Sous couvert d’un récit purement factuel, et donc théoriquement inattaquable du point de vue du rapport à la « vérité », ces quelques lignes disent parfaitement le système de représentations mentales – les historiens de la Première Guerre mondiale parleraient à ce propos de culture de guerre – qui est alors en train de se mettre en place, y compris donc au sein de la péninsule armoricaine.

« On vient de décorer de la médaille militaire un jeune Breton de nous ne savons quel régiment d’infanterie pour le fait d’armes suivant :

Le 28 juillet, à la faveur d’un gros orage, un groupe de Prussiens s’est avancé vers une fontaine, pour l’empoisonner, dit-on.

(Des bruits pareils se répandent à chaque instant. Pour l’honneur de nos ennemis, nous pensons qu’ils sont complètement faux.)

Sous des torrents de pluie, nos avant-postes veillaient. D’un coup de feu, la sentinelle abat un capitaine. Le poste accourt, et tout le groupe est prisonnier.

Un officier prussien s’est écrié :

Je n’ai pas de chance pour ma première affaire, mais au moins je n’ai point de blessure. »

Comme bien souvent lorsqu’il est question de décoration et de citations à l’ordre, les faits qui sont distingués sont à peu près invérifiables. De ce point de vue, ce texte ne fait pas exception et le fait qu’il paraisse dans une rubrique de « Faits Divers » ne permet nullement d’en assurer la traçabilité et ne change finalement rien à l’affaire. Ne reste donc plus qu’un discours louant la qualité des troupes françaises, et singulièrement bretonnes («  d’un coup de feu, la sentinelle abat un capitaine »), tout en dénigrant l’ennemi[4]. Seule la référence à la Médaille militaire, décoration instaurée en 1852 et alors structurellement liée à Napoléon III et au Second Empire, vient dater le propos : sans doute aurait-elle été remplacée en 1914-1918 par une Croix de guerre voire une Légion d’honneur.

Diplôme de Médaillé militaire, 4 août 1902. Musée de Bretagne: 982.0005.101.1.
Diplôme de Médaillé militaire, 4 août 1902. Musée de Bretagne: 982.0005.101.1.

La thématique de l’empoisonnement est également particulièrement intéressante en ce qu’elle dit à la fois le caractère sacré du sol national[5], et donc le viol que constitue l’agression ennemie étant entendu que la guerre est pour les Français le résultat d’un patriotisme défensif, ainsi que la couardise du Prussien. S’en prendre à un point d’eau est non seulement un acte aveugle mais qui déroge à l’ethos du combattant, fait de virilité verticale aboutissant à la charge à la baïonnette, acmé du face à face guerrier. Sans compter que le Prussien dont il est question ici semble plutôt heureux d’être capturé, réaction d’autant plus accablante dans les représentations d’alors que cet individu est présenté comme étant un « officier »[6]. Autrement dit, l’ennemi se dérobe au noble art de la guerre ce qui, en quelque sorte, laisse la porte ouverte aux accusations de barbarie – au sens propre du terme – dont la culture de guerre de la séquence 1914-1918 se fera si régulièrement l’écho. Il n’est d’ailleurs pas anodin que fleurissent pendant l’été 1914 de nombreuses rumeurs d’empoisonnement de puits, rumeurs qui sont pour partie à l’origine de l’alcoolisation massive des troupes et de bien des atrocités[7].

Il faut également dire combien la relation de ce « Fait divers » participe d’une certaine forme de syncrétisme, mise en sourdine des discordes politiques derrière l’impératif de défense de la patrie agressée qui n’est pas, a posteriori, sans faire penser aux mécanismes à l’œuvre avec l’Union sacrée. Le créneau libéral des Côtes-du-Nord ne fait en effet aucun doute et est d’ailleurs encore rappelé en manchette de l’édition du 4 août 1870. Dans le premier numéro du journal, publié deux ans plus tôt, Alexandre Glais-Bizoin s’en prend sans réserve au « coup d’État », fustigeant ce « jour où toutes nos libertés ont été si profondément atteintes »[8]. Deux ans plus tard, la situation est cependant toute autre. Certes, Alexandre Glais-Bizoin refuse de voter les crédits de guerre[9] mais le journal qui le soutient politiquement se place sans équivoque derrière les troupes. Alors, certes, l’historien ne peut accepter tel quel un article comme celui-ci et est nécessairement obligé de s’interroger quant à son rapport non pas à la véracité des faits décrits mais à l’opinion d’alors. En 1870, l’argumentation assimilant la culture de guerre à un discours dominant est sans doute encore plus valable que pour la période 1914-1918, incomparable en termes de taux d’alphabétisation. Pour autant, on aurait sans doute tort de minorer le pouvoir prescriptif de telles relations de « Faits Divers ». Autrement dit, si un article tel que celui-ci n’est peut-être pas représentatif de l’opinion bretonne « moyenne » de l’été 1870, quand bien même celle-ci existerait-elle et serait-elle fidèlement reproductible, sans doute concoure-t-il à faire germer certaines des grilles de lectures qui parviendront à maturité 44 ans plus tard


[1] « Fait Divers », Les Côtes-du-Nord, 3e année, n°222, 4 août 1870, p. 3.

[2] Les Côtes-du-Nord, 1e année, n°1, 20 juin 1968.

[3] Kalifa, Dominique, « Faits divers en guerre (1870-1914) », Romantisme, n°97, 1997, p. 89-102.

[4] Le Gall, Erwan, « Les citations à l’ordre. Essai d’analyse dans une perspective régimentaire », in Harismendy, Patrick et Le Gall, Erwan (dir.), Un Adieu aux armes. Destins d’objets en situation de post-guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, p. 47-64.

[5] Pour de plus amples développements Horne, John, « Corps, lieux et Nation : la France et l’invasion de 1914 », Annales. Histoire, Sciences sociales, 55e année, n°1, 2000, p. 73-109.

[6] Pour de plus amples développements consulter Heinzen, Jasper (traduit de l’anglais par Roudault, Emmanuel), « Une question d’honneur entre gentilshommes ? Les officiers français prisonniers et l’usage politique de la parole d’honneur pendant la guerre franco-prussienne de 1870-1871 », Revue d’histoire du XIXe siècle, n°60, 2020-1, p. 107-122.

[7] Horne, John et Kramer, Allan, Les Atrocités allemandes, Paris, Tallandier, 2005.

[8] « Saint-Brieuc, 20 juin 1868 », Les Côtes-du-Nord, 1e année, n°1, 20 juin 1968, p. 1.

[9] Bourguinat, Nicolas et Vogt, Gilles, La Guerre franco-allemande de 1870. Une histoire globale, Paris, Flammarion, 2020, p. 410.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.