Oeuvre d'Auguste Nayel (détail). Archives Elisabeth Loir-Mongazon.

D’une guerre à l’autre : 1870 pour mieux comprendre 1914-1918

Sur une invitation de la Région Bretagne, j’ai eu le plaisir de donner le 23 septembre 2020, au Ti Ar Vro de Saint-Brieuc et dans le cadre des Journées européennes du patrimoineune conférence intitulée « D’une guerre à l’autre : 1870 pour mieux comprendre 1914-1918 ». Prenant acte d’une part du foisonnement des questionnements relatifs à la séquence 1870-1871, d’autre part des perspectives offertes par l’exploration de la chronologie ressentie, et non plus strictement diplomatique, du conflit, j’ai procédé à l’analyse de l’une de ces passerelles permettant de dérouler le fil de ces représentations mentales qui, comme en germination, semblent éclore pendant la Première Guerre mondiale. C’est le verbatim de cette conférence que je vous propose de découvrir dans les lignes qui suivent.

La guerre franco-allemande de 1870 a peu intéressé les historiens, tout du moins lorsqu’on la compare à la production historiographique dévolue aux deux conflits mondiaux. En témoignent les vénérables Annales de Bretagne qui, ces 50 dernières années, n’ont consacré que deux articles à la guerre de 1870 ou plus exactement à quelques-unes de ses conséquences : la réforme de la gendarmerie par J.-F. Tanguy, la place de la violence dans le discours des prêtres par S. Tison, analyse qui du reste ne porte pas exclusivement sur « l’année terrible » et entend comparer deux espaces extra-armoricains, la Marne et la Sarthe[1]. Conséquence de ce manque de recherche fondamentale, la guerre de 1870 est toute aussi absente de la revue grand public ArMen. De même, les « Histoires de Bretagne » n’accordent qu’une portion très congrue à ce conflit. Dans l’Histoire populaire publiée en 2019 par A. Croix, T. Guidet, G. Guillaume et D. Guyvarc’h, l’événement n’apparaît qu’en filigrane, perdu dans un continuum belliqueux beaucoup plus vaste : « il y a des soldats bretons dans toutes les campagnes impériales, puis celles d’Algérie, d’Italie, de Crimée, de la guerre de 1870 dans la boue du tristement célèbre camp de Conlie »[2].Le grand médiéviste B. Merdrignac, dans un ouvrage de 125 pages, de surcroît richement illustré et destiné au plus large public, fait lui carrément l’impasse sur ce conflit[3].

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cet état de fait. Le premier est d’ordre épistémologique et renvoie à l’intérêt des historiens et des historiennes pour les structures économiques et sociales de la péninsule armoricaine. Héritière des Annales, cette approche privilégie d’autant plus le temps long que l’histoire militaire, jugée désuète, voire périmée quand elle n’est pas considérée comme idéologiquement suspecte, ne répond pas aux canons académiques en vigueur. Il est vrai que la séquence 1870-1871 est particulièrement complexe, ce qui a pu rebuter certaines velléités exploratoires puisque s’y trouvent mêlées plusieurs trames chronologiques distinctes : guerre franco-allemande donc mais aussi chute de l’Empire et avènement de la République et, enfin, épisode révolutionnaire avec la Commune de Paris. Les contraintes exercées par les trames narratives placent de facto la période dans une zone d’entre-deux, coincée d’une part entre le Second Empire, d’autre part l’affirmation de la République. Marqueur chronologique, 1870 est donc une borne, ce qui explique pourquoi ce conflit constitue un tel angle-mort. L’Histoire de la Bretagne publiée en 2019 chez Perrin par P. Tourault en est un bon exemple. La guerre franco-allemande est évoquée en 6 lignes, sur un volume de plus de 400 pages, et uniquement pour décrire le passage de « l’engouement pour le Second Empire à la proclamation de la IIIe République (1852-1870) »[4] :

« Nul ne peut prévoir une chute brutale, qui intervient pourtant à la suite de la défaite de Sedan. Alors que les Prussiens envahissent la France, Napoléon III doit démissionner (sic). Par un retournement de l’histoire, la République, si décriée par une majorité des Français vingt ans plus tôt, est proclamée le 4 septembre 1870. »[5]

C’est également la même structure narrative que l’on retrouve dans L’Histoire illustrée de la Bretagne et des Bretons publiée au Seuil par J. Cornette[6]. Précisons toutefois que cette réalité n’est pas propre à l’historiographie de la péninsule armoricaine : un rapide coup d’œil sur le répertoire des thèses suffit pour s’en convaincre.

Pourtant, quiconque s’intéresse à la période est frappé d’y croiser nombre de Bretons et de Bretonnes illustres au premier rang desquels le morbihannais Louis-Jules Trochu, président du Gouvernement de la Défense nationale à partir du 4 septembre 1870 et ce jusqu’au 17 février 1871, gouvernement où siègent Jules Simon – originaire de Lorient et titulaire du maroquin de l’Instruction publique, des cultes et des beaux-arts –, le général Adolphe Le Flô – de Lesneven et en charge de la guerre – ainsi qu’Alexandre Glais-Bizoin – natif de Quintin et ministre sans portefeuille. Mais on pourrait également évoquer le nom de la communarde Nathalie Lemel, native de Brest et déportée en Nouvelle-Calédonie en compagnie de Louise Michel, ou encore celui du finistérien Émile de Keratry, nommé préfet de police de Paris après la chute de l’Empire.

Portrait d'Emile de Keratry (détail). Musée de Bretagne: 980.0051.217.
Portrait d’Emile de Keratry (détail). Musée de Bretagne: 980.0051.217.

Tous ces éléments invitent donc à revisiter la guerre de 1870 et, pour ce qui nous intéresse ici, à interroger à travers l’espace breton ses rapports à la Première Guerre mondiale. Il s’agit moins pour nous, comme dans une maladroite perspective téléologique, de voir en quoi « l’année terrible » annonce l’hécatombe des tranchées que de puiser dans le répertoire de notions de l’historiographie de 14-18 pour appréhender à nouveaux frais la période 1870-1871. Pour ce faire, nous passerons en revue un certain nombre de transferts de grilles de lecture avant de nous focaliser sur l’idée de culture de guerre pour, enfin, nous intéresser à un « artiste passerelle », Auguste Nayel.

              Le legs de l’historiographie de 14-18

D’un point de vue historiographique, la séquence 1870-1871 ne saurait être appréhendée pour elle-seule. Elle est au contraire intégrée dans une trame chronologique beaucoup plus vaste, anthropologique et héritière en ligne directe des Annales et de la « nouvelle histoire militaire », visant à mieux comprendre « l’Homme en guerre ». Or, dans cette approche, « l’année terrible » fait figure de parent pauvre et ce sont les deux conflits mondiaux, et notamment pour ce qui nous intéresse ici la séquence 1914-1918, qui font office de moteur des questionnements. En témoigne tout récemment l’approche de 1870 en termes « d’expérience de guerre » adoptée par M. König et O. Roynette dans le cadre d’un dossier publié par la Revue d’histoire du XIXe siècle à l’occasion du 150e anniversaire[7]. Dans ce même numéro, l’historien D. M. Segesser ne craint d’ailleurs pas d’affirmer que « dans l’historiographie aussi, la Grande Guerre domine depuis 2014 les discussions sur l’analyse des conflits armés »[8]. En témoigne également la récente synthèse, opérée sur un mode global, publiée par N. Bourguinat et G. Vogt : non seulement la question des occupations est abordée mais elle est traitée en des termes qui ne sont pas sans faire penser aux analyses de P. Salson sur le département de l’Aisne, analyse qui du reste doit beaucoup aux travaux de l’historien de la Seconde Guerre mondiale P. Laborie sur l’idée d’accommodation[9]. De la même manière, l’intérêt porté aux femmes pendant la guerre de 1870-1871 découle directement de la vaste bibliographie s’étant emparé du sujet pour la séquence 194-1918[10].

Toutefois, s’il est une dimension qui, à n’en pas douter, singularise l’historiographie de la Première Guerre mondiale, c’est l’ampleur, et la vivacité, des débats portant sur l’endurance des combattants et, plus globalement, des sociétés belligérantes. Il ne nous appartient pas de faire ici l’histoire de ces controverses, qu’il s’agisse des courbes d’apprentissage en Grande-Bretagne ou des « écoles » dites de la « contrainte » et du « consentement » en France[11]. Néanmoins, dans une perspective hexagonale, il est intéressant de remarquer que les réflexions développées par le CRID-14-18 n’embrassent aucunement la séquence 1870-1871 mais paraissent au contraire dériver, à en juger par quelques digressions du dernier ouvrage de F. Rousseau, vers la Seconde Guerre mondiale[12]. Le contraste est flagrant avec un S. Audoin-Rouzeau auteur d’une vaste synthèse sur la guerre de 1870 où avec une O. Roynette qui, bien qu’originellement dix-neuvièmiste, est membre du Conseil scientifique de l’Historial de la Grande Guerre de Péronne[13].

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Toujours est-il que parmi les notions développées par l’historiographie de la Première Guerre mondiale et qui s’exporte très largement au-delà de ce conflit, pour venir aborder les rives de 1870, il y a l’idée de « culture de guerre ». Définie par J. Horne et A. Kramer comme « la grille de lecture du réel en cours », elle est présentée par B. Cabanes comme étant « le système de représentation donnant leur sens profond aux conflits »[14]. Bien entendu, il ne s’agit pas pour nous de reprendre sans discernement, tel quel, ce concept. L’importation n’a de sens que si elle profite de certaines critiques qui ont pu être formulées, celles notamment insistant sur le poids de la stratification sociale dans le développement de ces représentations mentales : pour le dire autrement, un simple charron et un agrégé de philosophie n’ont pas nécessairement la même approche du « réel en cours »[15]. Mais, qu’on le veuille ou non, le fait est que ces deux individus font société. C’est ce que rappellent J.-J. Becker et S. Audoin-Rouzeau lorsqu’ils écrivent que « la période 1850-1920 apparaît bien comme l’aboutissement d’un très long processus historique, comme le couronnement de la longue construction du vouloir-vivre ensemble français »[16].

Aussi, au-delà de ce qui peut différencier ces deux acteurs, il faut rappeler que tous deux sont unis par une grille minimum de compréhension du réel en cours : la culture de guerre, même si encore une fois celle-ci se conjugue selon d’infinies variations que sont la position socio-économique mais également l’âge, le fait religieux ou encore le genre. Or, si cette notion est aussi centrale, c’est qu’elle permet par ricochet de « retrouver » la guerre de 1870[17].

              1870 d’une protoculture à une autre

L’idée de culture de guerre est toutefois difficile d’emploi en ce qui concerne l’entrée dans un conflit, quel qu’il soit du reste. En effet, il nous semble que le passage de l’état de paix à l’état de guerre, transition d’autant plus radicale qu’elle s’effectue sur un laps de temps restreint, n’est du point de vue des mentalités pas nécessairement aussi rapide que le cours des événements. La lecture du réel en cours est nécessairement en retard sur l’Histoire, et plus encore lorsqu’il s’agit de sa compréhension fondamentale. Pour faire face à l’inédit, les acteurs sont donc contraints de se baser sur des modèles préexistants constituant autant de schémas d’anticipations d’un avenir nécessairement inconnu. Ce sont bien ces raisons qui nous ont conduit à l’été 2014 à ériger la guerre de 1870 en protoculture de la Première Guerre mondiale : autrement dit, ce sont sur les braises de « l’année terrible » que les Français et les Françaises entrent en Première Guerre mondiale[18].

Dès lors, selon le principe bien connu des dominos, se pose la question de l’entrée en guerre lors de ce mois de juillet 1870 et plus précisément des éléments qui forgent la culture constituant la trame de fond sur laquelle s’opère le basculement dans le conflit. L’historiographie est de ce point de vue assez unanime pour reconnaître le poids de la Révolution française et de l’Empire : il y a à la fois le souvenir de l’an II et de la levée en masse, mais également celui, beaucoup plus ambivalent, des conquêtes napoléoniennes. Du point de vue allemand, c’est la mémoire de l’occupation qui est prégnante quand, en France, ce sont les stigmates de l’invasion lors de l’effondrement de l’Empire qui sont clairement perceptibles[19]. En quelque sorte, ce sont là les deux faces d’une seule et même médaille augmentée, à en croire N. Bourguinat et G. Vogt, par quelques réminiscences du Printemps des peuples, en 1848[20].

L'Apothéose de Napoléon, image d'Epinal. Musée de Bretagne: 2014.0000.102.
L’Apothéose de Napoléon, image d’Epinal. Musée de Bretagne: 2014.0000.102.

Pour autant il y a un risque contre lequel J.-J. Becker et S. Audoin-Rouzeau nous invitent à nous lever dans un livre publié en 1995 et qui consisterait en une approche par trop monolithique de la péninsule armoricaine dans son rapport au conflit. En effet, comme le rappellent ces deux historiens, « le souvenir des luttes passés n’était donc nullement oublié, pas plus que la double occupation prussienne de 1814 et 1815, dans les régions qui avaient eu à en souffrir directement : c’était le cas des pays entre Loire et Seine, incluant toute la Normandie, la Bretagne jusqu’à une ligne Nantes-Saint-Brieuc, et les régions comprises entre l’Aisne et la Marne, s’élargissant au-delà de la Sambre à l’ouest et de la Moselle à l’est : le ralliement à la guerre en 1870 dans certaines régions de la France du nord s’adosse parfois à ces souvenirs des brutalités et des exactions de l’occupation prussienne… »[21] Quid donc de la haute-Bretagne puisque la géographie évoquée dans ces quelques lignes évoque peu ou prou la ligne Sébillot ? A dire vrai, ce questionnement ne semble pas avoir été prolongé par l’historiographie et en l’état actuel des connaissances force est de constater que cette hypothèse, pour stimulante qu’elle soit, demande à être vérifiée. Tout juste nous limiterons-nous à rappeler que le bonapartiste maire de Guingamp François Le Calvez, qui au corps législatif vote les crédits de guerre[22], publie l’avis suivant quelques jours après le déclanchement des hostilités :

« Le Maire de la Ville de Guingamp a l’honneur de prévenir ses Concitoyens qu’une SOUSCRIPTION est ouverte au Secrétariat de la Mairie en faveur des vaillants soldats de nos armées de terre et de mer qui seraient victimes de leur courage à soutenir l’honneur national.

On recevra avec reconnaissance, non seulement les dons en argent, mais encore les dons en nature tels que vieux linge, charpie et ligatures, qui seront expédiés aux ambulances et aux hospices, charger (sic) de soigner les blessés.

Il compte assez sur l’esprit patriotique de ses Administrés pour être certain que tous, suivant leur position, se feront un devoir de répondre à son appel.

Le Maire de Guingamp

LE CALVEZ. »[23]

A en juger par les listes de souscripteurs publiées par La Presse bretonne, autre journal dont la rédaction se trouve à Guingamp, l’appel de François Le Calvez bénéficie d’un certain écho dans la population. Certes, on pourra interroger – sans qu’il ne soit du reste possible d’apporter la moindre réponse à une telle question – les raisons profondes de cette générosité entre sincère adhésion à la cause nationale et mise en conformité plus stratégique avec la morale patriotique du moment[24]. Toujours est-il que si en Trégor, comme ailleurs, la mobilisation se passe avec quelques difficultés, notamment en ce qui concerne la remonte, c’est moins du fait d’un moindre consentement au conflit que d’une mauvaise anticipation des processus permettant que soit mise sur le pied de guerre l’Armée[25]. C’est ainsi par exemple qu’à Callac, il est décidé à l’unanimité que le montant des primes devant être accordé lors du comice agricole prévu pour se tenir le 8 septembre 1870 soit versé « dans la Caisse de Secours pour les Blessés des armées de terre et de mer, […], soit une somme de 1 100 francs »[26]. Sans doute l’opinion n’est-elle pas aussi mécaniquement forgée par le périmètre du champ de bataille[27]. Sans doute est-il également possible d’incriminer le passage d’une mémoire personnelle, individuelle, privée et s’exerçant dans un cadre avant tout familial, à une mémoire sociale, processus dont la conséquence première est justement la dilution de cette géographie de l’invasion[28].

Mais avant d’interroger plus amplement cette culture de la guerre de 1870, il importe de savoir comment en Bretagne, et plus singulièrement pour ce qui concerne cette conférence comment dans le pays de Saint-Brieuc, on suit le développement de la crise diplomatique qui conduit au conflit. D’après les quelques rapides dépouillements que nous avons pu effectuer, rien ne semble pour l’heure permettre de différencier la péninsule armoricaine du reste de l’hexagone : ce n’est que vers la mi-juillet que la tension devient véritablement palpable. Le« bulletin » publié par L’Armorique permet ainsi de se faire une idée assez fine de l’arrivée de la nouvelle de la guerre dans le département des Côtes-du-Nord. L’édition du 6 juillet 1870 laisse entrevoir, sur la foi de dépêches reçues la veille à Saint-Brieuc, un tableau sans aucune ombre : non seulement « la santé de l’Empereur s’est complètement raffermie, depuis que la famille impériale est installée à Saint-Cloud » mais certains bruits, rapidement démentis cependant, font état d’une visite de Napoléon III à Guillaume 1er[29]. C’est dire donc si la perspective d’une guerre, déclarée pourtant 13 jours plus tard, est alors lointaine. La question de la succession au trône d’Espagne ne fait irruption dans les colonnes de ce journal briochin que le 13 juillet 1870 et sous le titre, particulièrement révélateur « d’affaire Hohenzollern » : avant même qu’il soit question d’un conflit armé, la culpabilité de Berlin ne semble pas faire de doute[30]. Pour autant, sur la foi d’un article publié le 11 juillet 1870 par La Presse, ce même numéro de L’Armorique fait état de conférences ayant lieu à Saint-Cloud et portant sur les « dispositions militaires à prendre immédiatement » : d’après ces informations, le maréchal Bazaine serait nommé à la tête du 1er corps d’armée et le maréchal Le Bœuf serait fait « major-général de l’armée »[31]. Le 16 juillet 1870, la tension semble monter d’un cran. Si le ministre de l’Intérieur, Eugène Chevandier de Valdrome, télégraphie à tous les préfets de France que « l’ambassadeur d’Espagne nous a annoncé officiellement hier la renonciation du prince Léopold de Hohenzollern à sa candidature au trône d’Espagne », celui-ci s’empresse de préciser, dans le même temps, que « les négociations que nous poursuivons avec la Prusse, et qui n’ont jamais eu d’autre objet, ne sont pas terminées »[32]. Mais il s’agît là d’un message daté du 13 juillet 1870 et, trois jours plus tard, pour coller aux derniers développements de l’actualité, L’Armorique est contraint de publier un « supplément » sur lequel est reproduite, en première page et sur quatre colonnes, une « circulaire » adressée à « Messieurs les préfets et sous-préfets ». Il s’agit en réalité de la copie de l’allocution prononcée devant le Corps législatif et le Sénat par le chef du Gouvernement – et Garde des Sceaux – Emile Ollivier ainsi que par le Ministre des Affaires étrangères Agénor de Gramont. Réaffirmant « la justice » des réclamations françaises et se prévalant du soutien de « la plupart des puissances étrangères », ce discours attribue au roi de Prusse, le futur Empereur des Allemands Guillaume 1er, l’entière responsabilité de l’aggravation de la crise. On aura bien entendu reconnu là le célèbre épisode dit de la « Dépêche d’Ems ». Pour autant, l’allocution s’achève sur cette mise en garde : « Dès hier nous avons rappelé nos réserves, et avec votre concours nous allons prendre immédiatement les mesures nécessaires pour sauvegarder les intérêts, la sécurité, et l’honneur de la France »[33]. Manœuvre d’intimidation qui n’enraye en rien l’aggravation de la crise puisque les hostilités sont formellement déclarées le 19 juillet 1870. Le lendemain, le 20 juillet 1870, Jean-Marie Poulain-Corbion annonce dans L’Armorique que oui, effectivement, c’est « la guerre » :

« Le sort en est jeté ! Offensée par un gouvernement qui n’attendait depuis longtemps qu’un prétexte, la France a fièrement relevé le gant, et la guerre est déclarée à la Prusse. Il était temps, car les bataillons ennemis se mouvaient avant l’heure ; il était temps car ils marchaient vers le Rhin.

[…] Dans de telles circonstances, en effet, l’esprit national se réveille ; nul n’est indifférent, chacun s’émeut, et l’enthousiasme qui éclate partout est à la fois à la gloire et à la sûreté de notre beau pays. Sa gloire ! il est toujours digne de son antique renom ; sa sûreté ! car l’esprit de dévouement, endormi dans la quiétude de la paix, se ranime ; la nation oublie ses divisions, elle groupe sous la même bannière tous ses intérêts, et pendant qu’un sang généreux coule pour la Patrie, aux applaudissement mêlés de larmes de cette mère couverte de deuil et de gloire, des vertus oubliées semblent revivre ; l’abnégation, l’obéissance, le devoir accompli dans l’obscurité, l’union de tous les citoyens, toutes ces grandes choses refleurissent ; un élan mystérieux s’empare de toutes les âmes et révèle les symptômes énergiques de vitalité et de puissance dont la nation oisive avait semblé douter elle-même. »[34]

Daté du 19 juillet 1870, jour donc de la déclaration de guerre, ce document relève de registres bien connus, ceux de « patriotisme défensif » mais aussi « d’Union sacrée » que l’on observe de nouveau lors de l’été 1914[35]. Il n’en demeure pas moins que cette archive témoigne d’une transmission très rapide de l’information puisque c’est presqu’en temps réel que Jean-Marie Poulain Corbion prend la plume, cette tribune étant diffusée le lendemain. Reste que rien ne garantit que la grille de lecture du réel en cours de cet avocat de formation soit effectivement celle de peuple qui, s’il reçoit la nouvelle de la guerre au même moment, ce qui reste à confirmer, développe peut-être des analyses sensiblement différentes. Il n’est donc pas question de surévaluer ici le rôle de la presse dans cette Bretagne de l’été 1870. Néanmoins, force est de constater que non seulement elle existe mais qu’elle est particulièrement réactive, ce qui témoigne d’une indéniable modernité.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

La séquence 1914-1918 marque assurément une rupture décisive dans l’histoire de la médiatisation des conflits armés. Certes, la Guerre de Sécession (1861-186) est photographiée et l’ECPAD a annoncé en août 2020 l’acquisition de deux daguerréotypes figurant le siège de Sébastopol, pendant la guerre de Crimée, instantanés réalisés en novembre 1855[36]. Pour autant, il y a pendant la Première Guerre mondiale un effet de masse, une quantité produite de clichés, qui est absolument sans commune mesure avec ce que l’on peut observer précédemment[37]. Et ce, bien entendu, sans parler du cinématographe apparu au cours des années 1890 et qui ne tarde pas à s’approcher au plus près des tranchées pour saisir les combats[38]. De ce point de vue, la guerre de 1870-1871 ne supporte pas un instant la comparaison avec la séquence 1914-1918 : cela est indéniable et n’appelle aucune discussion.

Toutefois, même s’il n’est évidemment pas le même en juillet 1870 et en août 1914, il n’en demeure pas moins qu’il existe lors de « l’année terrible » un système médiatique et que celui-ci permet aux populations, y compris aux populations civiles situées, comme c’est le cas pour la péninsule armoricaine, à distance des champs de bataille, de suivre le déroulement du conflit. La presse bretonne en est un bon exemple, elle qui relaie abondamment les nombreuses dépêches d’agences spécialisées qui permettent d’avoir un regard instantané et de surcroît multifocal sur les événements. C’est ainsi que le numéro du 11 août 1870 de La Presse bretonne publie une publicité pour une Histoire populaire illustrée de la guerre de Prusse en 40 volumes de 8 pages chacun et vendus pour la somme de 8 francs. Pour ce prix, l’acheteur bénéficie de « 3 livraisons par semaine » et d’un propos dont on jurerait qu’il est écrit à l’avance, tant en ce qui concerne l’issue que la date de la fin des hostilités[39].

Arch. dép. CdA: « Histoire populaire illustrée de la guerre de Prusse », La Presse bretonne, 27e année, n°32, 11 août 1870, p. 3.
Arch. dép. CdA: « Histoire populaire illustrée de la guerre de Prusse », La Presse bretonne, 27e année, n°32, 11 août 1870, p. 3.

Cette circulation de l’information est rendue possible par les centaines de milliers de kilomètres de câbles télégraphiques qui parcourent l’Europe ainsi que par les milliers de stations Morse qui fleurissent sur le continent. Ces outils contribuent d’autant plus à l’abrogation technologique des frontières qu’ils s’accompagnent d’une baisse importante des tarifs. Il n’en coute ainsi, en 1868, qu’entre 0,50 centimes et 1 francs pour envoyer un télégramme sur le réseau français, celui-ci s’étendant sur quelques 116 000 kilomètres à la veille de la « Dépêche d’Ems »[40]. Comment dès lors s’étonner que le « journal de l’Union démocrate & libérale » Les Côtes-du-Nord propose dès le 4 août 1870 à ses « lecteurs et abonnés deux magnifiques cartes coloriées du théâtre de la guerre : 1° Carte de la Prusse, 2° Carte de l’Allemagne occidentale », chacune proposée pour la modique somme de 75 centimes ?[41]

Ce qui se développe en réalité ici c’est bien cette culture de masse dont il est difficile de ne pas observer qu’elle s’accompagne également d’une radicalisation manifeste des propos[42]. Particulièrement instructifs sont à cet égard les propos d’Alexandre Chambord, fondateur et rédacteur en chef de L’Armorique, dans le numéro daté du 27 août 1870, c’est-à-dire quelques jours avant Sedan et alors que la guerre est encore impériale :

« A l’anxiété momentanée causée par l’interruption des communications télégraphiques du maréchal Bazaine avec le ministre de la guerre, succèdent la confiance et le calme. L’interruption n’a été que de courte durée ; amplement pourvue d’approvisionnements de toute sorte qu’il a tirés des places sur lesquelles il s’appuie, le savant commandant en chef continue l’exécution de ses plans. D’autre part, le maréchal Mac-Mahon, à la tête de la puissante armée rassemblée au camp de Châlons, a commencé son mouvement. L’heure des événements décisifs est donc à la veille de sonner, et soyons prêts à nous tenir à la hauteur de toutes les éventualités. Ce que nous disions hier, nous le répétons aujourd’hui : tant qu’un seul uhlan souillera de sa présence le sol de la France, que tout citoyen, parmi nous, se considère comme soldat. »[43]

Il n’est pas difficile d’identifier là la rhétorique qui, associant le corps de l’ennemi à la Nation outragée, fera florès en 1914[44]. Pour autant, là encore, il convient de faire la part des choses et de se demander si ce qui sort de la plume d’Alexandre Chambot recoupe bien les représentations mentales du troupier breton de l’armée impériale. En l’état actuel de nos connaissances, nous ne sommes pas en mesure de répondre à cette question.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

En revanche, il est indéniable que cette intensification des discours – peut-être même serait-il possible d’évoquer, en référence aux réflexions de G. L. Mosse, une certaine forme de brutalisation voire même de totalisation[45] – ne tarde pas à être accompagnée d’un mouvement contribuant à l’émergence de la figure de l’ennemi intérieur. Le processus est connu et prend sa source dans le passage d’un conflit perçu comme étant essentiellement dynastique, et se cristallisant autour de la question de la succession au trône d’Espagne, à une guerre nationale, configuration qui se double d’un regain de xénophobie à l’égard des Allemands. Concrètement, cela se traduit par tout un ensemble de mesures visant à recenser, contrôler et voire même expulser, d’abord de Paris et du département de la Seine puis du territoire national, les ressortissants allemands présents sur le sol français. Les contrevenants, eux, sont emprisonnés, comme s’ils avaient été capturés sur un champ de bataille. Dans le même temps, les naturalisations d’Allemands sont rares : seulement 82 cas entre janvier 1870 et mai 1871 du fait notamment d’une administration française particulièrement réticente[46]. Bien entendu, cette dynamique ne peut pas ne pas faire penser à l’internement des ressortissants étrangers, ennemis ou supposés tels, et de toutes les sortes d’individus jugés « indésirables » pendant la Grande Guerre : à Saint-Brieuc, le camp du Jouguet en est un sinistre exemple revenu il y a peu dans la lumière avec la publication des carnets de l’un de ces internés, Hugo Ringer[47]. La différence est qu’en 1870 il n’existe « aucun précédent pour organiser à grande échelle l’expulsion de ressortissants n’ayant commis aucun acte répréhensible contre leur pays d’adoption »[48]. Tel n’est bien évidemment plus le cas lors de l’été 1914.

Pour autant, rien ne serait plus éloigné de la réalité que d’imaginer un chemin en ligne directe conduisant de Sedan à Charleroi. La violence de guerre, et plus précisément sa prise en compte par le corps social, constitue à cet égard une limite manifeste à un éventuel processus de brutalisation. Nombreuses sont en effet les sources qui attestent de la réalité du champ de bataille de 1870 et notamment des modalités de la mortalité que celui-ci engendre : ce sont déjà les armes à longue portée – fusils et artillerie – qui causent les pertes les plus importantes tandis que les blessures par armes blanche, atteintes résultant de combats au corps à corps, sont statistiquement rares[49]. Autant de réalités que les historiens de la Grande Guerre connaissent bien. Et pourtant, l’entrée en guerre est pour la France de 1914 le moment d’une douloureuse confrontation avec la réalité du combat moderne, confrontation qui par le même coup dit toute l’incongruité de ces grandes manœuvres de la « Belle époque » qui se targuent de réalisme[50]. Dès lors, comment expliquer ce qui semble bien relever d’une certaine forme d’amnésie ou tout du moins d’une mémoire très sélective ? Ce processus d’occultation de la réalité du combat moderne est en effet connu en ce qui concerne la guerre des Boers et la guerre russo-japonaise de 1905. L’historien O. Cosson a ainsi montré combien les stéréotypes raciaux conduisent à cette impasse, ce qui est alors observé sur les théâtres d’opérations africains ou asiatiques n’étant pas tenus pour s’appliquer aux armées européennes[51]. Mais cette grille de lecture ne tient pas en ce qui concerne la guerre franco-allemande de 1870-1871. Sans doute faut-il donc formuler ici une complexe équation dont les inconnues sont, d’une part le mouvement observé tout au long du XIXe siècle d’une plus grande attention portée à la souffrance d’autrui mais aussi de l’intériorisation d’une virilité dont le stade suprême est censé se démontrer sur le champ de bataille ; d’autre part la croyance après « l’année terrible » en une régénérescence de la France par ses qualités morales, conviction qu’incarne dans sa dimension militaire la mystique du « choc » sur le « feu ». Dans une perspective cette fois-ci stratégique et toujours pour interroger « l’ombre portée »[52] de 1870, il y aurait également lieu de s’intéresser à cette armée française qui entre en guerre en 1914 en croyant fermement en la perspective d’une bataille « décisive », idée suggérée par Alexandre Chambord dans son article du 27 août 1870 et que l’on sait héritée du souvenir napoléonien[53]. Pour autant, il n’en demeure pas moins que la guerre républicaine menée à partir du 4 septembre 1870 est précisément la négation de ce principe. C’est dire donc si les modalités de la mémoire, et de son indissociable corollaire, l’oubli, posent un certain nombre de questions à l’historien. Ici, c’est bien d’un contre-modèle dont il s’agit. Mais, quoi qu’il en soit, la passerelle entre la gestion du souvenir de la guerre de 1870 et les terribles pertes de l’été 1914 est ici évidente bien que non nécessairement automatique.

              Un artiste passerelle : Auguste Nayel

Reste que cette continuité pose la question des vecteurs qui permettent la transmission de telles représentations mentales. C’est là une vaste question à laquelle nous ne prétendons nullement répondre ici. Pour autant, il nous semble que le parcours de l’artiste breton Auguste Nayel permet d’identifier quelques fructueuses clefs de compréhension du problème.

Rappelons toutefois en préambule que notre propos ne relève pas de l’enquête systématique mais au contraire d’une certaine forme de « biopsie historique »[54] : si Auguste Nayel nous intéresse ici, c’est uniquement comme indice d’une réalité culturelle beaucoup plus vaste. Rappelons juste pour mémoire qu’en juillet 1914, le roman publié en feuilleton par le quotidien L’Humanité est l’ultime volume des Rougon-Macquart, cette « histoire naturelle et sociale d’une famille sous le Second Empire, à savoir La Débâcle, livre relatant la guerre de 1870[55]. On pourrait également faire état des quelques monuments aux morts qui, à Rennes notamment, semblent annoncer la véritable vague de statuomanie qui s’empare de la France des années 1920. Les vitraux constituent de même des vecteurs particulièrement intéressants d’une mémoire catholique qui, sans surprise, rappelle à Lanvallay, en l’église paroissiale Saint-Solen, le souvenir de Fernand de Ferron, zouave pontifical mort lors la bataille de Loigny. Mais on pourrait également citer celui qui en la basilique Notre-Dame du Bonsecours de Guingamp évoque la bataille du plateau d’Auvours (10-11 janvier 1871) et, toujours dans les Côtes d’Armor, à Lanrivain celui qui rappelle le souvenir de la bataille de Saint-Privat (18 août 1870)[56]. La peinture n’est donc qu’un vecteur parmi bien d’autres même si celui-ci s’incarne dans des ordres de grandeur intrinsèquement significatifs. C’est ainsi qu’à l’occasion d’une journée d’études récemment tenue aux Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan, J.-F. Lecaillon rappelle que pour les peintres français la guerre de 1870 est une source fréquente d’inspiration : pas moins de 460 tableaux présentés aux Salons entre 1872 et 1913 auxquels il faut ajouter les manifestations provinciales ainsi que les expositions plus strictement militaires.

Affiche de la conférence que je donnerai le 23 septembre 2020, à 18h30, en la Maison des cultures de Bretagne à Saint-Brieuc.
Affiche de la conférence que je donnerai le 23 septembre 2020, à 18h30, en la Maison des cultures de Bretagne à Saint-Brieuc.

Si Auguste Nayel nous intéresse dans le cadre de cette conférence, c’est pour l’œuvre puissamment évocatrice qui a été choisie pour illustrer la conférence qui nous réunit tous aujourd’hui en cette maison de la culture bretonne à Saint-Brieuc. Ajoutons d’ailleurs qu’il s’agit là d’un choix particulièrement judicieux des organisateurs tant la dimension régionale est un des aspects marquants du travail de cet artiste. Néanmoins, en ce qui concerne cette allégorie, je dois avouer que je ne dispose d’aucun élément me permettant de mieux la cerner : pas de titre, pas de date, pas de commentaire qui pourrait m’éclairer quant aux intentions d’Auguste Nayel. Pour autant, difficile de ne pas voir dans cette jolie pièce un de ces vecteurs de représentations mentales trahissant la persistance de 1870 en 1914. Autrement dit, avec cette allégorie, c’est bien cette protoculture forgée sur 1870 et sur laquelle se fonde l’entrée en guerre en 1914, qui se donne à voir. Point de perspective téléologique cependant ici mais des ferments patriotiques et républicains en germination, des représentations mentales tellement intériorisées qu’elles permettent de lire le réel en cours au moment du déclanchement de la Grande Guerre.

Né le 16 mai 1845 à Lorient, Auguste Nayel n’est en effet qu’un artiste inspiré par la guerre de 1870 parmi beaucoup d’autres. Entré à 14 ans à l’Arsenal, il débute sa carrière en tant qu’ouvrier sculpteur dans la Marine avant de partir pour Angers où il poursuit son apprentissage et suit les cours des Beaux-Arts auprès du maître Jules Dauban. En 1870, on le retrouve en tant que sergent-major, puis en tant que lieutenant, au 1er bataillon du 31e régiment de gardes mobiles, pendant le siège de Paris. Revenu à la vie civile, Auguste Nayel connaît la consécration avec un passage au Salon en 1875 ainsi qu’avec une carrière qui lui assure une indéniable notabilité dans sa commune natale, Lorient. Enseignant au lycée de la ville, jusqu’à sa retraite en 1907, il est également en charge des cours municipaux de dessin. En 1887, il devient le premier conservateur du Musée des Beaux-Arts de la ville, ce qui à n’en pas douter achève d’en faire une figure incontournable dans le Morbihan.

Mais revenons-en à la guerre. Loin d’être anecdotique, l’expérience combattante d’Auguste Nayel est au contraire rappelée avec insistance lors de ses obsèques, le 18 mars 1909. L’architecte Stéphen Gallot affirme ainsi, et en des termes qui ne sont  pas sans évoquer les formulations employées par les citations à l’ordre, qu’en 1870 « il fit vaillamment son devoir en qualité d’officier de mobile au siège de Paris ». Plus lyrique, le proviseur du Lycée explique pour sa part :

« Un jour pourtant, en 1870, il quitta l’ébauchoir pour prendre le chassepot de garde-mobile. Sergent-major au 1er bataillon du 31e régiment, il subit les angoisses et les souffrances du grand siège. Maintes fois, il se signala par sa bravoure dans les sorties stériles sous les murs de Paris, et, à défaut d’une autre récompense qu’il avait amplement méritée, il eut l’honneur d’être élu lieutenant d’une voix unanime. »[57]

Il n’est donc pas étonnant que celle-ci influe plus ou moins directement sur sa production. Bien entendu, faute de compétences suffisamment établies, nous nous abstiendrons de commenter sur la forme l’œuvre d’Auguste Nayel. Nous nous limiterons à rappeler qu’il travaille aussi bien le bois que le marbre ou le bronze et qu’il est en définitive un artiste complet maîtrisant tous les styles : classique, réaliste ou plus fantaisiste. En revanche, on se permettra de rappeler combien son œuvre correspond fondamentalement à Lorient, ville républicaine et à la « sensibilité militaire »[58] affirmée. Autrement dit, quoi de plus naturel pour un artiste aussi bien implanté dans cette commune que de produire une allégorie de la République en armes, victorieuse mais ne témoignant d’aucune agressivité ?

En effet, c’est sans doute là que cette œuvre d’Auguste Nayel est la plus fascinante, dans sa manière de préfigurer la Grande Guerre et bon nombre des discours qui, en France, l’entoure. Mais rappelons en préambule que cette pièce, non datée, est nécessairement antérieure à 1909, date de sa mort, soit cinq ans avant l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand et de son épouse morganatique Sophie Chotek à Sarajevo. Que figure cette allégorie ? Deux hommes qui encadrent une Marianne de facture antique. Ils sont assis sur des rochers qui paraissent symboliser le granit breton et, plus largement, l’inscription de la petite patrie dans la grande. L’un est un soldat de l’armée de terre, l’autre est un marin, tous deux scrutent l’horizon, manière de suggérer la vigilance, la veille permanente, face au danger qui guette. Mais encore une fois nulle agressivité dans leur attitude, c’est bien de patriotisme défensif dont il s’agit ici, comme pour rappeler l’éternel bon droit de la France.

Affiche de la conférence donnée le 23 septembre 2020, à 18h30, en la Maison des cultures de Bretagne à Saint-Brieuc (détail).
Affiche de la conférence donnée le 23 septembre 2020, à 18h30, en la Maison des cultures de Bretagne à Saint-Brieuc (détail).

Faut-il d’ailleurs voir dans cette Marianne encadrée par ces deux soldats – et deux félins, comme une évocation lointaine du lion de Belfort ? – et surgissant dans un halo de lumière une sorte de préfiguration de la « guerre pour la civilisation et le droit » menée à partir de 1914 ? Non bien entendu puisque d’autres réels auraient pu advenir. Mais il n’en demeure pas moins que cette œuvre d’Auguste Nayel pose certains des éléments du récit que la République impose à partir d’août 1914 pour expliquer et justifier l’entrée puis le maintien dans le conflit. Or une telle rhétorique ne peut naître spontanément, ce qui impose d’en débusquer les racines. C’est donc bien d’une passerelle d’une séquence belliqueuse à une autre dont il s’agit ici, extraordinaire archive montrant les représentations mentales en train d’infuser jusqu’à la libération des principes actifs constituant l’un des socles essentiels de ce discours dominant qu’est la culture de guerre.

Cette œuvre d’Auguste Nayel est d’autant plus stimulante qu’elle permet de lire bien au-delà du 11 novembre 1918. C’est d’ailleurs ce qu’explicite sans aucun doute possible la locution latine Si Vis Pacem Para Bellum inscrite sur le socle de cette antique Marianne, dont on aura pris soin au passage de remarquer qu’elle arbore une significative couronne de lauriers. Là encore, il ne faut pas se méprendre sur le propos : l’œuvre est produite avant que ne soit réalisée la Revanche – avant donc que la France ne recouvre l’Alsace et la Lorraine, ces deux cuisants stigmates de la défaite – et à une époque marquée par un profond pacifisme même si celui-ci est aujourd’hui très largement perdu de vue. La séquence 1914-1918 agit ici à la manière d’un film occultant et masque les craintes nées de la guerre de 1870 quant aux dommages irréversibles et difficilement quantifiables que pourrait provoquer un nouveau conflit armé : au-delà de la « débâcle » et des « provinces perdues », « l’année terrible » avait bien prouvé l’extrême dangerosité du feu moderne[59]. Pour autant, une question demeure, celle de l’infusion de quelques-uns des thèmes distillés ici par Auguste Nayel. Comment en effet ne pas voir dans cette composition une préfiguration de bien des monuments aux morts de la Grande Guerre, et notamment de celui érigé à Plouguiel, non loin de Tréguier ?

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Au terme de cette rapide démonstration, trois conclusions principales s’imposent. En premier lieu, il importe de souligner combien l’attention portée aux représentations mentales et tout particulièrement aux enjeux mémoriels contribue à dilater le temps du conflit. Précisons d’ailleurs qu’il s’agit  d’une tendance qui n’est nullement propre à la séquence 1870-1871. On la retrouve ainsi à propos de la plus Grande Guerre qui s’étale désormais entre 1912 et 1923[60]. De la même manière, un regard porté sur l’Extrême-Orient invite à se demander si, en fin de compte, la Seconde Guerre mondiale ne débute pas en 1931 avec l’invasion par le Japon de la Mandchourie. Quant à définir la fin du conflit, c’est là chose beaucoup encore plus difficile puisque si les bombardements nucléaires d’Hiroshima et Nagasaki constituent assurément une véritable césure, il n’en demeure pas moins que la zone Asie-Pacifique continue d’être agitée par maints affrontements se comprenant tant au prisme de la décolonisation que de la Guerre froide. Quiconque a eu la chance de visiter le musée érigé à Hanoï au sein de la prison de Hỏa Lò en est même réduit à se demander si, en fin de compte, la guerre est finie. Pour le dire autrement, ce que met en exergue sur le plan historiographique une telle interrogation est le passage d’une chronologie diplomatique à une chronologie ressentie. Les guerres balkaniques n’ont beau ne pas avoir grand-chose à voir avec la Grande Guerre et la guerre gréco-turque, il n’en demeure pas moins que les bornes chronologiques inscrites sur les monuments aux morts en Grèce sont 1912-1922 ce qui témoigne d’une continuité perçue par les contemporains, même si celle-ci, encore un fois, diverge des savoir produits par la discipline historique. A cet égard, l’entrée en guerre lors de l’été 1914 et la réminiscence du souvenir de 1870, conflit dont on a vu qu’il pouvait être érigé en « protoculture de guerre », participent d’une semblable dilatation de la chronologie. Il en est du reste de même en ce qui concerne la « levée en masse » et les guerres napoléoniennes. Reste à concilier en un seul et même récit ces chronologies contradictoires produites par la diplomatique d’une part, le ressenti des sociétés d’autre part, tâche qui est loin d’être aisée.

En second lieu, il apparaît évident que la recherche en histoire, en ce qui concerne la séquence 1870-1871, n’a sans doute pas atteint le degré de maturité que connaît la Première Guerre mondiale. En effet, « l’année terrible » se résume pour l’heure encore très largement à une histoire diplomatique, politique et culturelle : l’approche sociale, elle, est pour l’heure encore très largement absente sauf peut-être en ce qui concerne la Commune de Paris. En tout cas, faute de fiches matricules, il est pour l’heure impossible de faire l’histoire sociale des régiments qui, partis de Bretagne, tant au sein de l’armée impériale que des gardes-mobiles, participent aux combats de Sedan ou au siège de Paris. Peu en vogue, une telle approche permettrait pourtant d’intéressantes comparaisons avec la période 1914-1918… Ajoutons de surcroît qu’à l’heure où la commémoration ne peut se penser sans son indispensable volet numérique, on ne peut qu’être frappé par l’absence d’opérations de numérisation d’archives en ce qui concerne 1870. Le programme d’indexation collaborative « 1 jour 1 poilu » ainsi que l’implication du Centre de généalogie des Côtes d’Armor dans la mise en ligne des fiches matricules relatives à ce département rappellent combien le développement des connaissances peut profiter d’une telle mobilisation populaire. Certes, la mémoire n’est pas l’histoire mais il est stérile de les opposer, chacune pouvant se nourrir à diverses échelles de l’autre. C’est d’ailleurs là le troisième constat qu’il convient de dresser à propos de la guerre franco-allemande de 1870-1871 et de la péninsule armoricaine : très largement méconnue pour ce qui concerne la Bretagne, celle-ci constitue une véritable jachère historiographique qui promet bien des découvertes.


[1] Tanguy, Jean-François, « La gendarmerie et la défaite de 1870-1871 : supprimer, réformer, transformer l’arme ? », Annales de Bretagne et des pays de l’ouest, n°114-2, 2007, p. 171-183 ; Tison, Stéphane, « La Violence et la foi. Discours de prêtres sur la guerre dans la Marne et la Sarthe : 1871-1939 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, n°108-3, 2001, p. 87-116. Il est à noter que l’article de Jean-François Tanguy est directement issu de sa thèse, soutenue en 1986 et qui, effectuée sous la direction de Jacques Léonard, ne porte pas spécifiquement sur « l’année terrible » mais sur le maintien de l’ordre en Ille-et-Vilaine de 1870 à 1914. Il en est de même de celui de Stéphane Tison, tiré de Tison, Stéphane, Guerre, mémoire et traumatisme : comment Champenois et Sarthois sont-ils sortis de la guerre ? 1870-1940, thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Du Réau, Elisabeth, Paris, Université Paris III, 2002. En 1970, les Annales de Bretagne consacrent un numéro spécial à l’année 1870 mais la dimension militaire y est singulièrement évacuée au profit d’articles sur le plébiscite du 8 mai en Loire-Inférieure et en Ille-et-Vilaine, sur les peintres où sur Ernest Renan. Annales de Bretagne, Tome 77, n°2-3, 1970.

[2] Croix, Alain, Guidet, Thierry, Guillaume, Gwenaël et Guyvarc’h, Didier (dir.), Histoire populaire de la Bretagne, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, p. 257.

[3] Merdrignac, Bernard, Histoire de la Bretagne, Rennes, Editions Ouest-France, 2015.

[4] Tourault, Philippe, Histoire de la Bretagne, Paris, Perrin, 2019, p. 352.

[5] Ibid, p. 353.

[6] Cornette, Joël, Histoire illustrée de la Bretagne et des Bretons, Paris, Seuil, 2015, p. 342.

[7] König, Mareike et Roynette, Odile (dir), « Relire les expériences de guerre franco-allemandes (1870-1871), Revue d’histoire du XIXe siècle, n°60, 2020/1. Dans l’introduction de ce dossier, König, Mareike et Roynette, Odile, « Introduction. Être en guerre (1870-1871) : les formes d’un réexamen », Revue d’histoire du XIXe siècle, n°60, 2020/1, p. 77 affirment que « d’expérience de guerre », en tant que concept, « s’affirme d’abord dans le champ de l’historiographie de la Première Guerre mondiale, où, dès 1929, Jean Norton Cru lui conférait une valeur heuristique centrale en la considérant comme le critère déterminant de la vérité historique ».

[8] Segesser, Daniel Marc (traduit du suisse-allemand par Muller, Jean-Léon), « Plus pragmatique que visionnaire : Gustave Moynier, la guerre franco-prussienne et les infractions au droit de la guerre », Revue d’histoire du XIXe siècle, n°60, 2020-1, p. 163.

[9] Bourguinat, Nicolas et Vogt, Gilles, La Guerre franco-allemande de 1870. Une histoire globale, Paris, Flammarion, 2020 ; Salson, Philippe, L’Aisne occupée. Les civils dans la Grande Guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015 ; Laborie, Pierre (édition de Vast, Cécile et Guillon, Jean-Marie), Penser l’événement 1940-1945, Paris, Gallimard, 2019. Voir également Stein, Olivier traduit de l’allemand par Muller, Jean-Léon), « Chez l’ennemi comme chez soi : cantonnements allemands chez l’habitant pendant la guerre de 1870-1871 », Revue d’histoire du XIXe siècle, n°60, 2020/1, p. 123-143.

[10] Ripa, Yannick, « Une affaire de femmes », L’Histoire, n°469, mars 2020, p. 42-45.

[11] Pour une synthèse se reporter à Prost, Antoine et Winter, Jay, Penser la Grande Guerre. Un essai d’historiographie, Paris, 2004.

[12] Rousseau, Frédéric, 14-18, Penser le patriotisme, Paris, Gallimard, 2018.

[13] Audoin-Rouzeau, Stéphane, 1870. La France dans la guerre, Paris, Armand Colin, 1989.

[14] Horne, John et Kramer, Allan, Les Atrocités allemandes, Paris, Tallandier, 2005, p. 317 ; Cabanes, Bruno « Une histoire de la guerre », in Cabanes, Bruno (dir.), Dodman, Thomas, Mazurel, Hervé et Tempest, Gene (coord.), Une histoire de la guerre du XIXe siècle à nos jours, Paris, Seuil, 2018, p. 10.

[15] Offenstadt, Nicolas, Olivera, Philippe, Picard, Emmanuelle, et Rousseau, Frédéric, « A propos d’une notion récente : la culture de guerre », in Rousseau, Frédéric, Guerre, paix et sociétés, 1911-1946, Neuilly, Atlande, 2004, p. 667-674.

[16] Becker, Jean-Jacques et Audoin-Rouzeau, Stéphane, La France, la Nation, la Guerre : 1850-1920, Paris, SEDES, 1995, p. 8.

[17] Audoin-Rouzeau, Stéphane et Becker, Annette, 14-18, retrouver la Guerre, Paris, Gallimard, 2000. Pour un contre-point Prost, Antoine, « La guerre de 14 n’est pas perdue », Le Mouvement social, n°199, 2002, p. 95-102.

[18] Le Gall, Erwan, « Eriger 1870 en fondement d’une protoculture de la Première Guerre mondiale : l’exemple breton », En Envor, revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°4, été 2014, en ligne.

[19] König, Mareike et Roynette, Odile, « Introduction. Être en guerre (1870-1871)… », art. cit., p. 81.

[20] Bourguinat, Nicolas et Vogt, Gilles, La Guerre franco-allemande de 1870…, op. cit., p. 280.

[21] Becker, Jean-Jacques et Audoin-Rouzeau, Stéphane, La France, la Nation, la Guerre…, op. cit., p. 37.

[22] [http://www2.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche/(num_dept)/9508 ǀ page consultée le 21 septembre 2020]

[23] « Avis », L’Écho des Côtes-du-Nord, 33e année, 28 juillet 1870, p. 1.

[24] Pour un prolongement de ce type de questionnements se reporter à Horne, John, « Accepter la guerre. Les mobilisations de la bienfaisance et de l’épargne en France, 1914-1918 », in Beaupré, Nicolas, Jones, Heather et Rasmussen, Anne, Dans la guerre 1914-1918. Accepter, endurer, refuser, Paris, Les Belles lettres, 2015, p. 81-103.

[25] « Dépôt de Guingamp », La Presse bretonne, 27e année, n°34, 25 août 1870, p. 1. Encore une fois, il n’y a ce propos nulle spécificité bretonne et la défaite de Sedan ne fait bien entendu qu’aggraver la situation. Dans une lettre qu’il adresse à son frère le 18 septembre 1870, le célèbre peintre Eugène Boudin décrit : « Vous avez vu au Havre la fuite pour l’Angleterre. Mais ce n’est rien auprès de ce que nous avons rencontré à Laval : des populations entières fuyant l’invasion, des couvents, des nourrices, des paysans affolés se précipitant vers les lignes de Bretagne, les wagons envahis pris d’assaut… C’était navrant à voir et tout cela confondu avec des milliers de soldats, mobiles, volontaires, allant et venant dans toutes les directions, à ce point qu’on trouve 1 500 mobiles, vigoureux enfants du Gard et de l’Aveyron, à Landerneau. » Jean-Aubry, Georges, Eugène Boudin d’après des documents inédits. L’homme et l’œuvre, Paris, Les Editions Bernheim-jeune, 1922, p. 77 cité in Delouche, Denise, « Les Peintres et la Bretagne vers 1870 », Annales de Bretagne, Tome 77, n°2-3, 1970, p. 418.

[26] « Nouvelles diverses », La Presse bretonne, 27e année, n°34, 25 août 1870, p. 1. Il est à noter que le registre des délibérations du Conseil municipal de Landerneau, pourtant riche à cette période, ne dit rien des faits évoqués par Eugène Boudin.

[27] C’est ce que tendrait notamment à prouver l’exemple de Fougères sur la foi de Guérin, Yann, « Le Pays de Fougères pendant la guerre de 1870 (1e partie) », Le Pays de Fougères, n°56, 1985, p. 12-16 et Martin, Olivier, « Le Pays de Fougères pendant la guerre de 1870 (2e partie)», Le Pays de Fougères, n°57, 1986, p. 18-20.

[28] Halbwachs, Maurice, La mémoire collective, Paris, Presses Universitaires de France, 1950 et Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Presses Universitaires de France, 1952.

[29] « Bulletin », L’Armorique, 11e année, n°1072, 6 juillet 1870, p. 1.

[30] « L’Affaire Hohenzollern », L’Armorique, 11e année, n°1074, 13 juillet 1870, p. 1.

[31] « Dernières nouvelles », L’Armorique, 11e année, n°1074, 13 juillet 1870, p. 4.

[32] « Dépêche télégraphique », L’Armorique, 11e année, n°1075, 16 juillet 1870, p. 1.

[33] « Dépêche télégraphie ». Le ministre de l’Intérieur à messieurs les préfets et sous-préfets. Circulaire », L’Armorique, supplément au numéro du 16 juillet 1870, 16 juillet 1870, p. 1.

[34] Poulain-Corbion, Jean-Marie, « La Guerre », L’Armorique, 11e année, n°1076, 20 juillet 1870, p. 1.

[35] Becker, Jean-Jacques, 1914 : Comment les Français sont entrés dans la guerre, Paris, Presses nationales de la Fondation des Sciences politiques, 1977. Becker, Jean-Jacques et Audoin-Rouzeau, Stéphane, La France, la Nation, la Guerre…, op. cit., p. 63 qu’en ce qui concerne la période fin juillet-début août 1870, « il n’est pas injustifié de prétendre que le régime impérial a réussi à susciter un embryon d’Union sacrée ».

[36] [https://www.ecpad.fr/actualites/trois-nouvelles-acquisitions-viennent-enrichir-les-fonds-de-l-ecpad/ | page consultée le 27 août 2020]. Voir également Keller, Ulrich, The Ultimate Spectacle. A Visual History of the Crimean War, New York / London, Routledge, 2013.

[37] Parmi de nombreuses références Beurier, Joëlle, Photographier la Grande Guerre. France-Allemagne L’héroïsme et la violence dans les magazines, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016.

[38] Outre les travaux de Laurent Veray, mentionnons Guillot, Hélène, Les soldats de la mémoire. La Section photographique de l’armée, 1915-1919, Nanterre, Presses universitaires de Paris-Nanterre, 2017.

[39] « Histoire populaire illustrée de la guerre de Prusse », La Presse bretonne, 27e année, n°32, 11 août 1870, p. 3.

[40] Bourguinat, Nicolas et Vogt, Gilles, La Guerre franco-allemande de 1870. Une histoire globale, Paris, Flammarion, 2020, p. 180.

[41] « Avis », Les Côtes-du-Nord, 3e année, n°222, 4 août 1870, p. 1.

[42] Kalifa, Dominique, La Culture de masse en France 1860-1930, Paris, La Découverte, 2001.

[43] Chambort, Alexandre, « Saint-Brieuc, 26 août 1870 », L’Armorique, 11e année, n°1087, p. 1.

[44] Horne, John, « Corps, lieux et nation : la France et l’invasion de 1914 », Annales. Histoire, Sciences sociales, 55e année, n°1, 2000, p. 73-109.

[45] Mosse, George L., De la Grande Guerre au totalitarisme. La brutalisation des sociétés européennes, Paris, Hachette littératures, 1999. Pour de plus amples développements sur les forces de totalisation, et de dé-totalisation, pouvant être à l’œuvre au cours d’un conflit, on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale (1917-1919), Bruz, Editions CODEX, 2018. Becker, Jean-Jacques et Audoin-Rouzeau, Stéphane, La France, la Nation, la Guerre…, op. cit., p. 8 rappellent que « cette séquence 1850-1920 finit par trouver, en quelque sorte, une sorte de logique propre : on passe ainsi des aventures extérieures du IIe Empire (qui apparaissent comme autant de guerres limitées) au grand conflit franco-prussien de 1870-1871 qui, par certains aspects, marque une étape sur la voie de la totalisation de la guerre ».

[46] König, Mareike, « Les Immigrés allemands à Paris 1870-1871 : entre expulsion, naturalisation et lutte sur les barricades », Migrance, n°35, 2010, p. 60-70.

[47] Sur la question se reporter aux travaux de l’historien Ronan Richard et notamment à Richard, Ronan, La nation, la guerre et l’exilé : représentations, politiques et pratiques à l’égard des réfugiés, des internés et des prisonniers de guerre dans l’Ouest de la France durant la Première Guerre mondiale, thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Sainclivier, Jacqueline, Rennes, Université Rennes 2, 2004 ; Richard, Ronan, « Étrangers et indésirables en temps de guerre. Représentations, politiques et pratiques à l’égard des populations nouvelles dans l’Ouest de la France en 1914-1918 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, n° 109-4, 2002, p. 147-161. Pour une ouverture chronologique sur le temps long se référer à l’indispensable Peschanski, Denis, La France des camps. L’internement, 1938-1946, Paris, Gallimard, 2002. Voir enfin Ringer, Hugo (adapté et annoté par Richard, Ronan), Boulevard des étrangers, Saint-Brieuc, Les Archives dormantes, 2018.

[48] Chrastil, Rachel, « Se préparer à la guerre en 1870-1871 », König, Mareike et Roynette, Odile, « Introduction. Être en guerre (1870-1871) : les formes d’un réexamen », Revue d’histoire du XIXe siècle, n°60, 2020/1, p. 96-97.

[49] Roynette, Odile, « Blessés et soignants face à la violence du combat en 1870-1871 : un tournant sensible ? », Revue d’histoire du XIXe siècle, n°60, 2020/1, p. 154.

[50] Parmi de nombreuses références et pour un exemple breton, recrutant de surcroît largement dans la région de Saint-Brieuc, on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, Une entrée en guerre. Le 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo au combat (août 1914 – juillet 1915), Talmont-Saint-Hilaire, éditions CODEX, 2014.

[51] Cosson, Olivier, « Expériences de guerre et anticipation à la veille de la Grande Guerre », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n°50-3, juillet-septembre 2003, p. 127-147.

[52] Nous empruntons cette expression à Garraud, Philippe, « L’ombre portée de 1914-1918 dans les années 30 », Vingtième Siècle, revue d’histoire, n°104, p. 17-27.

[53] Chambort, Alexandre, « Saint-Brieuc… », art. cit.

[54] Nous reprenons l’expression de Vergnon, Gilles, Un enfant est lynché. L’affaire Gignoux, 1937. Violence et politique dans la France du Front populaire, Paris, Presses universitaires de France, 2018, p. 14.

[55] Le premier épisode est publié le 25 mai 1914. « La Débâcle par Émile Zola », L’Humanité, 11e année, n°3690, 25 mai 1914, p. 3. A n’en pas douter, ce calendrier ne doit rien au hasard. La veille, L’Humanité commémore le 43e anniversaire de la Semaine sanglante et barre sa « une » de cet appel : « Tous au mur des fédérés ! ». L’Humanité, 11e année, n°3689, 24 mai 1914, p. 1.

[56] Inventaire du patrimoine culturel en Bretagne : IVR53_20142200055NUCA, IVR53_20142200055NUCA et Dossier IM 223630 réalisé en 1981.

[57] « Les Obsèques de M. Nayel », Le Nouvelliste du Morbihan, 46e année, n°34, 21 mars 1909, p. 2.

[58] Maurin, Jules, Armée, guerre, société, soldats languedociens (1889-1919), Paris, Publications de la Sorbonne, 1982, p. 167.

[59] Bourguinat, Nicolas et Vogt, Gilles, La Guerre franco-allemande de 1870…, op. cit., p. 338-342.

[60] Par exemple Winter, Jay, « The Second Great War, 1917-1923 », Revista Universitaria de Historia Militar, Volume 7, n°14, 2018, p. 160-179. On pourra également se référer à la collection « The Greater War » des Oxford University Press ainsi qu’au réseau francophone de jeunes chercheurs « Une plus Grande Guerre ».


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.