Jalons pour une culture professionnelle des combattants français de la Grande Guerre

Les modalités de déroulement du colloque « Culture & Fait guerrier » organisé les 1er et 2 octobre 2020 par l’IRSEM m’ont incité à publié sur ce carnet de recherche le verbatim de ma communication. Il s’agit d’une version très abrégée de ma thèse, consacrée au 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale. Ce texte ne reprend en effet que quelques questionnements et réduit au minimum les exemples tirés des archives. De plus amples développements seront bien entendu disponibles dans le livre qui sera tiré de ce doctorat, volume qui est en cours de publication mais qui ne devrait malheureusement pas sortir avant plusieurs mois.

Alors que le parlement français débat en décembre 1918 de l’opportunité d’une aide financière allouée aux démobilisés, le député Camille Blaisot affirme que cette somme est « la réplique de l’indemnité d’entrée en campagne » et déclare qu’elle doit donner aux poilus « à leur retour au foyer les moyens de se reposer avant de rentrer à l’usine ou de retourner aux champs »[1]. Ce faisant, cet engagé volontaire pour la durée du conflit et titulaire de la Croix de guerre dresse une étonnante continuité entre l’expérience des tranchées et le métier civil, assimilant même le service sous les drapeaux à une certaine forme de salariat. L’analogie est d’autant plus surprenante qu’elle se rapporte à une armée levée sur les bases de la conscription.

Il ne s’agit pas pour nous de déterminer si la Grande Guerre est ou non assimilable à un travail, questionnement qui relève sans doute plus de la compétence des philosophes et des politistes que des historiens. Notre propos se limitera à constater, à partir des sources, que c’est aussi par le prisme du métier, par le truchement d’un emploi certes imposé par les circonstances mais qu’il faut bien exercer, que les poilus appréhendent leur campagne 1914-1918. En d’autres termes, il s’agit de développer une approche-socioculturelle des modalités de réception de la Grande Guerre par ceux qui ont combattu, sous l’uniforme de l’armée française, lors de ce conflit. En empruntant les mots d’A. Prost, nous la qualifierons de « culture professionnelle des combattants »[2]. En ce qui nous concerne, le choix de cette locution fait clairement référence à l’idée de culture de guerre, notion comprise comme étant une grille de lecture donnant du sens au réel et, en l’occurrence, permettant aux contemporains de conférer une apparence de normalité à cette expérience proprement inintelligible qu’est la Grande Guerre[3]. Encore peu exploré, ce schéma inédit permettra d’apporter de l’eau fraîche au moulin des débats relatifs à l’endurance des belligérants, ce de manière à contribuer au dépassement de l’opposition historiographique binaire entre « contrainte » et « consentement »[4].

Pour cela, nous procéderons en démultipliant les échelles d’analyse, tout particulièrement en articulant les perspectives macro-historiques à l’approche micro-historique que constitue la monographie du 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo que nous avons composée au cours de notre thèse de doctorat, effectué à l’université Rennes 2 sous la direction du professeur Capdevila[5]. Après avoir dressé un panorama des traces de cette culture professionnelle des combattants inscrites dans les archives de l’armée française de la Grande Guerre, tant du point de vue de l’institution que des individus qui, au front, la servent, nous appréhenderons un certain nombre de passerelles permettant d’identifier des continuités en termes de conduites et de discours entre travail civil et « métier militaire » exercé pendant la campagne. Enfin, en nous basant sur l’exemple particulier que constitue le 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo, nous verrons en quoi ces fantassins permettent d’identifier un ensemble de pratiques très largement différenciées.

              Le révélateur des archives

Le registre du travail est omniprésent dans les archives du 47e RI, qu’il s’agisse de la documentation produite par l’unité elle-même ou par les combattants qui revêtent cet uniforme au cours de la Première Guerre mondiale. En cela, l’unité est à l’image de l’armée française de 1914-1918.

Régiment de zouaves et régiment d'artillerie se croisant sur la route, Pagny-sur-Meuse., 14 mars 1918. La Contemporaine: VAL 227/082.
Régiment de zouaves et régiment d’artillerie se croisant sur la route, Pagny-sur-Meuse., 14 mars 1918. La Contemporaine: VAL 227/082.

Qu’il s’agisse du journal des marches et des opérations du régiment (JMO), d’ordres donnés dans le feu de l’action ou de citations permettant de distinguer tel ou tel comportement valeureux, le champ lexical du travail est omniprésent lorsqu’il s’agit des archives du 47e RI. Comment s’en étonner du reste quand on sait que l’ordre de marche du régiment, sorte d’organigramme de l’unité réalisé au départ de Saint-Malo, dans les tous premiers jours d’août 1914, présente le médecin-major de 1e classe Maurice David de Drézigué comme étant « chef de service » ?[6] Sans surprise donc, on peut lire dans le JMO à la date du 17 octobre 1914, alors que l’unité commence à s’enterrer dans les tranchées d’Artois :

« Ordre est donné à toute la division de porter ses lignes en avant. Le 47e doit établir de nouvelles tranchées au SE du moulin 84, en avançant la droite vers la côte 107. Les groupes d’éclaireurs se portent en avant, à 20 heures et le travail est amorcé à 300m environ en avant du front. »[7]

Ce faisant se révèle la dimension indiciaire de l’unité puisque ces éléments de langage, cette manière d’appréhender le conflit en recourant au champ lexical du travail, n’est nullement propre au 47e RI. On retrouve en réalité l’usage de ce champ lexical à tous les échelons de la hiérarchie, qu’il s’agisse de la division, du corps d’armée ou même du groupe d’armées. C’est ainsi par exemple que les archives de la 20e DI conservées au Service historique de la Défense, à Vincennes, contiennent de nombreuses « notes de service »[8]. D’ailleurs, dès les tout premiers jours de la guerre, en août 1914, le général commandant la 40e brigade fait état dans son ordre n°5 de « chefs de poste et de service »[9]. Là encore, l’analogie avec le monde du travail vient facilement tant la plume militaire tend, par bien des égards, à se fondre dans le moule de celle d’un directeur des ressources humaines. Significative est à cet égard la circulaire n°14 du 1er régiment de fusiliers-marins, document datant du 29 août 1914 et prescrivant que « les mutations de personnel [soient] réduites au strict indispensable pour éviter de détruire le commencement de cohésion acquis dans chaque groupement »[10].

Téléphoniste de la CHR/47e RI, Jean Louet est un modeste cultivateur de Baguer-Pican, commune du nord de l’Ille-et-Vilaine. Décrivant les tâches qui sont les siennes aux tranchées, il utilise le terme « d’ouvrage » mot qui non seulement découle du champ lexical du travail mais qu’il emploie également pour évoquer l’activité de la ferme. Et lorsque vient le moment d’expliquer à sa sœur où il se situe sur le théâtre des opérations, le téléphoniste de la CHR/47e RI écrit : « moi, mon poste est en dehors des lignes, en arrière dans une grange »[11]. Bien entendu, l’emploi du terme « poste » est assez courant dans le contexte militaire mais il l’est aussi à l’usine, comme si d’une certaine manière ce combattant avait intégré la parcellisation des tâches inhérente à la guerre de positions.

Là n’est qu’un exemple parmi bien d’autres. On nous pardonnera d’ailleurs de ne pas en donner plus mais le minutage alloué à chaque communication lors de ce colloque ne nous permet pas de développer plus amplement le propos. Il convient cependant d’avoir en tête que quelle que soit leur position socio-culturelle et quel que soit leur grade, qu’ils soient civils sous uniforme ou au contraire militaires de carrière, qu’ils s’adressent à la famille d’un camarade tombé au front ou à leurs proches, les fantassins du 47e RI tendent, tout au long de la Première Guerre mondiale, à rendre compte de leur expérience combattante par le prisme du métier, comme si cette campagne était un travail à effectuer. S’il convient sans doute de distinguer ce qui relève, d’une part, de l’intériorisation d’une norme socioculturelle – le travail – et, d’autre part, de la description subjective des compétences spécifiquement attachées au « métier militaire », un tel constat interpelle.

Sans doute ceci a-t-il pour une certaine part pour objectif de rendre lisible, compréhensible, une situation exceptionnelle qui par bien des égards ne l’est pas. Autrement dit et encore une fois, il ne s’agit pas pour nous de dire que la Première Guerre mondiale est un travail mais de souligner combien celle-ci est appréhendée comme tel par un certain nombre d’acteurs, à commencer par les fantassins du 47e RI. Pour autant, on observera que la propension à envisager l’activité militaire sous l’angle du métier n’apparaît pas avec 1914. Au XIXe siècle, la France assimile ainsi « l’honneur d’un officier à sa conscience professionnelle », d’après les termes employés par l’historien J. Heinzen[12].

Secteur de la Cote 127 (sud-ouest et nord-ouest de la Ferme des Wacques). En tranchée. Le commandant Ollivier du 315e régiment d'infanterie remettant la croix de guerre à un officier et deux hommes de son bataillon, juillet 1916. La Contemporaine: VAL 123/089.
Secteur de la Cote 127 (sud-ouest et nord-ouest de la Ferme des Wacques). En tranchée. Le commandant Ollivier du 315e régiment d’infanterie remettant la croix de guerre à un officier et deux hommes de son bataillon, juillet 1916. La Contemporaine: VAL 123/089.

Toujours est-il que le recours à cette grille de lecture bien spécifique n’est, lors de la Première Guerre mondiale, pas que le fait des fantassins du 47e RI. Bien au contraire. Qu’il s’agisse de paysans ou de fonctionnaires, de catholiques conservateurs ou de républicains déchristianisés, nombreux sont les poilus bretons à assimiler leur expérience combattante à un travail. Ce mot revient d’ailleurs souvent sous la plume du fougerais Joseph Le Segretain du Patis, notamment lorsqu’il évoque son unité, le « 25e territorial qui travaille autant et plus que les régiments d’active »[13]. Ouvrier agricole originaire de La Feuillée (canton de Huelgoat, Finistère), Michel Urvoas est répertorié lors de son arrivée au 89e régiment d’infanterie comme sachant « un peu lire et écrire ». Né dans une famille extrêmement modeste, peut-être même indigente, cela ne l’empêche pourtant pas de vivre lui aussi la guerre à la manière d’une expérience professionnelle. En effet, mobilisé avec la classe 1915, il débute ses classes le 18 décembre 1914. Il parait alors demeurer dans l’illusion d’une guerre courte. Aussi, ne sachant « pas encore quand il irait au front », il écrit à ses parents le 5 janvier 1915 que « si la guerre se termine avant qu’[il] prenne [son] métier [sous-entendu de poilu] alors [il] irait à Paris »[14]. Plus explicite encore, Louis Maufrais, haut-breton de Dol qui est affecté au 94e RI à partir de février 1915. Demeuré jusqu’en janvier 1915 au dépôt du 136e RI, à Saint-Lô, il se rappelle de cette période comme étant celle de son « apprentissage du métier de soldat ». Dans ses carnets, il explique d’ailleurs bien combien ces semaines lui sont désagréables, écrivant notamment : « Le travail était devenu monotone, et j’avais l’impression de vivre dans une salle d’attente »[15]. Certes, on pourra toujours objecter que Louis Maufrais achève au moment de la mobilisation générale ses études de médecine et qu’il officie en tant que médecin pendant tout le conflit, d’abord au sein d’un régiment d’infanterie puis dans une ambulance chirurgicale, ce qui implique tout de même une certaine continuité professionnelle. Mais tel n’est pas le cas de l’épicier briochin Paul Cocho qui, mobilisé au 74e RIT, parle pourtant de son expérience de soldat comme d’un « métier »[16], alors que celui-ci n’a pour le coup pas grand-chose à voir avec celui qui est le sien dans le civil. Même chose pour Ambroise Harel, paysan breton qui, lorsqu’il écrit sa guerre dans le but de témoigner au nom des « simples de la terre », en parle, dès le début, comme d’un « travail ». Mieux, dès la première page de l’introduction de son ouvrage, il évoque « ceux qui ont quitté la faux en août 1914 ou, comme [lui], la charrue, quelques mois plus tard, pour prendre le fusil et défendre leur terre menacée »[17]. Propos instructif tant les deux activités sont placées sur le même plan, seul l’outil changeant en fin de compte. Même un prêtre tel que l’abbé Auguste Amicel, natif de Matignon et chapelain de la basilique Notre-Dame de l’Espérance de Saint-Brieuc, semble appréhender son expérience combattante par l’intermédiaire du champ lexical du travail, notamment lorsqu’il décrit sa fonction de brancardier comme une « besogne glorieuse et méritoire »[18]. En 1916, c’est sous la plume du futur général Laffargue que l’on retrouve cette analogie. Celui qui n’est encore « que » capitaine au 153e RI n’hésite pas à affirmer que « le fantassin est l’ouvrier de la Victoire »[19]. Là encore, nous pourrions multiplier les exemples de la sorte.

Aussi, au prisme de cette grille de lecture dite de la culture professionnelle des combattants, construction née d’un constat empirique réalisé à partir du dépouillement de nombreuses archives de nature différente, le poilu serait un travailleur, le statut de soldat un emploi, l’Armée une gigantesque entreprise et les permissions des congés payés. Pour l’homme du rang, l’officier serait un cadre plus ou moins proche et le sous-officier un contremaître.

              La Grande Guerre comme continuité de pratiques professionnelles

Pour autant, ce paradigme ne saurait masquer la rupture radicale que constitue la guerre pour ces fantassins, hommes qui pour l’essentiel sont des civils jetés sous l’uniforme du 47e RI par la grâce de la mobilisation générale. Dès lors, c’est bien la question de la continuité des pratiques professionnelles entre sphères civile et militaire qui se pose.

Symptomatique est à cet égard l’exemple de Jean Louet mentionné plus haut puisqu’il utilise le même terme « d’ouvrage » pour qualifier son travail à la ferme, donc son activité professionnelle antérieure à la guerre, et ce qui relève aux tranchées du « métier militaire ». Mais là n’est pas un cas unique. Il est vrai que pour bien des fantassins du 47e RI, le métier militaire n’est pas sans présenter un certain nombre de parallèles avec la vie civile. Tel est ainsi le cas pour les enseignants et les ecclésiastiques à qui l’unité confère un ou plusieurs galons d’officiers : pour eux, le commandement se situe en quelque sorte dans le prolongement du magistère exercé sur l’estrade ou en chaire[20].

Thann. Distribution des prix aux élèves des écoles de la ville. Chœur de garçons chantant la Marseillaise, sous la direction de l'instituteur militaire, 6 août 1917. La Contemporaine: VAL 333/095.
Thann. Distribution des prix aux élèves des écoles de la ville. Chœur de garçons chantant la Marseillaise, sous la direction de l’instituteur militaire, 6 août 1917. La Contemporaine: VAL 333/095.

D’autres individus entendent au contraire profiter de l’exercice contraint et forcé du « métier militaire » pour maximiser leurs compétences professionnelles afin de saisir les opportunités que le marché du travail ne manquera pas de leur procurer une fois la paix revenue. Rédigés plusieurs décennies après l’Armistice, les souvenirs de Julien Loret, simple soldat de 2e classe qui déclare exercer lors de son passage devant le Conseil de révision le métier de cultivateur à La Chapelle-des-Fougeretz, en Ille-et-Vilaine, disent bien cette propension de l’expérience militaire à se confondre avec le registre professionnel, malgré les ruptures de parcours[21]. A la fin de l’année 1918, il apparaît en effet évident à ce poilu de la classe 1911 qu’il devra changer de secteur d’activité. La ferme familiale sera d’ailleurs vendue quelques mois plus tard. Aussi explique-t-il :

« J’achetais des livres, car j’éprouvais le besoin de m’instruire. Je pensais à mon retour à la vie civile, qui m’obligerait d’abandonner le retour à la terre, c’est-à-dire, le métier de cultivateur que j’avais exercé. »[22]

C’est à cette époque qu’il effectue, alors qu’il sert toujours sous l’uniforme du 47e RI, une demande pour entrer aux Chemins de fer de l’Etat, requête qui est acceptée. Julien Loret écrit alors :

« Le 11 avril 1919, je me suis retrouvé à la gare de Trappes en qualité d’affecté spécial, mais je n’avais été démobilisé qu’au mois d’août 1919. J’avais abandonné ma tenue militaire, pour une tenue civile, et j’occupais un poste dans un bureau. » [23]

Encore une fois, le 47e RI ne saurait être considéré comme un exemple à part. Il y a peu, l’historien E. Saint-Fuscien a montré combien l’imprimerie du célèbre pédagogue Célestin Freinet doit à l’expérience de la Grande Guerre et plus encore au service de cette arme collective qu’est la mitrailleuse[24]. Célèbre est également l’exemple du médecin Louis Mauffrais, praticien qui n’hésite pas, comme on a pu le voir plus haut, à assimiler son temps au dépôt à une « salle d’attente »[25].

              Des pratiques très largement différenciées

Pour autant, un exemple comme celui-ci est exceptionnel à plus d’un titre. D’abord parce qu’il exerce des fonctions de médecin et occupe donc un poste dont l’obtention est soumise à la possession d’un diplôme. Ensuite parce que les représentations mentales qui entourent le « métier de fantassin » pendant la Première Guerre mondiale au sein de l’armée française assimilent le soldat de 2e classe à un ouvrier non spécialisé, dépourvu ou presque de toute compétence professionnelle.

En effet, le 47e RI s’avère être incapable de puiser dans le répertoire des métiers civils des individus qui portent son uniforme pour maximiser ses capacités militaires. Ainsi, ni les charpentiers, ni les maçons, ni les terrassiers, soit autant de professions dont le savoir-faire pourrait s’avérer bien utile dans le cadre d’une guerre de tranchées, ne sont jamais employés par l’unité en fonction de leurs compétences. Nous avons pu ainsi identifier 14 charpentiers parmi les 2 688 morts pour la France que déplore le 47e RI au titre de la Première Guerre mondiale : tous décèdent en tant que soldat de 2e classe, rang qui dit bien l’incapacité de l’unité à savoir valoriser en son sein les compétences héritées de la sphère civile. Pourtant, au moment de renforcer les tranchées et de bâtir de solides cagnas, il fait peu de doutes que ces savoirs spécifiques sont utiles.

Le paradoxe est que seuls les brancardiers et musiciens ainsi que les employés aux écritures sont recrutés par l’unité en fonction de leurs compétences professionnelles propres. Or, on aura pris soin de remarquer que ni les fonctions de brancardier, ni celle de musicien, ni celle de fourrier ne sont combattantes. Pour autant, il y aurait sans doute lieu de vérifier si ce constat vaut uniquement pour une unité d’infanterie d’active telle que le 47e RI où s’il peut également être formulé à propos d’armes plus savantes telles que l’artillerie ou le génie.

Bois des Perdreaux (sud-ouest de Tahure et sud de la route de Tahure à Souain). Brancardier français et deux chiens sanitaires recherchant les blessés, 25 septembre 1915. La Contemporaine: VAL 128/002.
Bois des Perdreaux (sud-ouest de Tahure et sud de la route de Tahure à Souain). Brancardier français et deux chiens sanitaires recherchant les blessés, 25 septembre 1915. La Contemporaine: VAL 128/002.

La grille de lecture dite de la culture professionnelle des combattants nous invite à envisager l’expérience de guerre des fantassins du 47e RI non plus sous la forme d’un contrat qui serait moral, ou civique, mais de travail. Dans le sillage des travaux de L.V. Smith ou E. Cronier, il en résulte une relation d’autorité négociée qui peut donc largement varier d’une compagnie à l’autre, en fonction des individus et des périodes[26]. De même que « la discipline des caporaux n’est pas celle des généraux et encore moins celle du grand chef »[27], pour reprendre la célèbre formule du général Juin, la culture professionnelle des combattants ne recouvre pas les mêmes réalités que l’on soit lieutenant-colonel commandant le 47e RI ou simple soldat de 2e classe. Dans ce cadre, le « bon chef » est non seulement celui qui se montre économe de ses hommes mais qui n’hésite pas à monter au créneau pour négocier avec l’autorité supérieure les ordres : tel est par exemple le cas du capitaine Prosper Dubois de la 7/47e RI qui, à l’automne 1914, parvient à faire annuler une opération visant à la reprise de deux pièces d’artillerie, celle-ci étant jugée beaucoup trop dangereuse par les hommes[28].

Pour autant, il n’est pas certain que cette dimension fondamentalement contractuelle, négociée, de l’autorité, soit propre à la Grande Guerre. Compagnon de la Libération et commandant du bataillon français mis à la disposition de l’ONU lors de la guerre de Corée, Paul Mousset explique :

« A partir d’un certain grade, on ne doit obéir qu’à sa conscience. Si on estime une attaque infaisable, on doit refuser d’attaquer. C’est un risque terrible que l’on prend là, mais un risque personnel. Il n’est rien en comparaison du risque que l’on ferait courir à des hommes que l’on enverrait à une mort certaine. »[29]

Cimetière de Clausen (Duché du Luxembourg). Tombes de soldats français (1914). La Contemporaine: PH/COL/002/0204.
Cimetière de Clausen (Duché du Luxembourg). Tombes de soldats français (1914). La Contemporaine: PH/COL/002/0204.

La grille de lecture dite de la culture professionnelle des combattants montre combien les poilus tendent à appréhender leur expérience de la Première Guerre mondiale par le prisme du travail. Il en résulte une certaine continuité des conduites et des discours dont découlent cependant des pratiques largement différenciées soulignant toute la dimension contractuelle, à la manière d’un contrat de travail, de l’exercice de l’autorité.

Reste à savoir comment l’unité, et non plus les hommes qui combattent en son sein, s’insère dans cette grille de lecture. Incapable de puiser au sein du répertoire des compétences professionnelles héritées de la sphère civile, le 47e RI amène à postuler une armée française de la Grande Guerre qui, bien que victorieuse, n’en présente pas moins un certain nombre de lacunes évidentes : incapacité à assurer la sécurité des poilus, difficulté à assurer leur recharge mentale et à subvenir aux besoins essentiels que sont l’hygiène, la faim et la soif, ce bien entendu sans mentionner l’épineuse question de la santé. Dès lors, l’armée française de 1914-1918 serait moins la meilleure armée du monde que la moins faible[30].


[1] Cité in Cabanes, Bruno, La victoire endeuillée, la sortie de guerre des soldats français (1918-1920), Paris, Seuil, 2014, p. 359.

[2] Prost, Antoine, « La guerre de 1914 n’est pas perdue », Le Mouvement social, n°199, avril-juin 2002, p. 101.

[3] Horne, John et Kramer, Allan, Les Atrocités allemandes, Paris, Tallandier, 2005, p. 317. Plus récemment, Cabanes, Bruno « Une histoire de la guerre », in Cabanes, Bruno (dir.), Dodman, Thomas, Mazurel, Hervé et Tempest, Gene (coord.), Une histoire de la guerre du XIXe siècle à nos jours, Paris, Seuil, 2018, p. 10 reprend la notion en la définissant comme le système de représentation donnant leur sens profond aux conflits.

[4] Prost, Antoine et Winter, Jay, Penser la Grande Guerre. Un essai d’historiographie, Paris, 2004 ; Beaupre, Nicolas, Jones, Heather et Rasmussen, Anne, Dans la guerre 1914-1918. Accepter, endurer, refuser, Paris, Les Belles lettres, 2015.

[5] Le Gall, Erwan, Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, thèse de doctorat d’histoire sous la direction du professeur Capdevila, Luc, Rennes, Université Rennes 2, 2019.

[6] SHD-DAT : 26 N 636/6 JMO 47e RI, tableau de marche de l’unité.

[7] SHD-DAT : 26 N 636/6 JMO 47e RI, 17 octobre 1914.

[8] Par exemple 24 N 409, opérations de la 40e brigade dans la Somme, 5 septembre 1916, note de service n°16.

[9] SHD-DAT : 24 N 397, ordre n°5.

[10] SHD-Marine, Vincennes : SS Fb 28, 1er régiment de FM, ordres numérotés.

[11] Cité in Pointel, Bernard, Baguer-Pican de Napoléon à nos jours, 1800-1994, Dinan, Grand Ouest Editions, 2000.

[12] Heinzen, Jasper (traduit de l’anglais par Roudault, Emmanuel), « Une question d’honneur entre gentilshommes ? Les officiers français prisonniers et l’usage politique de la parole d’honneur pendant la guerre franco-prussienne de 1870-1871 », Revue d’histoire du XIXe siècle, n°60, 2020-1, p. 115.

[13] Le Segretain du Patis, Ecrire la guerre. Les carnets d’un poilu, 1914-1919, Paris, LBM, 2014, p. 43.

[14] Thomé, Jacques, Le Fantassin de Kerbruc, Vauchrétien, Ivan Davy, 1991, p. 22 et 46.

[15] Maufrais, Louis, J’étais médecin dans les tranchées, 2 août 1914 – 14 juillet 1919, Paris, Pocket, 2008, p. 44 et 52.

[16] Cocho, Paul, Mes carnets de guerre et de prisonniers 1914-1919, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010, p. 98.

[17] Harel, Ambroise, Mémoires d’un poilu breton, Rennes, Ouest-France, 2009, p. 11.

[18] Prigent, Julien, Richard, René, Lettres à Notre-Dame d’Espérance. Correspondance de l’abbé Auguste Amicel au chanoine Jules Gadiou, juin 1916-février 1919, Plessala, Bretagne 14-18, 2013, p. 19.

[19] Laffargue, Capitaine André, Conseils aux fantassins pour la bataille, Paris, Plon, 1916, p. 3.

[20] Chanet, Jean-François, « La férule et le galon. Réflexions sur l’autorité du premier degré en France des années 1830 à la guerre de 1914-1918 », Le Mouvement social, 2008/3, n°224, p. 105-122.

[21] Arch. dép. I&V : 1 R 2095.1565. Sur la valeur à accorder à ces témoignages tardifs se reporter à Browning, Christopher, A l’intérieur d’un camp de travail nazi. Récit des survivants : mémoire et histoire, Paris, Les Belles Lettres, 2010.

[22] Arch. mun. Saint-Malo : 21 S, Loret, Julien, Historique des années de guerre 1914-1918 vécues par Julien Loret dans les 5e et 7e compagnies du 47e régiment d’infanterie, non paginé.

[23] Ibid.

[24] Saint-Fuscien, Emmanuel, Célestin Freinet. Un pédagogue en guerres 1914-1945, Paris, Perrin, 2017.

[25] Maufrais, Louis, J’étais médecin…, op. cit., p. 52.

[26] Smith, Leonard V., Between Mutiny and Obedience: the Case of the French Fifth Infanterie Division during World War I, Princeton NJ, Princeton University Press, 1994 ; Cronier, Emmanuelle, Permissionnaires dans la Grande Guerre, Paris, Belin, 2013. Voir également Saint-Fuscien, Emmanuel, A vos ordres ? La relation d’autorité dans l’armée française de la Grande Guerre, Paris, Editions de l’Ecole des hautes études en sciences sociales, 2011.

[27] Cité in Notin, Jean-Christophe, Maréchal Juin, Paris, Tallandier, 2015, p. 624.

[28] Europeana 14-18 : « Mémoires. Ce que j’ai vu. Appartenant à M. Auguste Labbé à Paris, 17, rue Burq 18e arrondissement ». [https://www.europeana.eu/portal/en/record/2020601/contributions_7101.html ǀ Page consultée le 19 février 2018].

[29] Ciré par Weill, Henri, Les Compagnons de la Libération de la 13, Paris, Mareuil Editions, 2020, p. 206-207.

[30] Pour un contrepoint voyant le verre, cette fois-ci, à moitié plein, se reporter à Goya, Michel, Les Vainqueurs. Comment la France a gagné la Grande Guerre, Paris, Tallandier, 2018.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.