Servant de pièce d'artillerie en Indochine, sans lieu ni date. Collection particulière.

Les 12 de Saint-Brieuc et le devoir militaire (11 mai 1950)

Le 11 mai 1950, un groupe de militants communiste s’oppose au passage en gare de Saint-Brieuc d’un train en provenance de Brest et transportant vers Rochefort des canons destinés au corps expéditionnaire français déployé en Indochine. Des sabotages sont commis sur du matériel ferroviaire et 12 « combattants de la Paix » sont arrêtés. Détenus pendant plusieurs mois à la prison de la Santé pour les hommes, à celle de la Petite Roquette pour les femmes, ces militants sont traduits devant le Tribunal militaire de Paris en janvier 1951. Peu connue, cette affaire est riche d’enseignements pour qui s’intéresse à l’intériorisation du devoir militaire au sein de la société bretonne.

Que cette manifestation soit à comprendre dans le cadre d’une internationalisation, par le biais de la rivalité Est-Ouest, de la guerre d’Indochine ne fait pas de doute. Le Parti communiste et la CGT sont bien des acteurs engagés de ce conflit planétaire et la paix pour laquelle combattent ces 12 militants est nécessairement rouge. D’ailleurs, ce qui se passe à Saint-Brieuc le 11 mai 1950 n’est pas un fait historique unique et l’on recense de semblables manifestations, au même moment, à Nantes mais également à Roanne et à Cannes. L’idée pour les communistes est bien de développer un autre front, intérieur celui-ci, à opposer à l’armée française engagée dans le cadre de la guerre d’Indochine. C’est d’ailleurs ce que rappelle la politiste V. Codaccioni :

« Ce qui change avec ces affaires politiques, c’est la nature des actes militants accomplis à des fins anticoloniales. Les sabotages, tout comme les obstacles au bon déroulement de la marche des convois militaires, n’ont rien à voir avec la distribution de tracts, le collage d’affiches ou les petits affrontements ponctuels avec les forces de l’ordre, simples prolongements du répertoire militant qui vise à toucher les masses. Ce sont des actions moins populaires, et surtout plus violentes, qui ne sont pas le fait de militants isolés ou novices. Supposant une coopération ou une action concertée entre plusieurs membres de l’organisation partisane et de la CGT, elles se distinguent aussi par leur degré d’organisation et leur niveau de préparation. Enfin, c’est aussi le degré de responsabilité des communistes réprimés qui diffèrent de ceux pris dans des affaires de propagande puisqu’ils sont plus vieux ou, tout au moins, ils ont déjà des responsabilités dans le Parti. »[1]

Le recours aux notices biographiques du Maitron permet de dresser une rapide prosopographie des militants arrêtés à la suite de cette manifestation, portrait de groupe qui confirme ces attendus et dit certaines des mutations qui traversent alors le mouvement ouvrier et social en Bretagne. Au début du XXe siècle, et contrairement à ce que l’on a trop souvent tendance à croire, les rapports qu’entretiennent les socialistes avec l’Armée sont complexes – certains n’hésiteront pas à écrire ambigus – et ne peuvent se résumer à une opposition totale et systématique. En témoignent par exemple les candidats aux élections législatives investis dans le département du Finistère par la SFIO.

              Recourir à la prosopographie

Mais 40 ans et deux guerres mondiales plus tard, la situation est toute autre. C’est ce dont témoignent les profils biographiques des militants arrêtés le 11 mai 1950 dans le cadre de cette fameuse affaire dite « des canons de Saint-Brieuc ». Sténo-dactylographe à l’Électricité de France (EDF), le parcours d’Yvette Hervé se développe, d’après ce qu’en dit son biographe A. Prigent, sans jamais aucune interférence avec la sphère militaire. Même chose en ce qui concerne Roger Ollivier : né en 1928, il est trop jeune pour participer aux combats de la Seconde Guerre mondiale mais ne tarde pas, au début des années 1950, à militer en faveur de la paix. C’est ainsi qu’il signe l’appel de Stockholm et s’engage donc contre la guerre d’Indochine.

Affiche du Parti communiste français. Auteur: André Fougeron (dessin).
Affiche du Parti communiste français. Auteur: André Fougeron (dessin).

D’autres trajectoires s’inscrivent en marge de l’institution militaire, à l’instar du parcours de Pierre Delourme. Né en 1916, il sert au sein des Forces françaises de l’Intérieur avant d’effectuer toute sa carrière à EDF. La Résistance participe indéniablement d’un renouvellement générationnel des personnels militants, phénomène sensible bien entendu chez les communistes mais aussi les socialistes[2]. Mais si des individus comme Edouard Quemper, Pierre Moisan ou Armande Daniel témoignent d’une expérience combattante qui ne peut être niée, force est toutefois de remarquer qu’elle est acquise principalement dans la clandestinité, notamment au sein de ces groupes FFI-FTP que l’on sait si puissant dans les Côtes-du-Nord[3]. Tout du moins, c’est bien du prestige de « l’armée des ombres » que découle leur capital politique au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

Plus intéressant encore, certaines notices du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et social suggèrent des parcours en rupture avec l’éthos ou l’institution militaire. Tel est pas exemple le cas d’Arsène Quignard, individu dont A. Prigent nous dit qu’il « fut prisonnier toute la guerre dans les stalags ». Quand on connaît d’une part la mémoire ambigüe qui entoure les prisonniers de 1940, d’autre part la propension du PCF, où il est encarté, à se présenter comme LE parti de la Résistance et des 75 000 fusillés, on touche sans doute là un point de sensible de cette trajectoire. Semblable réflexion peut sans doute être formulée à l’endroit de Gisèle Geslin. Entrée dès l’âge de 13 ans comme apprentie aux ateliers de couture Julienne à Guingamp, elle perd son emploi en 1948 quand ceux-ci mettent la clef sous la porte « en raison du tarissement des marchés militaires ».

              Une rupture culturelle ?

Parmi les militants arrêtés le 11 mai 1950 à Saint-Brieuc, Francis Auffret est le seul qui témoigne d’une certaine proximité avec l’institution puisque P. Boulland et A. Prigent, qui rédigent sa notice biographique pour le Maitron, précisent qu’il s’engage dans la Marine nationale en 1938. Dans la seconde moitié des années 1940, il entre chez EDF où il ne tarde pas à militer au sein de la CGT tout en menant une carrière politique au sein du PCF. Mais la Seconde Guerre mondiale agit manifestement comme une rupture chez Francis Auffret puisqu’on le retrouve parmi les individus « prenant une part active au sabordage de la flotte à Toulon ».

Or cette cassure biographique est sans doute beaucoup plus complexe qu’il n’y parait de prime abord. Participer au sabordage de la flotte renvoie non seulement à une rupture légale avec l’ordre juridique imposé par Vichy mais participe d’une évolution dans la culture professionnelle, dans le rapport à l’outil, qu’il convient de ne pas négliger. En effet, des historiens comme C. Bachelier ou G. Ribeill notent que le sabotage en tant qu’acte de Résistance est long à s’imposer tant il contrevient au sens du « travail bien fait »[4]. De ce point de vue, le parcours de Francis Auffret est sans doute à rapprocher de celui de Georges Félin. Militant CGT et communiste depuis le Front populaire, il travaille à la SNCF en tant que manœuvre, plus précisément au service matériel du dépôt de chemins de fer de Saint-Brieuc. Si C. Bougeard, qui compose sa notice pour le Maitron, note qu’il compte parmi les individus opérant pour le compte de la Résistance communiste des sabotages en gare de Saint-Brieuc, sans doute faut-il relier cette information à son entrée somme toute récente dans le « métier ». Ce n’est en effet qu’en 1938 qu’il est embauché à la SNCF. Il en résulte donc une culture professionnelle probablement moins solidement intériorisée que chez un individu qui aurait derrière lui 25 années de maison. Mais toujours est-il qu’en 1950, le rapport de sacralité à l’outil, singulièrement lorsqu’il s’agit de la machine militaire qu’est un canon, est brisé.

La gare de Saint-Brieuc, probablement au début des années 1950. Collection particulière.
La gare de Saint-Brieuc, probablement au début des années 1950. Collection particulière.

Il serait toutefois hasardeux de postuler à partir de cette brève prosopographie une rupture complète de ces militants CGT et PCF arrêtés le 12 mai 1950 à Saint-Brieuc d’avec la sphère militaire. Tout d’abord, on notera que l’action à laquelle participe ces individus consiste à bloquer un train transportant des canons, ce qui dit bien le rapport de conflictualité qui les oppose à l’armée. Quoi qu’on en dise, dans le cas présent, les champs politiques et militaires ici se rencontrent même si cette connexion donne lieu à une franche opposition. En d’autres termes, l’affaire dite des canons de Saint-Brieuc montre que le mouvement ouvrier et social dans les Côtes-du-Nord n’est pas a-militaire : ce qui est kaki l’importe et conduit même à des actions qui, on l’a dit, doivent aussi se comprendre dans un contexte de guerre froide. Pour autant, le terme d’antimilitarisme est également difficile à manier dans le cas présent. Particulièrement intéressante est à cet égard la défense de Madeleine Bardelli, née Le Bail. En effet, et d’après ce qu’en disent A. et F. Prigent, son avocate, Monique Weil, n’hésite pas à rappeler devant le tribunal militaire de Paris la citation à l’ordre de l’armée dont fait l’objet son père, Victor Le Bail, en avril 1915 : « A donné le plus bel exemple de bravoure et de dévouement en allant par sept fois et seul chercher des blessés sous un feu violent s’est dévoué pour aller chercher et rapporter le corps d’un capitaine tué a continué dans la nuit a aider les blessés à rentrer dans nos lignes. »[5]

C’est là le signe d’une transition dans le rapport de la société bretonne, et française au fait militaire. Certes, la situation n’est plus la même qu’en 1910, époque où la citoyenneté est moins indexée sur le bulletin de vote que sur le port de l’uniforme dans le cadre d’un patriotisme nécessairement pensé comme défensif. En témoignent les taux d’insoumission pendant la guerre d’Algérie, en tous points similaires à ce que l’on observe pendant la Première Guerre mondiale[6]. Pour autant, il n’en demeure pas moins que le profil sociobiographique des « 12 combattants de la paix » de Saint-Brieuc semble annoncer ce lien de plus en plus distendu entre l’Armée et la Nation qui caractérise le dernier quart du XXe siècle[7].


[1] Codaccioni, Vanessa, Punir les opposants. PCF et procès politiques (1947-1962), Paris, CNRS Editions, 2013, en ligne.

[2] Prigent, François, Les Réseaux socialistes en Bretagne des années 1930 aux années 1980, thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Sainclivier, Jacqueline, Rennes, Université Rennes 2, 2011.

[3] Bougeard, Christian, Le choc de la guerre dans un département breton : les Côtes-du-Nord des années 1920 aux années 1950, thèse sous la direction de Denis, Michel, Rennes, Rennes 2, 1986.

[4] Bachelier, Christian, La SNCF sous l’Occupation allemande 1940-1944, Paris, Institut d’histoire du temps présent, 1996, en ligne ; Ribeill, Georges, « Les Cheminots face à la lutte armée. Les différenciations sociologiques de l’engagement résistant », in Marcot, François (dir.), La Résistance et les Français : lutte armée et maquis, Besançon, Annales littéraires de Franche-Comté, 1996, p. 74.

[5] Arch. dép. CdA : 1 R 1227.572. Détail qui ne manque pas de sel au regard du parcours politique de Madeleine Le Bail, la fiche matricule de Victor Le Bail indique qu’il « reçoit exceptionnellement de SM l’Empereur de Russie pour s’être fait remarquer par sa valeur et sa bravoure la médaille Saint-Georges » de 4e classe le 13 avril 1915.

[6] Cochet, François, Les Français en guerres de 1897 à nos jours, Paris, Perrin, 2017 p. 77 : 0,018% entre 1914 et 1918 contre 0,066% entre 1954 et 1962.

[7] Pour un exemple particulièrement frappant se reporter à Crosse en l’air, publication qui se présente comme le « Journal du Comité de défense des appelés » et dont il a visiblement existé une déclinaison nantaise.


1 réflexion sur « Les 12 de Saint-Brieuc et le devoir militaire (11 mai 1950) »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.